AccueilLe roi fontaine de justice, Moyen Âge / Renaissance

*  *  *

Publié le mercredi 02 juin 2010

Résumé

En avril 1454, Charles VII, par l’ordonnance de Montils-lès-Tours, ordonne la rédaction officielle des coutumes, ce qui fait de lui un « roi, fontaine de Justice », appellation que pourront également revêtir ses successeurs. En se posant ainsi comme un bon législateur, le roi s’inscrit dans une longue tradition, au moins symbolique, qui veut que le roi soit garant de la justice et du droit, comme en témoignent les traités de gouvernement des princes, les ouvrages didactiques et politiques tels qu’ils se développent largement en Italie dès le Trecento, en France surtout à partir du XIVe siècle, ainsi que les modèles fournis par l’histoire, profane ou biblique, imaginaire ou réelle (Salomon, Trajan, Justinien, Charlemagne, saint Louis sous son chêne, etc.). C’est donc la figure du roi « fontaine de justice », et plus largement les relations entre justice et pouvoir royal, qu’il s’agira ici d’étudier d’un point de vue tant historique que juridique et littéraire, dans les sources documentaires, les textes théoriques et politiques, la littérature, au Moyen Âge comme à la Renaissance.

Annonce

En avril 1454, le roi Charles VII, par l’ordonnance de Montils-lès-Tours, ordonne la rédaction officielle des coutumes, sous son autorité royale, ce qui fait de lui un « roi, fontaine de Justice », appellation que pourront également revêtir ses successeurs. En se posant ainsi comme un bon législateur, réorganisateur du droit du royaume, Charles VII s’inscrit dans une longue tradition, au moins symbolique, qui veut que le roi soit garant de la justice et du droit, d’un point de vue moral comme juridique. Les traités de gouvernement des princes (les Miroirs des princes), les ouvrages didactiques et politiques tels qu’ils se développent largement en Italie dès le Trecento, en France surtout à partir du XIVe siècle, avec comme point de référence le texte pionnier de Jean de Salisbury, le Policraticus (XIIe s.), insistent, entre autres, sur ces qualités que le roi doit posséder.
Les modèles sont fournis par l’Histoire, profane ou biblique, imaginaire ou réelle (Salomon, Trajan, Justinien, Charlemagne, saint Louis sous son chêne, etc.). Saint Louis ne fut pas que l’image (d’Epinal !!) d’un souverain rendant la justice devant son peuple ; il fut aussi législateur, promulguant de nombreuses ordonnances et patronnant des ouvrages à caractère éminemment juridique (Enseignements saint Louis, Livre de jostice et de plaid). Mais c’est sans doute avec Philippe IV le Bel et la montée des légistes qu’il encouragea qu’un tournant fut pris en France dans la conscience forte que le roi était le dispensateur de la justice, l’organisateur du droit. De Charles V à Henri IV, la justice devient ainsi l’une des grandes prérogatives royales, phénomène que favorisent à des degrés divers le développement d’une véritable pensée politique, surtout depuis le XIVe siècle (Marsile de Padoue, Guillaume d’Ockham, puis ‘traductions’ de Nicole Oresme ou de Raoul de Presles…), l’uniformisation progressive des pratiques juridiques et du droit, sans compter l’affirmation toujours plus forte du pouvoir royal.
C’est donc la figure du roi « fontaine de justice », et plus largement les relations entre justice et pouvoir royal, qu’il s’agira ici d’étudier d’un point de vue tant historique que juridique et littéraire, dans les sources documentaires, les textes théoriques et politiques, la littérature, au Moyen Age comme à la Renaissance.

PROGRAMME

Jeudi 1er juillet

9h30    Accueil     
 
10h    Claude GAUVARD    Paris-I    Introduction

10h45    Laurent BRUN    Ottawa    « La justice d’Alexandre le Grand dans les récits médiévaux de sa vie »

11h30    Christine RENO & Claire LE NINAN    New York / Paris III    « Christine de Pizan : création et élaboration du portrait de Charles V, roi justicier »

14h30    Laurent HABLOT    Poitiers « Le contrôle juridique de l’expression héraldique par l’autorité royale à la fin du Moyen Age : un nouvel outil de pouvoir »

15h15    Lydwine SCORDIA    Rouen    « Proximités politiques entre devoir de justice et amour du roi pour les sujets »

16h30    Esther DEHOUX    Poitiers « Prétentions et revendications du roi capétien. Saint Michel, le prince et la loi (XIIe-XIIIe siècles) »

17h15    Vincent MARTIN    Lyon III    « Serment du sacre et devoir de paix sous les premiers Capétiens (XIe–XIIIe siècle) »

18h    Corinne PENEAU    Paris-Est Créteil « ‘Rikesins duk räkte han wt fast / Il déploya bien la nappe du royaume’. L’image du roi dispensateur de la justice dans la Suède médiévale »

Vendredi 2 juillet

9h30    Emmanuel BURON    Rennes 2  « Justice et pouvoir royal chez Claude de Seyssel »

10h15    Bruno MENIEL    Rennes II / Juslittera    « Le roi source de justice chez Jean Bodin »

11h30    Denis BJAÏ    Orléans    « Rois législateurs et justiciers dans la poésie épique de la Renaissance »

14h00    Christophe GRELLARD Paris I  « ‘Le prince est sujet de la loi de justice’. Loi de Dieu, loi des hommes chez Jean de Salisbury »

14h45    Elisabeth E.R. BROWN    New York    « Philippe le Bel, Boniface VIII, et la grande ordonnance pour la réforme du royaume »

15h30    Julien LEPOT    Orléans    « Le corps royal et la justice dans l’Avis aus roys (miroir des princes enluminé du XIVe siècle) »

16h30    Silvère MENEGALDO    Orléans / Juslittera « La figure royale et la justice dans l’œuvre de Watriquet de Couvin »

17h15    Jean-Patrice BOUDET & Bernard RIBEMONT  Orléans / Julittera Conclusions

Catégories

Lieux

  • Université d'Orléans, UFR LLSH
    Orléans, France (45)

Dates

  • jeudi 01 juillet 2010
  • vendredi 02 juillet 2010

Mots-clés

  • Moyen Âge, Renaissance, justice, roi

Source de l'information

  • Silvère Menegaldo
    courriel : smenegaldo [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le roi fontaine de justice, Moyen Âge / Renaissance », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 02 juin 2010, http://calenda.org/201334