AccueilLes révélations du rêve dans la littérature de langue espagnole

*  *  *

Publié le vendredi 05 mars 2010 par Karim Hammou

Résumé

Comme les trois précédents, ce quatrième Colloque se propose de promouvoir – dans la logique des objectifs du GRELPP – une lecture des œuvres de langue espagnole suivant une grille principalement psychanalytique et/ou philosophique. Il s’agira d’explorer la façon dont les auteurs hispaniques et hispano-américains représentent le rêve et le mettent en scène, par diverses stratégies d’écriture, pour questionner le rapport à la réalité et traduire les déguisements du désir. On s’interrogera sur la façon dont le rêve met en jeu la condition humaine dans sa relation au monde et sur la nature signifiante de l’activité onirique, en tentant de démonter les mécanismes qui lui sont propres dans les récits élaborés par les auteurs étudiés.

Annonce

Depuis l’Antiquité, l’obscurité et l’insaisissabilité du rêve fascinent l’homme, qui tente d’en percer les mystères en déchiffrant sa symbolique. Par sa résistance à la compréhension et le défi à la raison qu’il constitue, le rêve se prête à de nombreuses interrogations philosophiques ayant trait à la conception même de l’existence humaine. Par la confusion qu’il crée entre le réel et l’irréel, le rêve suscite le doute sur la réalité du monde environnant et la fiabilité de la perception. La vie éveillée n’est-elle qu’un songe ? Le rêve n’est-il pas la vraie vie ? Les paradoxes du rêve, qui se caractérise à la fois par son universalité et sa singularité, confrontent l’homme à la complexité de ses modes de pensée et posent la question des rapports intrinsèques de la vie éveillée avec l’activité onirique. Le questionnement sur l’essence du rêve se trouve à la base d’une réflexion ontologique qui interroge le statut métaphysique de la réalité. Dans son traité De la divination par le sommeil, Aristote se demande si le rêve est porteur de savoir, s’il est de l’ordre de l’entendement ou de la sensibilité. Les philosophes rationalistes classiques, comme Descartes, réduisent le rêve à une trompeuse illusion pour asseoir l’irréfutable vérité de la pensée diurne, garante de l’existence humaine, alors que les sceptiques se servent de l’argument du rêve pour mettre en cause la certitude du monde objectif. Si les philosophes allemands de la nature ont foi en la puissance imageante du rêve, qui leur semble plus réel que l’univers vigile, Sartre définit le rêve comme « l’odyssée d’une conscience vouée par elle-même, et en dépit d’elle-même, à ne constituer qu’un monde irréel » (L’imaginaire – 1940 –, Gallimard, folio essais, 2002, p. 339). Bachelard, qui cherche la « vérité onirique profonde » de l’être (L’eau et les rêves – 1942 –, Paris, Le livre de poche, biblio essais, 2001, p. 11), considère le rêve comme l’une des sources premières de l’imagination par sa faculté de transformer les images issues de la perception, ce qui lui donne sa propre dynamique de création.

À l’aube du XXe siècle, les travaux de Freud sur le rêve révolutionnent l’approche et la compréhension de ce phénomène psychique en le définissant comme « accomplissement de désir » (L’interprétation des rêves– 1900 –, Paris, PUF, 1999, p. 113) et en faisant de son interprétation « la voie royale qui mène à la connaissance de l’inconscient dans la vie psychique » (ibid., p. 517). L’herméneutique freudienne vise au dévoilement des modalités de fonctionnement de l’appareil psychique en se mettant en quête d’un sens caché pour découvrir les désirs inconscients à la base du rêve, interrogeant ainsi les limites du champ de la conscience et remettant en cause le système de pensée cartésien. Par le processus de déchiffrement qu’implique la traduction de son contenu manifeste en contenu latent, le rêve pose une énigme qui concerne l’identité même du rêveur, scindé entre son moi onirique et son moi vigile.

La conception du rêve de Jung rompt avec la théorie freudienne dans la mesure où le psychanalyste suisse n’interprète pas le rêve comme l’expression des désirs refoulés mais comme le produit de l’inconscient le plus profond qui cherche à se dévoiler par le biais de la symbolique onirique. Selon l’approche junguienne, les procédés de symbolisation du rêve sont propices à la découverte des archétypes qui configurent l’inconscient collectif. Dans Essai d’exploration de l’inconscient (1961), Jung prête au rêve la fonction compensatrice de relier le moi conscient à l’inconscient, équilibrant et enrichissant ainsi la psyché. Il lui accorde aussi une fonction prospective en le considérant comme une force de renouvellement au service du développement de la personnalité.

La prose narrative, la poésie et le théâtre de langue espagnole sont riches en représentations oniriques et en récits de rêve dont la construction littéraire passe par l’élaboration d’un discours qui, comme le remarque Jean-Daniel Gollut dans Conter les rêves, la narration de l’expérience onirique dans les œuvres de la modernité, doit « rendre compte verbalement de cette expérience étrange et si peu faite apparemment pour être pliée aux formes du langage » (Paris, José Corti, 1993, p. 7). L’écriture du rêve dans la création littéraire pousse à son paroxysme le questionnement sur les procédés par lesquels le rêve rêvé, fruit de l’activité psychique nocturne, se transforme, par l’inévitable truchement de la conscience, en rêve raconté, ce qui implique le passage de la représentation figurée d’objet sous forme de pensée visuelle à une narration constituée de pensées verbales, qui doit lutter contre le caractère fuyant du rêve pour pouvoir le mettre en mots.

Le foisonnement des images oniriques, ainsi que leurs multiples combinaisons, témoignent de la créativité du rêve, qui fait intervenir des processus primaires et secondaires, mêlant différents matériaux – restes diurnes, pensées latentes, excitations corporelles – déformés par le travail du rêve, dont les mécanismes, notamment le déplacement et la condensation, sont proches des modalités littéraires. Le rêve peut se transformer en source d’inspiration privilégiée de l’écrivain, tant par la liberté de création qu’il lui procure que par la recherche de sens qu’il suppose.

Comme les trois précédents, ce quatrième Colloque se propose de promouvoir – dans la logique des objectifs du GRELPP – une lecture des œuvres de langue espagnole suivant une grille principalement psychanalytique et/ou philosophique.

Il s’agira d’explorer la façon dont les auteurs hispaniques et hispano-américains représentent le rêve et le mettent en scène, par diverses stratégies d’écriture, pour questionner le rapport à la réalité et traduire les déguisements du désir. On s’interrogera sur la façon dont le rêve met en jeu la condition humaine dans sa relation au monde et sur la nature signifiante de l’activité onirique, en tentant de démonter les mécanismes qui lui sont propres dans les récits élaborés par les auteurs étudiés.

Université Paris Ouest Nanterre - La Défense
200, Avenue de la République – 92001 Nanterre Cedex
R.E.R : ligne A, direction Saint Germain-en-Laye
SNCF : Ligne Gare Saint Lazare – Nanterre-Université
Station Nanterre-Université

CRIIA - Centre de Recherches Ibériques et Ibéro-américaines

GRELPP (Groupe de Recherches en Littérature, Philosophie et Psychanalyse)
4e COLLOQUE INTERNATIONAL

Les révélations du rêve dans la littérature de langue espagnole

Jeudi 25, vendredi 26 et samedi 27 mars 2010
Salle des Conférences, Bât. B Salle Paul Ricœur, Bât. B (B016)

Comité d’organisation :

Françoise Aubès, Lina Iglesias, Amadeo López, Béatrice Ménard, María Angélica Semilla Durán, Emmanuelle Sinardet, Sylvie Turc-Zinopoulos,

Le GRELPP tient à remercier, pour leur précieux soutien, l’Université Paris Ouest Nanterre - La Défense, tout particulièrement l´ED 138 « Lettres, Langues, Spectacles », l´EA 369 et l’UFR LCE, ainsi que le CRIAL/CRICCAL de l’Université de Paris III.

Jeudi 25 mars 2010

Salle des Conférences, bât. B

8h45 Accueil

9h Ouverture du Colloque et présentation

Rêve, psychanalyse et fiction

  • 9h30 Sylvie SESÉ-LÉGER, psychanalyste « Rêve d’analyse, rêve de fiction »
  • 9h50 Enrique PÉREZ-CRISTÓBAL, Université d’Évry - Val d’Essonne « Éros et Hypnos. Psychologie et physiologie du rêve chez Thérèse d’Avila »
  • 10h10 Clément TOURNIER, Université de Cergy-Pontoise « Rêve et travail du rêve dans Terra nostra de Carlos Fuentes »

10h30 Débat 11h00 Pause

La voie des songes

  • 11h20 María Angélica SEMILLA DURÁN, Université Lumière - Lyon II « Révélations du rêve et altérité dans l’œuvre de Leopoldo Brizuela »
  • 11h40 Paciencia ONTAÑÓN SÁNCHEZ, Universidad Nacional Autónoma de México « Los sueños de la Regenta »
  • 12h00 Claire VIALET MARTÍNEZ, Université de Provence - Aix-Marseille I « Rêves et révélations dans Rabos de lagartija (2000) de Juan Marsé »

12h20 Débat

12h50 Déjeuner

Fonction narrative du rêve

  • 14h30 Françoise PÉRUS, Universidad Nacional Autónoma de México  « Pedro Páramo, o la puesta en escena de la ensoñación del narrador anónimo »
  • 14h50 Françoise AUBÈS, Université Paris Ouest Nanterre - La Défense « Fonction du rêve dans Pantaleón y las visitadoras de Mario Vargas Llosa (1973) »
  • 15h10 Annick LE SCOËZEC MASSON, Lycée Fénelon - Paris « “La poussière d’or d’une aile entre les doigts...”, images, formes et fonctions du rêve dans les Leyendas et autres récits en prose de Gustavo Adolfo Bécquer »

15h30 Débat 16h00 Pause

Rêve et énigme

  • 16h20 Bernard SESÉ, Université Paris Ouest Nanterre - La Défense « Un rêve dans La tregua de Mario Benedetti »
  • 16h40 Pablo M. RUIZ, Tufts University « Los sueños como pistas : género policial y psicoanálisis en La Pesquisa de Juan José Saer »
  • 17h00 Thierry NOUAILLE, Université de la Polynésie Française « Hypnose, rêve et réalité comme accomplissement du désir de renaissance dans Tres golpes de Timbal de Daniel Moyano »
  • 17h20 Raúl Oscar SCARPETTA LARENTI, Universidad Autónoma de Barcelona  « La lógica de los sueños en la obra de Adolfo Bioy Casares »

17h40 Débat

18h20 Cocktail

Vendredi 26 mars

Salle des Conférences, Bât. B

Rêve et fantastique

  • 9h30 Marie-José HANAÏ, Université de Rouen  « La realidad es sueño… o el sueño es realidad : la confusión entre realidad y sueño en algunas obras hispanoamericanas de la literatura fantástica »
  • 9h50 Mariano FERNÁNDEZ SÁENZ, Universidad de Costa Rica « De la escritura de los sueños al sueño de la escritura : los múltiples registros de la experiencia onírica en Julio Cortázar »
  • 10h10 Ioana GRUIA, Universidad de Granada / Université Paris 8  « Le rêve d’Oliveira : analyse du chapitre 123 de Rayuela de Julio Cortázar »

10h30 Débat 11h Pause

Le rêve chez María Luisa Bombal

  • 11h20 Christina KOMI, Université de Bourgogne « Sueño de deseo, deseo de sueño. La última niebla de María Luisa Bombal »
  • 11h40 René PRIETO, Vanderbilt University  « El papel de la condensación en los ensueños de la protagonista de El árbol de María Luisa Bombal »

12h Débat

12h30 Déjeuner

Atelier 1 - Salle des Conférences, bât. B.

Rêve et découverte de soi

  • 14h10 Catherine BEYRIE VERDUGO, Collège La Citadelle - St Jean Pied de Port « Le rêve, élément déclencheur de la découverte de soi dans Octubre, octubre de José Luis Sampedro ? »
  • 14h30 Sadi LAKHDARI, Université Paris IV - Sorbonne  « Les rêves dans El amigo Manso de Benito Pérez Galdós »
  • 14h50 Sylvie TURC-ZINOPOULOS, Université Paris Ouest Nanterre - La Défense « Le rêve dans Una Bargossi por celos (relación de un sueño), 1884, de Julia Codorniz »
  • 15h10 Agnès DELAGE, Université Paris Ouest Nanterre - La Défense « La muerte es sueño : poética novelesca de la revelación onírica en La Cuarentena de Juan Goytisolo (1991) »

15h30 Débat 16h00 Pause

Atelier 2 - Salle Paul Ricœur, bât. B (B016)

Rêve, désir et séduction

  • 14h10 Francisco José VILLANUEVA MACÍAS, Université Jean Moulin - Lyon 3 « Mutilación de lo real e ilegible deseo. Una poética del sueño en la Obra literaria de Luis Buñuel »
  • 14h30 Caroline BERGE, Université Paris Ouest Nanterre - La Défense « Entre rêve et réalité, à la recherche de l’objet du désir dans Maladrón de Miguel Ángel Asturias »
  • 14h50 Martine VANDOORNE, Collège Honoré de Balzac - Paris « Le rêve et la destruction de l’archétype du séducteur dans Boquitas pintadas de Manuel Puig » 
  • 15h10 Milagros PALMA, Université de Caen « La revelación del deseo de Arcadia, en los cuentos de la serie de sueños de la colección El desencanto de la escritora salvadoreña Jacinta Escudos (1961) »

15h30 Débat 16h00 Pause

Atelier 1 - Salle des Conférences, bât. B

Une écriture féminine du rêve ?

  • 16h20 María Rosario QUINTANA VILLAMANDOS, Marshall University « Fuentes y elaboración oníricas en el contar breve de Ana María Matute »
  • 16h40 Mercedes ROWINSKY-GEURTS, Wilfrid Laurier University « Sueños como puentes de la memoria en la poesía de Cristina Peri Rossi »
  • 17h00 Sophie LARGE, Université de Bourgogne « Rêves d’Adam et rêves d’Ève dans El infinito en la palma de la mano de Gioconda Belli : de la connaissance aux origines »
  • 17h20 Marie-Caroline LEROUX, Université de Limoges « Capitulations du réel, impostures du rêve. Une étude de La milagrosa, de Carmen Boullosa »

17h40 Débat

Atelier 2 - Salle Paul Ricœur, bât. B (B016)

Rêve et théâtre

  • 16h20 Lise JANKOVIC, Université de Cergy-Pontoise  « Onirisme et fantasmes dans la comédie de magie espagnole »
  • 16h40 Samantha FAUBERT, Université du Havre « Le rêve de Doña María dans Águila de Blasón (Comedias bárbaras) de Ramón del Valle-Inclán (scène 3, 4e journée) : lecture herméneutique et fonction dramatique »
  • 17h00 Gersende CAMENEN, Paris XII - Val de Marne « La scène onirique du théâtre arltien. Le rêve dans 300 Millones de Roberto Arlt »
  • 17h20 Cécile CHANTRAINE BRAILLON, Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis « Le rêve dans le théâtre de Carlos Denis Molina : expressions, mises en scène et dimension cathartique »

17h40 Débat

Samedi 27 mars

Salle des Conférences, bât. B

Rêves, cauchemars et inconscient collectif

  • 9h30 Emmanuelle SINARDET SEEWALD, Université Paris Ouest Nanterre - La Défense « Rêves et cauchemars dans Cholos (1937) de Jorge Icaza : la révélation d’une réconciliation possible »
  • 9h50 François DELPRAT, Université de la Sorbonne Nouvelle - Paris III  « Cauchemars, fantômes et phantasmes : l’enfer du rêve chez Rómulo Gallegos »
  • 10h10 Aline JANQUART-THIBAULT, Université de Bourgogne « Guatemala : du cauchemar de Cara de Ángel à ceux du lieutenant García, plus de cinquante ans d’inconscient collectif tourmenté »

10h30 Débat 11h Pause

Le rêve chez José María Merino

  • 11h20 Carole VIÑALS, Université Lille III  « La orilla oscura del sueño y los laberintos del deseo en La orilla oscura de José María Merino »
  • 11h40 Natalie NOYARET, Université de Caen « L’univers onirique de Lucrecia de León recréé par José María Merino (Las visiones de Lucrecia, 1996) »

12h00 Débat

12h30 Déjeuner

Poétique du rêve

  • 14h00 Amadeo LÓPEZ, Université Paris Ouest Nanterre - La Défense « Sueño de escritura y escritura del sueño en Elsinore. Un cuaderno, de Salvador Elizondo »
  • 14h20 Fatiha IDHMAND, Université du Littoral « L'écriture “onirique” de Mario Levrero ou comment écrire en rêves ? Fonction et rôles du rêve dans El discurso vacío (1996) et La novela luminosa (2008) »
  • 14h40 Lina IGLESIAS, Université Paris Ouest Nanterre - La Défense « L’impossible récit du rêve dans l’œuvre poétique de Concha Méndez »

15h00 Débat 15h30 Pause

Mondes oniriques et poésie

  • 15h50 Alejandro ROOP MARTÍN, Wheaton College « La existencia como ensoñación en El hombre perdido de Ramón Gómez de la Serna »
  • 16h10 Irène GAYRAUD, Université Paris IV - Sorbonne  « Métaphores oniriques et révélations dans Soledades. Galerías. Otros poemas d’Antonio Machado »
  • 16h30 Juan Carlos BAEZA SOTO, Université des Lettres Reims - Champagne-Ardenne « Emilio Prados et Circuncisión del sueño (1957) ou le rêve comme gravure eidétique du monde »

16h40 Débat

17h10 Bilan et clôture du Colloque

20h30 Banquet

Contact Béatrice MÉNARD beatrice.menard@u-paris10.fr

Lieux

  • Université Paris Ouest, 200, Avenue de la République
    Nanterre, France

Dates

  • jeudi 25 mars 2010
  • vendredi 26 mars 2010
  • samedi 27 mars 2010

Mots-clés

  • littérature, psychanalyse, philosophie, rêve, Freud, Jung, Espagne, Amérique latine

Contacts

  • Emmanuelle Sinardet
    courriel : emmanuellesinardet [at] yahoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Emmanuelle Rebecca Sinardet Seewald
    courriel : emmanuellesinardet [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les révélations du rêve dans la littérature de langue espagnole », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 05 mars 2010, http://calenda.org/200497