AccueilLes espaces virtuels

Les espaces virtuels

Virtual Spaces

Deuxième numéro de Carnets de géographes

Second issue of Carnets de géographes

*  *  *

Publié le jeudi 01 juillet 2010 par Marie Pellen

Résumé

Au-delà des univers virtuels créés par la puissance de suggestion de la fiction littéraire et cinématographique ou de la technique (jeux vidéos, outils de représentation en trois dimensions), nos usages des techniques numériques prolongent notre espace de vie quotidien dans des univers virtuels. Quelles sont leurs logiques spatiales et sociales, et comment s'articulent-elles avec celles du monde matériel ?

Annonce

Le cyberespace a 26 ans. Depuis qu’en 1984, le romancier William Gibson a popularisé le mot dans son roman Neuromancien, le terme « cyberespace » est passé dans le vocabulaire courant pour désigner l’Internet en général. Mais en l'occurrence, l’influence de la science-fiction va bien au-delà du simple succès d’un mot. Le cyberespace de la science fiction a fourni un puissant imaginaire au monde de la réalité virtuelle et des réseaux. Directement ou indirectement, les récits de William Gibson, de Neal Stephenson, de Bruce Sterling, ou leurs adaptations au cinéma et à la télévision ont façonné notre vision de notre monde saturé d’informatique, orientant nos désirs, façonnant nos craintes, et même inspirant les pratiques des ingénieurs (voir par exemple Flichy 2001, Bailenson et alii 2007, Yoke et Robinson 2008).

Au-delà des univers virtuels créés par la puissance de suggestion de la fiction littéraire et cinématographique ou de la technique (jeux vidéos, outils de représentation en trois dimensions), nos usages des techniques numériques prolongent notre espace de vie quotidien dans des univers virtuels. Quelles sont leurs logiques spatiales et sociales, et comment s'articulent-elles avec celles du monde matériel ?

L’identification sémantique du cyberespace avec Internet suggère une spatialité de l’Internet à laquelle on attribue généralement une valeur métaphorique. Nous proposons dans ce deuxième numéro des Carnets de géographes de prendre au sérieux la métaphore spatiale (comme le fait par exemple Boris Beaude, 2008) en cherchant à caractériser l’espace produit par ce prolongement virtuel qu’est Internet. Peut-on encore porter crédit à l’idée d’une certaine forme d’isotropie propre au village global qu’a cru voir naître MacLuhan avec l’avènement de la télécommunication mondialisée ? Retrouve-t-on dans le cyberespace des formes de hiérarchisation, de concentration, d’agrégation et de ségrégation ? Peut-on y identifier des effets de frontière, des logiques de fragmentations sociales ?

Quelles sont les implications de ce prolongement de l’espace social dans des univers virtuels ? De quelles manières les sciences humaines et sociales se saisissent-elles des espaces virtuels, tant comme objet de recherche que comme terrain à défricher ? Longtemps à la marge, les recherches sur les espaces virtuels ont-elles gagné une place légitime dans le champ universitaire ?

Le deuxième numéro des Carnets de géographes, qui prolonge la journée d’étude « réalité des
espaces virtuels » organisée conjointement par l’EHESS et l’équipe Réseaux, Savoirs et Territoires le 10 juin 2010, invite, dans une approche transdisciplinaire, à dépasser l’opposition entre mondes réels et mondes virtuels en assumant la réalité des espaces virtuels qui occupent une place prépondérante dans notre imaginaire et notre quotidien.

Nous proposons dans ce deuxième numéro des Carnets de géographes de prendre au sérieux la métaphore spatiale du cyberespace en cherchant à caractériser l’espace produit par ce prolongement virtuel qu’est Internet.
  • Peut-on encore porter crédit à l’idée d’une certaine forme d’isotropie propre au village global qu’a cru voir naître MacLuhan avec l’avènement de la télécommunication mondialisée ?
  • Retrouve-t-on dans le cyberespace des formes de hiérarchisation, de concentration, d’agrégation et de ségrégation ? Peut-on y identifier des effets de frontière, des logiques de fragmentations sociales ?
  • Quelles sont les implications de ce prolongement de l’espace social dans des univers virtuels ?
  • De quelles manières les sciences humaines et sociales se saisissent-elles des espaces virtuels, tant comme objet de recherche que comme terrain à défricher

Les textes doivent être envoyés à l’adresse suivante : lescarnetsdegeographes@gmail.com avant fin octobre 2010.

Les articles peuvent être proposés dans plusieurs rubriques de la revue : les « Carnets de recherches », les « Carnets de terrain », et les « Carnets de lectures ».
  • Des articles de 30 000 à 50 000 signes maximum pour les « Carnets de recherches ». 
  • La rubrique « Carnets de terrain » pourra accueillir des textes abordant des questions de méthodes de recherche. Les réflexions sur la place du terrain dans les recherches sur les espaces virtuels pourront trouver ici leur place. Les mondes virtuels peuvent-ils constituer des terrains de recherche, et si oui, selon quelles modalités fait-on du terrain sur des espaces virtuels ? Les espaces virtuels sont-ils des terrains comme les autres ? 
  • Des comptes-rendus de lectures d’ouvrages pour les Carnets de lectures.
  • Par ailleurs, ce numéro pourra comporter, dans chacune des rubriques, un  certain nombre d’articles dans la ligne éditoriale de la revue hors du thème de cet appel à contribution.
Margot Beauchamps et Henri Desbois (Coordinateurs du numéro)
 
Références :
- BAILENSON Jeremy, YEE Nick, KIM Alice, TECARRO Jaireh, 2007, « Sciencepunk: The
Influence of Informed Science Fiction on Virtual Reality Research », dans GREBOWICZ Margret (2007, dir) : SciFi in the Mind’s Eye, Reading Science through Science Fiction, Chicago, Open Court.
- BEAUDE B., 2008, Eléments pour une géographie du lieu réticulaire. Avoir lieu aujourd’hui.
Thèse de doctorat en géographie sous la direction de Rémy Knafou, Université de Paris 1
- FLICHY Patrice, 2001, L’imaginaire d’Internet, Paris, La Découverte.
- YOKE Carl B., ROBINSON Carol L. (dir.), 2008, The Cultural Influences of William Gibson, the « Father » of Cyberpunk Science Fiction: Critical and interpretative essays, Lewiston, The Edwin Mellen Press.

La revue ne publie que des textes qui n’ont fait l’objet d’aucune diffusion en français sous un format papier ou électronique. La langue de la revue est le français, mais des propositions en anglais, espagnol, portugais ou italien seront également acceptées. Pour plus d’informations sur les objectifs de cette nouvelle revue et la composition du comité de rédaction ou du comité scientifique, vous pouvez vous rendre sur le site de la revue : www.carnetsdegeographes.org

Pour la mise en forme de la bibliographie, le format suivant est demandé :
Les articles

    * ADEPOJU A., 1984, « Illegals and Expulsion in Africa: The Nigerian Experience », in International Migration Review, 18(3), 426-436.
      Les extraits d’ouvrage
    * ADEPOJU A., 2005 « Patterns of Migrations in West Africa » in MANUH T., At home in the world? International migration and development in contemporary Ghana and West Africa, 2005, Accra : Sub-saharan publishers, 24-54.

Les livres

    * DI MÉO G., 1996, Les territoires du quotidien, Paris : L’harmattan.

Les articles électroniques

    * Monnet J, 2006, « L’ambulantage : Représentations du commerce ambulant ou informel et métropolisation », Cybergeo, URL : http://www.cybergeo.eu/index2683.html. Consulté le 21 novembre 2009.


Contact: lescarnetsdegeographes@gmail.com

Dates

  • samedi 30 octobre 2010

Mots-clés

  • géographie, Internet, espaces virtuels, méthode, cyberespace

Contacts

  • Vivet Jeanne, Spire Amandine, Ginisty Karine, Beauchamps Margot, Desbois Henri ~
    courriel : lescarnetsdegeographes [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Jeanne Vivet
    courriel : lescarnetsdegeographes [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Les espaces virtuels », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 01 juillet 2010, http://calenda.org/201540