AccueilMusique et institutions locales

Musique et institutions locales

Music and local institutions

*  *  *

Publié le lundi 08 mars 2010 par Karim Hammou

Résumé

Lors de la première journée de ce colloque, il s’agira d’examiner comment les conditions institutionnelles de production de la musique agissent sur le musical et comment la musique en tant qu’art spécifique résiste à ces visées politiques et utilitaristes, notamment, en suscitant des émotions esthétiques individuelles et collectives. La seconde journée abordera la question des pratiques collectives dans l’enseignement musical, en lien avec un travail de terrain mené en Haute Mayenne. On tentera de mettre en évidence les apports des pratiques collectives dans le parcours d’apprentissage du musicien amateur, d’en saisir la spécificité et d’en cerner les limites.

Annonce

Musique et institutions locales 24-25 mars 2010

Université Paris Sorbonne-Paris IV
Observatoire Musical Français/MUSECO

Responsables : Caroline Cueille, François Madurell & Hyacinthe Ravet

La musique s’écoute, s’étudie et/ou se pratique souvent, en France, au sein d’institutions locales, rattachées plus ou moins directement à des ministères ou à des fédérations. Certaines de ces institutions locales se focalisent sur l’aspect artistique de la musique, d’autres sur ses dimensions éducatives et socialisantes ; d’autres encore insistent sur sa dimension distractive, économique, touristique, voire politique. Les normes qualitatives et esthétiques qui sous-tendent leurs actions sont, dans tous les cas, révélatrices des relations que ces institutions entretiennent avec la « culture légitime » et les politiques nationales de démocratisation culturelle. Elles concourent ainsi à la justification locale d’un investissement institutionnel dans ce domaine et à la mobilisation de publics plus ou moins spécifiques.

Or, les sociologues de la musique montrent que la musique tire sa spécificité, non seulement des usages collectifs que l’on en fait, mais aussi de l’hétérogénéité des sens individuels qu’elle suscite. Une pleine compréhension des faits musicaux dans la société contemporaine ne peut dès lors se dissocier de la mise au jour du point de vue des différents acteurs (décideurs et publics) engagés au sein des institutions qui produisent et/ou diffusent du musical, et de la prise en compte de la pluralité de rapports au musical qui s’y construisent. 

Ce colloque s’organise en deux journées. Il s’agira, lors de la première de ces journées, d’examiner comment les conditions institutionnelles de production de la musique agissent sur le musical et comment la musique en tant qu’art spécifique résiste à ces visées politiques et utilitaristes, notamment, en suscitant des émotions esthétiques individuelles et collectives. Les approches musicologiques, sociologiques, de sciences politiques seront ainsi amenées à dialoguer. La seconde journée abordera la question des pratiques collectives dans l’enseignement musical, en lien avec un travail de terrain mené en Haute Mayenne. On tentera de mettre en évidence les apports des pratiques collectives dans le parcours d’apprentissage du musicien amateur, d’en saisir la spécificité et d’en cerner les limites. L’enracinement des pratiques collectives dans le tissu local, la mise en réseau des ressources et des compétences, la diversité des situations d’enseignement-apprentissage rencontrées sont autant d’aspects dont les implications didactiques seront étudiées. 

Mercredi 24 mars 2010 

9h – Accueil des participants 

9h30 – Introduction

Caroline Cueille et Hyacinthe Ravet 

9h45 – Allocution d’ouverture

Danièle Pistone 

10h-12h – Les productions musicales des institutions locales 

  • Michaël Andrieu : Présences musicales dans l’institution carcérale : de l’officiel au concret, du national au local 
  • Gérald Guillot : Le phénomène batucada en France : rapport institutionnel à l’altérité 

14h-16h – Les formes d’appropriation d’un musical institutionnellement normé 

  • Vincent Dubois et Jean-Matthieu Méon : Autonomisation, promotion et domination culturelles : le cadrage institutionnel de la musique d’harmonie 
  • Frédérique Montandon : Les représentations sociales des structures d’enseignement musical du 20e arrondissement de Paris  

16h-16h15 – Pause 

16h15-18h15 

  • Alexandrine Souchaud : Les concours de piano amateur : contours et limites d’expériences musicales 
  • Eve Brenel : Le rôle des peñas dans la production du musical flamenco 

18h15 – Conclusion

Caroline Cueille et Hyacinthe Ravet 

Jeudi 25 mars 2010 

14h – Ouverture

François Madurell 

14h15  

  • Clément Baptiste : Pratiques collectives en Haute-Mayenne : bilan d’une première expérience 

15h

  • Adrien Bourg et Rémi Goasdoué : Etude des régulations interactives dans les processus d’évaluation concernant les pratiques instrumentales collectives 

16h30 – Pause 

16h45

  • Marie Bessière : L’écoute mutuelle dans les situations de pratique collective instrumentale : automatisation, synchronisation, apprentissage 

17h30

  • Chrystel Marchand : Méthodes écrites et orales dans les pratiques orchestrales à l’école : méthodes didactiques et finalités artistiques 

18h15 – Conclusion du colloque

Bruno Péquignot

Catégories

Lieux

  • 1, rue Victor Cousin
    Paris, France

Dates

  • mercredi 24 mars 2010
  • jeudi 25 mars 2010

Fichiers attachés

Mots-clés

  • musique, insitutions, enseignement-apprentissage, pratiques collectives

Contacts

  • Caroline Cueille
    courriel : caroline [dot] cueille [at] orange [dot] fr
  • Hyacinthe Ravet
    courriel : hyacinthe [dot] ravet [at] paris-sorbonne [dot] fr
  • François Madurell
    courriel : francois [dot] madurell [at] free [dot] fr

Source de l'information

  • Caroline Cueille
    courriel : caroline [dot] cueille [at] orange [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Musique et institutions locales », Colloque, Calenda, Publié le lundi 08 mars 2010, http://calenda.org/200469