AccueilLes enjeux du Sommet de la terre de 2012 et la crise comme opportunité

Les enjeux du Sommet de la terre de 2012 et la crise comme opportunité

The issues facing the 2010 Earth Summit: crisis as opportunity

Journée d'étude avec Ignacy Sachs

Workshop with Ignacy Sachs

*  *  *

Publié le jeudi 29 avril 2010 par Karim Hammou

Résumé

Le jeudi 3 juin 2010, de 9h00 à 17h30 l'UMR CNRS PACTE Territoires organise une journée d'étude avec Ignacy Sachs avec le groupe de recherche BABEL à l'Institut de géographie alpine (IGA), l'université de Grenoble 1 – Joseph Fourier. Deux conférences sont prévues : « Les enjeux du Sommet de la terre de 2012 » et « La crise comme opportunité ».

Annonce

Programme

Jeudi 3 juin 2010, de 9 h00 à 17 h 30 

Institut de Géographie Alpine -IGA-,
Université de Grenoble 1 -  Joseph Fourier
14 bis, rue Marie Reynoard, 38000 Grenoble

MATIN

8h30   Hall d’entrée IGA
Accueil convivial des participants et publics autour d’un café.

9h30  Ouverture Directeur de PACTE
Introduction par M. François Mancebo

Salle Amphi IGA

«Les enjeux du Sommet de la terre de 2010»

Grande Conférence de M. Ignacy Sachs sur le thème :

10h30 à 11h50

Discutants sur l’intervention d’Ignacy Sachs :

  • Kamal Bawa (Harvard University - Kennedy School of Government)
  • Christopher Robin Bryant (Université de Montréal)
  • Jon Marco Church (Harvard University - Kennedy School of Government)

12h00 Salle des Actes Point PRESSE.

PAUSE DÉJEUNER

APRÈS-MIDI

14h30 Hall d’entrée IGA

Accueil convivial des participants et publics autour d’un café petits fours.

15h30 Thème : "La crise comme opportunité".

Intervention d’Ignacy Sachs dans le groupe BABEL

Amphi IGA

Discutants sur l’intervention d’Ignacy Sachs :

  • Patrick Criqui (Directeur du LEPII-CNRS)
  • Amédée Mollard (Laboratoire GAEL-INRA)

17h30 Conclusion : M. François Mancebo

Résumé :

Le mot "crise" dérive du Grec krisis, qui signifie ’’décision’’. A l'autre bout du monde, en Chine, il est composé de deux idéogrammes signifiant simultanément "danger" et "opportunité de changement". Une crise est donc le moment précis où un certain état des choses bascule en révélant ses failles, mais aussi celui où un nouvel état des choses émerge. C'est le moment de la décision, des bifurcations radicales. Que dire alors lorsque plusieurs éléments convergent et finissent par se superposer. Tel est le cas aujourd'hui dans le monde : la crise financière a engendré une crise socio-économique majeure liée au modèle asymétrique de la mondialisation, une crise environnementale s'est amplifiée sous la menace immédiate du changement climatique. En ce sens, le Sommet de la Terre de 2012, qui sera de retour à Rio vingt ans après celui qui intronisa le développement durable sur la scène mondiale, sera-t-il celui des décisions ? Saura-t-il se saisir des opportunités qu'ouvrent ces crises multiples ? S'il n'est pas possible de répondre par avance à cette question, on peut toutefois en identifier les grands enjeux. Articuler la réduction de l'empreinte écologique et l'amélioration de la biocapacité à l'amélioration du bien-être des populations est un de ceux-là. Le principe de responsabilité partagée et différenciée en est un autre, ce qui pourrait conduire à la création d'un fond, financé par les taxes-carbone des pays riches complété par le transfert de 0,5 % de leur PNB, au service des investissements nécessaires à la transition des pays pauvres vers une économie post-carbone.

Tels sont les thèmes que le professeur Ignacy Sachs abordera durant ces conférences.

Qui est Ignacy Sachs ?

Ignacy Sachs est emblématique, dans le champ des sciences sociales, d'une démarche interdisciplinaire et de la mise en œuvre de politiques d'innovation pour les questions environnementales. Il est à l'origine de l'écodéveloppement et fait partie des concepteurs du développement durable. Sa renommée est internationale.

Né en 1927 à Varsovie, réfugié au Brésil, pour échapper aux persécutions nazies, il fuit une deuxième fois la Pologne comme dissident en 1968. Il s'établit en France où l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales l’accueille, grâce au concours de Jacques Le Goff et Fernand Braudel. A nouveau proche de la Pologne aujourd’hui, il conseille également le gouvernement brésilien.

Le cursus d’Ignacy Sachs, suit le même chemin compliqué que sa vie : du lycée Français de Sao Paulo au doctorat passé en Inde puis à l’enseignement à l’EHESS sur le thème du développement qu’il aborde en transversal. Economiste de formation, il se définit plutôt comme humaniste, spécialiste du développement. Du développement durable, ajoute ses collègues qui le considèrent comme l’un des pionniers de l’intégration de facteurs sociaux et environnementaux dans le raisonnement économique. Par exemple, au travers de la vision d’en bas - vue de l’hémisphère Sud - qu’il propose, le réchauffement climatique reste un problème prioritaire. Mais la lutte contre la très grande pauvreté doit être placée au même rang, selon lui. De là, il fait tomber les idées reçues. L’urbanisation n’est plus la panacée. Et les choix énergétiques à envisager pour prendre la relève du pétrole devraient intégrer des objectifs de développement des zones rurales. De même, le principe de la planification, tellement décrié, est au contraire plus que jamais à développer, comme n’ont jamais cessé de le faire les grandes entreprises.

Membre de nombreuses instances d’organisations internationales, Ignacy Sachs propose une autre idée du développement. Son approche environnementale rompt avec l’économicisme et propose une économie anthropologique qui s’inscrit dans la voie ouverte par Karl Polanyi (1886-1964). 

L’atelier BABEL

Le développement durable est-il condamné à rester une sorte de fourre-tout, plus ou moins informe, investissant les discours politiques, administratifs, militants ou entrepreneuriaux ? L’objectif du groupe de recherche BABEL, qui associe aménageurs, écologues, économistes, géographes, politistes, urbanistes, des universités grenobloises est de construire ensemble les notions-clés du développement durable. Ces pierres qui sont les conditions de sa cohérence théorique et de son opérationnalité.

Contact :

François ManceboProfesseur des universités aménagement, urbanisme, développement durableUniversité Grenoble 1 - Joseph Fourier IGA -- UMR PACTE Territoires.

06.12.53.74.46  / mail francois.mancebo@ujf-grenoble.fr

Catégories

Lieux

  • Laboratoire PACTE, IGA, 14 bis avenue Marie Reynoard
    Grenoble, France

Dates

  • jeudi 03 juin 2010

Fichiers attachés

Contacts

  • François Mancebo
    courriel : francois [dot] mancebo [at] univ-reims [dot] fr
  • Denise Kahn
    courriel : denise [dot] kahn [at] ujf-grenoble [dot] fr

Source de l'information

  • Denise Kahn
    courriel : denise [dot] kahn [at] ujf-grenoble [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les enjeux du Sommet de la terre de 2012 et la crise comme opportunité », Journée d'étude, Calenda, Publié le jeudi 29 avril 2010, http://calenda.org/200992