AccueilMéthodes quantitatives des sciences sociales

Méthodes quantitatives des sciences sociales

Quantitative Methods in Social Sciences

24e école d'été de Lille

24th Lille Summer School

*  *  *

Publié le mercredi 31 mars 2010 par Marie Pellen

Résumé

La 24e école d’été de Lille en méthodes quantitatives des sciences sociales (QUANTILILLE)aura lieu à Sciences Po Lille du jeudi 1er au jeudi 8 juillet 2010. Cette formation, organisée par le Ceraps, et soutenue par le CNRS, l'ECPR, le Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, l’IEP de Lille, l’université de Lille 2 et l'AFSP, est ouverte à toute personne durablement inscrite dans un processus de recherche : chercheurs et ingénieurs de recherche, enseignants-chercheurs, assistants de recherche, post-doctorants, doctorants, français et étrangers… En 2010, elle propose deux modules qui se tiendront en parallèle : 1. L’analyse quantitative des données biographiques (co-organisé en collaboration avec Claire Lemercier) ; 2. Les méthodes d’analyses multiniveaux (co-organisé avec Annie Laurent).

Annonce

Du jeudi 1er au jeudi 8 juillet 2010

Tous les cours sont donnés en français. 

Chaque module ne pouvant accueillir que 20 personnes au plus, vous êtes invité(e)s à candidater le plus tôt possible (et, en tout cas, avant le 15 mai 2010). Les personnes appartenant au CNRS et à une institution membre de l’ECPR étant prioritaires. 

Par ailleurs, l’ECPR offre cette année seize bourses à des étudiants rattachés à des institutions membres (au sens large) de l’ECPR pour participer à cette école d’été. L’attribution des bourses se faisant selon l’ordre d’arrivée des candidatures (sous réserve que ces candidatures soient ensuite validées par les organisateurs de l’école), vous êtes là aussi invité(e)s, si vous êtes intéressé(e)s et concerné(e)s, à vous y prendre au plus vite. 

Vous trouverez l’ensemble des informations nécessaires quant au programme et aux modalités d’inscription, de financement ou d’hébergement, sur le site de l’école : http://quantilille.free.fr (ou, pour résumer, quantilille.free.fr).

Pour plus de précisions, vous pouvez vous adresser :

Programme 2010

MODULE n°1 : LE TRAITEMENT QUANTITATIF DES DONNEES BIOGRAPHIQUES

(co-organisé avec Claire Lemercier)

(proposé pour la 2ème fois, suite au nombre de demandes de la session de l'année dernière)

Présentation : 

Depuis des travaux des années 1970 situés à la jonction de l’histoire contemporaine et de la sociologie, notamment ceux de Christophe Charle sur les intellectuels, se sont multipliées les études qui tentent de collecter et d’analyser un ensemble d’éléments biographiques similaires sur une population définie par une (ou des) caractéristique(s) commune(s), en vue de mettre en évidence les principaux facteurs structurants un espace social et/ou de comprendre son évolution. Ces études, appelées « prosopographiques » en histoire, en référence à des travaux pionniers d’histoire ancienne, se sont par la suite diffusées dans d’autres sciences sociales comme la sociologie, la démographie ou la science politique, avec un souci accru de prendre en compte les trajectoires collectives des individus, les processus d’engagement et de désengagement, l’articulation entre les différents types de trajectoires, ainsi que les problèmes spécifiques liés à la constitution de telles populations, la collecte des données et leur mode d’analyse.

C’est à la présentation des différentes méthodes et des différents logiciels développés pour traiter de telles questions que ce module sera consacré, en croisant les apports de diverses disciplines dont les problématiques sont pour partie communes, mais qui ne se rencontrent pas toujours. À quels types de questions ce mode d’analyse permet-il de répondre ? Comment définir la population étudiée ? Comment collecter les données nécessaires à une telle entreprise ? Que faire des données manquantes ? Quand s’arrêter ? Et, surtout, comment traiter statistiquement ces données biographiques ? Avec quelle fécondité et quels écueils ?

Dans cette optique, on partira d’une présentation générale des vertus heuristiques du traitement quantitatif des données biographiques et des difficultés qu’il peut poser pour, ensuite, aborder les différents types de matériaux utilisables pour constituer des bases de données biographiques (récits de vie, questionnaires, archives, fichiers massifs, enquêtes statistiques), les questions spécifiques que chacun peut susciter (entre autres, le traitement de la mobilité géographique) et les diverses formes de traitement dont ces données peuvent faire l’objet (event history analysis, optimal matching et analyses de séquences, analyses factorielles, analyses de réseaux). Une dernière séance portera enfin sur l’articulation de ces méthodes en revenant autant que possible sur les questionnements spécifiques des divers participants.  

Remarque : la participation à ce module n’exige aucun pré requis statistique.  

Intervenants : 

Claire BIDART (CNRS, LEST),  Philippe BLANCHARD (IEPI, Université de Lausanne), Anne-Sophie BRUNO (CRESC, Université Paris 13), Catherine COMET (CLERSE, Université Lille 1), François DENORD (CNRS-CSE, Paris), Olivier FILLIEULE (IEPI, Université de Lausanne), Sylvain LAURENS (CURAPP, Université de Limoges), Claire LEMERCIER (CNRS, IHMC-ENS, Paris), Nicolas ROBETTE (INED, Paris), Claire ZALC (CNRS-IHMC, ENS Paris).  

Programme provisoire :  

Jeudi 1er juillet

  • Matin : Claire Lemercier, Introduction aux analyses prosopographiques
  • Après-midi : Claire Lemercier, Introduction à la mise en forme des données et à l'utilisation de R

Vendredi 2 juillet, matin

  • Matin : Claire Zalc, Pratique de la saisie et du codage à partir de sources hétérogènes
  • Après-midi : Claire Zalc, Articuler les méthodes d'analyse des données biographiques

Samedi 3 juillet, matin

  • Matin : François Denord, Données biographiques et analyse géométrique des données : sociologie comparée des élites

Lundi 5 juillet, matin

  • Matin : Philippe Blanchard, Le questionnaire comme source de données biographiques
  • Après-midi : Philippe Blanchard, L’analyse quantitative des carrières militantes via l’optimal matching

Mardi 6 juillet, matin

  • Matin : Olivier Fillieule, L’analyse quantitative des carrières militantes : interpréter les résultats
  • Après-midi : Nicolas Robette, L'analyse des parcours de vie en socio-démographie

Mercredi 7 juillet, matin

  • Matin : Claire Bidart, Travailler la dynamique en sociologie : transitions biographiques et évolutions des entourages 
  • Après-midi : Catherine Comet, Etudier des réseaux de co-appartenance : le cas des conseils d'administration

Jeudi 8 juillet, matin

  • Matin : Sylvain Laurens (sous réserve), Remplir sa base : codages et recodages des données. Les lobbyistes européens
  • Après-midi : Anne-Sophie Bruno, Construire un échantillon - Techniques de régression  

MODULE n°2 : LES METHODES D'ANALYSE MULTINIVEAUX 

(co-organisé avec Annie Laurent)

Présentation : 

Depuis plusieurs années se dessine un intérêt pour les méthodes multiniveaux, méthodes d’analyses statistiques qui permettent de mesurer et de comparer l’influence du contexte local sur un phénomène. Il s’agit par exemple de se demander si le fait de résider dans une région peut constituer un handicap ou au contraire un avantage pour l’insertion des individus sur le marché du travail en raison du contexte économique et social de la région, de mesurer dans quelle mesure le contexte politique, économique et social dans lequel un citoyen vit, au-delà des variables sociologiques traditionnelles associées à cet électeur, pèse sur son vote ou sur ses autres comportements politiques, sociaux ou économiques…

Plusieurs méthodes ont été proposées dans la littérature pour mesurer des effets de contexte, qui, pour l’essentiel, utilisent des données agrégées. Ces modèles n’autorisent cependant pas à conclure sur les individus. Il est donc nécessaire de travailler sur des modèles au niveau individuel prenant en compte l’environnement dans lequel l’individu vit.

Les modèles multiniveaux, initialement développés dans la sociologie de l’éducation, visent précisément à prendre en compte un ou des contextes dans l’analyse individuelle (par exemple, l’appartenance à une classe ou une école dans l’analyse des niveaux scolaires). Ils permettent ainsi  d’une part, de passer de l’approche individuelle à l’approche collective, et, d’autre part, de mesurer ce qui, dans les résultats, relève du niveau et de la structure.   

Dans la mesure où le recours à ces méthodes, très répandues dans les pays anglo-saxons, demeure encore aujourd’hui confiné en France, si l’on excepte quelques disciplines (démographie, géographie, sociologie de l’éducation, épidémiologie, gestion), cette formation vise à en exposer les fondements, les usages et les limites à l’ensemble des chercheurs en sciences sociales francophones. 

Remarque : Niveau en statistique requis : connaissances de base en analyse tabulaire (tris à plat, tris croisés,…).  

Intervenants :  

Pascal BRESSOUX (sciences de l'éducation, UMPF Grenoble), Arnaud BRINGE (démographe, INED), Marc LE VAILLANT (économiste, CNRS, CERMES-UMR8169) et Julie VALLEE (géographe, INSERM). 

Programme :   

Jeudi 1er juillet

  • Matin : Marc Le Vaillant, Introduction à la démarche multiniveaux et présentation des principaux outils  à partir d’un exemple
  • Après-midi : Marc Le Vaillant, Mise en œuvre pratique de l’exemple précédent à partir de deux logiciels : SAS et HLM6

Vendredi 2 juillet

  • Matin : Marc Le Vaillant, Extension de la démarche multi-niveaux à la modélisation de variables dichotomiques : la régression logistique multiniveaux
  • Après-midi : Marc Le Vaillant, Mise en œuvre pratique dans le cadre des logiciels SAS et HLM6

Samedi 3 juillet

  • Matin : Marc Le Vaillant, Extension de la démarche aux modèles à 3 niveaux et ouverture sur le traitement des données longitudinales

Lundi 5 juillet

  • Matin : Arnaud Bringé (sous réserve), Apports de l'analyse spatiale en sciences sociales
  • Après-midi : Arnaud Bringé (sous réserve), Apports de l'analyse spatiale en sciences sociales. Cas pratiques sur le logiciel Mlwin

Mardi 6 juillet

  • Matin : Julie Vallée, L'utilisation de modèles de régression  multiniveaux. Intérêt et limites de ces modèles
  • Après-midi : Julie Vallée, Utilisation des modèles de régression multiniveaux. Plusieurs exemples d'utilisation de ces modèles en géographie de la santé

Mercredi 7 juillet

  • Matin : Pascal Bressoux, Les modèles multi-niveaux dans la recherche en éducation
  • Après-midi : Pascal Bressoux, Applications

Jeudi 8 juillet

  • Matin : Pascal Bressoux, Les modèles multi-niveaux de croissance
  • Après-midi : Pascal Bressoux, Applications 

Lieux

  • IEP de Lille, 84 rue de Trévise
    Lille, France

Dates

  • jeudi 08 juillet 2010
  • jeudi 01 juillet 2010
  • vendredi 02 juillet 2010
  • samedi 03 juillet 2010
  • lundi 05 juillet 2010
  • mardi 06 juillet 2010
  • mercredi 07 juillet 2010

Mots-clés

  • méthodes quantitatives, sciences sociales, données biographiques, analyses multiniveaux

Contacts

  • Jean-Gabriel Contamin
    courriel : jean-gabriel [dot] contamin [at] univ-lille2 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Jean-Gabriel Contamin
    courriel : jean-gabriel [dot] contamin [at] univ-lille2 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Méthodes quantitatives des sciences sociales », Séminaire, Calenda, Publié le mercredi 31 mars 2010, http://calenda.org/200703