AccueilL’étude des aqueducs et des ouvrages hydrauliques romains et médiévaux

L’étude des aqueducs et des ouvrages hydrauliques romains et médiévaux

Nouvelles approches en Bourgogne et dans les régions voisines

*  *  *

Publié le lundi 03 mai 2010 par Marie Pellen

Résumé

Les récentes études des aqueducs et des ouvrages hydrauliques romains et médiévaux ont souvent été l'occasion d'expérimenter de nouvelles approches facilitant leur interprétation. Elles permettent notamment d’affiner la chronologie de certains ouvrages, de définir des techniques de construction spécifiques et de mettre en relation les ouvrages hydrauliques avec les autres édifices dans un contexte plus large (zone rurale, site urbain, espace civil ou cultuel). Cette journée d'étude dans le cadre d'un séminaire de recherche de Master permettra de diffuser ces résultats et de confronter les différentes approches développées récemment en Bourgogne et dans les régions voisines.

Annonce

Résumé :

Les études des aqueducs et des ouvrages hydrauliques romains et médiévaux se sont multipliées depuis plusieurs années en France.
Traditionnellement, les aqueducs sont appréhendés comme des entités singulières et
autonomes, détachées de la ville et des structures qu’elles pourraient desservir. L’analyse du
tracé, du nivellement et des ouvrages d’art est généralement privilégiée.
Cependant, les approches tendent à se renouveler. En effet, la multiplication des types
d’ouvrages, leur spécificité morphologique et constructive mais surtout, la difficulté d’accès
aux structures archéologiques le plus souvent souterraines, ont conduit à réviser les approches et à développer de nouvelles méthodes de recherche propres à ces ouvrages afin de les analyser convenablement. Dans ce contexte, la Bourgogne et les régions septentrionales de la France ne font pas exception.
Ces méthodes sont de natures diverses : il peut s’agir d’analyses non agressives telles que des prospections pédestres associées à des relevés au GPS ou au radar et des photographies numériques systématiques. L’archéologie du bâti favorise également une analyse architecturale plus poussée des élévations. Par ailleurs, la réalisation de sondages réguliers livre à la fois des informations relatives aux techniques de construction (maçonnerie, coffrage en bois…) mais aussi à l’organisation du chantier (différentes équipes, zone de stockage des matériaux…). La prise en compte de la géologie associée à l’étude des matériaux constitutifs (analyses pétrographiques ou des mortiers, des charbons, des dépôts carbonatés) contribuent à une analyse plus fine des données. Les méthodes ne sont pas exclusives mais adaptées aux problématiques de recherche et aux moyens mis en œuvre.
Ces nouvelles approches, tout en intégrant les méthodes traditionnelles, livrent des résultats
parfois inattendus et élargissent les problématiques. Elles permettent notamment d’affiner la
chronologie de certains ouvrages, de définir des techniques de construction spécifiques et de
mettre en relation les ouvrages hydrauliques avec les autres édifices dans un contexte plus
large (zone rurale, site urbain, espace civil ou cultuel).
Ainsi, il paraît nécessaire de diffuser les résultats et de confronter les différentes approches
développées récemment en Bourgogne et dans les régions voisines.

Programme :

Matin

10h : INTRODUCTION par Vincent Tabbagh (Professeur d’Histoire médiévale à l’université de Bourgogne, responsable de la section MAM, UMR 5594 ArTeHiS)

10h15 : Benoit Rouzeau (Doctorant à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8589): Les structures hydrauliques mises en place par les moines blancs de Morimond dans leur abbaye et dans leurs granges du XIIe au XVIIIe siècle.

10h45 : Gilles Rollier (archéologue INRAP, UMR 5138, archéométrie et archéologie): Les réseaux hydrauliques médiévaux de Cluny

11h15 : Anne-Sophie Vigot (archéologue Eveha): L'aqueduc de Clermont-Ferrand

11h45 : Laetitia Borau (Doctorante à l’université de Paris IV-Sorbonne, ATER à l’université de Bourgogne) : Analyse des équipements hydrauliques d’Augustodunum-Autun.

12h15 : Discussion

12h30 : Repas

Après-midi

14h : Marianne Surgent (Doctorante à l’université de Paris X-Nanterre, Chargée d’Etudes pour le SRA Centre): L'alimentation en eau par les aqueducs des chefs-lieux de cité : Bourges, Tours, Chartres et Orléans.

14h30 : Frédéric Rivière (Chercheur associé UMR 5594 ArTeHiS): L'apport d'une analyse
pétroarchéologique des mortiers à l'étude des aqueducs antiques : l'exemple de l'aqueduc de Traslay (Cher).

15h : Aldo Borlenghi (Docteur en archéologie classique à l’université de Rome 1 et Aix-Marseille 1, ATER à l’université de Bourgogne) : L'aqueduc du Gier à Lyon: l'application des méthodes de l'archéologie du bâti

15h30 : Claire Chomer (Doctorante à l’université Lumière-Lyon 2, ATER à l’université du Littoral-Cote d'Opale) : L'alimentation en eau de Lugdunum : le dossier des réservoirs

16h : Discussion

16h15 : CONCLUSION : Jean Burdy (Spécialiste des aqueducs romains)

Lieu :

Université de Bourgogne,
UFR de Sciences Humaines.
Bâtiment Droit-Lettres,
Salle 223, 2e étage
4 Boulevard Gabriel, 21000 DIJON

Accès en bus: depuis la Gare SNCF, prendre la ligne de bus « Liane 5 » et descendre à l’arrêt
« Mansard » (durée 20 minutes).

Entrée Libre

Lieux

  • Université de Bourgogne, Bâtiment UFR Sciences Humaines, 2e étage, Salle 223, 4 Boulevard Gabriel, 21000 DIJON
    Dijon, France

Dates

  • jeudi 06 mai 2010

Fichiers attachés

Mots-clés

  • aqueduc, hydraulique, réseau hydraulique, méthode archéologique

Contacts

  • Laetitia Borau
    courriel : Laetitia [dot] Borau [at] u-bourgogne [dot] fr
  • Aldo Borlenghi
    courriel : aldo [dot] borlenghi [at] univ-lyon2 [dot] fr

Source de l'information

  • claire chomer
    courriel : claire [dot] chomer [at] univ-lyon2 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L’étude des aqueducs et des ouvrages hydrauliques romains et médiévaux », Séminaire, Calenda, Publié le lundi 03 mai 2010, http://calenda.org/201038