AccueilPenser la violence des femmes

Penser la violence des femmes

Understanding Female Violence

*  *  *

Publié le mercredi 09 juin 2010 par Marie Pellen

Résumé

Le titre de ce colloque international et interdisciplinaire (sociologie, histoire, anthropologie, sciences politiques) comporte volontairement une restriction sexuée. Phénomène indéniablement minoritaire en termes d’occurrence statistique, la violence des femmes, si elle a pu largement nourrir un imaginaire collectif peuplé de figures féminines violentes, reste en France une question très peu explorée dans le champ des sciences humaines et sociales. Pourtant la violence des femmes est un phénomène constant. L’accès des femmes à la violence légale et illégale constitue un levier pour analyser les rapports sociaux de sexe, d’une part, la violence et les normes de socialisation, d’autre part. Derrière l’usage par les femmes de la violence, se pose plus largement la question de la sexuation de la régulation et du maintien de l’ordre social.

Annonce

17 et 18 juin 2010

Organisé par Coline Cardi, Geneviève Pruvost
 
Université Paris 7,  Les Olympiades - Immeuble Montréal
105, rue de Tolbiac- 75013 - Amphi 46

Comité scientifique :

  • Xavier Crettiez,
  • Arlette Farge,
  • Eric Fassin,
  • Marie-Elisabeth Handman,
  • Rose-Marie Lagrave,
  • Colette Parent.
Soutenu par :

Jeudi 17 juin

matin : Accès des femmes à la violence légale et illégale. Panoramas.

Présidentes de séance : Rose-Marie Lagrave et Arlette Farge

9h00
Accueil des participant-e- s et ouverture du colloque.
Coline Cardi, Sociologue, Université Paris 8-Saint Denis-CRESPPA-CSU et
Geneviève Pruvost, Sociologue, CNRS-CESDIP-UVSQ.
Penser la violence des femmes : perspectives théoriques et méthodologiques.
 
9h30
Entretien avec Arlette Farge, Historienne, directrice de recherche, Cnrs, Ehess.
Entretien mené par Coline Cardi, Rose-Marie Lagrave et Geneviève Pruvost.
 
10h
Entretien avec Colette Parent, Criminologue, professeure, Université d'Ottawa.
Entretien  mené par Coline Cardi et Geneviève Pruvost.
 
10h30
Pause.
 
11h00 
Nicole Dufournaud,  Docteure en histoire, Ingénieure de Recherche, Ehess – Crh-Grihl.
Les dames « doi[ven]t avoir ceur d'homme » : une invitation à participer à l'idéal féodal masculin du métier d'armes au XVIe siècle.
 
11h20
Jane Freedman, Professeure, Université Paris 8, CRESPPA-GTM.
Une violence « invisible » : les violences des femmes pendant les conflits armés et les (non)-réactions des organisations internationales face à ces violences.
 
11h40
Camille Boutron, Sociologue, post-doctorante, Iheal-Credal, associée à l'ifea
La « terroriste», la « milicienne » et la « policière» : trois exemples de l’implication des femmes à la violence armée au Pérou et de ses enjeux.
 
11h55
Cédric Le Bodic, Ingénieur de recherche, Germes-Shs, Nantes.
Peut-on penser la violence des femmes sans ontologiser la différence des sexes ?
 
12h10
Jean-Raphaël Bourge, Paris VIII,
La violence pédophile au féminin : une figure sociale impensable
 
12h25
Débat et questions.
 
12h45
Buffet sur place.

APRES-MIDI : Les femmes engagées dans la violence politique

Présidente de séance : Dominique Godineau et Xavier Crettiez

14h00
Jean-Clément Martin, Professeur émérite, Paris 1, Institut d’Histoire de la Révolution Française.
De la violence des femmes dans la période révolutionnaire, un paradoxe persistant.
 
14h20
Guillaume Mazeau, Maître de Conférences, Paris I, Institut d’histoire de la Révolution française.
La baignoire et le couteau. Violence politique et construction du genre autour de l’assassinat de Marat (13 juillet 1793).
 
14h40
Quentin Deluermoz, Maître de Conférences, Cresc, Université Paris 13/ Nord.
Des femmes soldats sous la Commune de Paris : la légion des fédérées.
 
15h00
Marie-Jo Bonnet, Docteure en histoire, historienne d'art, écrivaine.
Violence symbolique, violence fantasmée, l'exemple de  Violette Morris (1893-1944), " femme scandaleuse".
 
15h20
Questions et débat, puis pause.
 
16h20
Maritza Felices, Assistant Professor, Department of Criminology, University of Ottawa.
Des armes et des femmes : le stigma de l’utilisation de la violence à des fins politiques.
 
16h40
Sonia Dayan-Herzbrun, Professeure émérite, Université Diderot-Paris7, CSPRP.
Femmes du Liban et de la Palestine dans la lutte armée.
 
17h00
Violaine Baraduc, Master 2 d’anthropologie, EHESS.
 La politique du singe au Rwanda. Les femmes génocidaires et la parole. 
 
17h20
 
18h30  
 
Questions et débat.
 
Apéritif dînatoire.
 

VENDREDI 18 JUIN

MATIN : Violences interpersonnelles, urbaines et traitement judicaire

Présidence de séance : Colette Parent et Marie-Elisabeth Handman

9h
Marie-Amélie Bourguignon, Aspirante et Aude Musin, chargée de recherches, f.r.s.-fnrs, chdj, cema, UCL, Belgique.
Solidarité familiale et sociabilité féminine : la violence des femmes dans les villes médiévales. Le cas de Namur et Valenciennes (14e-16e siècles).
 
9h20
Clara Chevalier, Master II d'Histoire, EHESS, Paris.
Des émeutières passées sous silence ? L’invisibilisation de la violence des femmes au prisme du genre.
 
9h40
David Niget, Chercheur post-doctoral, CHDJ, UCL, Belgique.
De l'hystérie à la révolte. L'observation médico-pédagogique des jeunes délinquantes dans la Belgique de l’Après-guerre (1945-1965).
 
10h
Questions et débat.
 
10h30
Thomas Léonard, Doctorant en science politique, CERAPS – Lille 2 et
Maxime Lelièvre, Master 2 sociologie, GRS – Lyon 2 / ENS-Lsh.
Quand les femmes sont "dangereuses" : les conditions de la subversion des rôles genrés lors des jugements en comparution immédiate.
 
10h50
Dominique Duprez, Directeur de recherche en sociologie, CNRS-Clersé-Meshs, Université de Lille 1.
Comment parlent-elles de la violence ? Récits de jeunes filles brésiliennes engagées dans des activités criminelles.
 
11h10
Pause.
 
11h30
Nehara Feldman, Chercheuse associée au CSE.
La violence des femmes : acte subversif ou produit dérivé de leur oppression ? Questionnement autour de la violence domestique des femmes à partir des données recueillies dans un village de la région de Kayes (Mali) et à Bamako.
 
11h50
Clotilde Lebas, Doctorante en anthropologie, EHESS-IRIS.
Privée et politique ? La violence des femmes en question. 
 
12h10
 
12h30
Vanessa Watremez, Doctorante, travail social, Univ. Laval de Québec/CRI-VIFF.
Recension des écrits sur la violence dans les relations lesbiennes.
 
Questions puis buffet sur place.

après-midi : Figuration et défiguration des femmes violentes

Président de séance : Eric Fassin et Anne Larue

14h
Fabienne Giuliani, Doctorante en Histoire, ATER, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, CRHXIXE.
L'impossible crime. Imaginaire et pratique de l'inceste féminin dans la France du XIXe siècle.
 
14h20
Martine Kaluszynski, Historienne et politiste, chargée de recherche, Pacte-CNRS, IEP Grenoble.
Genèse d’un savoir, genèse d’une construction. La criminologie ou la naturalisation du regard sociologique. La femme (criminelle) sous le regard du savant.
 
14h40
Fanny Bugnon,  Doctorante en Histoire, CERHIO d'Angers.
Entre stigmatisation et dépolitisation : à propos des femmes d'Action directe.
 
15h00
Raphaëlle Guidée, Maîtresse de conférences, littérature comparée, FoReLL, Université de Poitiers.
Figures politiques de la violence féminine dans le roman contemporain  (Philip Roth, Toni Morrison, Graham Swift).
 
15h20
Questions, débats, puis pause.
 
16h20
Dominique Lagorgette, Maîtresse de conférences, Sciences du langage, Linguistique française, Université de Chambéry, IUF.
Le continuum entre sorcières et militantes dans les représentations culturelles (tricoteuses, pétroleuses, passionaria d'Action Directe).
 
16h40
Elsa Dorlin, Maîtresse de conférences, philosophie, Université Paris 1.
Les films de Girl gangs : violence collective, violence politique.
 
17h00
François-Xavier Molia, Maitre de conférences, cinéma, FoReLL, Université de Poitiers.
Qu’est-ce qu’une femme ? Violence et identité féminine dans la saga Terminator.
 
17h20  
Questions, débats et synthèse.

Contacts :

Cardi.coline@gmail.com
Geneviève.pruvost@free.fr

Informations pratiques:

plan d'accès à l'Université Paris 7
Dalle les Olympiades - Immeuble Montréal - 3ème étage
105, rue de Tolbiac
75013 PARIS
 
Métro : Ligne 14 station "Olympiades" (la plus proche), ou ligne 7 station "Tolbiac".
Bus : lignes 62 et 83, arrêt "Tolbiac-Baudricourt".
 
Quand on se trouve rue de Tolbiac, juste après la rue Baudricourt, il y a à gauche l’Université Paris 1 et à droite des escaliers mécaniques qui mènent à Paris 7 sur la dalle des Olympiades.
Emprunter l'escalier mécanique. Sur la gauche, longer le bâtiment, un panneau « Université Paris 7 » indique l’entrée qui se trouve au rez-de-chaussée de l’immeuble Montréal.
 

Catégories

Lieux

  • Université Paris 7, Les Olympiades - Immeuble Montréal, 105, rue de Tolbiac- Amphi 46
    Paris, France

Dates

  • jeudi 17 juin 2010
  • vendredi 18 juin 2010

Mots-clés

  • genre, violence

Contacts

  • Geneviève Pruvost
    courriel : gpruvost [at] free [dot] fr
  • Coline Cardi
    courriel : cardi [dot] coline [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Geneviève Pruvost
    courriel : gpruvost [at] free [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Penser la violence des femmes », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 09 juin 2010, http://calenda.org/201409