AccueilLe web à la première personne : quelles traces conserver ?

Le web à la première personne : quelles traces conserver ?

The Web in the First Person: What to Conserve?

Cycle « Mémoires du web »

"Mémoires du web" cycle

*  *  *

Publié le mercredi 02 juin 2010 par Marie Pellen

Résumé

Sur fond de débat sur le droit à l’oubli numérique, la BnF, dont la mission de conservation s’étend désormais aux sites web, s’interroge sur la constitution d’un patrimoine numérique issu de l’Internet. Que doit-elle garder des millions de sites qui naissent et s’éteignent chaque jour en France ? À quoi et à qui ces collections serviront-elles ? Cette mission nouvelle mérite d’être mieux connue des lecteurs, qu’ils soient des habitués de la bibliothèque désireux de diversifi er leurs sources, ou des chercheurs étudiant spécifi quement le média Internet et la propagation de nouvelles pratiques sociales et culturelles. Ce nouveau cycle de rencontres permettra aux éditeurs, chercheurs et conservateurs du web de croiser leurs regards lors de tables rondes et de débats portant sur la constitution d’un patrimoine de l'Internet. Après un premier après-midi consacré à l’archivage des sites électoraux et militants, « Mémoires du web » se penche sur les contenus plus intimes des pages personnelles et blogs, des réseaux sociaux et du micro-blogging.

Annonce

14 h 30. Récits de soi

Comment et pourquoi collecter la multitude de journaux personnels en ligne qu’a engendré l’engouement pour la forme du blog ? Quels critères de sélection adopter pour anticiper les approches possibles de ces archives : littéraires, sociologiques, historiques, etc. ?
  • Philippe Lejeune (Association pour l’autobiographie),
  • Christine Genin (BnF, département Littérature et Art),
  • Bernard Massip (Association pour l’autobiographie),
  • Gilda Fiermonte (blogueuse),
  • Martine Sonnet (CNRS, Institut d’histoire moderne contemporaine)
15 h 45. Discussion avec la salle

16 h 15. Une collection d’éphémères

Comment aborder les questions posées par la conservation de formes d’expression personnelle (écrits et images) qui sont pensées par leurs auteurs même comme instantanées et volatiles ? Comment concilier archivage du web et droit à l’oubli ? Faut-il par exemple collecter les blogs d’adolescents ?
  • Carole Daffini (ENSSIB),
  • Fanny Georges (Paris-1),
  • André Gunthert (EHESS, Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine),
  • Gildas Illien (BnF, département du Dépôt légal)
17 h 15. Discussion avec la salle

17 h 45. Sociabilités

Comment les archives déjà constituées témoignent-elles d’usages sociaux passés et présents du web ? À quelles conditions et avec quels outils peuvent-elles présenter un intérêt pour les chercheurs ? Comment aborder la collecte des réseaux sociaux, du micro-blogging ?
  • Dominique Cardon (Orange Labs),
  • Louise Merzeau (Paris Ouest Nanterre La Défense),
  • Clément Oury (BnF, département du Dépôt légal)
18 h 30. Discussion avec la salle

Lieux

  • Bibliothèque nationale de France, Petit auditorium - Quai F. Mauriac
    Paris, France

Dates

  • jeudi 17 juin 2010

Mots-clés

  • archivage de l'Internet, identité numérique, blogging, réseaux sociaux, droit à l'oubli

Contacts

  • Alain Carou
    courriel : alain [dot] carou [at] bnf [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Alain Carou
    courriel : alain [dot] carou [at] bnf [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le web à la première personne : quelles traces conserver ? », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 02 juin 2010, http://calenda.org/201347