AccueilVivre la ville en Algérie

Vivre la ville en Algérie

Living the City in Algeria

*  *  *

Publié le jeudi 10 juin 2010 par Marie Pellen

Résumé

Ces journées d’études s’inscrivent dans le cadre du cycle des séminaires annuels du Pôle de la Recherche Urbaine en Algérie. Lancé à l’initiative du CREAD (Alger) et l’IREMAM, le PRUA associe les MSH d’Aix en Provence, de Montpellier et de Tours. Ces journées ont comme ambition de faire le point sur les nouvelles approches de la question urbaine et de les impulser en explorant les différents champs propices à l’investigation que propose le terrain algérien Cela passe par certains déplacements de l’analyse. Alors que la question des processus de fabrication de la ville a longtemps été centrale dans la recherche urbaine, l’analyse des pratiques urbaines en constitue une alternative en même temps qu’un prolongement dont on cherchera à déployer les diverses dimensions et à pointer la fécondité des perspectives.

Annonce

Ces journées d’études s’inscrivent dans le cadre du programme de recherche « urbanisation en Algérie, état des savoirs » initié en juin 2008. Elles font suite à différentes rencontres (colloque de Khenchela en octobre 2008, Table ronde à Alger, juin 2009), et se proposent de réunir des chercheurs autour de la thématique des « vécus urbains en Algérie ».

Le programme « urbanisation en Algérie, état des savoirs » a entre autres l’ambition de faire le point sur les nouvelles approches de la question urbaine et de les impulser en explorant les différents champs propices à l’investigation que propose le terrain algérien Cela passe par certains déplacements de l’analyse. Alors que la question des processus de fabrication de la ville a longtemps été centrale dans la recherche urbaine, l’analyse des pratiques urbaines en constitue une alternative en même temps qu’un prolongement dont on cherchera à déployer les diverses dimensions et à pointer la fécondité des perspectives. Divers domaines d’investigation, les points de jonction et les différences mis en perspective dans l’analyse, seront présentés et confrontés. Echanges de positions théoriques et méthodologiques, présentation de résultats de terrain, définition de nouvelles perspectives, coordination de programmes sont les principaux attendus de ces journées.

Il s’agit de placer ces journées dans une double perspective, à la fois pluridisciplinaire (avec une réflexion poussée autour des rapports entre les disciplines et leur objet, en l’occurrence la ville, et donc avec l’envergure de penser les conditions de production de la pensée) et, dans le même temps, particulièrement attentive à l’inscrire dans l’actualité brûlante des enjeux et des impasses que constitue aujourd’hui, pour la société algérienne, la question urbaine et celle qui lui est attenante : le droit à la ville. On contribuera à favoriser les approches transversales aux sciences humaines, à stimuler la recherche urbaine en aidant à identifier les problématiques les plus pertinentes, à proposer des mises en perspective des différentes études dans une compréhension globale des évolutions historiques de la société algérienne et de favoriser les approches comparatives.

L’opportunité offerte par le lancement simultané de nouvelles recherches qui seront coordonnées par le Pôle de la recherche urbaine en Algérie (réseau animé par des chercheurs appartenant à différents organismes, algériens et français) sera mise à profit pour faire un premier bilan sur la manière dont les terrains sont appréhendés, comment les problématiques ont pu être renouvelées et les méthodologies élaborées. Des résultats de terrain pourront également être présentés.

Les contributions sollicitées proviendront d’horizons disciplinaires divers et feront l’objet d’une réflexion engagée par des discutants extérieurs. L’enjeu étant de mettre en perspective, à partir de travaux orientés diversement et de terrains localisés, les enjeux (tant sociaux que scientifiques) et les atouts heuristiques d’une telle entreprise collective autour des vécus urbains.

Thématiques et domaines

Au cœur des mutations de la société algérienne, le fait urbain s’est imposé comme le cadre structurant des modes de vie. Lieux de la vie réelle, les villes sont le support de l’activité sociale dans toutes ses dimensions. A ce titre elles sont l’enjeu d’appropriations les plus variées allant de la question du logement à celles de l’accès aux biens matériels et symboliques qu’elles offrent (le social objectivé dans le tissu urbain).

Aujourd’hui, les villes algériennes, tout en poursuivant leur essor, sont entrain de se recomposer. Traversées par leurs contradictions, agitées par leurs tensions, elles sont à la recherche d’une cohérence et d’une structuration sous l’action conjointe des politiques publiques et de celles des différents agents sociaux mus par des dynamiques spécifiques.

La population des villes est de plus en plus hétérogène. Ses besoins et ses revendications de plus en plus forts prennent diverses formes que la recherche urbaine s’efforce de comprendre. De nouvelles urbanités émergent, issues des pratiques quotidiennes des différents groupes sociaux qui font et vivent la ville.

Comprendre ces nouvelles urbanité, c’est rentrer de plein pied dans l’étude des vécus urbains.

La réflexion sur les villes algériennes a longtemps porté sur les processus de fabrication de ces villes, sur les dynamiques sociales et les acteurs de la ville. Depuis  plusieurs années, les travaux s’intéressent de plus en plus aux vécus urbains. Ainsi les études qui se sont d’abord focalisées sur la question des mobilités dans la ville et sur les modes d’acculturation aux nouvelles formes d’habitat, élargissent leurs investigations sur d’autres aspects tels que les modalités et les formes des vécus urbains et de la vie quotidienne, les transformations du lien social et les pratiques de sociabilités, les modèles architecturaux et les formes urbaines (choix et diffusion des modèles) et à leurs impacts sur les modes de vie et sur la construction des identités sociales. La réflexion sur les vécus urbains appelle aussi à interroger la manière dont les disciplines opérationnelles (architecture et urbanisme)  intègrent les vécus à partir de leurs propres expériences.

Les travaux présentés porteront sur une grande diversité d’objets  qui tous seront appréhendées à partir de l’analyse des pratiques sociales : les modes de vie, les représentations induites par la ville, les trajectoires résidentielles, le rapport entre l’espace voulu et l’espace vécu, les mobilités et les itinéraires dans la ville, la « gouvernance urbaine » et la gestion quotidienne des cadres de vie, la question environnementale. L’analyse des changements sociaux et des nouvelles formes d’urbanité ne perdront pas de vue les dimensions historiques des processus, analysés alors sur la longue durée.

Journées d’études « VIVRE LA VILLE »

Pôle de la Recherche Urbaine en Algérie - IREMAM - CREAD

Programme

Jeudi 17 juin

14h      Ouverture : Ghislaine Alleaume, Directrice de l’IREMAM

14h15  Présentation : Saïd Belguidoum, Pôle de la Recherche Urbaine, IREMAM

Séance 1 - Territoires citadins : pratiques et représentations de l’habiter 

14h30  Nora Semmoud, géographe, EMAM, Tours, « Regards croisés Algérie - Maghreb.  Territoire et territorialité dans les grandes villes ».

15h      Cherifa Hadjij, sociologue, CREAD, Alger, « Les pratiques et les représentations socio spatiales de l'habiter à Alger ; entre  mythes et réalités. »

15h30  Larbi Ichboudène, sociologue, CREAD, Alger, « Le quartier à Alger, espace social et territoire de l’intégration citadine. »

16h00  Jean-Marie Ballout, géographe, GESTER, Montpellier, « Habiter une ville nouvelle: représentations et réactions de résidents à Ali Mendjeli. »

16h30  Aziza Bouchrit, sociolinguiste, Paris V, « Le spatial, le social et le linguistique - sociolinguistique et structures sociales urbaines. Le cas de la “ville” d’Alger. »

17h00 - 18 h   Débat général

Vendredi 18 juin

Séance 2 - Vivre la ville: expériences, tensions et négociations

9h        Olivier Pliez, géographe, LISST, Toulouse, « Vivre dans un comptoir de la mondialisation : commerçants et restaurateurs Algériens à Yiwu (Chine). »

9h30    Noria Boukhobza, anthropologue, LISST, Toulouse, «Mémoires de filles, histoires de quartier. »

10h      Mohamed Madani, sociologue, USTO Oran, CREAD, « Villes algériennes au rythme de la guerre ordinaire. »

10h30  Abdelkader Khelifa, anthropologue, Université de Ouargla, « Trajectoire  et stratégie de sédentarisation des Ouled Nayel à Touggourt. » 

11h      Alain Battegay, socio-anthropologue, LAMES, Aix en Provence, « Cultures de carrefours et cosmopolitismes urbains. »

11h30 - 12h    Débat général

Séance 3 -  Les périphéries dans les dynamiques urbaines : recompositions et gouvernance

14h      Abdelkader Lakjaa, sociologue, Université d’Oran, CREAD, « Devenir de la ville maghrébine à partir de ses périphéries. »

14h30  Abderahim Hafiane, urbaniste, Annaba, « De la ville "illégale" à l'espace de "légitimation" du droit sur la ville. La question d'espace public/espace privé. »

15h      Madani Safar-Zitoun, sociologue, CREAD, Alger, « Lien social et mobilité résidentielle: la formation paradoxale d'un lien métropolitain "périphérique" en milieu urbain algérois. »

16h      Radiya Gharbi Abdellilah, sociologue, Najet Mouaziz, architecte, Université d’Oran, « Irrégularité foncière et copropriété: les habitants à l'épreuve de la gouvernance, le cas d'Oran. »

16h30  Saïd Belguidoum, sociologue, Université de la Méditerranée, IREMAM, « Pouvoirs locaux et recompositions sociospatiales. »

17h - 18h        Débat général

Samedi 19 juin

Séance 4  - Architecture, formes urbaines, espaces publics

9h        Assia Samaï, architecte, Université de Sétif, « Forme urbaine et vie urbaine à Sétif ; histoire d’une destitution.. »

9h30    Nadia Messaci, architecte, Université de Constantine, «  Les modalités de fabrication d’un référentiel urbain. Cas d’El Khroub. »

10h      Abdelhafid Khellaf, architecte, Université de Jijel, « Le patrimoine colonial  et son impact sur l’environnement urbain en Algérie. »

10h30  Saïd Chouadra, architecte - urbaniste, Université de Sétif, « Les processus de recomposition de l’espace urbain: pour une nouvelle identité spatiale des lieux. »

11h      Fadila Kettaf, géographe, GESTER, Montpellier, « De nouvelles centralités en émergence: quand la ville d’Oran se réinvente par l’investissement de ses espaces publics. »

11h30 - 12h    Débat général et clôture

Lieux

  • Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme, 5 rue du château de l'horloge
    Aix-en-Provence, France

Dates

  • jeudi 17 juin 2010
  • vendredi 18 juin 2010
  • samedi 19 juin 2010

Mots-clés

  • ville, Algérie, territoires, vécus, représentations, pratiques

Contacts

  • Saïd Belguidoum
    courriel : said [dot] belguidoum [at] wanadoo [dot] fr
  • Céline Hovaguimian
    courriel : secretariat [dot] iremam [at] mmsh [dot] univ-aix [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Saïd Belguidoum
    courriel : said [dot] belguidoum [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Vivre la ville en Algérie », Journée d'étude, Calenda, Publié le jeudi 10 juin 2010, http://calenda.org/201415