AccueilL’allégorie dans l’art du Moyen Âge. Formes et fonctions. Héritages, créations, mutations

L’allégorie dans l’art du Moyen Âge. Formes et fonctions. Héritages, créations, mutations

The allegory in the art of the Middle Ages. Forms and functions. Inheritances, creations, changes

*  *  *

Publié le vendredi 30 avril 2010 par Marie Pellen

Résumé

Après le premier colloque du RILMA « Qu'est-ce que nommer ? L'image légendée entre monde monastique et pensée scolastique » (Paris, 17-18 octobre 2008, Actes sous presse aux éditions Brepols, parution en mai 2010 – Etudes du RILMA, 1), centré sur les XIIe et XIIIe siècles, cette seconde rencontre examine une question dans la longue durée, de la fin de l’Antiquité à la première moitié du XVIe siècle. Nous ne donnerons pas une définition préalable de l’allégorie pour l’art médiéval, puisque le colloque est précisément appelé à repenser cette question. Il peut toutefois être utile de repartir de la notion commune d’allégorie comme l’expression d’une idée par une métaphore continuée, soit une des formes du trope.

Annonce

27, 28 et 29 mai 2010

INHA (Institut National d'Histoire de l'Art) - salle Vasari

2 rue Vivienne 75002 Paris

 Le colloque prendra en compte à la fois la conception proprement théologique de l’allégorie, appelée dès les mots de saint Paul, Quae sunt per allegoriam dicta (Epître aux Galates, 4, 24), mais aussi celle plus littéraire et héritée de la rhétorique antique ; la première se voulant fondée sur la Révélation et mise en relation de deux niveaux de réalités ; la seconde sur le plan humain et liée à l’imagination des hommes. Les théologiens du XIIIe siècle donnent à la seconde le nom de sens parabolique (contenu dans le sens littéral, pour saint Thomas), et ils parlent, pour ces écrits profanes, d’integumentum et non d’allégorie. Mais ce ne sont pas deux systèmes clos sur eux-mêmes, et les points communs comme les échanges sont réels.
Même si une conception très générale, provenant de l’Antiquité, est reprise au Moyen Age (selon la formule fameuse chez Isidore de Séville, ou par exemple chez Hugues de Saint-Victor, Aliud dicitur, aliud significatur, « On dit une chose et on en fait entendre une autre »), et même si les études récentes signalent que la distinction entre symbole et allégorie n’est pas nécessairement stricte au Moyen Age, il n’est pas question de traiter ici de tous les aspects du symbole et du symbolisme, et on partira de la notion d’allégorie telle qu’elle est utilisée chez la plupart des historiens de l’art.
Entre une tendance très réelle qui fait de l’allégorisme un des principes fondamentaux de la pensée et de l’art du Moyen Age, et des articulations qui constituent au contraire des moments-clés dans cette histoire, le colloque est appelé à montrer la richesse du thème, faite à la fois de la confrontation des champs concernés, mais aussi des phénomènes d’héritages et de transmission, de créations nouvelles et de mutations, que l’on y observe.

Comité scientifique du colloque :

  • Christian Heck, Université de Lille et IUF
  • Colum Hourihane, Université de Princeton
  • Daniel Russo, Université de Dijon et IUF
  • Armand Strubel, Université de Montpellier

Jeudi 27 mai

9h30 : Accueil

10h00-10h20 : Ouverture et introduction, Christian Heck (Lille 3 et IUF)

Formes, richesses et enjeux de l’allégorie

Président de séance : Christian Heck

10h30-11h00 : Gilbert Dahan (Paris, EPHE), Les usages de l'allégorie dans l'exégèse médiévale : de l'allégorie monastique à l'herméneutique universitaire

11h15-11h45 : Armand Strubel (Montpellier 3), L’allégorie en littérature : une fatalité ?

12h00 : Pause déjeuner

Entre l’église et l’Eglise

Président de séance : Armand Strubel (Montpellier 3)

14h00-14h30 : Peter Kurmann (Fribourg), La cathédrale gothique : transposition en images de l’allégorie de la Jérusalem céleste ?

14h45-15h15 : Daniel Russo (Dijon et IUF), Allégorie, analogie, paradigme. Étude sur la peinture de l’Église dominicaine par Andrea di Bonaiuto, à Florence, 1365/1367

15h30-16h00 : Cécile Voyer (Bordeaux 3), L'allégorie de la Synagogue dans les manuscrits peints, une représentation ambivalente du judaïsme

16h15 : pause

16h30-17h00 : Brigitte D’Hainaut-Zveny (Bruxelles), L’iconographie des retables et l’interprétation allégorique des rituels liturgiques

17h15-17h45 : Al Acres (Princeton), What happens when Christ sleeps

18h00 : fin de la journée

Vendredi 28 mai

Entre sacré et profane

Président de séance : Peter Kurmann (Fribourg)

9h00-9h30 : Jacqueline Leclercq-Marx (Bruxelles), L'illustration du Physiologus grec et latin, entre littéralité et réinterprétation de l'allégorie textuelle (IXe-XIIe siècles)

9h45-10h15 : Rémy Cordonnier (Bruxelles), L'illustration du bestiaire : identité allégorique et allégorie identitaire

10h30 : pause

10h45-11h15 : Catherine Jolivet-Lévy (Paris, EPHE), Formes et fonction de l’allégorie dans l’iconographie mésobyzantine : un héritage antique revisité

11h30-12h00 : Colum Hourihane (Princeton), Pontius Pilatus’Guardian. The dog in medieval Passion iconography

12h15 : pause déjeuner

Typologies, parallèles, comparaisons

Président de séance : Daniel Russo (Dijon et IUF)

14h00-14h30 : Hervé Boëdec (Lille 3), Allégorie et figuration de l'idéal monastique à la fin du Moyen Age : l'exemple du Bain mystique de Jean Bellegambe (vers 1520)

14h45-15h15 : Marc Gil (Lille 3), L’art sigillaire se prête-t-il à la production d’images allégoriques ?

15h30-16h00 : Maria Alessandra Bilotta (Avignon), Formes et fonctions de l’allégorie dans l’illustration des manuscrits juridiques (XIIIe – XIVe siècles)

16h15 : pause

16h30-17h00 : Alejandro García Avilés (Murcia), Allégories de la magie dans l’art du Moyen Age

17h15-17h45 : Martine Clouzot (Dijon), Les allégories de la musique dans les livres peints (XIIIe – XVe siècle) : figures et typologies, réminiscences et transformations

18h00 : fin de la journée 

Samedi 29 mai

Allégories et créations littéraires

Président de séance : Pascale Charron (Tours)

9h00-9h30 : Herman Braet (Anvers), Physionomie du personnage allégorique dans l’iconographie du Roman de la Rose

9h45-10h15 : Julia Drobinsky (Paris 10), Les visages de l’amour. L’Amour allégorisé dans les manuscrits de Guillaume de Machaut

10h30 : pause

10h45-11h15 : Anne-Marie Barbier (Lille 3), Dessein avoué et intentions voilées dans les représentations allégoriques de l’Epistre Othea  de Christine de Pizan

11h30-12h00 : Sandrine Pagenot (Paris 4), Le Songe de Pestilence de Henri de Ferrières

12h15 : pause déjeuner

La fin du Moyen Age : un temps de l’allégorie ?

Président de séance : Brigitte D’Hainaut-Zveny (Bruxelles)

14h00-14h30 : Antonella Fenech Kroke (Paris 1), Continuité ou rupture ? Le langage de l’allégorie et de la personnification dans les arts à l’aube des temps modernes

14h45-15h15 : Laurent Hablot (Poitiers), Allégories religieuses et emblématique princière de la fin du Moyen Age

15h30 : pause

15h45-16h15 : Pascale Charron (Tours), Les arts libéraux dans la tapisserie à la fin du Moyen Âge : entre  iconographie savante et pratique d'atelier

16h30-17h00 : Rose-Marie Ferré (Paris 4), Des effets littéraires à la création monumentale : « Dire et voir autrement » la mort de soi. Le tombeau de corps du roi René à la cathédrale d’Angers

17h15 : Table ronde finale

18h00 : fin du colloque

Entrée libre sur inscription préalable par simple demande adressée à Audrey Ségard, responsable de l’organisation : audrey.segard@univ-lille3.fr

----

Les colloques du RILMA

Le RILMA est un programme d'histoire de l'art fondé sur une recherche collective, internationale et interdisciplinaire. Le noyau en est la collection des volumes du Corpus, qui présenteront les cycles d'illustrations des œuvres de la littérature médiévale, lorsqu'ils constituent des ensembles spécifiques et significatifs (Michel Jean-Louis Perrin, L’iconographie de la Gloire à la sainte croix, de Raban Maur, Turnhout, Brepols, 2009 – Corpus du RILMA, 1 ; onze autres volumes en préparation). Dans une perspective plus large et sans se limiter à l’enluminure, les Colloques du RILMA examinent des problématiques d’iconographie à travers tous les domaines de la création artistique, en cherchant à éclairer l’histoire des idées et de la culture du Moyen Age. Le RILMA est un programme de l’Institut Universitaire de France (Chaire d’iconographie médiévale), et rattaché au Centre de Recherches IRHIS (UMR 8529) de l’Université de Lille 3.

Colloque international organisé par l'IUF/RILMA

Lieux

  • Institut National d'Histoire de l'Art - salle Vasari - 2, rue Vivienne
    Paris, France

Dates

  • jeudi 27 mai 2010
  • vendredi 28 mai 2010
  • samedi 29 mai 2010

Mots-clés

  • allégorie, Moyen Âge, création artistique

Contacts

  • Audrey Ségard
    courriel : audrey [dot] segard [at] univ-lille3 [dot] fr

Source de l'information

  • Audrey Ségard
    courriel : audrey [dot] segard [at] univ-lille3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L’allégorie dans l’art du Moyen Âge. Formes et fonctions. Héritages, créations, mutations », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 30 avril 2010, http://calenda.org/201020