Accueil Mutations de l’espace et mobilités en terre d’Islam, XIX-XXIe siècle

Mutations de l’espace et mobilités en terre d’Islam, XIX-XXIe siècle

Changes in space and land mobility in Islam, 19th-21st centuries

*  *  *

Publié le mardi 30 mars 2010 par Karim Hammou

Résumé

Cette nouvelle édition des journées doctorales du Centre d’histoire sociale de l’Islam méditerranéen propose une réflexion sur les mutations de l'espace et les mobilités en terre d'Islam depuis le XIXe siècle. Débuter la chronologie au XIXe siècle correspond au commencement des visées expansionnistes des pays européens vers le sud. Sur le terme d’ « islam », il est d'usage en français de distinguer Islam avec une majuscule, qui renvoie à une culture, une histoire, une civilisation, de l'islam avec une minuscule, qui désigne la religion. Cette terminologie à l'avantage d'englober une aire assez large qui ne limite pas à celle de la langue (arabe) ou de la religion (musulmane). Pour parler des mutations et des mobilités en terre d'Islam, nous nous proposons de considérer à la fois les mondes urbains et ruraux, davantage comme des espaces en interaction que comme des objets distincts, indépendants l’un de l’autre.

Annonce

« Mutations de l’espace et mobilités en terre d’Islam, XIXe – XXIe siècles »

Journées Doctorales des étudiants du Centre d’Histoire Sociale de l’Islam Méditerranéen

10 et 11 juin 2010, EHESS, 96 bd Raspail, 75006 Paris

Appel à communications

Cette nouvelle édition des journées doctorales du Centre d’Histoire Sociale de l’Islam Méditerranéen propose une réflexion sur les mutations de l'espace et les mobilités en terre d'Islam depuis le XIXe siècle. Débuter la chronologie au XIXe siècle correspond au commencement des visées expansionnistes des pays européens vers le sud. Sur le terme d’ « islam », il est d'usage en français de distinguer Islam avec une majuscule, qui renvoie à une culture, une histoire, une civilisation, de l'islam avec une minuscule, qui désigne la religion. Cette terminologie à l'avantage d'englober une aire assez large qui ne limite pas à celle de la langue (arabe) ou de la religion (musulmane). Pour parler des mutations et des mobilités en terre d'Islam, nous nous proposons de considérer à la fois les mondes urbains et ruraux, davantage comme des espaces en interaction que comme des objets distincts, indépendants l’un de l’autre.

1er thème : Usages sociaux de l’espace urbain  

Si la ville est l’espace du vivre ensemble, elle est également un territoire où se répercutent et s’imprègnent les particularités et les différences de ses populations. La ville peut être envisagée comme un objet que l’on s’approprie, qui se fragmente et se recompose au rythme des évolutions socio-économiques et politiques. Créateur de lien social, l’espace urbain est le théâtre des transformations de ces sociabilités. Il s’agira donc d’interroger la façon dont les interactions entre les habitants, leurs sociabilités, leurs conflits et leurs mobilités se traduisent dans la composition et l’utilisation de l’espace urbain.

Axe 1 : Villes anciennes, villes nouvelles

La perspective historique permet d’aborder les pratiques de la ville, hier et aujourd’hui, à travers les politiques urbaines suivies, les choix économiques des Etats et l’évolution des sociétés. Les villes en terre d'Islam font aujourd'hui face à plusieurs défis : besoins économiques, contraintes démographiques, émergence de populations nouvelles de plus en plus nombreuses… Comment répondre à ces défis en allant au-delà du discours qui confronte tradition et modernité ?  

Axe 2 : La ville : recompositions, migrations et clivages

Expression de sédentarisation tout comme d’enjeux migratoires, la ville ne sera pas considérée comme un espace clos, uniforme et intemporel. Il s’agira d’interroger la façon dont les interactions entre les habitants : leurs sociabilités, leurs conflits et leurs mobilités, se traduisent dans la composition et l’utilisation de l’espace urbain. Ainsi, leurs stratégies d'occupation de l'espace et de maîtrise du territoire obéissent à des logiques communautaires.

2e thème : Fabrique de l’espace rural

Densément peuplé ou désertifié, aversif ou exalté, l’espace non-urbain en terre d’Islam connaît des occupations, des représentations et des appropriations différentes selon les contextes historique, géographique, économique et selon les pratiques, qu’elles soient littéraires, artistiques, touristiques ou de l’ordre de la gestion des ressources naturelles. Ainsi, il s’agit de saisir les diverses façons dont les visiteurs occasionnels, les étrangers et les acteurs locaux pensent cet espace rural et comment l’appropriation matérielle et symbolique de cet espace participe à l’invention d’une altérité mythifiée.

Axe 1 : De la ville à la campagne : imaginaires et représentations

Les mondes urbains et ruraux des pays d'Islam ont longtemps fait l'objet d'un regard  empreint d'exotisme. Les projections de l'Autre (voyageurs, aventuriers, colons défricheurs et bâtisseurs) ont participé à la fabrique d'un imaginaire fantasmé : retour à la pureté originelle des grands espaces, authenticité et simplicité des concentrations urbaines.  

Axe 2 : Appropriation des espaces non-urbains : tourisme, exploitation et développement

Au-delà de la ville, les campagnes, les montagnes et les déserts sont souvent l’objet de (ré)appropriations. Ces dernières prétendent à la fois être un atout économique, un moyen de développement et d’ouverture, une opportunité d’exploiter certaines ressources et une manière nouvelle de penser ces espaces non-urbains.

Quels sont les enjeux et les conséquences du tourisme, de la gestion des ressources et du développement dans la fabrique de ces espaces ruraux ? 

Les journées d’études se situent dans une perspective pluri- et transdisciplinaire, les communications peuvent donc utiliser des approches anthropologiques, ethnologiques, historiques, géographiques, socio-économiques et sociologiques.

Les  rencontres se tiendront les 10 et 11 juin 2010 à l’EHESS (96 boulevard Raspail 75006 Paris), sous la forme de tables rondes.  Afin de favoriser les échanges chaque communication - vingt minutes environ - sera suivie et commentée par des discutants, membres du centre ou invités par les organisateurs.

Calendrier :

Les propositions de communications se présenteront sous forme d'un résumé de 500 signes maximum et devront inclure le titre de l’intervention, le thème et l’axe dans lequel elles s’inscriront, ainsi que les coordonnées et l’affiliation institutionnelle du proposant.

Elles devront parvenir avant le 10 mai 2010

par courrier électronique à l’adresse suivante : chsim.jd@gmail.com.

Renseignements :

 chsim.jd@gmail.com ou annabelle.charbonnier@ehess.fr

Lieux

  • 96 bd Raspail
    Paris, France

Dates

  • lundi 10 mai 2010

Contacts

  • Annabelle Charbonnier
    courriel : annabelle [dot] charbonnier [at] ehess [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Olivia Poussot
    courriel : chsim [dot] jd [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Mutations de l’espace et mobilités en terre d’Islam, XIX-XXIe siècle », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 30 mars 2010, http://calenda.org/200696