AccueilTémoignage et survivance

Témoignage et survivance

Testimony and survival

*  *  *

Publié le mercredi 24 mars 2010 par Marie Pellen

Résumé

Comme nul autre, le XXe siècle aura été marqué par l’expérience génocidaire. Or l'extermination de masse n'est pas qu'un enjeu d'écriture officielle de l'histoire, elle soulève la question de l'expérience et de la portée de ce mot. Le colloque international, qui réunira des spécialistes de la Shoah, des génocides arméniens, cambodgiens et rwandais, vise à interroger la violence extrême depuis la perspective résolument singulière du témoin. Dans le recroisement des approches historiques, psychanalytiques, philosophiques et littéraires, il s'agira il s’agira de cerner cette figure à la fois aporétique et incontournable qu’est le témoin à l’époque de la survivance.

Annonce

Mercredi 28 avril 2010

18h_ Bienvenue

Bienvenue par M. Roger Mayou, Directeur du Musée International de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge Introduction par Emmanuel Alloa et Stefan Kristensen, organisateurs

18h30-20h_ Conférence inaugurale

Geoffrey Hartmann (Yale Fortunoff Video Archives)  Holocaust Testimony in the Age of Genocides

Jeudi 29 avril 2010

9h30-12h30_ Le témoignage dans l'histoire

L’historiographie subit une épreuve fondamentale face au génocide puisqu’il consiste autant dans le meurtre de masse que dans sa négation.  Le problème de la valeur et de l’usage historiographique du témoignage s’impose dès lors. Le différend est-il surmontable entre la logique du  témoin qui ne peut parler qu’en son nom et l’historien qui doit parler au nom du nombre ?

  • Sigrid Weigel (Berlin) Testis. Between afterlife and survival
  • Catherine Coquio (Paris / Poitiers) Le témoignage comme utopie d’époque
  • Hülya Adak (Istanbul) « Collective Mourning » in Turkish Sources : The « Archive » of Testimonies and Fiction

Discutant_ David Collin

14h30-17h30_ La condition du survivant

On sait que la succession des générations recommence à zéro après un génocide. Le survivant est d’une certaine façon le premier humain ; il doit réinventer la struc­ture de sa vie, sa culture et son langage. Le rôle du témoignage est crucial dans cette entreprise de restauration du sens. De quoi le survivant est-il le témoin ? Qui écoute son témoignage ?

  • Ayse Gül Altinay (Istanbul) Who is a survivor in a genocide ? The Gendered Silencing of Islamized Armenian Survivors in Turkey
  • Janine Altounian (Paris) Exhumer une trace, faire entendre une voix requiert plusieurs générations
  • Alexandre Dauge-Roth (Bates College, USA) La rencontre testimoniale ou le devoir d’hospitalité et d’interruption face à l’ob-scène

Discutant_ Philippe Macasdar

18h15_ Conférence  _ Marc Nichanian (New York / Istanbul) La mort du témoin

Vendredi 30 avril 2010

14h30-17h30_ Images malgré tout. L’art au regard de la disparition

La logique totalitaire du génocide se mesure non seulement à l’extermination elle­même, mais en dernière instance à l’extermination des traces de l’extermination. Exhumer une trace, faire entendre une voix, montrer une image consiste donc déjà à s’opposer à la logique du « tout ». D’autre part, la singularité de l’image survi­vante expose inévitablement au soupçon de partialité qui conduit à une morale de l’« irreprésentable ». Entre irreprésentable et nécessité de donner à voir, l’image devient un enjeu brûlant dans le cadre d’une poétique du témoignage.

  • Marie-José Mondzain (Paris) Sur « Un vivant qui passe » de Claude Lanzmann
  • Soko Phay-Vakalis (Paris) Vann Nath et les fantômes de S21. Le Cambodge face à l’absence d’images
  • Marie-Aude Baronian (Amsterdam) Image et immémorial

Discutant_ Emmanuel Alloa

18h15_ Conférence  Georges Didi-Huberman (Paris) Quand l’humilié regarde l’humilié

Samedi 1er mai 2010

9h30-12h30_ Ethique du témoignage

Le témoin porte l’exigence d’être écouté ; son autorité est première et absolue, rien ne peut la seconder. Le témoin est précisément appelé là où l’assurance manque et les certitudes font défaut. Qu’en est-il alors de son rapport à la vérité ? A partir de quoi parle-t-il et pour qui ? Sur quoi repose la véracité du témoignage ? En quoi le témoin devient-il témoin par sa prise de parole et que nous enseigne le témoin sur la structure paradoxale de toute prise de parole ?

  • Pascal Delhom (Flensburg) Les exigences du témoignage
  • Régine Waintrater (Paris) La fonction de la créativité dans l’élaboration du traumatisme extrême
  • Jean-Philippe Pierron (Lyon) La dimension figurative du témoignage : de la poétique à l’éthique
  • Robert Harvey (Stony Brook)  Witnessness and Vicariousness : the Ethics of Speaking for Another
Discutant_ Stefan Kristensen

Lieux

  • Musée International de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge
    Genève, Confédération Suisse

Dates

  • mercredi 28 avril 2010
  • jeudi 29 avril 2010
  • vendredi 30 avril 2010
  • samedi 01 mai 2010

Contacts

  • Stefan Kristensen
    courriel : Stefan [dot] Kristensen [at] lettres [dot] unige [dot] ch

URLS de référence

Source de l'information

  • Emmanuel Alloa
    courriel : emmanuel [dot] alloa [at] unibas [dot] ch

Pour citer cette annonce

« Témoignage et survivance », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 24 mars 2010, http://calenda.org/200673