AccueilFoucault lecteur de Kant. Le champ anthropologique

*  *  *

Publié le mardi 02 mars 2010 par Delphine Cavallo

Résumé

L’édition récente de la thèse complémentaire de Foucault sur l’anthropologie de Kant donne l’occasion de revenir sur le rapport complexe entre les deux philosophes. La lecture et l’analyse du texte kantien irrigue toute l’œuvre de Foucault, jusqu’aux célèbres Qu’est-ce que la critique ? (1978) et Qu’est-ce que les Lumières ? (1984). Il semble toutefois nécessaire d’éclairer ce rapport constant en remontant à cette première rencontre que constitue la thèse complémentaire.

Annonce

Journée d'étude autour de l'Introduction à l'Anthropologie de Michel Foucault à l'Université Michel de Montainge Bordeaux III

Programme

Matin

9h Présentation de la journée

9h15-10h00 Florian NICODEME (Université Bordeaux 3) : « Facultas significatrix : anthropologie et interprétation des signes historiques (Kant, Foucault) »

10h00-10h45 Johan HÄRNSTEN (Université Paris 8) : « La connaissance pragmatique de l’homme du point de vue de la Bildung »

10h45-11h00 Pause

11h-00-11h45 Hervé OULC’HEN (Université Bordeaux 3) : « Le péril de la liberté : aux sources des techniques de soi »

11h45-12h30 Ferhat Taylan (Université Bordeaux 3) : « Geist, Gemüt et Seele : les origines kantiennes de l’approche foucaldienne du mental »

Après-midi

14h30-15h15 Emmanuel GRIPAY (Université Bordeaux 3) : « Du cercle à la configuration : équivocité du schéma anthropologique chez Foucault »

15h15-16h00h Takashi SAKAMOTO (Université Bordeaux 3) : « L’histoire foucaldienne de la raison entre l’homme kantien et le Neveu de Rameau »

16h00-16h15 Pause

16h15-17h00 Luca Paltrinieri (ENS Lyon) : « L’a priori historique des sciences humaines : la figure de l’homme et les métamorphoses de l’expérience »

L'argument

« L’Anthropologie constitue peut-être la disposition fondamentale qui a commandé et conduit la pensée philosophique depuis Kant jusqu’à nous ». (Michel Foucault, Les mots et les choses, p. 353)

L’édition récente de la thèse complémentaire de Foucault sur l’Anthropologie de Kant donne l’occasion de revenir sur le rapport complexe entre les deux philosophes. La lecture et l’analyse du texte kantien irrigue toute l’œuvre de Foucault, jusqu’aux célèbres « Qu’est-ce que la critique ? » (1978) et « Qu’est-ce que les Lumières ? » (1984). Il semble toutefois nécessaire d’éclairer ce rapport constant en remontant à cette première rencontre que constitue la thèse complémentaire. Un premier axe de réflexion consistera à s’interroger sur l’originalité et la pertinence de la lecture proposée par Foucault, notamment lorsqu’il articule la perspective anthropologique avec l’ensemble de l’œuvre de Kant, sans se limiter aux écrits critiques. Quels effets produit la quatrième question, « Qu’est-ce que l’Homme ? », sur les trois premières ? Faut-il y voir une paisible synthèse unificatrice, ou, comme Foucault le laisse entendre, une série de complications qui inquiéterait notre appréhension du projet critique, en amenant à redéfinir les notions kantiennes de source, de domaine et de limite ? D’où découle un deuxième axe qui interrogerait l’articulation de l’empirique et du transcendantal, problème central dans Les mots et les choses, mais déjà identifié dans la thèse complémentaire sous la forme de la répétition anthropologico-critique. Derrière cette problématique majeure du doublet empirico-transcendantal, fourmille tout un ensemble de questions non moins essentielles : – la question de l’univocité ou de l’équivocité du « cercle anthropologique » dans les premiers écrits de Foucault. – le fil conducteur de l’usage (Gebrauch) dans le commentaire de Foucault : faut-il y voir une ébauche des concepts pratiques qu’il met en place dans ses derniers écrits ? – en quel sens l’interprétation foucaldienne du concept de Weltkenntnis (connaissance du monde), qui commande le projet d’une anthropologie pragmatique, mobilise-t-elle la connaissance de cette « autre nature » qui ouvre à l’homme l’espace de sa liberté ? – comment fonctionne la distinction entre Geist, Gemüt et Seele ? N’y a-t-il pas là l’indice d’une ouverture du champ anthropologique sur une psychologie spécifiquement empirique ? Par ailleurs, cette distinction n’infléchit-elle pas l’approche foucaldienne du mental ? – l’Anthropologie donne-t-elle un nouvel éclairage sur les rapports entre temps et sensibilité ? – La thèse complémentaire ne permet-elle pas également de mieux mesurer le rapport de Foucault à l’égard d’Heidegger et de Nietzsche ?

Lieux

  • salle de conférence Jean Borde MSHA - 10 Esplanades des Antilles
    Pessac, France

Dates

  • jeudi 01 avril 2010

Mots-clés

  • Kant, Foucault, anthropologie

Contacts

  • Emmanuel Gripay
    courriel : e [dot] gripay [at] mailoo [dot] org

Source de l'information

  • Ferhat Taylan
    courriel : ferhattaylan [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Foucault lecteur de Kant. Le champ anthropologique », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 02 mars 2010, http://calenda.org/200428