AccueilAutonomie de l'enseignant et de l'apprenant dans les pratiques éducatives : regards sur l'enseignement-apprentissage des langues

Autonomie de l'enseignant et de l'apprenant dans les pratiques éducatives : regards sur l'enseignement-apprentissage des langues

Fostering Learner and Teacher Autonomy in Educational Practices: Languages and Beyond

*  *  *

Publié le mercredi 24 mars 2010 par Marie Pellen

Résumé

Si le colloque privilégie la notion d’autonomie dans l’apprentissage et l’enseignement des langues, il accorde également un intérêt particulier aux apports que constitue le développement de l’autonomie dans les autres disciplines et dans d’autres secteurs (éducation professionnelle, éducation spécialisée, formations techniques, apprentissage tout au long de la vie, éducation non formelle et informelle...). Un dialogue est attendu entre les différentes disciplines: philosophie et éthique, psychologie, sociologie, communication, linguistique, didactique, sciences de l’éducation et technologie. Nous invitons les auteurs à soumettre une proposition de communication en rapport avec l’une des thématiques suivantes en français ou en anglais cf. http://sites.google.com/site/mumbaiconference2011/en-francais/appel-a-communications

Annonce

Publics visés

Chercheurs, universitaires, décideurs, enseignants de langues, formateurs de formateurs, étudiants - entre autres - en langues, linguistique appliquée, sciences de l'éducation, philosophie, sociologie, anthropologie, technologie.

Argumentaire

Les bouleversements socio-économiques et culturels, la mobilité académique, et les défis lancés par une utilisation raisonnée des technologies conduisent à des changements majeurs en éducation: de simple élève, l'apprenant devient apprenant-usager-acteur ; de l'instruction on s'oriente vers la participation et passe de l'enseignement centré sur l'enseignant à l'apprentissage centré sur l'apprenant. En ce sens, les finalités de l'éducation peuvent être redéfinies en termes d'autonomisation de l'apprenant, d'apprendre à apprendre, d'apprentissage tout au long de la vie et d'un accès différencié aux savoirs. En d'autres termes, l'autonomie est devenue une problématique clé en éducation.

Dans l'enseignement-apprentissage des langues, l'autonomie constitue particulièrement une référence clé. Il suffit de constater l'importance qu'elle prend dans les curricula de langues à tous les niveaux du système scolaire, dans le monde entier. C'est ainsi que le Cadre Commun de Références pour les Langues du Conseil de l'Europe met l'accent sur l'autonomisation des apprenants en introduisant notamment la co-évaluation et l'auto-évaluation et en recommandant aux apprenants de fixer eux-mêmes leurs objectifs d'apprentissage. De même, l'arrivée des technologies numériques, du Web 2.0 et de l’e-learning, réorientent l'apprentissage des langues dans ce sens (ou du moins elles en offrent le potentiel!).

Dans ce paysage mouvant, les modalités et les techniques d'enseignement classique connaissent une véritable déconstruction si bien que les nouveaux environnements d'apprentissage constituent un véritable défi non seulement pour l'apprenant, mais également pour l'enseignant. Celui-ci n'est-il pas conduit à revoir son positionnement, sa méthodologie, ses gestes professionnels s’il veut faciliter la responsabilisation des apprenants, leur autoformation et leur réussite. Les pratiques et les perceptions enseignantes doivent ainsi être en cohérence avec le nouveau paradigme. Les initiatives de formation d’enseignants doivent aussi prendre en compte l’autonomie d’autant plus que l'autonomie de l'apprenant ne peut être dissociée de celle de l'enseignant et vice versa. En fait, alors que de nombreuses recherches ont été effectuées sur l'autonomie des apprenants, celle des enseignants a rarement retenu l'attention des chercheurs. Il serait donc intéressant que ce colloque contribue à faire avancer la recherche dans cette direction.

Pour préciser le contexte de ce colloque, il est important de souligner que l'autonomie n'est pas un concept étranger à l’éducation en Inde. Actuellement il est utilisé essentiellement dans des documents officiels pour faire référence à l'autonomie institutionnelle. Néanmoins, c’est oublier que les processus psycho-cognitifs font partie intégrante de l'autonomisation et de la responsabilisation des apprenants. Aussi pour retrouver ces dimensions, il convient de se tourner vers l'héritage philosophique indien sur l'apprentissage et sur l'éducation en général. Il suffit pour cela de mentionner Mahatma Gandhi, Aurobindo, Tagore et J. Krishnamurthy, qui se sont penchés, ne serait-ce qu'indirectement, sur le thème de l'autonomie. Dans cette perspective, on peut poser les questions suivantes: peut-on établir des parallèles (ou des convergences) entre penseurs indiens et "occidentaux" quant à l’autonomie? Quels principes orientent la réflexion contemporaine et les politiques éducatives vers l'autonomie? En Inde? Et dans les autres pays?

Si le colloque privilégie la notion d’autonomie dans l’apprentissage et l’enseignement des langues, il accorde également un intérêt particulier aux apports que constitue le développement de l’autonomie dans les autres disciplines et dans d’autres secteurs (éducation professionnelle, éducation spécialisée, formations techniques, apprentissage tout au long de la vie, éducation non formelle et informelle...).

Un dialogue est attendu entre les différentes disciplines: philosophie et éthique, psychologie, sociologie, communication, linguistique, didactique, sciences de l’éducation et technologie.

Nous invitons les auteurs à soumettre une proposition de communication en rapport avec l’une des thématiques suivantes:

1. Vers une pédagogie de l'autonomie

Quelle est la nature de l'autonomie? Quelles pédagogies adopter pour atteindre le double objectif d'apprendre une langue et/ou une discipline et d’apprendre à apprendre? Quels instruments utiliser? Quelles stratégies et techniques apportent les pédagogies pour favoriser les processus d'autonomisation? Cette section invite les intervenants qui le souhaitent, à réfléchir aux types de pédagogie en usage, à celles qui promeuvent l'autonomie et à celles qui la restreignent, en rapport avec des contextes spécifiques et par exemple les pédagogies alternatives. Les propositions de communication pourront également porter des regards critiques sur l'insertion "sauvage" de l'autonomie dans les apprentissages.
  • Représentations des acteurs, apprenants et enseignants, sur l'apprentissage en autonomie
Les représentations des apprenants et des enseignants affectent les processus d'enseignement-apprentissage. Les choix concernant l’accompagnement, l’accessibilité aux savoirs, les types de savoirs, les modalités pédagogiques mises en place, l'importance accordée à la responsabilité et à l’initiative de l'enseignant/apprenant, sont liés en quelque sorte à des représentations à expliciter.
  • Contraintes dans les contextes institutionnels
Certains contextes d'enseignement-apprentissage sont plus favorables à une pédagogie de l'autonomie que d'autres. A quelles contraintes se heurte l'autonomisation? Quels facteurs la développent? L’enseignant-formateur peut-il passer outre les limites de l’institution pour promouvoir des situations propices à l'autonomisation? Quel est le rôle des décideurs et des politiques? Dans les communications, des documents officiels tels que les curricula, les politiques linguistiques, les manuels d'enseignement et par exemple le Cadre Commun de Référence européen (et comment il est interprété localement) pourront être examinés du point de vue de différentes interprétations et constructions du concept d'autonomie. On pourra aussi proposer des études comparatives au sein d'un même pays ou entre pays.

2. Relations entre les acteurs

Passer d'un enseignement centré sur l'enseignant à un apprentissage centré sur l'apprenant implique une relation éducative renouvelée (Bruner, Rogers) qui rejette la directivité et s’établit à partir d'interactions signifiantes (Vigotsky, Lewin). Quels types pertinents de relation enseignant-apprenant mettre en place? La fonction de l'enseignant se déplace-t-elle vers des fonctions de conseiller, d’animateur, de guide, de mentor et/ou de technicien? Le regard porté sur différents modes de guidage et de médiations, le degré d’intervention de l’enseignant, une perspective historique, la faisabilité du recours à une approche dynamique et socio-constructiviste constituent quelques sous-thèmes de cette section. Une place importante sera donnée aux recherches sur la formation des enseignants-formateurs visant à développer des pratiques de médiations autonomisantes.

3. Technologies numériques et e-learning autonome

A l'ère du web 2.0, des médias numériques de masse et de l'e-learning, mais également de l'importance croissante de systèmes alternatifs de connaissance, où est la place de l'autonomie? Dans certains contextes, la technologie est souvent considérée comme un substitut à l’approche traditionnelle d’accès aux savoirs, plus que comme un outil nouveau offrant des opportunités spécifiques. L'autonomie est-elle un pré-requis dans l'utilisation des technologies? Celles-ci mènent-elles vers un apprentissage autonome? Comment et à quelles conditions? Les technologies permettent-elles aux enseignants de développer leurs propres compétences d’autonomie (par exemple en apprenant à se distancier des manuels, à amener les apprenants à interagir avec l'extérieur, à rendre l'enseignement-apprentissage plus "authentique")? Les propositions pourront donc poser ici des regards critiques sur les outils technologiques en relation à l'autonomie.

4. Interculturalité, multilinguisme et autonomie

Tout apprentissage mène à une rencontre avec l’Autre, surtout, l'apprentissage d'une langue étrangère ou de plusieurs langues. La rencontre de l'altérité peut contribuer à apprendre à prendre conscience de sa propre diversité et ainsi à développer son autonomie. Toutefois cela n’a rien d’automatique. Comment alors créer des dispositifs qui visent à développer des compétences interculturelles et multilingues? Comment aller au-delà des "grammaires de cultures" qui hypersimplifient (et caricaturent?) l’Autre? Comment développer des démarches qui conduisent à la réflexivité, au respect des identités multiples, et à l'ouverture (Cf. Abdallah-Pretceille, Amartya Sen)? Comment co-construire des relations avec un "étranger" dans une ou plusieurs langues? Quelles stratégies d’adaptation, de remise en question liées à la capacité d’autonomie peuvent aider à y arriver? Les auteurs pourront s’intéresser ici notamment aux contextes de mobilités académiques et de l’apprentissage des langues et de compétences interculturelles (stages, mobilités estudiantines, compagnonnage…).

SOUMETTRE UNE PROPOSITION DE COMMUNICATION (Date limite: 15.5.2010)

Pour soumettre une proposition, rendez-vous sur le site:
http://linguistlist.org/confcustom/mumbai2011

NB: nous acceptons aussi les propositions de table-rondes ou ateliers.

Les propositions de communication se font en anglais ou en français et comportent 250-300 mots. Indiquez clairement le sous-thème dans le cadre duquel votre proposition entre (cf. ci-dessus). Les communications devront être fondées sur des résultats établis, des réflexions théoriques ou des recherches en cours. Les résumés comporteront:
  • nom, institution, numéro de téléphone, et e-mail de chaque auteur;
  • le titre de la communication;
  • les objectifs de la recherche ou de la réflexion théorique;
  • une indication des perspectives théoriques;
  • la méthodologie de recherche;
  • la description du corpus;
  • (les résultats et/ou la discussion)
Pour les tables rondes ou ateliers, merci de suivre les instructions ci-dessous et d'ajouter un résumé de 200 mots environ qui présente l'activité.

Les résumés seront évalués par le comité scientifique selon les critères suivants: originalité et importance de la thématique proposée, clarté, rigueur académique. Des liens clairs entre le cadre théorique et l'analyse doivent être explicites. Les auteurs soumettront leurs articles avant la conférence (date limite: 15.11.2010). Merci de respecter les instructions de mise en page suivantes (système APA): http://owl.english.purdue.edu/owl/resource/560/01/

Les articles ne devront pas dépasser 6000 mots (bibliographie incluse) et être envoyés à mumbai2011@hotmail.com. Une publication des actes du colloque sera assurée par une maison d'éditions internationale. Les articles seront évalués selon le principe du "blind referee". NB: seuls les articles écrits par les communicants seront considérés.

DATES IMPORTANTES

Conférence: 6 & 7 jan 2011

Réception des résumés: 1er juin 2010

Décisions du comité: 20 juin 2010

Réception des articles: 15 novembre 2010

Comité scientifique

  • Dr. Martine Abdallah-Pretceille, Professeur, Sciences de l'éducation, Université Paris 8, France
  • Dr. K.C. Baral, Professor of English & Director, The English and Foreign Languages University (EFL), Shillong, Inde
  • Dr. Anjali Bhelande, Reader, Department of English, Ramnarain Ruia College, Mumbai, Inde
  • Dr. Françoise Blin, Senior Lecturer, School of Applied Language and Intercultural Studies (SALIS), Dublin City University, Irlande
  • Dr. Lucile Cadet, Maître de conférences, IUFM Nord Pas de Calais-université d'Artois, Arras, France, détaché au CIEP (Centre International d'Etudes Pédagogiques), - Théodile - Sèvres, France
  • Dr. Kushal Deb, Associate Professor, Department of Humanities and Social Studies, Indian Institute of Technology (IIT Bombay), Inde
  • Dr. Christine Develotte, Professeur, INRP, Lyon, France
  • Dr. Cédric Fluckiger, Maitre de Conférences en Sciences de l'Education, - Théodile - Université de Lille 3, France
  • Dr. Jala Garibova, Vice Rector, Azerbaijan University of Languages, Azerbaijan
  • Dr. Marie-José Gremmo, Professeur, Université de Nancy, France
  • Dr. Rouba Hassan, Maître de Conférences en sciences de l'éducation, Université de Lille 3, Théodile, France
  • Dr B. Kumaravadivelu, Professor, San Jose State University, Etats-Unis
  • Dr. Shirley Lawes, Lecturer, Department of Learning, Curriculum and Communication, Institute of Education, London, Royaume-Uni
  • Dr. André Moisan, Maître de conférences, Chaire d'analyse sociologique, Conservatoire National des Arts et Métiers, Paris, France
  • Dr Jean-Paul Narcy-Combes, Professeur, Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris, France
  • Dr. Maria Pagoni, Maître de Conférences, Université de Lille 3, Théodile, Lille France
  • Dr. David Palfreyman, Assistant Professor, Department of languages, Zayed University, Dubai, Emirats Arabes Unis
  • Dr. Suhas Pednekar, Principal, Ramnarain Ruia College, Mumbai, Inde
  • Dr. P.R. Ramanujam, Director, Staff Training and Research Institute of Distance Education (STRIDE), Indira Gandhi National Open University (IGNOU), New Delhi, Inde
  • Dr. Srinivasan Ramani, Professor, Indian Institute of Information Technology (IIIT), Bangalore, Inde
  • Dr. Shailesh Shirali, Director, Community Math Centre, Rishi Valley School, Andhra Pradesh, India & Trustee, Krishnamurti Foundation India (KFI), Inde

Lieux

  • Mumbai (Inde)

Dates

  • samedi 15 mai 2010

Mots-clés

  • Autonomie, éducation, Inde, enseignement-apprentissage des langues

Contacts

  • Fred Dervin
    courriel : fred [dot] dervin [at] helsinki [dot] fi

URLS de référence

Source de l'information

  • Fred Dervin
    courriel : fred [dot] dervin [at] helsinki [dot] fi

Pour citer cette annonce

« Autonomie de l'enseignant et de l'apprenant dans les pratiques éducatives : regards sur l'enseignement-apprentissage des langues », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 24 mars 2010, http://calenda.org/200649