AccueilLes langues de la négociation (II)

Les langues de la négociation (II)

The languages of negotiation (II)

Journée d'études du séminaire « histoire de la négociation » de l'École Pratique des Hautes Études (EA 4116)

Workshop in the "history of negotiation" seminar series at the École Pratique des Hautes Études (EA 4116)

*  *  *

Publié le vendredi 02 avril 2010 par Marie Pellen

Résumé

Cette journée d’études fait suite à une première rencontre organisée le 13 juin 2009 (http://calenda.revues.org/nouvelle12862.html ). Après avoir alors commencé à envisager les difficultés de compréhension linguistique dans les processus de négociations, les dynamiques singulières suscitées par l’utilisation de plusieurs langues et l’usage en ce domaine de langues internationalement reconnues, nous avons souhaité ouvrir le cadre géographique et chronologique de l’enquête à des périodes insuffisamment envisagées, ainsi qu’à d’autres espaces.

Annonce

 Organisateurs 

  • Dejanirah Couto (EPHE),
  • Sylvio de Franceschi (EPHE),
  • Stéphane Péquignot (EPHE),
  • Jean-Claude Waquet (EPHE)

Samedi 10 avril 2010 à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE)

46 rue de Lille, 75007 Paris (salle de conférences, 4ème étage)

Programme

9 h 30 : Stéphane Péquignot (EPHE, Paris) : Présentation

9 h 45 – 11 h : Joan Pau Rubiés (London School of Economics) Londres : Embassies, ambassadorial reports, and the practice of cultural translation: comparing interactions between Europe, Persia, India and China, 1400-1620.

11 h – 11 h 15 : pause

11 h 15 – 12 h 30 : Dejanirah Couto (EPHE, Paris) : ‘Traduttore, traditore’:  vicissitudes  d'une ambassade portugaise dans les deltas du Gange et de l'Irraouaddy (1521).

14 h 30 – 15 h 45 : Emmanuel Szurek (EHESS, Paris) : La ‘Théorie de la langue-soleil’. Diplomatie et linguistique dans la Turquie des années 1930.

15 h 45 – 17 h : Massimiliano Guderzo (Cattedra Jean Monnet in Storia dell'unificazione europea, Università di Firenze) : American English e diplomazia: riflessioni su retorica, precisione ed efficacia nella documentazione diplomatica statunitense.

17 h : Jocelyne Dakhlia (EHESS, Paris) : conclusions

Argumentaire 

      Cette journée d’études fait suite à une première rencontre sur les langues de la négociation organisée le 13 juin 2009 (voir le programme et l’argumentaire au lien suivant : http://calenda.revues.org/nouvelle12862.html ). Après avoir alors commencé à envisager les difficultés de compréhension linguistique dans les processus de négociations, les dynamiques singulières suscitées par l’utilisation de plusieurs langues et l’usage en ce domaine de langues internationalement reconnues, nous avons souhaité ouvrir le cadre géographique et chronologique de l’enquête à des périodes insuffisamment envisagées (le XVIe siècle, le XXe siècle), ainsi qu’à d’autres espaces (l’Asie, l’Amérique notamment). Un tel élargissement vise trois effets. Tout d’abord, mieux saisir la variété des dynamiques et des expériences linguistiques qui se jouent dans l’acte de négociation. En deuxième lieu, examiner comment et pourquoi certaines langues sont investies d’une valeur qui les rendrait plus propres à la négociation, discerner si, outre la « langue neutre » (latin) ou la « langue blanche » (chinois écrit) évoquées l’an dernier, il existe d’autres caractérisations des langues en fonction de leur aptitude respective en ce domaine. A quelles conditions et comment des langues deviennent-elles des langues de négociation ? Dans quelle mesure l’usage possède-t-il un caractère normatif ? Enfin, il s’agit de préciser la possibilité et les modalités d’une histoire des langues de négociation. Celle-ci doit à l’évidence être  étroitement articulée avec l’évolution des pratiques même de négociation et avec celle des « systèmes internationaux », mais aussi avec le développement de politiques linguistiques, l’existence de conceptions de la langue extrêmement diverses et… les rapports de force entre les parties qui négocient. Dans cette perspective, on s’intéressera notamment aux périodes de rupture et aux zones de discontinuité. Les moments où l’on débat des langues devant être employées dans les négociations, les changements qui accompagnent certains bouleversements politiques internes ou internationaux, de même que les pratiques mises en œuvre au sein ou à la marge d’Empires habités par des hommes et des femmes aux compétences linguistiques très diverses constituent en effet des observatoires privilégiés de la vie et, parfois, de l’éclipse des langues comme langues de négociation.

Lieux

  • Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE) – 46 rue de Lille (salle de conférences, 4ème étage)
    Paris, France

Dates

  • samedi 10 avril 2010

Mots-clés

  • langue, négociation, diplomatie, voyages, traduction, ambassade

Contacts

  • Stéphane Péquignot
    courriel : stephanepequignot [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Stéphane Péquignot
    courriel : stephanepequignot [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les langues de la négociation (II) », Journée d'étude, Calenda, Publié le vendredi 02 avril 2010, http://calenda.org/200750