AccueilÉthique et performance en management public

Éthique et performance en management public

Ethics and performance in public management

*  *  *

Publié le vendredi 30 avril 2010 par Karim Hammou

Résumé

Le rapport entre éthique et action publique n’est pas une question neuve en soi. Or, à l'heure actuelle, les gestionnaires d'organisations publiques et privées sont pris entre une demande d’éthique qui semble n'avoir jamais été aussi forte et une préoccupation tout aussi centrale pour la performance et le résultat. Les réformes successives engagées depuis quelques décennies dans les organisations publiques peuvent également conduire à des interrogations fondamentales sur la place de la personne et des valeurs. L’une des questions qui se posent alors peut être de savoir dans quelle mesure certaines pratiques relevant de la logique managériale, introduites par la Nouvelle gestion publique, ainsi que la rationalité qui les sous-tend ne soulèvent pas des problèmes d'ordre déontologique.

Annonce

Symposium organisé par le Centre d'Expertise et de Recherche Administrative de l'ENA (France), en collaboration avec l’Ecole Nationale d’Administration Publique, Québec (Canada) - le Laboratoire de Recherche en Management LAREQUOI  de l'Université de Versailles St-Quentin en Yvelines, et le Laboratoire CERGAM – équipe Management Public de l'IMPGT, de l'Université Paul Cézanne Aix-Marseille 

LE SUJET 

Le rapport entre éthique et action publique n’est pas une question neuve en soi. Cependant, la demande d’éthique semble ne jamais avoir été aussi forte. Visiblement, à l’heure actuelle, et peut-être plus que par le passé, les sociétés contemporaines reconnaissent l’importance de l’éthique pour donner du sens aux actions privées comme publiques. 

Parallèlement à cela, la recherche de la performance est une préoccupation centrale des gestionnaires d'organisations publiques et privées. Dans la sphère publique, le développement d’une gestion axée sur les résultats peut questionner l'essence même du service public, lequel est fondé sur des principes d'éthique comme la neutralité, la défense de l’intérêt général par rapport aux intérêts particuliers, l’équité ou la solidarité. Par ailleurs, si ce pilotage par les résultats ne remet pas nécessairement en cause certaines valeurs du service public, il peut néanmoins poser la question de la pertinence de son cadre et de ses outils de gestion. La performance peut être envisagée comme une nécessité, mais sans doute pas à n’importe quel coût socio-politique.

Les réformes successives engagées depuis quelques décennies dans les organisations publiques peuvent également conduire à des interrogations fondamentales sur la place de la personne et des valeurs dans les démarches engagées. Les innovations managériales introduites dans la sphère publique, bien que généralement vécues comme nécessaires sur le fond, semblent ainsi quelquefois amenées à perdre de leur sens, car elles retombent dans les travers qu’elles voulaient combattre, notamment en mettant en place des excès d’outillage et de contrôle procédurier. Si les outils de gestion semblent opportuns pour donner de la rigueur et de la cohérence aux actions collectives, comment éviter qu’ils ne soient contreproductifs et ne conduisent à des interprétations problématiques par les acteurs qui pilotent et agissent en les utilisant ?

L’une des questions qui se posent peut être alors de savoir dans quelle mesure certaines pratiques relevant de la logique managériale, introduites par la Nouvelle gestion publique (notamment à travers la priorité donnée aux résultats en terme d’efficacité et d’efficience), de même que la rationalité qui les sous-tend ne soulèvent pas certains problèmes d'ordre éthique et déontologique, et ce en particulier au niveau de l’éthique de responsabilité ou du fait de la plus grande perméabilité entre sphère privée et publique. À titre d’illustration, il peut être intéressant de voir également si les partenariats accrus entre les entités privées et publiques peuvent avoir des effets favorables ou défavorables, selon les différents points de vue de la performance et de l’éthique.

CONCEPTS ET PÉRIMÈTRES DE RÉFLEXION

Il est délicat de définir unanimement l’éthique. La référence aux grands philosophes grecs rappelle que ce concept concerne généralement les réflexions sur les comportements humains, et sur les systèmes de normes et valeurs implicites véhiculées par ces comportements, notamment dans leurs interactions avec autrui. Certains relient ces approches à la responsabilité des actions individuelles et collectives par rapport aux risques globaux dans et pour la société ainsi que pour les individus concernés par les décisions prises.

Le concept de performance dans la sphère publique n’est guère plus aisé à cerner avec précision. La question même de sa légitimité dans ce contexte semble depuis toujours devoir être posée. Si l’on en revient au cadre étymologique, le concept de performance renvoie à l’idée d’accomplir une action, sans qu’aucun a priori ne soit apparent sur la nature, le niveau ou la mesure du résultat à obtenir. Cette question de la performance est d’ailleurs très diversement abordée dans la littérature en management public et en sciences de l’administration. Ses différents positionnements possibles sur un  « continuum », avec d’un côté la conformité aux lois, règlements et choix politiques, et de l’autre le pilotage par les résultats quantitatifs et financiers, laissent de nombreuses marges d'appréciation.

Les travaux dans le symposium s’attacheront à (re)définir l’éthique par rapport aux valeurs démocratiques, professionnelles et de respect de la personne humaine et à la mettre en relation avec le rôle ou la responsabilité des managers en charge de la conception, de la conduite et de l’évaluation des affaires publiques. Conformément à la problématique retenue par le symposium, les questions de déontologie, ainsi que les thèmes touchant à la corruption, pourront être pris en compte, mais uniquement s’ils sont traités en relation avec des problématiques de performance et/ou de management.  Le symposium s’attachera à faire le point sur ces diverses approches et à clarifier les apports ou les risques posés par les  conceptions de la performance pour le service public.

QUESTIONS À  ABORDER

Partant de  ces réflexions, ce symposium a pour objectif d’apporter des éléments de réponse aux questions suivantes :

  • La recherche de la performance comme ‘’nouveau’’ principe directeur de l’action publique peut-elle poser des problèmes d’ordre éthique ? A quel niveau ? De quelle manière ?
  • L'action des gestionnaires publics peut-elle être guidée par des critères éthiques ? Comment peut-on concrètement intégrer une prise en compte de l'éthique dans le cadre d'une gestion de la performance ? Peut-on définir une performance globale, intégrant à la fois des impératifs de résultats nécessaires et une logique éthique fondamentale ?
  • Quels sont les éventuels coûts politiques, managériaux, financiers, voire sociaux d'une prise en compte trop rigoureuse de l'éthique face à la recherche de la performance ? L'existence de codes de bonne conduite suffirait-elle comme garantie éthique sans qu’il soit nécessaire de produire d’autres dispositifs ?
  • Faut-il opposer les formes de management basées sur l’instrumentation de gestion ou le pilotage par les résultats et celles qui privilégient des démarches orientées par l’explicitation du sens et le respect des individus ? Comment les rendre éventuellement compatibles ?
  • Si dérive il peut y avoir dans certains cas, ne risque-t-elle pas de se produire dans les deux sens : la dérive liée aux excès de la recherche de performance d’une part, et celle des excès de préoccupation éthique d’autre part ?

DOMAINES OU DIMENSIONS PRIVILÉGIÉS

Conformément au sujet du symposium, seront en priorité retenues les propositions de communication qui étudieront les relations entre Éthique et Performance en Management Public.

Que cela soit sous la forme d'analyse de cas pratiques ou de réflexion théorique, les communications proposées s'appliqueront à aborder tout ou partie de ces questions. Pour ce faire, elles pourront porter sur un ou plusieurs des domaines ou dimensions suivantes :

Secteurs d'activité :

  • Politique de santé publique
  • Éducation
  • Sécurité publique
  • Environnement…

Fonctions de la gestion :

  • Gestion des ressources humaines dans la fonction publique
  • Management des technologies de l’information et de la communication (la e-administration…)
  • Contrôle de gestion et pilotage de l’action publique
  • Marketing des services publics et des territoires
  • Management de la qualité des services publics
  • Management stratégique de l’organisation publique
  • Processus d’organisation et de décision dans la sphère publique

Dimensions transversales :

  • Principes : « bonne » gestion publique et « bonne » gouvernance, imputabilité et  contrôle, proportionnalité, respect de l'intérêt général, impartialité et neutralité…
  • Relations : les différents niveaux d'intérêt personnel, individuel et collectif, question de l'articulation et de la représentation des intérêts.
  • Instruments de management public : pilotage par objectifs, gestion par résultats, gestion par projet ou par programmes; indicateurs de gestion et évaluation; lien entre efficience, efficacité et effectivité; définition des effets par rapport aux impacts; paradigmes sous-jacents véhiculés par l’instrument et la norme.
  • Cadre de l'action publique et du management : lois, normes et règles, procédures existantes ; pratiques relevant de la « soft law » ; rôle des organismes de régulation, de contrôle et de médiation ; l’éthique et la règle ; Outils et comportements.
  • Acteurs et sujets de la performance : rôle et fonctions attribués aux agents publics, usagers, citoyens; la place des individus derrière les fonctions ; effets des incitations et notations liées aux critères de performance.

PUBLIC VISE

Ce symposium s'adresse à un public pluridisciplinaire d'universitaires et de praticiens,  spécialistes de la chose publique (experts en management public, gestionnaires, juristes, sociologues, économistes, chercheurs en science politique ou en philosophie politique).

PROCEDURE DE SOUMISSION

Les propositions de communication devront parvenir d'ici le 30 mai 2010

par voie électronique aux membres du Comité  de pilotage. Le résultat de la sélection sera communiqué aux participants autour du 15 juin 2010.

La proposition de communication comprendra en 8000 caractères maximum (espaces compris) : une description détaillée de la problématique envisagée, le cadre théorique dans lequel elle s’inscrit, la méthodologie qui sera mise en œuvre, le matériel empirique utilisé, etc. La proposition devra également comprendre des références bibliographiques.

PUBLICATION

Sur la base d'une sélection par le Comité de pilotage, les meilleures présentations feront l'objet d'une publication dans un numéro thématique de la Revue française d'administration publique.

COMITE DE PILOTAGE

  • Annie Bartoli, Professeur des Universités en Sciences de Gestion, co-Directrice du Laboratoire de Recherche en Management LAREQUOI, Université de Versailles St-Quentin en Yvelines : annie.bartoli@uvsq.fr
  • Olivier Keramidas, Enseignant Chercheur – Directeur Adjoint de l’IMPGT, Chercheur au Centre de Recherche en Gestion d'Aix-Marseille, Chargé de mission culture et administrateur de l’Université Paul Cézanne Aix-Marseille III, Olivier.keramidas@univ-cezanne.fr
  • Fabrice Larat, Directeur du Centre d'expertise et de recherche administrative de l'Ecole nationale d'administration, Strasbourg, Rédacteur en chef de la Revue française d’administration publique : fabrice.larat@ena.fr
  • Bachir Mazouz, Professeur Titulaire à l’ENAP - Réseau de l'Université du Québec, Rédacteur en chef de la Revue Management international (Mi) - HEC Montréal : bachir.mazouz@enap.ca

Veuillez adresser une copie de votre proposition ainsi que toute demande de renseignement à Alexis Le Coutour : alexis.lecoutour@ena.fr  Tel. ++33 (0)369204867

Bibliographie indicative

  • Arnsperger C. et Van Parijs P, (2000), Ethique économique et sociale, Paris, La découverte.
  • Bartoli A. (2009), Le management dans les organisations publiques, 3ème édition, Dunod
  • Boisvert, Y. et al., (2005), Qu’est-ce que l’éthique publique ?, Montréal, Liber, collection éthique publique – hors série.
  • Cooper T. L., (2006), The Responsible Administrator: An Approach to Ethics for the Administrative Role, Jossey-Bass; 5th  edition
  • Gawthrop L. (1998), Public Service and Democracy: Ethical Imperatives For the 21st Century (Public Administration and Public Policy) CQ Press;
  • Johnson O. A. & Reath A., (2006), Ethics: Selections from Classic and Contemporary Writers , Wadsworth Publishing; 10th  edition
  • Keramidas O, Rochet C, (2008), « Les organisations publiques face a l’innovation : la crise comme stratégie de changement organisationnel », Revue des Sciences de Gestion, n°228, janvier. 
  • Kitson, A &  Campbell R., (1996), The Ethical Organisation (Macmillan, Houndmills).    
  • Laufer R. et Burlaud  A.,  (1980), Management Public. Gestion et légitimité, Dalloz  
  • Mazouz B. et Tardif, J. B. M (2008), À propos de la performance dans la sphère publique. In D. Proulx, Management des Organisation Publiques, Presses de l’Université du Québec, Ste-Foy. 
  • Mazouz B. (ed), (2008), Le métier de gestionnaire public à l’aube de la gestion par les résultats, Presses Universitaires du Quebec. 
  • Petrick, J. A. & Quinn J.F. (2001), Nature and Value of Management Ethics, in Malachowski, A.(ed.), Bussiness Ethics: Critical Perspectives on Business and Management, Vol.1 (Routledge, London) pp. 55–75.    
  • Silicani, J. L., (2008), Livre blanc sur l’avenir de la fonction publique, Rapport officiel, La Documentation Française. 

Lieux

  • 2 Avenue de l'Observatoire
    Paris, France

Dates

  • dimanche 30 mai 2010

Mots-clés

  • management public, réforme de la fonction publique, nouvelle gestion publique, déontologie, éthique

Contacts

  • Alexis Le Coutour
    courriel : alexis [dot] lecoutour [at] ena [dot] fr

Source de l'information

  • Alexis Le Coutour
    courriel : alexis [dot] lecoutour [at] ena [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Éthique et performance en management public », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 30 avril 2010, http://calenda.org/200998