AccueilActivités de production et réseaux inter-organisationnels

Activités de production et réseaux inter-organisationnels

Production activities and inter-organizational networks

Revue REDES. Numéro monographique

Special issue REDES

*  *  *

Publié le mercredi 19 mai 2010 par Marie Pellen

Résumé

Ce numéro spécial a l’ambition de contribuer à une réflexion générale sur le fonctionnement des activités de production ainsi que sur la manière d’accompagner efficacement celles-ci. Au cours des deux dernières décennies, ces activités de productions sont devenues plus distribuées entre de multiples organisations et les circulations des individus entre les organisations se sont accrues. La compréhension des caractéristiques structurales, culturelles, identitaires, ainsi que des stratégies des groupes et des communautés hétérogènes – qui s’associent dans le développement des activités économiques – est nécessaire dans un contexte globalisé où les responsabilités, les liens de propriété et les inégalités sont distribués bien au-delà des capacités d’appréhension de l’individu isolé.

Annonce

Numéro monographique
”Activités de production et réseaux inter-organisationnels”
REDES. REVISTA HISPANA PARA EL ANÁLISIS DE REDES SOCIALES
Numéro spécial, 2011

REDES, Revista Hispana para el Análisis de Redes Sociales, est l’une des quatre revues internationales spécialisées dans les analyses des réseaux sociaux.

REDES est une revue électronique avec comité de lecture. Ses contenus éditoriaux combinent la sélection de recherches empiriques originales, la diffusion de traductions de textes non disponibles en espagnol, qu’il s’agisse de travaux classiques ou d’un impact significatif dans le domaine des analyses de réseaux, et la publication des premiers résultats de recherche de jeunes chercheurs.

Ses langues officielles sont l’espagnol et le portugais mais elle publie aussi les textes reçus en anglais ou en français si leurs auteurs le souhaitent.

Depuis sa création, en 2002, Redes a publié plus de 150 articles dans 17 numéros. La revue compte 1400 abonnés et elle reçoit plus de 800 visites quotidiennes.

1. Appel à contribution

Ce numéro spécial a l’ambition de contribuer à une réflexion générale sur le fonctionnement des activités de production ainsi que sur la manière d’accompagner efficacement celles-ci. Au cours des deux dernières décennies, ces activités de productions sont devenues plus distribuées entre de multiples organisations et les circulations des individus entre les organisations se sont accrues. La compréhension des caractéristiques structurales, culturelles, identitaires, ainsi que des stratégies des groupes et des communautés hétérogènes – qui s’associent dans le développement des activités économiques – est nécessaire dans un contexte globalisé où les responsabilités, les liens de propriété et les inégalités sont distribués bien au-delà des capacités d’appréhension de l’individu isolé.

Les réseaux inter-organisationnels sont l’objet d’un nombre croissant d’études. Dans un contexte accru de spécialisation, ce sont les échanges entre organisations qui permettent l’articulation des ressources nécessaires au développement de nombreux types d’activités. Au cours de son histoire, la sociologie économique s’est confrontée au caractère inter-organisationnel des processus qu’elle étudie. Depuis les travaux fondateurs de Harrison White (1981) et ses disciples, les activités économiques ne peuvent être comprises sans considérer les structures sociales qui leur servent de support. Ces structures sont importantes dans la compréhension du fonctionnement des marchés et des industries, car elles rendent compte du système d’opportunités et de contraintes dans lequel évoluent les acteurs. Le développement de ces travaux autour de la notion de capital social (Coleman, 1990), d’encastrement (Polanyi, 1944; Granovetter, 1985) ou de l’approche néo-structurale (Lazega, 2001), a montré que les interdépendances entre les organisations ne sont pas toutes de nature économique. Les expériences, les identités, les valeurs ou les statuts sociaux constituent également des ressources qui circulent entre les acteurs, et qui s’articulent aux ressources économiques. Au cœur des transactions économiques demeure une dimension socio-structurale.

L’analyse de réseaux sociaux s’avère particulièrement pertinente dans la compréhension des phénomènes inter-organisationnels. Parmi les recherches existantes, il est possible d’identifier deux grands sous-groupes de travaux. Dans le premier, les chercheurs analysent les interdépendances contractuelles/formelles qui relient les organisations. Ces études ont permis, par exemple, d’identifier les conditions dans lesquelles les organisations sont capables de conquérir une position centrale au sein d’une industrie, d’influer sur les pouvoirs qui régulent leurs activités ou encore de s’adapter aux changements normatifs ou technologiques. Dans le second groupe, on retrouve les travaux qui examinent les relations personnelles/informelles qu’entretiennent les membres d’organisations différentes. Ces travaux ont montré par exemple l’effet des relations multiplexes dans la prise de décisions stratégiques, les mécanismes de coordination qui caractérisent le processus d’apprentissage, ou encore les stratégies multiniveaux associées aux performances des acteurs.

Pour ce numéro spécial consacré aux réseaux inter-organisationnels, ces deux approches sont les bienvenues. Les contributions attendues explorent, à ce niveau d’analyse, le fonctionnement d’un secteur d’activité, qu’il soit culturel, scientifique, industriel, financier, politique, etc. Les types de relations inter-organisationnelles observées ne sont limités que par la créativité des chercheurs. Il peut s’agir, par exemple, de travaux explorant la mobilité professionnelle des techniciens, des scientifiques ou des dirigeants d’entreprise ; de travaux s’intéressant aux contrats de R & D, de service ou entre les entreprises et leurs fournisseurs ; d’études sur les réseaux de connaissance ou d’amitié entre entrepreneurs, chercheurs ou professionnels ; ou encore d’enquêtes sur les réseaux pilotés, dans la santé, l’armée, ou les clusters industriels. Les articles théoriques ou méthodologiques seront considérés dans la mesure où ils offrent de nouveaux outils ou de nouvelles pistes de réflexions pour la prise en compte des contraintes spécifiques de l’étude des réseaux inter-organisationnels.

2. Envoi des manuscrits

Le calendrier proposé est le suivant:

• Envoi des résumés et propositions de contribution (env. 2500 signes) avant : 19 juillet 2010 (Cette étape est optionnelle).
• Envoi des textes définitifs avant : 17 janvier 2011
• Publication en ligne : au long de l’année 2011

MERCI D’UTILISER LE FORMAT DU DOCUMENT DISPONIBLE A L’ADRESSE SUIVANTE :
http://revista-redes.rediris.es/Plantilla.dot

MERCI D’ENVOYER LES PROPOSTIONS A :
alvaro.pina-stranger@dauphine.fr

ET LES TEXTES VIA LE SITE :
http://antropologia.uab.es/ojs-2.2/index.php/redes/user

3. Coordination du numéro

Álvaro PINA-STRANGER
Université Paris-Dauphine
alvaro.pina-stranger@dauphine.fr

Antoine VERNET
Université de Nanterre / Université Paris I
antoine.vernet@u-paris10.fr

Emmanuel LAZEGA
Université Paris-Dauphine
emmanuel.lazega@dauphine.fr

Dates

  • lundi 17 janvier 2011

Mots-clés

  • réseaux inter-organisationnels, activités de production, sociologie économique, capital social, encastrement, approche néo-structurale, processus sociaux

Contacts

  • Álvaro PINA-STRANGER
    courriel : alvaro [dot] pina-stranger [at] dauphine [dot] fr

Source de l'information

  • Álvaro PINA-STRANGER
    courriel : alvaro [dot] pina-stranger [at] dauphine [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Activités de production et réseaux inter-organisationnels », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 19 mai 2010, http://calenda.org/201183