AccueilLes grands invités de la recherche

Les grands invités de la recherche

A series of lectures from high profile guest speakers in the political sciences

*  *  *

Publié le jeudi 18 mars 2010 par Karim Hammou

Résumé

Cycle de conférences organisé à Sciences Po.

Annonce

05 FEV : TIMOTHY MITCHELL  

MESURER L'AVENIR: FINS ECONOMIQUES ET LA FIN DU PETROLE 

FUTURE MEASURES: THE END OF OIL AND THE ENDS OF ECONOMICS 

Professeur à Columbia University, Timothy Mitchell a profondément renouvelé l'étude des relations internationales et, particulièrement, du colonialisme, en incluant dans son analyse les mille manières dont l'économie comme discipline parvient à étendre ses réseaux de formatage et d'évaluation. Spécialiste du Moyen Orient, il est l'un des auteurs les plus importants des nouvelles études sur la pratique de l'économie.   

Professor at Columbia University, he is a political theorist who writes about modern regimes of power and knowledge through studies of colonialism, the political economy of development, agrarian politics, the politics of oil and the expertise of twentieth-century economics. 

25 MARS à 17h : DIPESH CHAKRABARTY    

LE CHANGEMENT CLIMATIQUE ET SES HISTOIRES MULTIPLES 

CLIMATE CHANGE AND ITS COMPETING HISTORIES 

Membre-fondateur, puis critique raisonné du groupe des Subaltern Studies, Professeur d'histoire, de langues et de civilisations sud-asiatiques à l'Université de Chicago.

Dans le sillage du projet visant à accéder au monde en nom propre des "sans-voix de l'Histoire", ses premiers travaux ont porté sur les classes laborieuses dans l'Inde coloniale ("Rethinking Working-Class History. Bengal, 1890-1940", Princeton University Press, 1989).
Il a publié en 2000 "Provincializing Europe" (Princeton University Press), un ouvrage tout entier consacré à la question de l'écriture "postcoloniale" de l'histoire.
Récipiendaire de nombreuses distinctions académiques, membre des comités de rédaction des revues "Public Culture", "Critical Inquiry" et "Postcolonial Studies", Dipesh Chakrabarty poursuit sa réflexion critique sur les difficultés à faire sens des trajectoires extra-européennes vers la "modernité" au moyen des outils de l'histoire et de la philosophie classiques.
Dans la conférence qu'il donnera à Sciences Po, il s'interrogera sur la manière dont coexistent, au sein des discours sur le "réchauffement climatique", des récits aux échelles et aux enjeux distincts, sinon contradictoires, et ce afin de montrer que le "climat" transforme non seulement l'Histoire, mais aussi la façon de l'écrire.

La discussion sera introduite par Romain Bertrand, spécialiste de l'Asie coloniale et Directeur de recherche au Centre d'études et de recherches internationales (CERI)

Amphithéâtre Jacques Chapsal au 27 rue Saint-Guillaume 75007 Paris 

15 AVRIL à 17h : SIR CHRISTOPHER BAYLY  

SUCCÈS ET ÉCHECS DU LIBÉRALISME INDIEN EN CONTEXTE GLOBALISÉ 

THE RISE AND FALL OF INDIAN LIBERALISM IN WORLD CONTEXT 

Historien britannique de tout premier plan, spécialiste d’histoire coloniale de l’Inde, il occupe la prestigieuse chaire Vere Harmworth de l’Université de Cambridge en qualité de professeur d’histoire impériale et navale. Auteur d’ouvrages sur les origines de la colonisation britannique  en Asie au tournant des 18e et 19e siècles, Christopher Bayly s’est signalé comme un défenseur d’une histoire non-occidentale du monde, et comme un commentateur critique de l’histoire globale. On lui doit notamment des travaux sur les relations entre la société indienne et l’installation progressive britannique qui précède le British Raj entre 1780 et 1870. Ces livres ont souligné la dynamique des échanges économiques, intellectuels et politiques dans la fabrique de l’empire. Plus récemment, il a proposé une introduction à l’histoire globale The Birth of the Modern World (2004) et, en collaboration avec Tim Harper, une relecture de la décolonisation en Asie entre 1945 et 1955 à travers deux ouvrages Forgotten Armies et Forgotten wars publiés en 2004 et 2007.

Il a reçu le Wolfson History Prize et dirige le Center for South Asia Studies de Cambridge.

Vere Harmsworth Professor of Imperial and Naval History at the University of Cambridge, Director of Cambridge's Center of South Asian Studies and President of St Catharine's College, Cambridge. 

Amphithéâtre Jacques Chapsal, 27 rue Saint-Guillaume 75007 Paris

20 MAI à 17h : RICHARD SENNETT 

DIDEROT'S GHOSTS: ON TECHNOLOGY AND CRAFTSMANSHIP

17h-19h - Amphithéâtre Albert Caquot  au 28 rue des Saints-Pères 75007 Paris 

Centennial Professor of Sociology, LSE London, Bemis Adjunct Professor of sociology at MIT and Professor of Humanities at New York University 

Sociologue, professeur à la London School of Economics et à la New York University , historien, critique littéraire, romancier, architecte et musicien, auteur de nombreux essais, traduits dans diverses langues, Richard Sennett s'est fait connaître dans le monde entier pour ses travaux sur le «nouveau capitalisme ».

Face à la dégradation actuelle des formes de travail, et tandis que l’histoire a dressé à tort des frontières entre la tête et la main, la pratique et la théorie, l’artisan et l’artiste, Richard Sennett, dans son dernier livre « Ce que sait  la main" (Albin Michel, 2010) prouve que « Faire, c’est penser ».

Entrée libre, sous réserve des places disponibles

Avec le soutien de Microsoft, partenaire de la Chaire Humanités Scientifiques

Lieux

  • sciences po 27 rue saint-guillaume
    Paris, France

Dates

  • jeudi 20 mai 2010
  • jeudi 25 mars 2010
  • vendredi 05 février 2010
  • jeudi 15 avril 2010

Source de l'information

  • Marina Abelskaïa-Graziani
    courriel : marina [dot] abelskaiagraziani [at] sciences-po [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les grands invités de la recherche », Cycle de conférences, Calenda, Publié le jeudi 18 mars 2010, http://calenda.org/200565