AccueilMatérialités et immatérialité de l'église au Moyen Âge

Matérialités et immatérialité de l'église au Moyen Âge

Materialities and the Immaterial in the Church during the Middle Ages

*  *  *

Publié le jeudi 01 juillet 2010 par Marie Pellen

Résumé

Partant du constat qu’il n’y a pas de distance infranchissable entre la matière et l’immatérialité, entre l’humain et le divin, il s’agit de savoir ce que le Moyen Âge entend par immatérialité et comment le lien se fait avec la matière. Comment aussi la matière est reçue et travaillée comme une potentialité de son contraire. Tout en évitant de confondre les deux pôles du matériel et de l’immatériel, on se gardera tout autant de les séparer, comme trop souvent on le constate quand les diverses sciences s’ignorent l’une l’autre.

Annonce

Si l’expérience des matériaux et de la matérialité est intense à chaque époque de création, il revient au Moyen Age d’avoir cherché à l’articuler explicitement sur une expérience plus complexe d’immatérialité. De l’une à l’autre se développe, durant le Moyen Age, une pensée de la « continuité discontinue », de la tension entre séparation et communication du matériel et de l’immatériel. Que cette tension soit pensée comme participation du premier au second ou seulement comme réflexion de l’invisible dans le visible, l’accent tombe sur la communication dans les philosophies néoplatoniciennes, relayées par les théologies immanentistes ; il est mis sur la séparation dans les théologies – parfois dominantes – plus soucieuses d’établir une rupture entre les deux mondes. Partant du constat qu’il n’y a pas de distance infranchissable entre la matière et l’immatérialité, entre l’humain et le divin, il s’agit de savoir ce que le Moyen Age entend par immatérialité et comment le lien se fait avec la matière. Comment aussi la matière est reçue et travaillée comme une potentialité de son contraire. Tout en évitant de confondre les deux pôles du matériel et de l’immatériel, on se gardera tout autant de les séparer, comme trop souvent on le constate quand les diverses sciences s’ignorent l’une l’autre. L’objet de ce colloque pluridisciplinaire est de penser la matérialité comme une puissance (signe, symbole, trace, promesse… ) d’immatérialité.

            On entendra les matérialités au sens large de réalités concrètes, visibles : tout objet tangible comme un texte, une image, une architecture, un chantier, une orfèvrerie, un objet cultuel, un livre, une sculpture, et même un rituel, un genre littéraire, un programme iconographique, une procédure juridique, un contrat etc. Le pluriel est l’indicatif d’une grande ouverture.

Il est sans doute plus difficile de préciser a priori la définition de l’immatérialité, sinon comme le résultat du travail des artisans/artistes/penseurs/écrivains qui, partant d’une matière brute, parviennent à une œuvre dont l’aura excède manifestement la seule littéralité des mots, des images, des constructions, des espaces. Sans doute que la tension entre le visible et l’invisible est déjà un indicateur de cette réalité autre (en particulier dans les phénomènes de visions et de visionnaires). Plus subtilement, l’intervention des thèmes iconographiques dans la commande et la réception des œuvres relève de ce dialogue entre l’intention et la signification officielle ou parallèle qui ne peut se faire sans le support d’un objet précis ; il serait utile d’envisager, dans ce contexte, les rapports entre les tendances théologiques médiévales occidentales et orientales quant aux modalités d’approche des matérialités. Le fait de montrer et de cacher en même temps (ou de ne montrer que dans des circonstances particulières) relève-t-il d’une volonté d’évoquer un mystère avec retenue et de recharger la quête du sacré menacé par la profanation du regard ? Peut-on identifier des stratégies par lesquelles les images marquent les seuils et les limites de l’espace sacré, l’installation des images dans un livre ou dans un lieu, le simple fait d’écrire, les usages de voiler et de révéler, de lire à haute voix ou au contraire de tenir en silence des textes entiers, d’approcher l’absence tout autant que la présence, de ne disposer bien souvent que de restes ou de reliques pour évoquer des totalités disparues ou sublimées, constituent autant de pistes de travail permettant d’appréhender comment s’opère cette médiation entre un « matériau » et sa formulation esthétique, spirituelle, incorporelle. On pourrait déjà avancer que la quête de la lumière en toutes choses de la création est l’expression de ce désir de voir Dieu incarné et invisible à la fois. Dans notre réflexion sur la représentation de l’invisible il faudra accorder une place importante à la figuration de l’église comme lieu de culte, corps mystique du Christ, communauté des chrétiens, symbole de l’Univers, ainsi qu’aux pratiques liturgiques, telles qu’elles se retrouvent dans la littérature.

Il nous a semblé opportun d’explorer cette voie qui peut renouveler l’étude plus éprouvée des techniques afin de redonner à la poésie, à la symbolique, à l’interprétation, à la contemplation, le dernier mot des entreprises artistiques médiévales. Les approches seront aussi bien orientales qu'occidentales. Les théories contemporaines viendront utilement questionner les pensées médiévales traditionnelles ou déjà soucieuses de modernité.

22-23 octobre 2010

New Europe College, Bucarest

Organisateurs :

  • Centre d’études médiévales, Université de Bucarest
  • New Europe College, Bucarest
  • Laboratoire IRHiS (Institut de Recherches en Histoire du septentrion)-UMR 8529, Université Charles-de-Gaulle-Lille 3,

Vendredi, le 22 octobre

9h00 – 9h15 ouverture

Président de séance : Daniel Russo

9h15 – 9h45
Eric PALAZZO : L'immatériel et le signe dans l'art, les cinq sens et la liturgie

Voir, entendre

9h45 – 10h05
Ioana GOGEANU : Between Hearkening and Beholding. A Phenomenological Analysis of the Visibility of the Holy Church as God’s Mystical Body in Walter Hilton’s Ladder of Perfection

10h05 – 10h25
Gerardo BOTO-VALERA : Voces ex Sepulchro advenientes. La communication sonore entre les nefs et les tribunes de l'architecture romane espagnole

10h25 – 10h45    Discussions

10h45 – 11h05 Pause café

Président de séance : Jean-Paul Deremble

11h05 – 11h35
Brigitte Miriam BEDOS-REZAK : L’empreinte. Trace et tracé d’une médiation (1050-1300)

Trace, signe, symbole, image

11h35 – 11h55
Rémy CORDONNIER : Dématérialisation ? Rationalisation ? Réflexion sur la nature de la représentation dans l’exégèse visuelle (XIe-XIIIe s.)

11h55 – 12h15
Cécile VOYER : Donner corps au Verbe : les images de l’Annonciation au Moyen Age

12h15 – 12h35
Maria NARBONNA : La dévotion au XVe siècle à la colonne du Pilier de Saragosse

12h35 – 12h55    Discussions

12h55 – 14:30     Déjeuner

14h30 – 15h00
Ioan PÂNZARU : Du reliquaire à l’ostensoir

Sessions parallèles

Figurer l’infigurable

Présidente de séance : Anca Vasiliu

15h00 – 15h20
Patrick HENRIET : « Les possessions matérielles sont à l'Église ce que le corps est à l'âme ». L'Église grégorienne » et le rapport entre materialia et spiritualia

15h20 – 15h40
Marion BOUDON-MACHUEL : Nier la matérialité pour exprimer l’immatériel en sculpture

15h40 – 16h00
Brigitte D’HAINAUT-ZVENI : Matérialités et immatérialité des retables d’autels gothiques

16h00 – 16h20 Discussions

Entre l’écrit et l’image

Président de séance : Andrea Martignoni

15h00 – 15h20
Daniel RUSSO & Eliana MAGNANI : Les reliures carolingiennes : choses précieuses, ornement de l’invisible, exégèse spirituelle

15h20 – 15h40
Adrian PAPAHAGI : Les manuscrits liturgiques en Transylvanie

15h40 – 16h00
Anca CRIV : Discours scientifique et lecture allégorique: le statut des animaux dans les encyclopédies latines du Moyen Âge

16h00 – 16h20 Discussions

16h20 – 16h40     Pause café

Figurer l’infigurable II

Président de séance : Patrick Henriet

16h40 – 17h00
Didier MÉHU : Figurer l’invisible corps du Christ : le cadre vide des autels romans

17h00 – 17h20
Mihaela VOICU : Voir l'Invisible: les apparitions du Christ dans La Queste del Saint Graal

17h20 – 17h40
Amal EL-GANAOUI : Miracle, matière et immatière chez Gonzalo de Berceo

17h40 – 18h00
Alicia MIGUELEZ-CAVERO : La matérialisation artistique de la douleur dans l´iconographie funéraire romane dans la Péninsule Ibérique

18h00 – 18h20 Discussions

Entre l’écrit et l’image II

Président de séance : Adrian Papahagi

16h40 – 17h00
Brândua GRIGORIU : Tristan devant la
« verrine » : matérialités de la grâce

17h00 – 17h20
Vladimir AGRIGOROAIEI : L’œuf ou la poule? Les avatars de saint Gilles au XIIe siècle

17h20 – 17h40
C_t_lina VELCULESCU & Ileana ST_NCULESCU: L’enluminure dans les manuscrits religieux. Formes et significations

17h40 – 18h00
Ecaterina LUNG: Le métropolite Antim Ivireanu sur les femmes - une vision médiévale au début du XVIIIe siècle

18h00 – 18h20 Discussions

19h00         Diner

Samedi, le 23 octobre

Présidente de séance : Anca Manolescu

9h00 – 9h30
Nicolas REVEYRON, Lumière et architecture au Moyen Age : la transcendance incarnée

Edifice visible/invisible, matériel/immatériel

9h30 – 9h50
tefan COLCERIU : Temple matériel et Temple immatériel dans le Testament de Salomon. Une argumentation inédite de la polémique anti-judaïque dans l’antiquité tardive

9h50 – 10h10
Ana-Maria GOILAV: The Central Sanctuary in Late Antiquity and Early Middle Ages

10h10 – 10h30
Eduardo CARRERO SANTAMARIA: Voir l'invisible. Les politiques d'ordre interne de la cathédrale et la position des fidèles

10h30 – 10h50    Discussions

10h50 – 11h10    Pause café

Présidente de séance : Mihaela Voicu

11h10 – 11h30
Anca MANOLESCU: Où projeter l’église invisible? La quête du lieu dans les légendes de fondation monastique

11h30 – 11h50
Annie REGOND : La Jérusalem Céleste, une cité immatérielle

11h50 – 12h10
Mianda CIOBA : Le spectre de l'Église sur les itinéraires des croisades orientales: allégorie fondatrice et conflit des juridictions

12h10 – 12h40
Catherine VINCENT : Les luminaires dans les lieux de cultes latins au Moyen Âge : supports matériels d’un discours sur l’immatériel

12h40 – 13h00    Discussions

13h00 – 14h30 Déjeuner

 Présidente de séance: Anca Oroveanu

14h30 – 15h00
Anca VASILIU : L’Eglise de paroles est-elle matérielle ou immatérielle ? Sur les ekphraseis byzantines et le rapport théologique entre le logos-Fils et le logos-Esprit

L’église des paroles

15h00 – 15h20
Jean-Paul DEREMBLE : Penser l'articulation des contraires avec Plotin, une clé de l'église médiévale entre terre et ciel

15h20 – 15h40
Jeff RIDER : Cathegraal

15h40 – 16h00
Mihaela POP : Le discours animé (empsychos graphe). Aspects byzantins de l'oraison funèbre et leurs échos valaques au début du XVIe siècle

16h00 – 16h20    Discussions

16h20 – 16h40    Pause café

16h40 – 17h10
Alexei LIDOV: The Miracle of the Holy Fire in the Artefacts of the Byzantine East and the Latin West

Iconographie et liturgie

Président de séance : Didier Méhu

17h10 – 17h30
Vlad BEDROS : The Cosmic Liturgy and its Iconographic Reflections in Romanian Late Medieval Images

17h30 – 17h50
Petre GURAN : L’obscurcissement de l’espace sacré dans l’art post-byzantin. De l’icône a l’iconostase

17h50 – 18h10
C_t_lina GÎRBEA : Apparitions de Dieu et liturgie du Graal dans l'iconographie de quelques manuscrits arthuriens

18h10 – 18h30
Drago_ N_ST_SOIU : The Pillars of the Hungarian Church: The Triumphal Arch Iconography in the Hungarian Kingdom’s Medieval Churches

18h30 – 18h50    Discussions

18h50 – 19h20    Interventions finales (table ronde avec les modérateurs des sessions)

20h00        Diner

Catégories

Lieux

  • New Europe College 21 rue Plantelor
    Bucarest, Roumanie

Dates

  • vendredi 22 octobre 2010
  • samedi 23 octobre 2010

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Eglise matérialités immatérialité art ecclésiologie lumière transcendance théologie iconographie

Contacts

  • Daussy Stéphanie Diane
    courriel : sdaussy [at] hotmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Stéphanie Diane Daussy
    courriel : sdaussy [at] hotmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Matérialités et immatérialité de l'église au Moyen Âge », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 01 juillet 2010, http://calenda.org/201541