AccueilColloque Vox Internet II. De la gouvernance à la dynamique du « commun » de l’internet : questions autour du « droit d’entrée »

Colloque Vox Internet II. De la gouvernance à la dynamique du « commun » de l’internet : questions autour du « droit d’entrée »

Vox Internet II Colloquium, March 26-27, 2010 "Internet governance and the dynamics of the Commons: the issue of access"

*  *  *

Publié le vendredi 26 février 2010 par Delphine Cavallo

Résumé

Le programme de recherche ANR Vox Internet II vous invite au colloque intitulé « De la gouvernance à la dynamique du « commun » de l’internet : questions autour du « droit d’entrée » ». Deux idées-force ont guidé les recherches du projet Vox Internet II : la pluralité des normes et la dynamique de l’action collective. Le présent colloque traitera plus particulièrement de la question de l’accès, autrement dit du « droit d’entrée » dans l’Internet. Trois thématiques seront travaillées à cet égard : l’exigence d’une littératie appropriée au numérique, le défi de l’ouverture des savoirs permise par les réseaux et le souci démocratique dans la régulation des accès physiques - le tout en respectant la démarche multidisciplinaire essentielle à nos travaux.

Annonce

26 et 27 mars 2010 : Ecole des Mines de Paris–60 bd Saint-Michel–Salle Vendôme
March 26th and 27th, 2010 - Ecole des Mines de Paris – 60 bd Saint-Michel – Salle Vendôme 

Programme

Vendredi 26 mars : accueil à partir de 9h

9h30/10h Introduction générale : FRANÇOISE MASSIT-FOLLEA (Responsable scientifique du programme)

10h/12h30 - Session « Littératie » - Présidence : PAUL MATHIAS (Inspecteur général de philosophie)

DOMINIQUE BOULLIER (Fondation nationale des Sciences politiques, Paris) :
Les dispositifs de contribution comparés selon les architectures de réseaux sociaux.
DANIEL PRADO (Direction Multilinguisme et Cyberespace, Union latine, Paris) :
Outils et enjeux d’un Internet multilingue.
DIVINA FRAU-MEIGS (Université Paris III) :
Education aux médias électroniques et droits humains : une approche publique, ouverte, participative et éthique.

14h30/18h00 – Session « Savoirs ouverts » - Présidence : DANIELE BOURCIER (CERSA, CNRS-Université Paris II)

JOS DE MUL (Université Erasme, Rotterdam) :
The governance of biomics : commercial vs open source biology
DOMINIQUE CARDON (Laboratoire France Telecom) :
Comment l’encyclopédie en ligne Wikipédia est-elle « gouvernée » ?
CECILE MEADEL (CSI, Ecole des Mines, Paris) :
Construction et validation des connaissances dans les échanges électroniques sur des questions médicales.
HERVE LE CROSNIER (Université de Caen) :
Construire les biens communs de la connaissance.

Samedi 27 mars

9h/11h30 – Session « Accès physiques » - Présidence : PHILIPPE BARBET (Université Paris XIII)

RAPHAËL SUIRE (Université de Rennes 1 / CREM-CNRS / MARSOUIN) :
L’action publique au regard de la mesure des fractures numériques.
OLIVIER SYLVAIN (Fordham Law School, New-York) :
Internet Policy and Democratic Legitimacy : Broadband Regulation in the USA.
ANNIE CHENEAU-LOQUAY(CNRS-IEP Bordeaux) :
Accès universel et économie informelle : le déploiement de l’Internet en Afrique.

11h45
Allocution de MIREILLE DELMAS-MARTY, professeure au Collège de France, Chaire Etudes juridiques comparatives et Internationalisation du droit.

Présentation générale

Deux idées-force ont guidé les recherches du projet Vox Internet II : la pluralité des normes et la dynamique de l’action collective. Le présent colloque traitera plus particulièrement de la question de l’accès, autrement dit du « droit d’entrée » dans l’Internet. Trois thématiques seront travaillées à cet égard : l’exigence d’une littératie appropriée au numérique, le défi de l’ouverture des savoirs permise par les réseaux et le souci démocratique dans la régulation des accès physiques - le tout en respectant la démarche multidisciplinaire essentielle à nos travaux.
L’approche du sujet « gouvernance de l’Internet » sous l’angle de la pluralité des normes permet de combiner les contraintes construites par les infrastructures et les architectures techniques, les instruments de politiques publiques, les exigences des marchés et la diversité des usages. Les questionnements sur l’accès à l’Internet se résument trop souvent dans la littérature scientifique à une approche, plus ou moins élaborée, de la "fracture numérique". Nous nous emploierons, en mettant l’accent sur les controverses les plus vives et plusieurs initiatives présentées comme prometteuses, à analyser les ordres multiples de régulation. Ils témoignent en effet de tensions diverses autour d’une question centale : l’Internet est-il au sens propre un « bien » et dans quelle mesure ce « bien » est-il « commun » ?
De fait, la notion de « commun » appliquée à l’Internet doit être revisitée. Comment peut-on délimiter le champ des « biens communs informationnels » : parle-t-on de la disponibilité de l’information ou du partage de la connaissance, de la couverture en haut débit ou d’un accès minimum pour tous, du retour à un monde « plat » ou de l’harmonie dans la différence ? Ne doit-on pas leur accorder une importance comparable aux biens communs naturels (l’eau, l’air), ou aux « services » tout aussi essentiels (l’éducation, la santé) que certains appellent des merit goods ?
Notre hypothèse est la suivante : la gouvernance, comprise comme la « gestion en commun » de l’Internet, a besoin de principes fermes et de règles évolutives. C’est à cette condition que l’Internet peut signifier l’espace commun d’un déploiement et d’un partage équitable et durable des savoirs.
Il s’agit en effet de corriger la « tragédie des 3 C », celle d’un monde où l’on ne peut avoir en même temps la Complexité, la Complétude et la Cohérence. Or nul ne doute aujourd’hui que le monde numérique est en totale continuité avec le monde physique. Promouvoir l’ouverture des voies d’accès à la connaissance, enrichir les modalités de création et de diffusion des savoirs, dévoiler les principes d’une régulation légitime, voilà qui pourrait nourrir la dynamique du « commun ».
On peut partir du droit existant, en s’appuyant sur des principes fondamentaux (le droit à la liberté d’expression, à l’information, à la connaissance, par exemple), dont la mise en œuvre rencontre des obstacles de toutes natures. On peut aussi, au vu des transformations repérées en matière de savoirs et de pouvoirs, analyser des formes inédites de relations d’autorité - lesquelles finissent par se substituer de facto au droit ou, parfois, en suggèrent une reconfiguration ouverte et plurielle. Enfin, au-delà du droit à l’information et dans le droit fil des Communication Rights revendiqués depuis longtemps pour l’ensemble des médias, un « droit à la communication » est-il imaginable pour exprimer et garantir le caractère éminemment qualitatif de nos interactions sur l’Internet ? Peut-être alors pourrions-nous mieux discerner les objectifs et moyens nécessaires pour bâtir un monde commun matériel et immatériel, privé et public, local et global.

Accès sur inscription : dans la limite des places disponibles
Adresse : Salle Vendôme, Ecole des Mines, 60 boulevard Saint-Michel 75272 Paris Cedex 06
Informations supplémentaires : www.voxinternet.org
Date : 26 et 27 mars 2010
Horaire : Vendredi : 9h-18h
Samedi : 9h-13h00

Inscription obligatoire : contact@voxinternet.org

Lieux

  • Ecole des Mines de Paris–60 bd Saint-Michel–Salle Vendôme
    Paris, France

Dates

  • vendredi 26 mars 2010
  • samedi 27 mars 2010

Mots-clés

  • gouvernance Internet, bien commun, normes technqiues et sociales, droit à la communication, litteratie, open science, service universel

Contacts

  • Clment Mabi
    courriel : clement [dot] mabi [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Vox Internet
    courriel : contact [at] voxinternet [dot] org

Pour citer cette annonce

« Colloque Vox Internet II. De la gouvernance à la dynamique du « commun » de l’internet : questions autour du « droit d’entrée » », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 26 février 2010, http://calenda.org/200398