AccueilPoésie et politique au XXe siècle

*  *  *

Publié le vendredi 26 février 2010 par Karim Hammou

Résumé

Ce colloque repose sur le désir d’éclairer d’un jour nouveau les rapports de la poésie de langue française du XXe siècle aux grands événements historiques et politiques qui ont traversé et à bien des égards défini ce siècle souvent tragique et tourmenté, du communisme au fascisme en passant par le colonialisme. Il tentera en particulier d’offrir des perspectives plus actuelles et détachées des simples circonstances de l’époque sur ces rapports afin de mieux cerner le caractère éternel et universel des questions éthiques et philosophiques qu’ils suscitent.

Annonce

DU LUNDI 12 JUILLET (19 H) AU LUNDI 19 JUILLET (14 H) 2010

POÉSIE ET POLITIQUE AU XXème SIÈCLE

DIRECTION : Henri BÉHAR, Pierre TAMINIAUX

ARGUMENT :

Ce colloque repose sur le désir d’éclairer d’un jour nouveau les rapports de la poésie de langue française du XXe siècle aux grands événements historiques et politiques qui ont traversé et à bien des égards défini ce siècle souvent tragique et tourmenté, du communisme au fascisme en passant par le colonialisme. Il tentera en particulier d’offrir des perspectives plus actuelles et détachées des simples circonstances de l’époque sur ces rapports afin de mieux cerner le caractère éternel et universel des questions éthiques et philosophiques qu’ils suscitent.

Il s’agira de mettre en question une conception traditionnelle et trop commune de la poésie comme simple expression esthétique et formelle de l’homme et de son langage. À travers l’étude de mouvements modernistes essentiels, de dada au surréalisme en passant par le lettrisme, il importera ainsi de souligner l’importance déterminante de l’engagement du poète dans la communauté, et non de la poésie. Celle-ci s’y est-elle compromise à jamais?

Les rapports étroits et complexes de personnalités telles que Tristan Tzara, André Breton, Paul Eluard, Benjamin Péret, Robert Desnos, Louis Aragon pour le dadaïsme et le surréalisme, ou de Christian Dotremont, pour Cobra, à l’idée de révolution envisagée dans sa détermination poétique seront considérés comme des exemples fondamentaux permettant de nourrir et de développer notre problématique. Ne seront pas oubliés non plus le parcours original de figures singulières, de René Char à Francis Ponge en passant par Aimé Césaire, qui ont accompagné de manière radicale et existentielle les actions de la résistance à l’occupation nazie ou la lutte des peuples du tiers-monde pour leur indépendance ni l’utilisation politique de la poésie moderne par le mouvement de mai 68, ni les possibilités d’expression subversive offertes par l’avant-garde de l’Internationale lettriste.

Le poète, en ce sens, doit être saisi comme un citoyen et un homme du monde, pleinement impliqué dans la réalité et dans ses combats. La conception dominante de la "littérature engagée", en effet, s’est échafaudée au XXe siècle à partir de l’existentialisme sartrien, et donc de genres littéraires tels que le roman, le théâtre ou l’essai. Nous voudrions insister ici sur le fait que la poésie moderne, dans son cheminement propre, fut aussi le symbole vivant d’une littérature engagée en sa totalité. En ce sens, elle réussit à se dégager à la fois de l’ombre de Baudelaire, soit d’une conception surtout esthétique et sensible de la poésie, et de celle de Mallarmé, soit d’une conception abstraite du langage poétique née de la spéculation conceptuelle et du monde des idées. En conclusion, cette décade devrait offrir des modes originaux d’interprétation du politique, dans la mesure où celui-ci a été abordé prioritairement au XXe siècle sous ses aspects idéologiques et doctrinaires, ou alors dans la société contemporaine, sous ses aspects pratiques et utilitaristes. En d’autres termes, l’étude des rapports du poète à la Cité (à la Polis) implique nécessairement un processus soutenu de poétisation du politique.

CALENDRIER PROVISOIRE :

Lundi 12 juillet

Après-midi: ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée: Présentation du Centre, des colloques et des participants

Mardi 13 juillet Surréalisme / Post-surréalisme

Matin:

  • Henri BÉHAR & Pierre TAMINIAUX: Introduction
  • Anne-Marie AMIOT: Arcane XVII d'André Breton, sublimation dans le mythe du refus permanent de la poésie engagée

Après-midi:

  • Carole REYNAUD PALIGOT: La poésie surréaliste entre révolte et révolution
  • Laure MICHEL: Politique du poème chez René Char

Mercredi 14 juillet Surréalisme / Post-surréalisme

Matin:

  • Jasmine GETZ: Michaux: poésie de l'autre homme
  • David CHRISTOFFEL: L'anti-démagogisme poétique: quel pont entre la revue Proverbe à nos jours?
  • Virginie POUZET-DUZER: En mangeant Rosa ou la poétique anthropophage de Benjamin Péret

Après-midi:

  • Misao HARADA: Exprimer autrement le politique: les manifestations du politique chez André Breton en dehors des écrits s'y référant explicitement
  • Effie RENTZOU: Au-delà de l'(inter)national: le surréalisme et le "monde" en métonymie

Soirée:

  • Projection de L'invention du Monde

Jeudi 15 juillet Surréalisme / Post-surréalisme

Matin:

  • Jelena NOVAKOVIĆ: La création poétique et l'engagement politique dans le surréalisme: Louis Aragon et Oskar Davičo
  • Christophe REIG: Oulipoli-tiques
  • Brisa GÓMEZ-ANGEL: La voix solidaire à l’Espagne de Paul Eluard

Après-midi: DÉTENTE

Soirée:

  • Christian PRIGENT: "Légendes du politique" (lecture et entretien avec Bénédicte GORRILLOT)

Vendredi 16 juillet Résistances / Révolutions / Subversions

Matin:

  • Bénédicte GORRILLOT: Christian Prigent: pour une écriture politique?
  • Jérôme DUWA: A quoi bon des poètes en temps de liesse révolutionnaire? L'événement 68
  • Delphine RUMEAU: Gaston Miron, "l'amour et le militant"

Après-midi:

  • Fabrice FLAHUTEZ: Lettrisme et économie politique. Proposition poétique du "Traité d'économie nucléaire"
  • Pascal SIGODA: Francis Ponge (1899/1988) ou les écrits comme espace spirituel de la nation

Samedi 17 juillet

Matin: Résistances / Révolutions / Subversions

  • Yves-Marie BOUILLON: Poètes en guerre totale: quels espaces pour penser la haine?
  • Jean-Claude MARCEAU: Repoétiser la vie: Raoul Vaneigem où la subversion affinée du Libre-Esprit
  • Tanguy WUILLEME: L’hypothèse communiste: de l’éloge à l’adieu politique (Depestre, Roy, Guillevic)

Après-midi: Espaces périphériques

  • Catherine CHOMARAT-RUIZ: Sous l'influence des poètes: rhétorique d'un paysagiste à l'usage du politique
  • Alessandra MARANGONI: Unanimisme de Jules Romains et du premier Jouve. Politique et mystique

Dimanche 18 juillet Altérités culturelles / Francophonies

Matin:

  • Marie-Edith LENOBLE: Frankétienne, la politique de la Spirale
  • Sophie BASTIEN: La poésie québécoise, de l'automatisme au féminisme: 25 ans de revendication
  • Fadi KHODR: De la circonstance politique à la circonférence poét(h)ique

Après-midi:

  • Gabriel SAAD: La poétisation du politique chez Eluard et Cesar Vallejo: une dialectique?
  • Jean-Clarence LAMBERT: Entretien avec Pierre Taminiaux autour de Christian Dotremont

Soirée:

  • Jean-Clarence LAMBERT: Projection de X-Alta

Lundi 19 juillet

Matin:

  • Henri BÉHAR & Pierre TAMINIAUX: Conclusions du colloque

Après-midi: DÉPART

Avec le soutien du Centre de recherche sur le Surréalisme
de l'Université de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Lieux

  • Centre Culturel International de Cerisy, Le Château
    Cerisy-la-Salle, France

Dates

  • lundi 19 juillet 2010
  • lundi 12 juillet 2010
  • mardi 13 juillet 2010
  • mercredi 14 juillet 2010
  • jeudi 15 juillet 2010
  • vendredi 16 juillet 2010
  • samedi 17 juillet 2010
  • dimanche 18 juillet 2010

Contacts

  • Centre Culturel International de Cerisy
    courriel : info [dot] cerisy [at] ccic-cerisy [dot] asso [dot] fr

Source de l'information

  • Michaël Morel
    courriel : info [dot] cerisy [at] ccic-cerisy [dot] asso [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Poésie et politique au XXe siècle », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 26 février 2010, http://calenda.org/200379