AccueilD'Orient en Occident

D'Orient en Occident

Les recueils de fables enchâssées avant les « Mille et Une Nuits »

*  *  *

Publié le lundi 12 avril 2010 par Marie Pellen

Résumé

« Calila et Dimna », « Barlaam et Josaphat » et le « Roman des Sept Sages » ont marqué toute l’histoire de la littérature orientale avant de connaître un essor impressionnant dans l’ensemble du domaine occidental ; quant à la « Disciplina Clericalis » de Pierre Alphonse, elle constitue l’un des recueils de contes les plus importants que le Moyen Âge nous a transmis, comme en témoigne son extraordinaire diffusion du «Roman de Renart » au « Décaméron » de Boccace. Le colloque se donne pour objectif d’enrichir l’état actuel des recherches sur ces recueils, afin de faire apparaître le potentiel herméneutique et épistémologique d’un courant littéraire naguère fort prisé et aujourd’hui méconnu.

Annonce

Colloque international

Université de Genève

6, 7, 8 mai 2010

Organisatrice : Marion Vuagnoux-Uhlig

Comité scientifique : Carlos Alvar, Aboubakr Chraïbi et Yasmina Foehr-Janssens

Présentation

Qu’y a-t-il de plus ingénieux, que d’avoir fait un corps d’une quantité prodigieuse de Contes, dont la variété est surprenante, et l’enchaînement si admirable, qu’ils semblent avoir été faits pour composer l’ample Recueil dont ceux-ci ont été tirés ?

L’éloge qu’Antoine Galland formule à l’égard du célèbre recueil des Mille et Une Nuits, dans l’Avertissement au lecteur de la première édition, alimente la réflexion qui est à la base de ce colloque. Il offre une définition exemplaire du « roman à tiroirs », dont la principale caractéristique tient dans l’enchâssement complexe de fables au sein d’une histoire-cadre responsable d’en agencer la succession.

            Des Mille et Une Nuits aux Canterbury Tales, des Panchatantra au Décaméron, en passant par Artamène ou le Grand Cyrus, ce vaste réseau de textes témoigne de la richesse et de l’originalité de la structure héritée de la tradition orientale. Le nombre impressionnant des récits concernés, de même que l’extraordinaire diffusion qu’ils ont connue en Orient comme en Occident, au Moyen Âge comme à l’époque moderne, illustrent l’urgence qu’il y a à repenser l’étude de ces textes dont plusieurs comptent parmi les fleurons les plus illustres de la littérature universelle.

Les travaux du colloque se concentreront sur quatre recueils, le Calila et Dimna (ou Panchatantra), la légende de Barlaam et Josaphat, le Roman des Sept Sages (ou Livre de Sindibad) et la Disciplina Clericalis de Pierre Alphonse, dont les trois premiers ont marqué, bien avant leur apparition en Occident, toute l’histoire de la littérature orientale. On retrouve les traces de leur parcours, entamé aux VIe-VIIe siècles ou même avant, à travers les littératures indienne, arabe, persane, syriaque, arménienne et hébraïque, jusqu’en Espagne. Et c’est à partir du XIIe siècle que ces romans-recueils, rédigés aussi bien en latin qu’en langues vernaculaires, font connaître les traditions narratives du Levant dans l’Europe médiévale. Mais l’essor de cette veine exemplaire s’étend encore bien au-delà, puisque l’influence des quatre textes se fait sentir jusqu’à l’époque moderne dans le domaine occidental, à travers des réécritures et des adaptations. Il s’agira donc de suivre leur parcours du Moyen Âge à l’aube des Lumières, en réunissant des spécialistes des domaines et des littératures concernés par cette transmission. L’entreprise de traduction, de compilation et d’écriture débutée en 1704 par Antoine Galland en vue de la composition des Mille et Une Nuits, qui inaugure une ère nouvelle de la diffusion des contes arabes en Europe, servira de borne chronologique à notre projet.

Etudier cette forme, c’est aussi se confronter aux résistances qu’elle suscite. Si d’aucuns considèrent le récit premier comme un pur prétexte à raconter des fables, l’opinion la plus largement répandue mésestime le rôle des apologues et des fables jusqu’à en faire de simples hors-d’œuvre dont le sens ne serait pas nécessaire à l’intrigue générale, de sorte que la technique de l’enchâssement narratif n’accède jamais à la même faveur critique que la narration continue et unifiée qui caractérise les « grands » genres comme le roman ou l’épopée. Pourtant son potentiel herméneutique et épistémologique est considérable.

            Les recueils sont le lieu d’une mise à l’épreuve fictionnelle des pouvoirs mobilisateurs du récit. Placés dans la bouche d’un énonciateur inscrit dans l’histoire-cadre, les apologues interpellent les personnages du récit, mais adressent aussi, cela va de soi, leur leçon aux destinataires des textes. Le procédé d’enchâssement assigne ainsi à la fable, et donc à la littérature de fiction, une place et une fonction au sein du discours sapiential. La reconnaissance de cette valeur didactique vaut d’ailleurs à plusieurs exempla d’être rediffusés, de façon indépendante, à des fins d’instruction morale et religieuse, ou amplifiés pour donner lieu à des formes littéraires plus élaborées, comme le lai ou la nouvelle.

Les recueils qui nous intéressent mettent constamment en scène les rapports du savoir et du pouvoir, et élaborent à travers les figures du sage, de l’ascète, du philosophe et du disciple un discours sur la sagesse et sur son rôle. En présentant l’accès au savoir comme un privilège masculin, ils posent aussi le problème des rapports sociaux entre les sexes, envisagé à travers la confrontation de ces représentations du clerc avec des personnages de séductrices, de jalouses et d’entremetteuses. Par ailleurs, ils participent à la diffusion et à la réinterprétation du savoir oriental dans l’Occident chrétien. Situées à la croisée des cultures, ces œuvres affichent dans la diégèse une certaine conscience de la translatio studii dont elles font l’objet. Enfin, se pose la question de leur destination. Tout porte à croire qu’elles s’adressent au premier chef à un public clérical, auprès duquel elles fonctionnent comme des instruments de conversion ou de persuasion. Mais il se peut aussi que, dans un temps et un lieu donnés, elles cherchent davantage à correspondre à telle ou telle vogue littéraire et, par conséquent, se plient à des compromis en faveur d’autres types de consommation. A cet égard, les remaniements textuels, tout comme l’environnement manuscrit dans lequel les textes sont préservés, ainsi que le contexte de publication dans lequel elles émergent, constituent des indices précieux.

Ce colloque s’adresse largement aux chercheurs qui consacrent leurs efforts à étudier le livre de Calila et Dimna (ou Panchatantra), le Roman des Sept Sages (ou Livre de Sindibad), la légende de Barlaam et Josaphat et la Disciplina Clericalis de Pierre Alphonse, dans l’ensemble des littératures qui les ont conservés. En réunissant orientalistes et spécialistes des littératures occidentales, il poursuit l’ambition d’enrichir l’état actuel des recherches sur ces textes, afin de faire apparaître l’originalité d’un courant littéraire naguère si prisé et aujourd’hui méconnu.

Les axes de recherche pour les quatre récits sont donc :

  • L’agencement poétique
  • Les actants du récit et leurs représentations
  • La translatio studii
  • La destination des textes
  • Le statut de la fiction dans le propos édifiant
  • La tradition manuscrite et l’histoire du livre

PROGRAMME

Jeudi 6 mai (salle A206, Uni Bastions)

Matin (9h00-12h30)

Accueil des participants
Salutations de M. Juan RIGOLI, vice-doyen de la Faculté des Lettres

SESSION D’OUVERTURE
Présidente : Yasmina FOEHR-JANSSENS, Université de Genève

Barry TAYLOR (British Library) : « Les cadres narratifs entre Orient et Occident »

Pause

SESSION : Le Roman des Sept Sages et la dynamique narrative

Karla MALLETTE (University of Michigan) : « Le Roman des Sept Sages : au-delà de la coupe mortelle »
Nicola JONES (Cambridge University) : « Framing Authority : The Seven Sages of Rome and the Importance of Narrative Interpretation »
Guillemette BOLENS (Université de Genève) : « L’usage social et juridique de la fiction dans The Tale of Beryn, parodie anglaise du Livre de Sindibad et du Roman des Sept Sages »

Après-midi (14h30-18h00)

SESSION : Sens et savoir dans Kalila et Dimna

Président : Charles GENEQUAND, Université de Genève

Aboubakr CHRAÏBI (INALCO) : « Des relations quotidiennes au sens de la vie dans Kalîla et Dimna »
Beatrice GRUENDLER (Yale University) : « Les concepts du livre et du savoir dans les préfaces de Kalila wa-Dimna »

Pause

SESSION : Fables et translation

Président : Barry TAYLOR, British Library

Joseph SADAN (Tel-Aviv University) : « Fables enchâssées entre l’arabe et l’hébreu »
Nancy FREEMAN REGALADO (New York University) : « Le Kalila et Dimna de Paris, B.N.F. ms lat. 8504 (1313) : Raymond de Béziers enseigne la fable orientale aux princes français »
Hugo BIZZARRI (Université de Fribourg) : « Proverbe, récit et image dans le Calila e Dimna (Ms. escur. H.III.9) »

Vendredi 7 mai (salle B111, Uni Bastions)

Matin (9h00-12h30)

SESSION :

Président : Aboubakr CHRAÏBI, INALCO

Charles GENEQUAND (Université de Genève) : « Aux sources de l’histoire de Barlaam : le calife et l’ascète »
André-Louis REY (Université de Genève) : « Le choix des apologues et la pédagogie du Barlaam et Josaphat grec »

Pause

SESSION : Muances de Barlaam et Josaphat

Président : Jean-Yves TILLIETTE, Université de Genève

Victoria SMIRNOVA (Institut orthodoxe Saint-Jean-le-Théologien de Moscou) : « Barlaam et Josaphat au pays des exempla : transformations et transitions d’un recueil de fables enchâssées »
Carlos ALVAR (Université de Genève) : « Trois façons de lire l’histoire de Barlaam : Provence, Castille et Portugal »
Elsa LEGITTIMO (Université de Genève) : « L’homme dans le puits et ses compagnons d’infortune – une fable extraite du M_lasarv_stiv_da-Vinayavastu »

Après-midi (14h30-18h00)

SESSION : Réécritures à l’aube des Mille et Une Nuits

Présidente : Madeleine JEAY, McMaster University

Nancy ODDO (Université de Paris-III) : « Les suites françaises de Barlaam et Josaphat et du Roman des Sept Sages. Enjeux des réécritures de romans orientaux en France au temps de la Réforme catholique
Barbara SELMECI-CASTIONI (Université de Neuchâtel) : « Vers un étiolement sapiential? Les adaptations mondaines de la légende de Josaphat dans le théâtre français du XVIIe siècle »

Pause

SESSION : Fortune littéraire des recueils

Président : Carlos ALVAR, Université de Genève

Maria-Jesús LACARRA (Universidad de Zaragoza) : « Les ‘fables’ de la Disciplina clericalis et leur diffusion imprimée »
Elena STERNAI SARACENO (Université de Genève) : « La version grecque du Kalila et Dimna et ses remaniements et traductions en Italie à la Renaissance »
Olivier AZAM (ENS, Paris) : « La légende de Barlaam et Josaphat en Russie : fortune littéraire et succès populaire »

Samedi 8 mai (salle B111, Uni Bastions)

Matin (9h00-12h00)

SESSION : Fortunes du Roman des Sept Sages français

Président : Joseph SADAN, Tel-Aviv University

Mary B. SPEER (Rutgers University) : « What Ails the Sodomite King of Egypt? Senescalcus in the K Sept Sages de Rome »
Madeleine JEAY (McMaster University) : « La mise en scène du narrateur dans le prologue du Roman des Sept Sages de Rome (Manuscrit Paris, BnF fr. 1553) »

Pause

SESSION : Enchâssement, parenté, échange

Présidente : Marion VUAGNOUX-UHLIG, Université de Genève

Amy HENEVELD (Université de Genève) : « De la discipline filiale au dialogue des amants : les enjeux de l'échange de la fable enchâssée »
Constanza CORDONI (Universität Wien) : « Framed Families: On Barlaam and Josaphat, its Apologues and the Familia »

Après-midi (14h00-16h00)

SESSION : D’Occident en Orient : les recueils dans leur contexte manuscrit

Présidente : Mary B. SPEER, Rutgers University

Yasmina FOEHR-JANSSENS (Université de Genève) : « De Jérusalem à Rome : le Roman des Sept Sages dans le manuscrit B.N. f. fr. 1553 »
Marion VUAGNOUX-UHLIG (Université de Genève) : « Un Voyage en Orient : le Barlaam et Josaphat de Gui de Cambrai et le ms. B.N.F. fr. 1553 »

Clôture du colloque


Lieux

  • Université de Genève, Uni Bastions, 5 rue de Candolle
    Genève, Confédération Suisse

Dates

  • jeudi 06 mai 2010
  • samedi 08 mai 2010
  • vendredi 07 mai 2010

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Recueils, fables, translatio, Orient, Occident, Calila et Dimna, Barlaam et Josaphat, Disciplina Clericalis, Roman des Sept Sages

Contacts

  • Marion Uhlig
    courriel : marion [dot] vuagnoux-uhlig [at] unige [dot] ch

Source de l'information

  • Marion Uhlig
    courriel : marion [dot] vuagnoux-uhlig [at] unige [dot] ch

Pour citer cette annonce

« D'Orient en Occident », Colloque, Calenda, Publié le lundi 12 avril 2010, http://calenda.org/200816