AccueilLes femmes de sciences de l'Antiquité au XIXe siècle

Les femmes de sciences de l'Antiquité au XIXe siècle

Women and Science, from Antiquity to the 19th century

Réalités et représentations

Realities and representations

*  *  *

Publié le jeudi 22 avril 2010 par Karim Hammou

Résumé

Un colloque international intitulé « Les femmes de sciences de l'Antiquité au XIXe siècle. Réalités et représentations » est organisé par Bertrand Lançon et Adeline Gargam (HCTI-EA4249 de l'université européenne de Bretagne). Il aura lieu en 2011 ou 2012, soit à Cerisy, soit à Rennes, soit à Lorient. Cette annonce est à la fois un premier appel à partenariat auprès des centres de recherche intéressés (histoire, histoire des sciences, archivistique et histoire du livre, histoire des femmes et du genre etc.) et un premier appel à communications.

Annonce

LES FEMMES DE SCIENCES. Réalités et représentations, de l’Antiquité au XIXe siècle

COLLOQUE INTERNATIONAL

réuni à l’initiative d’Adeline Gargam et de Bertrand Lançon (Héritages et Constructions dans le Texte et l’Image - HCTI EA4249 de l’Université Européenne de Bretagne)

Argumentaire

L’accès des femmes aux études et à la pratique scientifique semble aujourd’hui un fait acquis, même s’il demeure minoritaire. Pour autant, cet état de fait est le fruit récent d’une longue et double évolution : celle de la distribution mentale et sociale des rôles dévolus aux deux sexes dans la société, et celle du statut de la science au sein de la culture occidentale. Quand on parle du rapport entre les femmes et la culture de l’Antiquité aux temps modernes, on pense de prime abord au domaine littéraire car les femmes ont beaucoup écrit. Néanmoins, les recherches récentes, parmi lesquelles celles de L. Schiebinger, P. Phillips, d’E. Sartori, de G. Chazal et de J-P. Poirier, ont démontré que les femmes se sont intéressées aux sciences et ont pratiqué une activité scientifique, parfois de très haut niveau ; soit en collaborant aux travaux de la communauté masculine des savants, soit ce qui est beaucoup moins connu, de manière autonome et émancipée. Depuis Hypatie jusqu’à Marie Curie, en passant par Hildegarde de Bingen et Emilie du Châtelet, des femmes ont figuré parmi les élites scientifiques en s’illustrant dans les mathématiques, la physique-chimie, l’astronomie, la médecine, et les sciences naturelles et occultes. Certaines le firent en traduisant, en écrivant, en annotant ou en éditant des ouvrages fondamentaux ; d’autres menèrent des recherches expérimentales et inventèrent de nouveaux instruments et procédés scientifiques ; d’autres encore enseignèrent elles-mêmes à des femmes et à des hommes – et pas des moindres. Elles participèrent, par cette activité variée, à l’avancement et la diffusion des connaissances scientifiques en général, contribuant parfois même à l’élaboration et l’éclosion d’œuvres masculines.

Tel est le premier objectif de ce colloque : cerner et mettre en lumière le rôle insigne et multiple, parfois moteur, mais trop souvent méconnu de ces femmes de sciences depuis l’Antiquité jusqu’à l’aube du XXe siècle.

En effet, dans un monde occidental régi jusqu’aux temps modernes par l’Eglise et l’Université, le domaine de la connaissance était un territoire d’hommes. Les femmes en étaient tenues à l’écart pour des raisons multiples, à la fois sociales, culturelles, idéologiques et religieuses. D’une part à cause de l’influence prééminente dans la chrétienté de la pensée paulinienne qui tendait à les minorer et à les soumettre à l’ordre masculin. D’autre part à cause de leur exclusion des écoles et des universités. L’accession des femmes à la connaissance et à la pratique scientifiques a sans nul doute été freinée par ces deux facteurs. La place de la Bible, perçue comme une vérité révélée, pouvait faire de toute recherche ou découverte scientifique une menace théologique. Cette méfiance entretenue à l’égard de la science produisit durant la révolution scientifique une scission entre certains représentants de l’Eglise et certains savants. Grâce à cela, de nombreuses femmes purent faire leur entrée sur la scène scientifique.

Les femmes de sciences apparurent pendant très longtemps comme des exceptions sociales et culturelles, tantôt décriées parce que femmes, tantôt admirées pour l’étendue de leur compétences. Le monde masculin était en effet mitigé : s’il était des hommes qui les encourageaient dans leurs démarches et collaboraient avec elles, il en était aussi qui leur étaient résolument hostiles. Elles durent âprement gagner leur place dans le sanctuaire du savoir scientifique. L’accession des femmes contemporaines au monde scientifique est le fruit d’une longue et difficile conquête intellectuelle à travers les époques. Cette conquête ne fut ni linéaire ni progressive, mais connut des phases d’immobilisme, d’avancée et parfois de recul. Elle fut autant l’œuvre de pionnières renommées que de laissées pour compte qui méritent d’être réhabilitées.

Tel est le deuxième objectif de ce colloque : examiner les phases de cette conquête et leurs différentes raisons contextuelles, puis sortir de la pénombre des femmes éminentes dans leurs talents et leurs compétences, mais restées dans l’ombre des savants et des savantes de renom.  

Ce colloque se donne aussi un troisième objectif qui a trait aux conditions sociales, culturelles et mentales de cette conquête.

Il s’intéressera d’abord aux modes de formation et d’accès des femmes à un savoir primitivement puis longuement  monopolisé par les hommes. Par exemple : les différents lieux d’enseignement,  institutionnels ou non ; les supports pédagogiques ; les précepteurs ; les réseaux de relations. Il se penchera aussi sur le statut social et familial de ces femmes et son incidence éventuelle sur la nature de leur activité scientifique, privée ou publique. On n’oubliera pas le destin atypique ou extraordinaire de quelques individualités. On se demandera aussi s’il n’existait pas des secteurs privilégiés dans la science féminine, et si certains d’entre eux leur étaient plus ouverts que d’autres et pour quels motifs. Cela permettra de déterminer s’il y a eu, en fonction des périodes, une classification sociale et « genrée » des savoirs scientifiques. Il s’agira enfin d’examiner les regards et les jugements portés sur ces femmes exceptionnelles et leurs travaux, puis de voir l’accueil qui leur fut réservé tant dans l’opinion publique que dans la République des sciences ou des lettres. Etaient-elles été acceptées, rejetées, admirées, craintes, moquées ou jalousées ? Nourrissaient-elles des fantasmes ? Et si oui, de quelle nature ? Cette investigation s’appuiera sur le large éventail  des textes existants, mais aussi sur les images dont on ne saurât négliger l’apport pour cerner ces représentations.

Précisions importantes 

La date et le lieu de ce colloque ne sont pas encore définies (2011 ou 2012, à Cerisy, Lorient ou à Rennes). Ses actes donneront lieu à une publication. D’autre part, nous pourrons bénéficier de parrainages, tel celui de l’ Académie des Sciences. A cette fin, nous devons préalablement :

1 - Fédérer des partenaires : en particulier des centres de recherches sur l’histoire des sciences, l’histoire des femmes et du genre.

2 – Préétablir une liste d’intervenants

C’est pourquoi nous vous adressons maintenant un appel à partenariat et un premier appel à communication.

Espérant susciter votre intérêt et votre participation, nous vous prions d’agréer, Mesdames, Messieurs et chers collègues, l’expression de nos cordiales salutations. 

Bertrand Lançon

Adeline Gargam

Bertrand Lançon est enseignant-chercheur en Histoire Ancienne à l’UEB (UBO, Brest). Sa thèse portait sur Maladies, malades et thérapeutes en Gaule à la fin de l’Antiquité (IIIè-VI-è siècles).

Adeline Gargam est doctorante en Lettres à l’UEB (UBO, Brest). Sa thèse, en voie d’achèvement, porte sur  Erudites, savantes et lettrées françaises au siècle des Lumières.

Les propositions de partenariat et de communications doivent être adressées

pour le 20 juin 2010 par courrier électronique à

Adeline Gargam : adgargam@numericable.fr

et en cc à Bertrand Lançon : lancon.bertrand@wanadoo.fr 

Votre proposition de partenariat comportera :

  • l’intitulé exact du centre ou de l’unité de recherche
  • son université ou établissement de rattachement
  • l’identité et les coordonnées de son directeur et de son éventuel chargé de communication 

Votre proposition de communication comportera :

  • vos nom et prénom
  • votre statut estudiantin ou professionnel
  • votre centre de recherche de rattachement éventuel
  • vos coordonnées postales, électroniques, téléphoniques
  • le titre de votre projet de communication, assorti d’un résumé d’une dizaine de lignes
  • un bref CV assorti d’une liste de vos publications éventuelles (exhaustive ou sélective).

Dates

  • dimanche 20 juin 2010

Mots-clés

  • femmes, sciences, histoire, Antiquité, Moyen Âge, Temps modernes

Contacts

  • Adeline Gargam
    courriel : a_gargam [at] yahoo [dot] fr
  • Bertrand Lançon
    courriel : lancon [dot] bertrand [at] wanadoo [dot] fr

Source de l'information

  • Bertrand Lançon
    courriel : lancon [dot] bertrand [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les femmes de sciences de l'Antiquité au XIXe siècle », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 22 avril 2010, http://calenda.org/200925