AccueilReflets de la construction européenne : réflexions, références et refus du débat sur l'Europe

Reflets de la construction européenne : réflexions, références et refus du débat sur l'Europe

Reflections on European construction : ideas, references and refusals of Europe

*  *  *

Publié le jeudi 25 février 2010 par Karim Hammou

Résumé

L’Europe souffre d’un déficit d’image chronique auprès des différentes opinions européennes. Cette fin de siècle a ainsi été « critique » pour une Europe bousculée dans ses fondements par des événements à même de renouveler l’image qu’en ont les Européens. Ces derniers, singulièrement absents d’une aventure européenne dont les fondements politiques avaient été oubliés au profit de la construction économique, ont ainsi eu l’occasion de revisiter, à la lumière, crue et parfois trompeuse de la crise, les mythes politiques relatifs à la citoyenneté, à la monnaie, en un mot au « vouloir-vivre » européen. Le Groupe de recherche en histoire immédiate, membre du laboratoire FRAMESPA de l’université Toulouse-Le Mirail, propose un colloque centré sur la façon dont la construction européenne est vécue et débattue au quotidien, en partant du cas pratique de la région Midi-Pyrénées, puis en développant sur des faits et des perceptions qui pourraient être qualifiés d'« européens ».

Annonce

L’Europe souffre d’un déficit d’image chronique auprès des différentes opinions européennes. 
Cette fin de siècle a ainsi été « critique » pour une Europe bousculée dans ses fondements par des événements à même de renouveler l’image qu’en ont les Européens. Ces derniers, singulièrement absents d’une aventure européenne dont les fondements politiques avaient été oubliés au profit de la construction économique, ont ainsi eu l’occasion de revisiter, à la lumière, crue et parfois trompeuse de la crise, les mythes politiques relatifs à la citoyenneté, à la monnaie, en un mot au « vouloir-vivre » européen.

Où en sommes-nous aujourd’hui ? L’Europe, en tant qu’espace institutionnel et cadre de vie, est-elle en phase avec les Européens ? Pour répondre à ces questions, le Groupe de Recherche en Histoire immédiate, membre du laboratoire FRAMESPA de l’université Toulouse-Le Mirail,  propose un colloque centré sur la façon dont la construction européenne est vécue et débattue au quotidien, en partant du cas pratique de la région Midi-Pyrénées, puis en développant sur des faits et des perceptions qui pourraient être qualifiés d'"européens".

  • L’axe central du colloque porte sur la perception de la construction européenne par ceux qui la vivent, en France et ailleurs, mais les organisateurs ne s’interdisent cependant pas de solliciter les points de vue de praticiens de l’Europe (politiques, acteurs économiques), dont les communications peuvent favoriser un éclairage pertinent du décalage qui existe entre image et réalités de l’Europe.
  • Dans cette optique, le colloque encourage une approche pluridisciplinaire, à même d’offrir différents éclairages sur les pratiques discursives, les représentations ou les processus normatifs qui sous-tendent les attentes ou les défiances à l’égard de l’Europe, les valeurs attribuées à cette dernière, ainsi que les retombées des débats actuels (mondialisation, environnement, mutations de l’idée de puissance) sur la perception de l’Union européenne.
  • La période privilégiée correspond aux vingt dernières années, afin de nous interroger sur les problèmes que pose la construction européenne depuis la chute du mur de Berlin et la campagne autour du Traité de Maastricht, qui ont orchestré une entrée en force du thème de l’Europe dans l’espace quotidien. Ce faisant, une approche régressive peut de fait aider à nous intéresser aux origines des débats actuels, trop souvent négligées.

Différentes échelles sont envisagées :

  • Dans un premier temps, l’échelon local, avec le cas pratique de Midi-Pyrénées, permettra de réaliser une étude concrète d’Europe « vécue ». Qui plus est, c’est à l’échelon le plus bas que l’on peut juger de la « proximité » ou non de Bruxelles, gage démocratique d’une construction européenne partagée par tous. Des comparaisons avec d’autres expériences régionales peuvent nous aider à interroger la notion ambiguë de « l’Europe des régions ».
  • La seconde échelle s’intéresse au lien entre citoyenneté et Europe, à l’aide de certains débats qui se sont tenus à l’échelle nationale, et qui ont fait réagir les Français sur la construction européenne ces dernières années. L’ont-ils fait en ayant conscience que l’Union européenne s’inscrit naturellement dans leur propre paysage politique, ou ont-ils défendu une conception strictement nationale de ce dernier ?

Enfin, l’étude de l’image de la construction européenne dans certains pays peut être instructive, qu’ils soient eux-mêmes membres de l’UE, candidats, ou partenaires tels que les Etats-Unis, en nous rappelant que les attentes des peuples ne sont pas seulement déterminées par les besoins du moment, mais s’adossent à des réalités psychologiques et historiques très profondes, dans un contexte plus large que celui que la Guerre froide avait imposé jusque-là. Dans ce dernier cas, le colloque insistera plus particulièrement sur les « Suds » face à l’Europe, moins étudiés à part entière depuis la réunification et l’ouverture des pays de l’Est, et pourtant constitutifs d’un tropisme économique et culturel qui caractérise Toulouse et sa région.

Programme 

mercredi 22 septembre 2010

Maison de la Recherche, Université Toulouse Le Mirail.

9h15 : ouverture du colloque : Daniel Filâtre, Président de l’Université Toulouse Le Mirail.

Le matin. L’Europe vécue au quotidien : Midi-Pyrénées.

Présidence de séance : Rémy Pech.

9h30 : « La région Midi-Pyrénées face aux autres régions européennes », Philippe Dugot (Université de Toulouse).

9h50 : « La région Midi-Pyrénées dans les programmes de coopération », François Taulelle (Université d’Albi).

10h10 : « Sur les traces de Saint-Jacques, un pèlerinage au service de l’identité européenne », Sylvaine Guinle-Lorinet (Université de Pau et de pays de l’Adour).

10h30 : Discussion.

10h45 : Pause.

11h00 : « la frontière franco-espagnole : de la marche à la soudure ? », Bertrand Vayssière (Université de Toulouse).

11h20 : « Midi-Pyrénées et l’Europe : quelles pistes pour renforcer la citoyenneté européenne ? », Geneviève Saint-Hubert (Maison de l’Europe, Toulouse).

11h40 : « L’Université de Toulouse et ses relations avec la francophonie européenne », Daniel Weissberg (Université de Toulouse.

12h00 : Discussion.

12h30 : Pause déjeuner.

L’après-midi. Une Europe vécue au quotidien : Midi-Pyrénées.

Présidence de séance : Jean Rives.

14h30 : Reprise des débats.

14h40 : « La PAC et les acteurs régionaux depuis la réforme de 1992 », Rémy Pech (Université de Toulouse).

15h00 : « Airbus : Toulouse capitale de l’Europe ? », Cécile Ha Minh Tu, Direction des Relations institutionnelles d’Airbus.

15h20 : Discussion.

15h40 : Pause.

16h00 : « Quelle politique spatiale pour l’Europe ? », Alain Podaire (CNES).

16h20 : « Pourquoi une présence forte de la région Midi-Pyrénées à Bruxelles ? », Yannick Proto (Bruxelles).

16h40 : Discussion.

17h00 : Clôture des débats.

jeudi 23 septembre 2010

Maison de la Recherche, Université Toulouse Le Mirail.

Le matin. Un espace public européen ?

Présidence de séance : Michel Louis Martin.

9h00 : Reprise des débats.

9h10 : « Vers une société européenne ? », François Foret (Université Libre de Bruxelles).

9h30 : « L’Europe par la norme », Nicolas Marty (université de Perpignan).

9h50 : « Un défaut d’information sur l’Europe ? Le cas d’European Navigator », Etienne Deschamps (ENA, Luxembourg).

10h10 : Discussion.

10h30 : Pause.

10h50 : « La question du ‘patriotisme constitutionnel’ », Fabien Terpan (Université de Grenoble).

11h10 : « Le chaos yougoslave : la faute à l’Europe ou celle des Américains ? », Laurent Jalabert (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

11h30 : « Vaclav Havel et l’Europe », Jean-François Soulet (Université de Toulouse).

L’après-midi. Des visions de l’Europe : les Suds.

Présidence de séance : Guy Pervillé.

14h30 : Reprise des débats.

14h40 : « L’Europe vue d’Italie », Jean-Marie Palayret (Archives historiques, Florence).

15h00 : « L’Europe vue d’Espagne », Matthieu Trouvé (IEP Bordeaux).

15h20 : « L’Union pour la Méditerranée », Bernard Labatut (IEP Toulouse).

15h40 : Discussion.

16h00 : Pause.

16h30 : « La présence militaire européenne en Afrique », Martine Cuttier (Université de Toulouse).

16h50 : « Frontières géographiques ou mentales ? La question turque », Jean-François Pérouse (Université d’Istanbul).

17h10 : Discussion.

17h30 : Clôture des débats.

vendredi 24 septembre 2010

Salle du Sénéchal, centre ville – Toulouse.

Le matin. Des visions de l’Europe : au Nord et à l’Est.

Présidence de séance : Gérard Bossuat.

9h00 : Reprise des débats.

9h10 : « Des ‘petites’ Europes (Suisse, Norvège) », Jean-Marc Olivier (Université de Toulouse).

9h30 : « Les pays de la Baltique et l’Europe », Jean-François Berdah (Université de Fribourg-en-Brisgau).

9h50 : « L’Europe vue de Bruxelles : la dernière histoire belge », Jérôme Adant (Université Libre de Bruxelles).

10h10 : Discussion.

10h30 : Pause.

10h50 : « ‘Jeune Europe’ et ‘vieille Europe’ : quelles limites ? » Pierre-Frédéric Charpentier (Université de Toulouse).

11h10 : « Un regard polonais sur l’Europe », Leszek Kuk (Université de Torun).

11h30 : « L’Union européenne vue des Balkans », Guillermo Pérez Sanchez (Université de Valladolid).

11h50 : Discussion.

12h30 : Pause déjeuner.

L’après-midi. Première table ronde : coordination par Rémy Pech.

14h00 : Reprise des débats.

« L’adhésion populaire à l’Europe dans le Sud-Ouest, mythe ou réalité ? ».
Confrontation des témoignages de parlementaires européens locaux : Kader Arif,  Dominique Baudis, Anne Lapérouse, Gérard Onesta, Christine de Veyrac (sous réserve).

Deuxième table ronde : coordination par Jean-François Soulet.
« Quelle place pour l’Union européenne dans les relations internationales ? ».
Discutants = Gérard Bossuat (Université de Cergy-Pontoise), Michel Catala (Université de Nantes), Antoine Fleury (Université de Genève), Robert Frank (Université Paris I), Thierry Grosbois (Université du Luxembourg), Philippe Mioche (Université de Provence), Antonio Varsori (Université de Padoue).

Catégories

Lieux

  • Université Toulouse Le Mirail
    Toulouse, France

Dates

  • mercredi 22 septembre 2010
  • vendredi 24 septembre 2010
  • jeudi 23 septembre 2010

Mots-clés

  • construction européenne, opinions, mythes, déficit démocratique, identité européenne

Contacts

  • Bertrand Vayssière
    courriel : bertrand [dot] vayssiere [at] wanadoo [dot] fr
  • Martine Cuttier
    courriel : martine [dot] cuttier [at] orange [dot] fr

Source de l'information

  • Bertrand Vayssière
    courriel : bertrand [dot] vayssiere [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Reflets de la construction européenne : réflexions, références et refus du débat sur l'Europe », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 25 février 2010, http://calenda.org/200367