AccueilInégalités scolaires au Sud : genèse, transformation et reproduction

Inégalités scolaires au Sud : genèse, transformation et reproduction

School inequalities in developing countries: Genesis, transformation, reproduction

Autrepart, numéro 58 dirigé par Nolwen Henaff (IRD) et Marie-France Lange (IRD)

Special issue of Autrepart n° 58 (2011) by Nolwen Henaff (IRD) and Marie-France Lange (IRD)

*  *  *

Publié le mardi 25 mai 2010 par Marie Pellen

Résumé

Ceci est un appel à contributions pour le numéro 58 de la revue Autrapart (IRD). Ce numéro, à paraître en Juin 2011 (2/2011), est coordonné par Nolwen HENAFF (IRD) et Marie-France LANGE (IRD).

Annonce

Nolwen HENAFF (IRD) et Marie-France LANGE (IRD)

Le contexte éducatif dans les pays du Sud s’est profondément modifié au cours des dernières décennies. Les pays du Sud, bien qu’à des degrés encore variables, tendent aujourd’hui à s’aligner sur les normes scolaires produites par les conférences et organisations internationales, et l’école s’est imposée comme le modèle dominant en éducation. L’acquisition et la maîtrise des savoirs qui y sont dispensés sont la clé de la participation à la vie économique, sociale et politique. Alors que partout ou presque, la scolarisation progresse, les inégalités s’accroissent, se reproduisent ou se transforment.
La question des inégalités se pose en termes différents en fonction du degré de développement des systèmes éducatifs et de leur niveau d’internationalisation, et du niveau éducatif considéré. Si les problèmes d’accès à l’école demeurent centraux dans les systèmes dans lesquels les taux de scolarisation sont les plus faibles, il apparaît désormais évident que l’effectivité de la couverture scolaire et l’adhésion des parents à l’institution scolaire sont étroitement liées à la qualité, réelle ou perçue, de l’éducation. L’accès à l’éducation ne garantit pas en effet les apprentissages. Les élèves doivent non seulement aller à l’école ou à l’université, mais y acquérir les connaissances qui leur permettront de s’y maintenir et d’y progresser d’une classe à une autre, d’un niveau à un autre. Au fur et à mesure du développement et de la massification de l’éducation, la question de l’accès tend à se déplacer vers les différents niveaux successifs du secteur éducatif, de l’enseignement primaire à l’enseignement supérieur. Parallèlement, le développement de l’éducation tend à modifier la composition du public scolaire et les conditions d’enseignement, en permettant à de nouvelles catégories d’élèves et d’étudiants d’avoir la possibilité de faire des études, ce qui fait peser de nouvelles pressions sur les apprentissages. Ainsi, alors que la question de l’accès à l’éducation reste importante dans les pays du Sud, se pose de manière croissante celle de l’accès aux savoirs. L’élargissement des possibilités offertes par la mondialisation aux individus et aux pays dont le niveau d’éducation et de formation est élevé souligne a contrario le risque de marginalisation économique et d’exclusion sociale pour les autres. La question des inégalités éducatives est donc au cœur d’enjeux socioéconomiques majeurs pour les pays du Sud.
Ce numéro d’Autrepart propose d’analyser les inégalités éducatives à la fois d’un point de vue des politiques éducatives et des stratégies familiales. Il cherchera à prendre en compte les diverses expressions des inégalités face à l’éducation selon les régions et les cycles d’enseignement étudiés. Les rapides transformations que connaissent les systèmes scolaires des pays du Sud permettent d’aborder les inégalités sur un plan à la fois diachronique et synchronique. Les articles peuvent donc opter résolument en faveur d’une démarche historique ou présenter un état des lieux des inégalités éducatives dans un contexte donné.

Pour exemple, la question des inégalités éducatives pourra être abordée :

  • à travers le prisme de la relation entre inégalités socioéconomiques et inégalités éducatives. On pourra par exemple analyser le rôle de l’offre d’éducation (aux différents niveaux du système) des stratégies des familles et des communautés dans la reproduction ou l’amplification des inégalités. On pourra aussi s’interroger sur le rôle que jouent les politiques éducatives et les systèmes de remédiation en matière d’inégalités éducatives, ou sur l’impact des choix des familles (choix d’établissements scolaires, de parcours scolaires, recours à l’enseignement privé ou aux cours supplémentaires)…
  • dans leur répartition spatiale à travers l’identification des processus à l’œuvre en milieu urbain (entre les centres et les périphéries), au sein du milieu rural (zones enclavées ou non), entre villes et campagnes… Les processus de décentralisation en cours dans de nombreux pays du Sud peuvent aussi servir de cadre pour analyser les effets des politiques sur l’accroissement ou la réduction des inégalités scolaires.
  • sous l’angle des relations de genre et des inégalités scolaires selon le sexe (accès à l’école, survie et réussite scolaires, choix des filières et des établissements, politiques mises en œuvre ou stratégies familiales, etc.).
  • en fonction des appartenances ethniques, religieuses et linguistiques. On pourra se demander dans quelle mesure la progression de la scolarisation contribue à modifier la situation des groupes minoritaires en termes de couverture scolaire et de demande d’éducation.
  • à partir de la représentation qu’en ont les différents acteurs (responsables politiques, cadres du système éducatif, enseignants, syndicats, familles, élèves et étudiants…). Les rapides évolutions des systèmes éducatifs du Sud (tant du point de vue de leur massification que de leur organisation) conjuguées aux discours officiels d’une école pour tous induisent en effet des transformations dans la perception des inégalités scolaires.
Certaines des thématiques citées ci-dessus pourront bien évidemment être articulées entre elles si la problématique développée par l’auteur le justifie. Les propositions d’article devront définir la zone étudiée, le ou les cycles retenus, ainsi que la problématique et la méthodologie proposées. Ce numéro est ouvert aux différentes disciplines qui investissent le champ de l’éducation, en particulier l’économie, la sociologie, l’anthropologie, la démographie, l’histoire, la géographie et les sciences de l’éducation.

Les propositions de contributions (titre et résumé de 1500 caractères max.) sont à envoyer sous format word le lundi 14 juin 2010 au plus tard à l'adresse suivante :
autrepart@ird.fr

Après sélection vous aurez 4 mois pour rédiger l’article

Nous vous rappelons également que vous pouvez à tout moment nous proposer un article pour notre numéro Varia annuel.

Vous pouvez aussi nous faire des propositions pour l'édition scientifique de numéros thématiques. Voir détails ici :
http://www.autrepart.ird.fr/appel_communication.html

Dates

  • lundi 14 juin 2010

Contacts

  • Hadrien Pottier
    courriel : autrepart [at] ird [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Hadrien Pottier
    courriel : autrepart [at] ird [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Inégalités scolaires au Sud : genèse, transformation et reproduction », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 25 mai 2010, http://calenda.org/201270