AccueilLa mise en vitrine de l’espace dans le monde arabe : acteurs, enjeux, processus

La mise en vitrine de l’espace dans le monde arabe : acteurs, enjeux, processus

The Showcasing of Space in the Arab World: Actors, Stakes and Process

*  *  *

Publié le jeudi 03 juin 2010 par Marie Pellen

Résumé

Le terme de « vitrine », défini comme « ce que l’on expose, où l’on expose, pour flatter » dans Les mots de la géographie[1] (Brunet, Ferras et Théry, 1993) ou comme le lieu où l’on met en valeur un produit pour le vendre dans l’usage courant, n’est utilisé en sciences sociales qu’en tant que notion qualifiant un lieu ou un projet spatial. Pourtant, il peut s’apparenter au résultat d’un processus à l’initiative d’acteurs cherchant à promouvoir un territoire ou une idéologie par la mise en scène d’un espace géographique. Selon cette définition, la notion de « mise en vitrine » permet d’étudier la production et l’appropriation (par des usagers) d’espaces faisant l’objet d’une attention définie dans le cadre des politiques de marketing urbain.

Annonce

Le terme de « vitrine », défini comme « ce que l’on expose, où l’on expose, pour flatter » dans  Les mots de la géographie[1] (Brunet, Ferras et Théry, 1993) ou comme le lieu où l’on met en valeur un produit pour le vendre dans l’usage courant, n’est utilisé en sciences sociales qu’en tant que notion qualifiant un lieu ou un projet spatial. Pourtant, il peut s’apparenter au résultat d’un processus à l’initiative d’acteurs cherchant à promouvoir un territoire ou une idéologie par la mise en scène d’un espace géographique. Selon cette définition, la notion de « mise en vitrine » permet d’étudier la production et l’appropriation (par des usagers) d’espaces faisant l’objet d’une attention définie dans le cadre des politiques de marketing urbain.

A partir des travaux réalisés sur le marketing urbain[2] et sur la production d’images urbaines[3], ce séminaire portant sur la notion de « mise en vitrine » propose d’ouvrir la réflexion sur l’interaction entre production et usage des espaces urbains dans des contextes où le développement et la construction nationale constituent des idéologies prioritaires.

Il s’agirait d’y analyser des projets urbains et touristiques, qui peuvent traduire aujourd’hui une mise en vitrine de la ville destinée à l’attraction d’investisseurs étrangers par la mise en scène d’un territoire. Nous aimerions y rassembler et confronter différentes approches de sciences sociales (anthropologie, sociologie, géographie, économie, droit) étudiant directement ou indirectement la production de projets urbains afin de faire apparaître la dimension heuristique de la notion de « mise en vitrine » comme axe d’analyse des enjeux géographiques des villes du monde arabe.

En focalisant notre approche sur le contexte du monde arabe et méditerranéen, nous questionnerons les aménagements de l’espace qui s’apparentent à une fabrication de « vitrines urbaines ». Ces vitrines prennent la forme d’aménagements de grande ampleur comme la tour Burj Khalifa à Dubaï, la Zone Economique Spéciale d’Aqaba (A.S.E.Z[4]), l’espace public du centre historique de Marrakech, le projet de station touristique Ouarzazate Mansour Lake City à Ouarzazate ou encore la mise en place de la technopole « Smart Village » au Caire. Au regard de ces ambitieux projets d’aménagement qui se distinguent par la mobilisation de lourds investissements, la mise en œuvre d’un modèle d’urbanisme aujourd’hui dominant (espaces résidentiels et de loisirs de haut standing, implantation de commerces franchisés) et leur intégration à des politiques de développement économique et social particulièrement tournées vers l’étranger, le terme de « vitrine » revêt dans le cadre du monde arabe et méditerranéen une dimension qui dépasse l’usage lexical courant.

Afin d’appréhender au mieux la dimension internationale et le caractère extraterritorial de ces espaces « mis en vitrine », il pourrait être pertinent d’analyser les jeux d’échelle impliqués par ce processus,  notamment en confrontant les différentes approches appliquées à des terrains diversifiés. Cette journée d’étude serait alors un lieu privilégié pour débattre sur :

  • Les modalités de la production des vitrines urbaines. Nous nous interrogerons sur l’éventuelle émergence de nouvelles formes de régulations économico-politiques qui sous-tendent le processus de mise en vitrine des territoires. Cette réflexion invite à définir les systèmes d’acteurs au cœur des projets ainsi que les enjeux multidimensionnels – politiques et économiques - qui les structurent.

  • Le choix des outils et vecteurs de communication mobilisés pour vendre ces espaces. Nous y questionnerons les discours de diverses natures (brochure, vidéos, site web, etc.) participant au processus de mise en vitrine des territoires tout en favorisant un renouvellement de l’image territoriale et identitaire. L’analyse de discours portant sur des espaces européens pourrait s’intégrer au séminaire. Cela permettrait notamment de s’interroger sur la circulation des modèles de villes et des pratiques de communication. 

  • Les effets territoriaux de la mise en vitrine. Nous souhaiterions observer à partir d’études de cas, la manière dont les sociétés civiles locales interagissent avec ces nouveaux espaces. Pour mener à bien ce raisonnement, nous pourrons nous intéresser tout particulièrement aux usages, aux éventuelles formes d’intégration et/ou de ségrégation et de fragmentation socio-spatiales impliquées par ce processus de « mise en vitrine ».

À l’issue de ce séminaire, nous aimerions débattre sur « la mise en vitrine » des espaces, en nous demandant si davantage qu’une expression, elle constitue un discours en acte (Lussault) dont l’étude permettrait de saisir l’évolution des espaces et des sociétés du monde arabe et méditerranéen.

Lundi 14 juin de 9h30 à 16h30,

2ème étage de la MSH de Tours

Matinée : 9h30-12h

Matthieu Alaime :
Doctorant en Géographie
Ouverture de la journée

Hélène Bailleul :
Docteure en Aménagement Urbanisme
Mise en vitrine et logiques de production de la ville : l’exemple de deux projets urbains de quartier à Tours et au Havre.

Stéphane Loret :
Doctorant en Géographie
Concevoir et imposer une image du centre-ville de Beyrouth : communication, régulation et gestion de projet dans le processus de reconstruction.

Discussion

Après-midi : 14h-16h30

Vincent Gatin :
Doctorant en géographie
Espaces publics vitrines dans la ville Marocaine : le cas de Marrakech

Myriam Bacha :
Docteure en histoire de l’art
"La" médina tunisienne : retour sur la fabrication d'un modèle à vocation touristique

Discussion

Marie-Astrid Choplin :
doctorante en géographie
Clôture de la journée


[1] A ce jour, il s’agit de la seule définition de ce terme dans les différents dictionnaires de géographie.

[2] Muriel Rosemberg-Lasorne définit le marketing urbain comme « l’ensemble des moyens mis en œuvre pour promouvoir l’image de la ville. Il apparaît comme une démarche stratégique et comme le résultat de cette démarche, c’est-à-dire ce que produit le marketing : les images publicitaires, les textes promotionnels, les événements médiatisés. » (Muriel Rosemberg-Lasorne, « Marketing urbain et projet de ville : parole et représentations géographiques des acteurs », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, urbanisme, document 32, mis en ligne le 23 octobre 1997).

[3] Nous référons ici aux travaux d’André Vant sur Saint Etienne, Michel Lussault sur Tours et Alain Mons sur la métaphore sociale.

[4] Aqaba Special Economic Zone.

 

Lieux

  • Maison des Sciences de l'Homme, 33 allée Ferdinand de lesseps, BP 60449
    Tours, France

Dates

  • lundi 14 juin 2010

Mots-clés

  • mise en vitrine, monde arabe, systèmes d’acteurs, projets d’aménagement, marketing territorial, showcasing, arabic world, actors systems, town planning projects, territorial marketing

Contacts

  • marie-astrid choplin
    courriel : choplinmarie [at] voila [dot] fr

Source de l'information

  • marie-astrid choplin
    courriel : choplinmarie [at] voila [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La mise en vitrine de l’espace dans le monde arabe : acteurs, enjeux, processus », Journée d'étude, Calenda, Publié le jeudi 03 juin 2010, http://calenda.org/201194