AccueilAutres Italies

Autres Italies

Others Italies

Diacronie. Studi di Soria Contemporanea

Diacronie. Studi di Soria Contemporanea

*  *  *

Publié le vendredi 18 juin 2010 par Marie Pellen

Résumé

À l’occasion du 150e anniversaire de l’unification de l’Italie, Diacronie. Studi di Soria Contemporanea a choisi de consacrer son dossier de janvier 2011 aux « autres Italies », celles qui ont été créées dans les mentalités et cultures des pays étrangers.

Annonce

 

Diacronie. Studi di Storia Contemporanea est une revue électronique d’histoire contemporaine (ISSN n°2038-0925) fondée par des jeunes chercheurs et doctorants des universités de Padoue, Rome (La Sapienza), Bologne, Naples, Udine, Valladolid et de l’École normale supérieure de Pise.

Deux numéros ont déjà été publiés. Le premier, paru en octobre 2009, portait sur les frontières à l’époque contemporaine (“Il mosaico dei confini. Le frontiere della contemporaneita”). Le deuxième, paru en avril 2010, portait sur les représentations des prisons (“Davanti e dietro le sbarre. Forme e rappresentazioni della carcerazione”).

 

http://www.studistorici.com/

 

Appel à contributions

À l’occasion du 150e anniversaire de l’Unification de l’Italie, Diacronie a choisi de consacrer le dossier de janvier 2011 aux “autres Italies”, celles qui ont été créées dans les mentalités et cultures des pays étrangers. Notre intention est d’adopter une approche « différente », qui permette de sortir des thèmes de l’unité nationale et de l’histoire de la patrie. Dans ce but, nous proposons d’utiliser deux amples perspectives afin d’apporter une contribution novatrice aux réflexions sur notre pays.

En premier lieu, nous souhaiterions étudier l’image de l’Italie qui s’affirme à l’étranger, de la formation de l’État aux différentes étapes de l’unification : quels sont les événements et les raisons qui ont produit ces changements ? Quelles sont les responsabilités individuelles et collectives, politiques et culturelles qui ont eu des répercussions sur les représentations de l’Italie au-delà de ses frontières ?

Une deuxième perspective concerne les acteurs qui à partir du XIXe siècle ont contribué à construire une spécificité italienne dans les pays étrangers. Les communautés d’émigrés italiens ont créé des nouveaux microcosmes identitaires (politiques, sociaux, régionaux…) à partir de leur communauté d’origine. Ce numéro de Diacronie à pour objectif de comprendre de quelle façon l’élément « Italie » est resté dans les communautés d’émigrés et quelle perception de leur patrie avaient ces émigrés qui, pour certains, avaient acquis la nationalité de leur nouveau pays.

Nell’anno della celebrazione dei 150 anni dall’Unità d’Italia, Diacronie dedica il dossier di gennaio 2011 alle “altre Italie”, a quelle delineatesi nelle mentalità e nelle culture maturate fuori dai nostri confini nazionali. L’intento è di adottare un approccio “diverso”, realmente esterno, rispetto ai temi di unità nazionale e di storia patria ai temi dell’identità nazionale e della storia patria, accostando due ampie prospettive che possano nell’insieme portare un contributo innovativo alla riflessione sul nostro paese.

In primo luogo si intende affrontare l’immagine dell’Italia affermatasi all’estero, a partire dalla formazione dello stato, seguendo le evoluzioni conosciute nel corso della storia unitaria: quali eventi e quali ragioni hanno concorso a produrre questi mutamenti? Quali responsabilità individuali e collettive, politiche e culturali hanno inciso sull’immagine dell’Italia fuori dai propri confini?

Dall’immagine filtrata all’estero si sposta l’attenzione agli attori che dall’XIX secolo in poi sono andati a costruire l’“italianità” d’oltreconfine. Le comunità di emigranti italiani hanno definito nuovi microcosmi (politici, sociali, regionali…) identitari a partire dalla comune origine. Diacronie vuole approfondire quanto dell’Italia – o delle Piccole Italie – sia rimasto nelle comunità emigrate e quale sia stata la percezione della madrepatria per chi viveva in un nuovo paese, a volte avendone acquisito la nazionalità.

For the 150th anniversary of the unification of Italy, Diacronie dedicates its number to "other Italies", the ones emerged in the mentalities and cultures outside our national borders. We aim to adopt a "different" point of view, far away from the issues of national identity and history, by matching two broad perspectives that could bring an innovative contribution to general reflections on our country.

First of all, we seek to analyse Italy's image produced abroad since its the formation, following its further developments. What events have combined to produce these changes? What were the reasons that influenced them? What individual, collective, political and cultural responsibilities have affected the image of Italy beyond its borders?

From this filtered image, we focus then to the actors that have been building the 'italianness' outside national borders, since XIX century. Starting with a common origin, the communities of Italian immigrants have set new microcosms of identities (political, social and regional ...). Diacronie wants to explore what remained in these communities of Italy - or little Italies - and what was the perception of the homeland for those living in a new country, sometimes having acquired a new nationality.

 

 

Soumission et évaluation des articles

 

Avant d'envoyer leurs manuscrits, les auteurs feront parvenir un abstract de 500 signes au comité de rédaction via l’adresse e-mail suivante : < redazione.diacronie[at]hotmail.it >. Une fois ces propositions acceptées, les manuscrits devront être soumis avant le 20 décembre 2010.

Ils ne devront pas être proposés simultanément à une autre revue, ou avoir déjà fait l’objet d’une publication (sauf licence creative commons autorisant explicitement la reproduction).

Les propositions devront êtres accompagnées de brèves indications biographiques (200 signes, statut et affiliation institutionnelle, publications éventuelles et principaux thèmes de recherche) ; des coordonnées de l’auteur (adresse postale, numéro de téléphone et adresse e-mail).

Les manuscrits seront d’abord évalués par le comité des referees de Diacronie. Composé de chercheurs de haut niveau, experts dans plusieurs domaines, il s’agit actuellement de:

  • Llanos Gomez (Université Complutense de Madrid)
  • André Gueslin (Université Paris VII - Denis Diderot)
  • Gabriella Gribaudi (Université de Naples "Federico II")
  • Giuseppe Carlo Marino (Université de Palerme)
  • Manuela Martini (Université Paris VII - Denis Diderot)
  • Mariuccia Salvati (Université de Bologne)
  • Francesca Sofia (Université de Bologne)
  • Carlotta Sorba (Université de Padoue)

Ce comité est chargé d’émettre un avis dans un rapport au comité de rédaction qui évaluera ensuite les propositions d’articles en portant une attention particulière à l'originalité et à l’articulation cohérente du contenu, à la valorisation d'une perspective interdisciplinaire et à la contribution significative de l’article au progrès de la connaissance historique. L’auteur recevra un rapport de synthèse lui signifiant que sont article est : accepté en l’état pour publication ; accepté sous réserve de modifications (précisées et justifiées) ; refusé.

Les manuscrits seront rédigés en langue anglaise, française, espagnole ou italienne ; 30 000 à 40 000 signes maximum ; Police « Georgia » 11 pts ou similaire ; Interligne 1,5 ; marges de 3 cm.

Dates

  • lundi 20 décembre 2010

Mots-clés

  • Risorgimento, unification italienne, migrations

Contacts

  • Comité de rédaction
    courriel : traces [at] ens-lsh [dot] fr

Source de l'information

  • Emilien Ruiz
    courriel : emilien [dot] ruiz [at] ehess [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Autres Italies », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 18 juin 2010, http://calenda.org/201473