AccueilMusique, immigration, diversité culturelle : les musiques du monde et l’idéal d’une société plurielle

Musique, immigration, diversité culturelle : les musiques du monde et l’idéal d’une société plurielle

Music, Immigration, Cultural Diversity: World Music and the Ideal of a Plural Society

École d'éte du Centre Marc Bloch à Berlin

Summer School Centre Marc Bloch, Berlin

*  *  *

Publié le vendredi 25 juin 2010 par Karim Hammou

Résumé

L’École d’été se déroule du lundi 6 au vendredi 10 septembre 2010. Arrivée le dimanche 5 dans la soirée, départ le vendredi dans l’après-midi ou le samedi dans la journée. L’École d’été s’adresse à 22 jeunes doctorants ou post-doctorants de toutes nationalités, de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, spécialiste ou non de musique. Langues de travail : français, allemand, ou anglais. Chacun s’exprimera dans sa langue de prédilection.

Annonce

Cette Ecole d’Eté a pour objectif d’offrir, pendant cinq jours, un lieu de réflexion et d’échange à des étudiants et à de jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales qui portent intérêt à la question de la globalisation musicale, quelle que soit leur discipline de rattachement et sans que cette thématique soit nécessairement centrale dans leur propre recherche. Il ne s’agit pas de consolider une discipline, mais de travailler à la formation d’un projet de connaissance qui ignore les clivages disciplinaires.

Cette Ecole d’été, qui organisera des rencontres avec des professionnels de la scène berlinoise de la World Music, affrontera une série de questions liées aux saisies définitoires et aux conditions d’observation des « faits de musique » : que sont « les musiques du monde » ? Comment saisir l’épreuve de catégorisation d’un énoncé musical ou d’une pratique musicienne ? L’équation Musiques du monde = musiques traditionnelles + électricité est-elle vérifiable ? Comment nous positionner « face à » la musique pour l’observer ? La World Music échappe-t-elle à son histoire qui en fait une catégorie de marketing contre laquelle l’UNESCO est entrée en lutte?

L’Ecole permettra de revenir sur les fondements épistémologiques de notre démarche et sur les modalités empiriques de l’observation participante dans le cadre d’une anthropologie qui considère que « ce qui est fait » s’explique par le faire, et non le faire par ce qui est fait.

1. OBJECTIFS

Cette Ecole d’Eté a pour objectif d’offrir, pendant cinq jours, un lieu de réflexion et d’échange à des étudiants et à de jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales qui portent intérêt à la question de la globalisation musicale, quelle que soit leur discipline de rattachement et sans que cette thématique soit nécessairement centrale dans leur propre recherche. Il ne s’agit pas de consolider une discipline, mais de travailler à la formation d’un projet de connaissance qui ignore les clivages disciplinaires.

Cette Ecole d’été, qui organisera des rencontres avec des professionnels de la scène berlinoise de la World Music, affrontera une série de questions liées aux saisies définitoires et aux conditions d’observation des « faits de musique » : que sont « les musiques du monde » ? Comment saisir l’épreuve de catégorisation d’un énoncé musical ou d’une pratique musicienne ? L’équation Musiques du monde = musiques traditionnelles + électricité est-elle vérifiable ? Comment nous positionner « face à » la musique pour l’observer ? La World Music échappe-t-elle à son histoire qui en fait une catégorie de marketing contre laquelle l’UNESCO est entrée en lutte?

L’Ecole permettra de revenir sur les fondements épistémologiques de notre démarche et sur les modalités empiriques de l’observation participante dans le cadre d’une anthropologie qui considère que « ce qui est fait » s’explique par le faire, et non le faire par ce qui est fait.

2. CONTENUS

Cinq thèmes sont proposés, un par journée.

2. 1. Questions de méthode

La musique est produite par l’action des hommes. Ce sont les pratiques qui font qu’un secteur d’activités nommé « musiques du monde » existe dans nos sociétés. Ces pratiques comprennent à la fois ce que des hommes font et ce que les hommes disent, éventuellement, de ce qu’ils font : elles objectivent la musique. Pour cette raison, notre attention sera donc ciblée sur les pratiques. Cette approche, qui peut s’appliquer à bien autre chose qu’à la musique, permet de désenclaver les études sur la musique de l’isolement dans lequel elles se trouvent sur l’échiquier des disciplines instituées.

En Bulgarie, l’ethnomusicologue Timothy Rice rencontre Todora Varimezova, qui improvise des chansons octosyllabiques (Rice, May it Fill Your Soul. Experiencing Bulgarian Music, 1994). Il tente de percer le secret de la fabrication de ces vers en chantant avec elle. Il aperçoit alors que T. Varimezova chante « avec son coeur » et non avec des structures formelles. Quant aux octosyllabes... c’est une question pour ethnomusicologue, lui répond-elle. Le résultat d’une action musicienne est donc bien le produit de pratiques ontologiquement créatrices.

A rebours d’une démarche qui partirait des catégories instituées pour examiner comment elles se traduiraient dans le réel, l’on favorisera une analyse de la créativité de l’action musicienne (Hans Joas, La Créativité de l’Agir, 1999) qui examine comment l’institution des catégories fabrique un monde de musiques du monde. Cette thématique sera abordée par Denis Laborde et par Wolfgang Bender, directeur du Center for World Music de Hildesheim.

2. 2. Questions d’ontologie

L’attention prêtée à l’agir en cours permet de desserrer notre approche de l’emprise des modèles nomologiques pour placer l’observation de la pratique au premier rang de notre démarche. Or, les musiques du monde ne sont pas un fait acquis qu’il suffirait de décrire, puisque c’est ce fait, précisément, qu’il s’agit d’observer et d’analyser : qu’est-ce qui fait être des pratiques que le syntagme « musiques du monde » permet de désigner ? La question induit un positionnement d’ordre ontologique, bien que les réponses à y apporter ne relèvent pas du seul domaine des enquêtes conceptuelles de la philosophie mais aussi des enquêtes des sciences humaines et sociales.

Nous discuterons sept modèles d’ontologie, selon que l’on considère l’oeuvre musicale comme structure pure dont les exécutions sont des instanciations (platonisme musical), comme structure accompagnée de ses moyens d’exécution en contexte (Levinson), comme occurrence d’un certain type (Zemach), comme symbole dans un système allographique (Goodman), comme substance artefactuelle dont le fonctionnement esthétique détermine la nature (Pouivet), comme particulier historique (Rohrbaugh) ou comme événement (Currie, D. Davies). Une démarche ontologique peut être réformatrice (partant d’une théorie ontologique) ou descriptive (partant d’un examen des usages et tâchant de « bricoler » des ontologies adéquates à leur analyse artistique et esthétique), mais qu’en est-il des « musiques du monde » ? Cet aspect sera développé par Roger Pouivet, philosophe, directeur des Archives Poincaré (Université Nancy 2) et par Volker Kahlisch, sociologue (Université de Düsseldorf).

2. 3. Festivals de musiques du monde, fictions narratives ?

Nous présenterons ici plusieurs études de cas, en nous appuyant sur les résultats de l’enquête réalisée par l’Atelier franco-allemand d’analyse des festivals de musiques du monde sur Creole, Weltmusik aus Deutschland (Berlin) et sur Villes des Musiques du Monde (Seine Saint-Denis). A partir des travaux d’Elisabeth Anscombe sur les catégories de la description et de Vincent Descombes sur les « descriptions sous X », nous mesurerons la pluralité des descriptions possibles d’un événement pour tirer parti de la richesse interprétative d’une démarche herméneutique qui prête attention aux interactions (P. Ricoeur, C. Geertz, J. Clifford). Nous examinerons ce cheminement heuristique qui mène de l’analyse des faits observés aux catégories englobantes sous la description desquelles des « musiques du monde », sont prises en charge par les premiers cercles de la pratique artistique. Cette session sera prise en charge par Jean-Louis Fabiani, sociologue, directeur d’études à l’EHESS (Paris-Marseille) et par Philip Bohlman, ethnomusicologue (University of Chicago).

2. 4. Musique et politique

Le syntagme « musiques du monde » se caractérise par une extrême disponibilité sémantique. Loin de constituer un handicap, cette indécision définitoire et statutaire fait la fortune de ce syntagme en le connotant positivement. « Musiques du Monde » est synonyme d’ouverture, de tolérance, de diversité culturelle, d’intégration, de pluralisme… En bref : les idéaux d’un monde pluriel qui s’oppose au repli identitaire de sociétés se pensant comme homogènes. De là, la prise en charge fréquente des musiques du monde par le discours politicien et par les programmes d’intégration que les pouvoirs publics mettent en place à la périphérie des zones de forte concentration urbaine. Des études de cas permettront d’étudier comment, dans leurs discours et dans leurs pratiques, des responsables politiques et des programmateurs culturels lient cartographies urbaines et musiciens du monde, sociétés métissées et musiques plurielles, inventivité sociale et création musicienne… Ces analyses seront conduites par Monika Salzbrunn (CRIA, EHESS, Paris) et par Raimund Vogels, directeur du département d’ethnomusicologie de la Hochschule für Musik und Theater (Hanovre).

2. 5. Enseignement

La dernière journée sera dédiée à l’enseignement des musiques du monde, en privilégiant le registre du témoignage. Directeur des programmes de « Musiques du monde » à la Philharmonie de Berlin, Martin Greve présentera l’expérience pionnière qu’il a conduite au Conservatoire de Rotterdam (Codarts, World Music Academy), où il créa les premiers modules d’enseignement de « musiques du monde ». Cette expérience sera comparée avec celle de l’ethnomusicologue Gilles Delebarre à la Cité de la Musique, à Paris. Sous son action, en effet, la Cité de la musique est devenue l’un des grands centres de pédagogie musicale des « musiques du monde ». On y enseigne la derbouka aussi bien que l’harmonica, le gamelan balinais ou le rubab afghan. Mais quelques questions subsistent : peut-on isoler un fait de musique de son contexte culturel de réalisation pratique ? Peut-on enseigner un répertoire musical sans enseigner en même temps le système culturel de référence qui l’a produit ? Autrement dit : comment ces institutions fabriquent-elles le monde comme divers?

3. FONCTIONNEMENT

Les candidats sont invités à présenter, à partir de leurs travaux personnels, un projet de texte (3 à 4 pages) abordant l’une de ces cinq thématiques. 22 candidatures seront retenues. Parmi elles, 11 projets (Groupe A) seront choisis pour donner lieu à des textes d’une quinzaine de pages qui seront mis en ligne dans l’espace collaboratif du Centre Marc Bloch. Ces textes seront présentés et commentés par les autres participants (Groupe B) pendant le séminaire. L’accent sera mis sur le travail en équipes interdisciplinaires. Les thématiques proposées doivent permettre de représenter un spectre de disciplines le plus large possible (histoire, géographie, musique, sciences sociales, histoire de l’art, économie, droit, philosophie, anthropologie, psychologie…).

Quatre heures (soit une heure par jour, davantage si le groupe le souhaite) seront consacrées à des séances de travail en petits groupes permettant d’approfondir avec les chercheurs « senior » des questions qui auront émergé lors des discussions et seront restées en suspens lors des sessions thématiques. Ce temps permettra d’aborder des problèmes méthodologiques que rencontrent les jeunes chercheurs dans leur travail de thèse. Ces « questions de méthode » seront rassemblées en amont du séminaire et mises en ligne, avec l’ensemble des indications bibliographiques, sur l’espace collaboratif du Centre Marc Bloch (Berlin).

4. CANDIDATURE

Le dossier de candidature doit comprendre : 1) un curriculum vitae ; 2) une présentation du projet de thèse ou des travaux de recherche (2 pages maximum) ; 3) une proposition d’intervention en relation avec l’un des cinq thèmes exposés ci-dessus (1 page maximum). Le format des fichiers envoyés est .doc ou .rtf.

La sélection des participants se fera sur la base de leur dossier de candidature. Le dossier de candidature est à envoyer à : denis.laborde@cmb.hu-berlin.de

Date limite de réception des dossiers : 5 juillet 2010

Date de la notification d’acceptation : 9 juillet 2010.

Nous demandons aux candidats d’être joignables par email le 9 juillet.

5. RESUME

Dates : L’Ecole d’été se déroule du lundi 6 au vendredi 10 septembre 2010. Arrivée le dimanche 5 dans la soirée, départ le vendredi dans l’après-midi ou le samedi dans la journée. Chaque demi-journée commencera par la conférence d’un spécialiste, suivie d’une session consacrée à la présentation de leurs travaux par les participants.

Public : L’Ecole d’été s’adresse à 22 jeunes doctorants ou post-doctorants de toutes nationalités, de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, spécialiste ou non de musique et travaillant ou non sur un terrain français ou allemand.

Langues de travail : français, allemand, ou anglais. Chacun s’exprimera dans sa langue de prédilection, mais devra être en mesure de comprendre l’autre langue.

Lieu : Centre Marc Bloch, Friedrichstr. 191 D-10117 Berlin, Allemagne

Candidature : à envoyer par mail à denis.laborde@cmb.hu-berlin.de

Date limite d’envoi du dossier de candidature : 5 juillet 2010

Date de la notification d’acceptation : 9 juillet 2010.

Frais : Les frais d’hébergement, de repas et de voyage (train 2e classe ou avion billet tarif réduit) seront entièrement pris en charge par l’Ecole d’Eté.

Informations : denis.laborde@cmb.hu-berlin.de ou raimund.vogels@hmt-hannover.de

Lieux

  • Friedrichstr. 191 D-10117
    Berlin, Allemagne

Dates

  • lundi 05 juillet 2010

Fichiers attachés

Mots-clés

  • anthropologie, musique, migration, culture, éducation, festival

Contacts

  • Denis Laborde
    courriel : dlaborde [at] msh-paris [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Denis Laborde
    courriel : dlaborde [at] msh-paris [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Musique, immigration, diversité culturelle : les musiques du monde et l’idéal d’une société plurielle », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 25 juin 2010, http://calenda.org/201503