AccueilLes années 1610-1615 et l'après-assassinat de Henri IV

Les années 1610-1615 et l'après-assassinat de Henri IV

1610-1615 and after the assassination of Henri IV

Europa Moderna, revue d'histoire moderne et d'iconologie

Europa Moderna, Journal of Modern History and Iconology

*  *  *

Publié le jeudi 01 avril 2010 par Karim Hammou

Résumé

La nouvelle revue électronique Europa Moderna, revue d'histoire moderne et d'iconologie prépare son prochain numéro avec un appel à contributions consacré aux années 1610-1615 et à l'après-assassinat de Henri IV.

Annonce

Europa moderna souhaite s’associer aux manifestations scientifiques qui, en 2010, vont commémorer le quatrième centenaire de l’assassinat, le 14 mai 1610, du roi Henri IV. La revue lance un appel à contributions pour l’élaboration d’un numéro spécial consacré aux années 1610-1615, de la mort du Béarnais à la dissolution des États Généraux.

Il est sans doute difficile, voire impossible, d’appréhender dans son vécu le ressentiment panique de l’effroi engendré par l’assassinat du souverain. L’acte régicide accompli par Ravaillac constitue à l’évidence, et de l’aveu unanime des historiens, une rupture fondamentale et une étape capitale dans le chaotique processus aboutissant à « la naissance dramatique de l’absolutisme » — pour reprendre une formule d’Yves-Marie Bercé. Roland Mousnier l’avait déjà souligné en 1964 : en France, la genèse de l’absolutisme royal profite de la commotion inaugurale provoquée en 1610 par un régicide que la mémoire collective n’a cessé de honnir. Le corps glorieux du prince meurtri se transfigure dans la souffrance du royaume. Sacrilège politique et attentat blasphématoire, le geste de Ravaillac entraîne un retrait du charisme royal derrière l’affirmation de ses prérogatives, tandis que le nouveau souverain affirme, dès le lendemain de la mort de son père, la visibilité de sa personne physique en même temps qu’il devient pour son peuple un Rex absconditus.

Europa moderna souhaite recevoir les contributions les plus variées sur des thèmes concernant l’histoire des idées, l’histoire religieuse, l’histoire des représentations, et naturellement l’histoire politique. Alors que la régence de Marie de Médicis a récemment donné lieu, notamment grâce aux travaux de Jean-François Dubost, à une réévaluation, il convient de revenir sur les années 1610-1615 : les ministres henriciens sont restés en place et poursuivent une politique qui a été largement définie par le défunt souverain, tandis que la régente doit composer entre des protestants traumatisés par le récent régicide, des gallicans effrayés par l’abandon du rêve de concorde qui avait animé le projet des Politiques, et des catholiques zélés qui entendent tirer profit de ses origines italiennes pour opérer un rapprochement entre la couronne de France et le Saint-Siège.  

Dans la perspective du prochain numéro, la revue lance un appel à contributions et recevra toutes les propositions

jusqu'au 10 juillet 2010

à l'adresse de son contact: sylvene.edouard@gmail.com

Les propositions - conformes aux consignes données aux auteurs sur le site - seront examinées par le comité de rédaction.

Catégories

Dates

  • samedi 10 juillet 2010

Mots-clés

  • revue électronique, Europa Moderna, régicide, Henri IV, régence, Marie de Médicis

Contacts

  • Sylvène Edouard
    courriel : sylvene [dot] edouard [at] univ-lyon3 [dot] fr

Source de l'information

  • Sylvène Edouard
    courriel : sylvene [dot] edouard [at] univ-lyon3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les années 1610-1615 et l'après-assassinat de Henri IV », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 01 avril 2010, http://calenda.org/200690