AccueilQuestions d'ornements, XVe-XVIIIe siècle

Questions d'ornements, XVe-XVIIIe siècle

Questions of ornaments, 15th-18th century

2. Peinture et arts graphiques

2. Painting and graphic arts

*  *  *

Publié le jeudi 22 avril 2010 par Marie Pellen

Résumé

Face au regain d’intérêt dont semble faire l’objet le thème de l’ornement depuis quelques années, les départements d’histoire de l’art et d’archéologie des Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix de Namur (FUNDP) et de l’Université catholique de Louvain (UCL) organisent conjointement une série de colloques consacrés aux « questions d’ornements » aux temps modernes. Suite à une première rencontre centrée sur l’architecture, le deuxième colloque de cette série, qui aura lieu à Louvain-la-Neuve les 4 et 5 février 2011, sera consacré à l’ornement dans son rapport avec la peinture et les arts graphiques. A travers ce champ particulier, il s'agira d’engager une réflexion sur des problématiques d’ordre épistémologique et historiographique, théorique et méthodologique, nourries par des études de cas particuliers.

Annonce

4-5 février 2011

Université catholique de Louvain (Belgique) 

Souvent considéré comme un simple embellissement, comme un ajout superflu et inutile, voire trompeur et mensonger, l’ornement a longtemps fait l’objet d’un refoulement. Relégué hors du champ des beaux-arts, son histoire s’est souvent écrite en marge de l’histoire de l’art.

Bénéficiant d’un regain d’intérêt ces dernières années, l’ornement apparaît aujourd’hui comme un phénomène étonnamment complexe qui entretient avec chacun des beaux-arts un rapport intime et particulier. Sa définition ne saurait tenir en quelques lignes tant les problématiques qu’il sous-tend sont diverses, complexes et, qui plus est, mouvantes au sein de l’historiographie. A côté de son rôle esthétique, les études récentes se sont attachées à mettre en exergue la fonction symbolique, anthropologique, politique, socio-économique, etc. assumée par l’ornement. Parallèlement, loin de se limiter à la notion de style ou de se réduire à un simple embellissement, l’ornement semble aujourd’hui offrir un nouveau champ d’investigation permettant de revisiter notre perception de la hiérarchie des arts. Le recours à des néologismes, tels que l’ornementalité ou l’ornance, permettent de dépasser la conception de l’ornement telle que véhiculée dans les grammaires de l’ornement, conception qui consiste à penser ce dernier en termes de « motifs » ou de « patterns » isolés, rapportés ou ajoutés à un support. Ces termes offrent l’avantage de mettre en lumière la fonction structurante de l’ornement, susceptible de traverser tous les genres artistiques et impliquant une adéquation entre l’ornement (l’ornant) et son support (l’orné), dans une action de réciprocité.

Fort de cet intérêt renouvelé pour l’ornement, l’objectif de cette série de rencontres, inaugurée en décembre 2009, est de faire le point sur l’état actuel des connaissances ainsi que d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherches. Plus particulièrement, il s’agira d’engager une réflexion sur des problématiques d’ordre épistémologique et historiographique, théorique et méthodologique, nourries par des études de cas particuliers.

Dans la lignée du premier colloque de cette série, centré sur l’ornement en lien avec l’architecture (http://gemca.fltr.ucl.ac.be/docs/program/20091204_ornement.pdf), c’est dans son rapport avec la peinture et les arts graphiques que se poseront les questions d’ornements de cette deuxième rencontre.

Dans un souci de cohérence méthodologique, la fourchette chronologique sera maintenue. Il s’agira donc de se concentrer sur la période des temps modernes qui connait une spécialisation progressive de la pratique et au cours de laquelle s’élabore petit à petit un discours sur l’ornement.

Dans la dynamique envisagée pour ces colloques, on s’attachera cette fois à appréhender l’ornement dans toute l’étendue du champs pictural et plus largement des arts graphiques. Parmi les nombreuses pistes de réflexions qu’offre le domaine, cette rencontre sera l’occasion de se pencher sur des problématiques diverses telles que :

  • la conception et la place de l’ornement dans le discours théorique ;
  • l’ornement entre abstraction et représentation, stylisation et réalisme;
  • l’ornement entre utilité et gratuité ;
  • l’ornement illusionniste : du masque au trompe-l’œil ;
  • l’ornement comme mode de traitement esthétique de l’image ;
  • l’origine des motifs et des rapports entre l’art et la nature ;
  • l’ornement et l’imitation ;
  • ornement, support et contexte ;
  • ornement et rôle social ;
  • l’ornement et les concepts de décor, décoratif ;

Chaque communication, qui comptera une trentaine de minutes, mettra en avant le cadre méthodologique et théorique, ce qui permettra de faire le point sur les questions relatives à la définition et au statut de l’ornement à l’époque moderne.

Calendrier

Les titres et propositions d’intervention sont à envoyer avant le 30 juin 2010, par courrier électronique (document Word en attachement), à Caroline Heering : caroline.heering@uclouvain.be

Comité organisateur

  • Ralph Dekoninck (Professeur, Université catholique de Louvain) 
  • Michel Lefftz (Professeur, Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix à Namur) 
  • Caroline Heering (Doctorante, Université catholique de Louvain)

4th-5th February 2011

Catholic University of Louvain

Often considered as a matter of embellishment, as redundant and useless additions, even as fallacious and deceptive, ornaments have for a long time been repressed. Banished outside the field of fine arts, its history has often been dissociated from the history of art.
Enjoying in past years a renewed interest, ornament seems today as a surprisingly complex phenomenon which maintains an intimate and particular relationship with each of the fine arts. Next to its esthetical role, recent studies emphasized the symbolic, anthropologic, political and socio-economical functions assumed by ornaments. Moreover, far to be only a style or a simple embellishment, ornaments seems to offer nowadays a new exploring field, allowing revisiting our current perception of art’s hierarchy. To escape from a conception conveyed in ornament grammars – a conception which consists of thinking ornaments in terms of “motifs” or isolated patterns linked or added to a support – recent studies use neologisms, such as Ornementality or Ornance. These terms highlight the structural function of ornament, prone to cross all artistic genres and implicating a match between the ornament and its support, in an action of reciprocity.

Taking into account this renewed interest for the study of ornament, the objective of this series of conferences, inaugurated in December 2009, is to take stock of the actual state of the arts, as well as to open new perspectives for research. More particularly, the objective is to engage in a theoretical and methodological reflection, fed by particular case studies, on the questions of epistemological and historiographical nature.

In continuity of the first conference, which was focusing on ornament and its link to architecture (http://gemca.fltr.ucl.ac.be/docs/program/20091204_ornement.pdf), the second conference will be dedicated to its links to paintings and graphical arts.   
In a matter of keeping a methodological coherence, the same time frame will be maintained.
Meaning that this second conference will focus on the period 15th-18th century, during which a discussion on ornaments slowly started, as well as practices, taking a different orientation at the begin of the 18th century.

Through the numerous topics that this field can offer, we suggest a couple of non exhaustive directions :
  • Conception of the ornament considering the art theory
  • Ornament between abstraction and representation, stylization and realism
  • Ornament between utility and gratuity
  • Illusionist ornament: from front to “trompe l’oeil”
  • Ornament as esthetical treatment of image
  • Origin of the motives and relations between art and nature
  • Ornament and imitation
  • Ornament, support and context
  • Ornament and concept of décor, decorative and design
  • Ornament and social role
Each paper, of about thirty minutes, will provide a methodological and theoretical support. It should allow to take stock on questions linked to the definition and status of ornament in the early modern age. 

Title and paper proposals have to be sent by June 30st 2010 latest, via email (Word document in rtf format, in attachment) to Caroline Heering: caroline.heering@uclouvain.be

  • Ralph Dekoninck 
  • Michel Lefftz 
  • Caroline Heering

Catégories

Lieux

  • Université catholique de Louvain
    Louvain-la-Neuve, Belgique

Dates

  • mercredi 30 juin 2010

Mots-clés

  • ornement, peinture, gravure, dessin, théorie de l'art, épistémologie, historiographie, méthodologie, temps modernes

Contacts

  • Caroline Heering
    courriel : caroline [dot] heering [at] uclouvain [dot] be

Source de l'information

  • Caroline Heering
    courriel : caroline [dot] heering [at] uclouvain [dot] be

Pour citer cette annonce

« Questions d'ornements, XVe-XVIIIe siècle », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 22 avril 2010, http://calenda.org/200943