AccueilLa démocratie participative en question

La démocratie participative en question

Participative Democracy in Question

*  *  *

Publié le jeudi 03 juin 2010 par Marie Pellen

Résumé

Depuis une dizaine d’années, les travaux se sont multipliés sur la thématique de la participation ou de la démocratie participative, dans des champs disciplinaires variés : sciences politiques, sociologie, histoire des sciences, anthropologie, ou encore études urbaines et sciences de la communication. Ils ont interrogé la nature et l’impact de cette floraison d’expériences participatives, les dynamiques sociales et politiques engagées autour de ces dispositifs, les enjeux qui sous-tendent ces expériences et les difficultés qu’elles rencontrent. À l’occasion de la publication d’un ouvrage collectif centré sur les généalogies et les modalités de transfert et de diffusion de ces dispositifs, nous proposons de revenir sur ces travaux, plus spécifiquement dans le champ de l’urbain. Nous mettrons en perspective l’ouvrage La démocratie participative inachevée et un numéro d’Espaces et sociétés publié il y a cinq ans sur l’action citoyenne et le débat public.

Annonce

Mardi 8 juin 2010 de 17 h à 19 h

Université de Paris Ouest – Nanterre La Défense

Bâtiment B, salle B 015 (Rez-de-chaussée, salle des thèses)

200, avenue de la République

92001 NANTERRE

Interventions

Introduction, M-H. Bacqué,

Espaces et Sociétés

M. Blanc, présentation du numéro

C. Neveu « Des petits lieux du politique : individus et collectifs dans des instances de « Ville, action citoyenne et débat public »“débat public” à Tours »

La démocratie participative inachevée : Genèse, adaptations et diffusions

H. Nez, présentation de l’ouvrage S. Tawa « au service du néo-populisme ?" »

Débat “Le partenariat entre citoyens et gouvernement à Delhi” : la participation

Contacts, si nécessaire

Héloïse Nez ou Joëlle Jacquin

« Ville, action “citoyenne” et débat public » n°123 d’Espaces et Sociétés (4/2005)

« Ville, action “citoyenne” et débat public » renoue avec la tradition des années 1970 : étudier ensemble la ville et les mouvements sociaux. À l’époque, l’équipe de Manuel Castells a développé une sociologie des mouvements sociaux urbains combinant la théorie du mouvement social d’Alain Touraine et le marxisme structuraliste de Louis Althusser. Ces chercheurs distinguaient réforme et révolution, simple lutte et mouvement social. Partis à la recherche du mouvement social urbain pouvant ébranler le capitalisme monopoliste d’État, ils ont trouvé beaucoup de luttes urbaines, mais peu de mouvement social urbain. Cette sociologie a ensuite connu une éclipse. Pendant trente ans, la sociologie urbaine et la sociologie des mouvements sociaux se sont éloignées l’une de l’autre, au moins en France. Ce n’est pas le cas aux USA et au Québec, où là une définition du mouvement social est plus large (article de Marie-Hélène Bacqué comparant Paris et Montréal).

En 2005, « Ville, action “citoyenne” et débat public » réinterroge les liens entre la ville et les mouvements sociaux. Quels sont les effets de l’action “citoyenne” sur l’avenir des villes et des formes urbaines ? Quels sont les enjeux de la démocratie participative et/ou délibérative pour les mouvements sociaux ? Trois thèses s’affrontent. La première voit dans le phénomène participatif une légitimation de l’action des autorités locales (article de William Gasparini sur les dispositifs participatifs de deux municipalités alsaciennes dans le domaine du sport). La seconde met l’accent sur la dynamique positive de la participation qui équilibre l’action publique étatique et les initiatives “citoyennes” de la société civile, qui font émerger de nouveaux besoins et apportent des réponses originales (article de Tom Storrie sur l’action d’une association d’aide aux personnes handicapées dans le Tynedale District, en Grande-Bretagne). Les autres articles adoptent une position intermédiaire, insistant sur l’ambivalence du processus : l’administration locale cherche à canaliser les dispositifs participatifs, mais il y a place pour de l’imprévu, rien n’est joué à l’avance.

La démocratie participative inachevée Genèse, adaptations et diffusions

Adels/Yves Michel, mars 2010

La démocratie participative, dont les racines sont anciennes, connaît un renouveau retentissant depuis une décennie. Les expériences participatives prennent des formes multiples. Certaines s’emparent d’instruments inventés dans les années 1970 ou 1980. Elles réactivent parfois des pratiques oubliées. D’autres innovent dans la forme et dans les objets, comme les budgets participatifs qui associent les administrés à la discussion des finances publiques. La démocratie participative semble aujourd’hui s’institutionnaliser dans la durée, dans une dynamique qui diffère de la spontanéité et du caractère contestataire des mouvements sociaux des années 1960-1970. Elle tranche avec les formes antérieures de participation, faisant surgir de nouveaux acteurs, de nouvelles légitimités, de nouveaux terrains dans l’implication de personnes non élues dans la prise de décision.

L’objectif de cet ouvrage est d’analyser les dynamiques de diffusion de cette thématique participative, le succès particulier de certains dispositifs, la multiplicité des expériences locales et l’inachèvement d’un processus qui semble pourtant porté par des tendances lourdes. Pour restreindre la focale, nous avons choisi de nous limiter à trois entrées en nous intéressant plus particulièrement à un dispositif, le budget participatif, à une procédure, le tirage au sort, et à un objet de la participation, le projet urbain. Nous avons concentré le regard sur l’Europe, tout en nous autorisant quelques échappées dans d’autres continents. Nous avons favorisé les approches comparatives afin de multiplier les points d’appuis en vue de cette histoire croisée. Ce parti-pris poursuit un objectif de connaissance qui s’adresse au monde de la recherche, mais qui entend aussi favoriser chez les acteurs une discussion réflexive sur les conditions de la diffusion des expériences de participation. Le présent ouvrage a pour ambition d’expliquer au moins partiellement les modes d’interprétation locaux des dispositifs, les limites et les succès des dynamiques engagées.

Lieux

  • Université Paris-Ouest-Nanterre La défense, Bâtiment B, salle B015 (rdc, salle des thèses), 200 avenue de la République
    Nanterre, France

Dates

  • mardi 08 juin 2010

Mots-clés

  • démocratie participative, débat public, ville, genèse, adaptation, diffusion

Contacts

  • Joëlle Jacquin
    courriel : espacesetsocietes [at] msh-paris [dot] fr
  • Héloïse Nez
    courriel : picri [at] adels [dot] org

Source de l'information

  • Amélie Flamand
    courriel : amelie [dot] flamand [at] paris-valdeseine [dot] archi [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La démocratie participative en question », Séminaire, Calenda, Publié le jeudi 03 juin 2010, http://calenda.org/201360