AccueilVulnérabilité, équité et créativité en Méditerranée

Vulnérabilité, équité et créativité en Méditerranée

Vulnerability, equity and creativity in the Mediterranean region

*  *  *

Publié le mardi 02 mars 2010 par Karim Hammou

Résumé

Le colloque souhaite mettre l’accent sur des formes originales de recherche sur le développement durable autour des concepts de vulnérabilité, d’équité et de créativité territoriale. Il a pour ambition d’être à la fois une rencontre entre chercheurs et praticiens publics et privés et un espace de débats et de propositions où se confrontent les analyses scientifiques sur ces questions. Pour chaque enjeu, une série de thèmes est proposée, dont la liste n’est pas exhaustive. Il s’agit davantage de stimuler la réflexion que de la figer dans un cadre rigide. Les trois concepts peuvent être traités de manière indépendante. Néanmoins, les communications qui intègrent simultanément ces questions, en référence au développement durable, seront privilégiées.

Annonce

Vulnérabilité, équité et créativité en Méditerranée

Colloque international – 2 et 3 décembre 2010, Aix en Provence

Lieu : Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH),

5 rue du Château de l'Horloge, Aix-en-Provence – Tel : 04.42.52.40.00

Le colloque est organisé par le Pôle Développement Durable et Territoires Méditerranéens de l’Université Paul Cézanne. Il s’inscrit dans le prolongement du colloque sur le développement durable dans l’espace méditerranéen, organisé en juin 2009[1] , qui a permis de poser les enjeux et défis auxquels sont confrontés les pays de la Méditerranée en termes de durabilité et de débattre sur la façon d’y répondre.

Ce nouveau colloque souhaite mettre l’accent sur des formes originales de recherche sur le développement durable autour des concepts de vulnérabilité, d’équité et de créativité territoriale. Il a pour ambition d’être à la fois une rencontre entre chercheurs et praticiens publics et privés et un espace de débats et de propositions où se confrontent les analyses scientifiques sur ces questions.

Pour chaque enjeu, une série de thèmes est proposée, dont la liste n’est pas exhaustive. Il s’agit davantage de stimuler la réflexion que de la figer dans un cadre rigide. Les trois concepts clés de réflexion du colloque (vulnérabilité, équité et créativité territoriale) peuvent être traités de manière indépendante. Néanmoins, les communications qui intègrent simultanément ces questions, en référence au développement durable, seront privilégiées. 

Vulnérabilité 

La prise en compte de la possibilité pour les générations futures de répondre à leurs besoins est une ambition essentielle du développement durable. Elle nécessite à la fois, une capacité d’adaptation permanente de la société, de l’économie et des systèmes écologiques à des enjeux qui eux-mêmes évoluent dans le temps, mais aussi une certaine résilience pour répondre à d’éventuelles crises. C’est pourquoi, la connaissance des risques et de la vulnérabilité des territoires est essentielle pour ne pas engendrer des situations irréversibles pénalisant les générations présentes et futures.

La notion de vulnérabilité recouvre diverses acceptions qui ont en commun de faire apparaître une notion d'attaque par un élément extérieur et une notion de difficulté, voire d'impossibilité à y opposer une défense. La vulnérabilité ne se résume pas à une simple notion d’exposition à un aléa. D’autres critères s’avèrent indispensables à sa définition, comme la conscience du risque par la société, sa capacité de résilience…

 Aux risques naturels (sismique, volcanique, climatique ou hydrologique) qui constituent une donnée essentielle de la géographie de la Méditerranée, s’ajoutent des risques moins visibles (virus informatiques, pandémie, risques génétiques et bactériologiques,…) et abstraits (globalisation, délocalisation, trou dans la couche d’ozone, …) qui exigent des besoins d'expertise nouveaux, dans le champ des sciences de l’environnement mais aussi des sciences sociales. Il s’agit, au travers des diverses contributions, de faire le point sur l'étatdans les différentes composantes de la vulnérabilité (économique, écologique, sociale). Il convient également de s’interroger sur les politiques publiques en la matière, orientées aussi bien vers la prévention que la gestion (réponses institutionnelles et juridiques, coopération régionale et internationale).   de l'art en matière de démarches et de méthodologies,

Thèmes proposés :

  • Le concept de vulnérabilité.
  • Les facteurs de vulnérabilité d’un territoire.
  • Les territoires vulnérables dans le bassin méditerranéen.
  • Vulnérabilités urbaines dans les pays du sud de la Méditerranée.
  • Evaluation de la vulnérabilité et de la résilience territoriales.
  • Les politiques de gestion des risques en Méditerranée.
  • La vulnérabilité dans les politiques d’aménagement du territoire.
  • Vulnérabilité et droit de l’environnement.

Equité

Les inégalités, les injustices qui peuvent marquer les générations successives, trouvent aussi à se manifester d'un territoire à l'autre ou plus exactement, entre individus ou collectifs humains d'un même territoire, et entre différents territoires. Parler d’équité territoriale revient ainsi à croiser les inégalités sociales et territoriales, en termes d’accès aux ressources naturelles, aux services publics, à l’emploi, et aux divers avantages de la vie en société.  

L’importance et l’accentuation des inégalités (sociales, économiques, écologiques) au sein du bassin méditerranéen (entre les rives nord et sud mais aussi au sein des pays entre les aires métropolisées et les espaces résiduels) enfreignent l’objectif d’équité intra générationnelle du développement durable et interrogent sur les transferts territoriaux de durabilité. La réalité de ces transferts (de ressources naturelles et d’externalités) et leur mesure sont, cependant, très directement dépendantes des conceptions générales du développement durable. Ainsi, dans une approche de durabilité faible, les biens (y compris environnementaux) se substituent les uns aux autres. Une compensation, notamment monétaire, est alors acceptable pour réparer un dommage environnemental.  Au contraire, dans une optique de durabilité forte, la réparation monétaire ne suffira pas ; seule une ressource de même type peut assurer la compensation du « flux d’environnement » (ressource naturelle, qualité ou équilibre de l’environnement).

 Les préoccupations d’équité sont normalement prises en compte par les politiques territorialisées, qui cherchent à garantir l’égalité des chances entre individus quelle que soient leurs caractéristiques ou leur localisation. Pour savoir dans quelle mesure une politique publique territorialisée peut contribuer à plus d’équité, il faut la resituer par rapport aux contraintes que rencontrent les personnes susceptibles d’en bénéficier et en particulier leurs contraintes de mobilité, tant immatérielles que matérielles. Il faut aussi tenir compte des différences entre catégories sociales ; un même territoire pouvant abriter des populations peu mobiles, désarmées face à des chocs locaux brutaux, et des populations mobiles, qui ont de ce fait plus de ressources pour y parer.

Si les considérations d’équité sont importantes dans les politiques publiques, les questions d’efficacité (au sens de gestion optimale des ressources et de leur combinaison pour satisfaire les besoins des communautés humaines) ne sont pas absentes. Mais la combinaison des deux n’est pas simple. Les économistes ont coutume de rappeler que la satisfaction des objectifs d’équité et d’efficacité suppose un arbitrage de la puissance publique : quand l’efficacité aboutit à un résultat jugé comme peu équitable, améliorer cette dernière se fait au détriment de la première. Les nouvelles théories économiques qui tiennent compte des asymétries d’information et de coûts de transaction montrent que ces deux critères (souvent divergents sous le prisme classique) peuvent être en fait complémentaires. Encore faut-il que l’économie fonctionne de manière efficace, ce qui est rarement le cas dans les pays méditerranéens.  Des arbitrages s’imposent, conduisant à s’interroger sur la priorité d’un objectif par rapport à l’autre, d’un territoire par rapport à l’autre, sur les sources d’inefficacité au niveau territorial, sur les marges de manœuvre pour associer plus d’efficacité et plus d’équité.

Thèmes proposés :

  • Les inégalités nord-sud et régionales en Méditerranée, à la lecture du développement durable.
  • Equité territoriale et développement durable.
  • Durabilité faible, durabilité forte et équité territoriale.
  • Transferts territoriaux de durabilité et évaluation de la compensation.
  • NTIC et équité territoriale
  • Solidarité territoriale : le rôle des politiques publiques en Méditerranée.
  • Dilemme équité-efficacité.
  • L’équité territoriale dans les politiques publiques en Méditerranée.

Créativité

Dans la société moderne du 20ème siècle, la créativité imprègne la vie quotidienne des individus dans le monde professionnel ou la sphère privée, puisque les personnes sont porteuses d’idées pour faire quelque chose de différent ou de mieux que quelqu’un d’autre. Cela revient à reconnaître le talent des individus et à leur permettre de l’épanouir, en les encourageant à avoir des idées nouvelles ou meilleures, à les développer dans leur vie professionnelle, en protégeant les idées.

Le concept de créativité, initialement limité aux domaines artistiques, s’est étendu depuis les années 90 à une large gamme d’activités (« les industries créatives ») dont le produit ou le service intègre des composantes artistiques ou créatives significatives, soulignant le lien accru entre l’art et le monde industriel et commercial.

Le champ des services est lui aussi largement concerné par cette évolution et l’on observe que les espaces commerciaux mobilisent fréquemment les produits artistiques et culturels afin de réaménager les lieux de consommation.

Cette évolution brouille les catégories d'analyse traditionnelles, où l'économique et le culturel se mêlent, où développement et identité sont liés. 

L’intérêt porté à la créativité s’inscrit dans un contexte de mondialisation où l’innovation est plus que jamais un impératif, tant pour les entreprises que pour les territoires. La créativité crée de la connaissance et par là-même crée une aptitude favorable à l’innovation au niveau des individus et des institutions non seulement dans le domaine artistique mais presque partout, dans l’urbanisme, le transport urbain, la restauration,… De nombreux travaux mettent en avant le rôle clé de la créativité comme moteur du développement régional et élément de construction de l’identité territoriale. Ainsi, la créativité est une notion qui semble être au cœur des problématiques de durabilité territoriale. Elle permet, en effet, d’insuffler une dynamique, une réponse active des êtres humains face à des potentialités innovantes. Elle permet de réinventer ou d’imaginer des modes de développement aujourd’hui remis en cause du fait des crises récentes. Imaginer le futur, créer, semble nécessaire pour sortir des sentiers jusqu’alors balisés par les générations précédentes et pour faire de l’espace méditerranéen, un territoire singulier en matière de durabilité. 

Les contributions viseront à apporter un éclairage sur le concept de créativité, sur les ressorts de la créativité territoriale et sa mesure. Il s’agira également de s’interroger sur le rôle des politiques publiques dans le management et la valorisation du potentiel créatif d’un territoire (réponses institutionnelles, économiques et juridiques, coopération régionale et internationale).

Thèmes proposés :

  • La créativité, moteur du développement régional.
  • Créativité individuelle, industries culturelles et créatives, classes créatives.
  • Culture, milieu créatif et développement territorial.
  • Le potentiel créatif des territoires méditerranéens.
  • Le rôle des acteurs institutionnels dans la créativité régionale en Méditerranée.

Yvette Lazzeri (responsable du colloque), CERIC, Université Paul Cézanne, Aix Marseille III, Tel : 06.61.25.56.84  -  Courriel : yvette.lazzeri@univ-cezanne.fr Comité d’organisation

Emmanuelle Moustier (CEFEM-CERGAM), Université Paul Cézanne, Aix-Marseille III, Courriel : emmanuelle.moustier@univ-cezanne.fr

Magalie Marais, IAE (CERGAM), Université Paul Cézanne, Aix-Marseille III, Courriel : magalie.marais@iae-aix.com

Comité scientifique

  • Rafi BarEl, Professor, Chair of Public Policy and Administration Department, Ben-Gurion University, Beer-Sheva, P.O.Box 653, Israel, Courriel : rbarel@som.bgu.ac.il
  • Gilbert Benhayoun, Professeur, CEFEM, Faculté d’Economie Appliquée, Université Paul Cézanne – Aix Marseille III, 15 Allée Claude Forbin, 13627 Aix en Provence cedex 1, Courriel : benhayoung@orange.fr
  • Michel Chiappero, Professeur associé,      Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional, Faculté de droit et de science politique, Université Paul Cézanne – Aix Marseille III, 3 av. Robert Schuman 13100 Aix-en-Provence, Courriel : mchiappero@free.fr
  • Gérard Guillaumin, Chargé de mission, MEEDDAT / CGDD / DRI, Service de la Recherche, Tour Voltaire, 92055 La Défense cedex, Courriel : gerard.guillaumin@developpement-durable.gouv.fr
  • Yvette Lazzeri, Chercheur, CERIC, Faculté de droit et de science politique, Université Paul Cézanne – Aix Marseille III, 38, avenue de l'Europe, 13090 Aix-en-Provence, Responsable du Pôle Développement durable, Courriel : yvette.lazzeri@univ-cezanne.fr
  • Magalie Marais, Chercheur, IAE (CERGAM), Université Paul Cézanne, Aix-Marseille III, Courriel : magalie.marais@iae-aix.com
  • Edouard MATHIEU, Chargé de mission, DATAR, Ministère de l’Espace Rural et de l’Aménagement du Territoire, 8 rue de Penthièvre, 75800 Paris cedex 08, Courriel : edouard.mathieu@datar.gouv.fr
  • Emmanuelle Moustier, Maître de Conférences, CEFEM, Faculté d’Economie Appliquée, Université Paul Cézanne – Aix Marseille III, 15 Allée Claude Forbin, 13627 Aix en Provence cedex 1, Courriel : emmanuelle.moustier@univ-cezanne.fr
  • Ali Sedjari, Professeur Université Mohammed V, Rabat – Maroc, Courriel : sedjariali@yahoo.fr.
  • Bertrand ZUINDEAU, Professeur Associé, Faculté des sciences économiques et sociales, Université de Lille 1, 59655 Villeneuve d'Ascq cedex, Courriel : bertrand.zuindeau@univ-lille1.fr

Modalités pratiques

Délais 

Envoi du résumé des communications : 21 mai 2010

Réponse du comité scientifique : 18 juin 2010

Date limite de réception des communications : 15 octobre 2010 

Les inscriptions, les résumés et les communications seront établis par courriel sur le site du Pôle (colloque 2010, en haut à droite)

http://www.pole-developpementdurable.univ-cezanne.fr 

Publication et diffusion 

Les articles sélectionnés seront publiés dans un ouvrage collectif édité chez l’Harmattan 

Les articles seront traduits en anglais et mis en ligne sur le site web du Pôle Développement Durable et Territoires Méditerranéens (http://www.pole-developpementdurable.univ-cezanne.fr).

 

[1] Le développement durable dans l’espace méditerranéen : une gouvernance à inventer - Enjeux et propositions (dir. Y. Lazzeri et E. Moustier), Éditions l’Harmattan, février 2010.

Une version en anglais des articles sera proposée fin mars, sur le site : www.pole-developpementdurable.univ-cezanne.fr

Lieux

  • Maison Méditerranéennes des Sciences de l'Homme (MMSH) 5 rue du Château de l'horloge
    Aix-en-Provence, France

Dates

  • vendredi 21 mai 2010

Mots-clés

  • Méditerranée, développemetn durable, vulnérabilité, équité, créativité

Contacts

  • LAZZERI Yvette
    courriel : yvette [dot] lazzeri [at] univ-cezanne [dot] fr
  • MOUSTIER Emmanuelle
    courriel : emmanuelle [dot] moustier [at] univ-cezanne [dot] fr

Source de l'information

  • Yvette lazzeri
    courriel : yvette [dot] lazzeri [at] univ-amu [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Vulnérabilité, équité et créativité en Méditerranée », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 02 mars 2010, http://calenda.org/200409