AccueilRaison animale

Raison animale

Journée d'études

*  *  *

Publié le lundi 19 avril 2010 par Marie Pellen

Résumé

Alors que la définition de l’homme comme animal rationnel connaît un regain d’intérêt, les apports de l’éthologie rendent plus complexe la délimitation d’une frontière entre hommes et animaux. Cette journée d’étude se propose d’examiner le concept de raison animale, en confrontant perspectives philosophiques classiques et contemporaines sur la rationalité et la conception de l’animal. Peut-on parler de raison pour tous les animaux ou seulement pour les animaux humains ?

Annonce

Cette journée d'étude intitulée « Raison animale » est organisée par les laboratoires de recherche CURAPP et PIPS de l'Université de Picardie Jules Verne, avec le soutien de l’Ecole Doctorale SHS.

Elle se tiendra le 3 juin 2010.

Appel à contribution (intervention d’environ 30 min - réponse avant le 3 mai)

Plusieurs philosophes reviennent aujourd'hui à la définition de l'homme comme animal rationnel. Ces tentatives témoignent de la nécessité de faire droit à la naturalité de l'existence humaine, face aux excès d'un rationalisme rigoureux. On peut, cependant, entendre cette idée d'animal rationnel en des sens opposés. Selon une interprétation qu'on pourra qualifier de naturaliste, la rationalité est la capacité d'un animal, pensable en des termes identiques ou analogues à ses autres capacités physiques et cognitives. A l'inverse, on peut penser la raison comme une faculté autonome non réductible. Parler d'animal rationnel, ce serait alors indiquer qu'il appartient à la nature de l'homme de posséder la raison en ce sens. La raison, non réductible à des processus biologiques ou physiques, appartiendrait à la nature de l'animal humain. On voit donc que l'idée d'animal rationnel est loin d'être univoque. Mais c'est sans avoir évoqué encore le cas des autres animaux. 

En effet, les apports de l'éthologie et de la psychologie animale mettent au jour chez nombre d'animaux supérieurs des comportements qui résistent à une interprétation en termes aussi bien d'instinct que de réflexe conditionné. C'est notamment le cas des situations qui ont pu être observées d'animaux utilisant (et parfois même « inventant ») des outils pour améliorer leurs performances. Faut-il alors se garder d'appliquer l'idée de rationalité instrumentale, sous prétexte que ce serait déjà concéder la faculté de raisonner à certains animaux et corrélativement renoncer à la spécificité supposée de l'homme ? Si l'idée de raison animale permettrait d'un côté d'unifier certains phénomènes singuliers du règne animale, elle tendrait de l'autre à dissoudre l'identité humaine. Cette forme de naturalisation de la raison doit-elle nous conduire à transformer notre concept de raison ? Peut-on parler de raison pour tous les animaux ou seulement pour les animaux humains ? Et surtout, quel sens faudrait-il donner à une telle raison ?

La journée d'études se tiendra à l'Université de Picardie Jules-Verne (Amiens), le 3 juin 2010.

La date limite de réception des propositions est le 3 mai 2010, sous la forme d'un résumé de l'intervention d'une page maximum, accompagné des nom, prénom, e-mail, fonction, laboratoire et université de l'auteur(e) à envoyer à : raisonanimale@gmail.com

Les personnes qui souhaiteraient participer aux discussions de la journée sans faire d’intervention sont bien sûr les bienvenues.

Responsables de la journée : Anne Le Goff (CURAPP) et Charles Martin-Freville (PIPS)

Lieux

  • Université de Picardie - Jules Verne
    Amiens, France (80000)

Dates

  • lundi 03 mai 2010

Mots-clés

  • animal, rationalité, philosophie, éthologie

Contacts

  • Anne Le Goff / Charles Martin-Freville ~
    courriel : raisonanimale [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Anne Le Goff
    courriel : raisonanimale [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Raison animale », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 19 avril 2010, http://calenda.org/200895