AccueilÊtre gouverné au XXIe siècle

Être gouverné au XXIe siècle

Being Governed in the 21st Century

La légitimation de l’acte de votation en Europe. Regards croisés sur les rapports représentants/représentés

The Legitimisation of the Act of Violence in Europe. Crossed Perspective on the Relationship Between Represented and Representatives

*  *  *

Publié le vendredi 09 juillet 2010 par Marie Pellen

Résumé

Appel à communications pour le quatrième congrès international des associations francophones de science politique « Être gouverné au 21e siècle ». Section thématique : La légitimation de l’acte de votation en Europe. Regards croisés sur les rapports représentants/représentés. Bruxelles, 20, 21 et 22 avril 2011

Annonce

Directeurs de la section :

  • Marnix BEYEN, chargé de cours, Université d’Anvers, marnix.beyen@ua.ac.be
  • Andre BLAIS, Professeur de science politique, Université de Montréal, blais@umontreal.ca
  • Anne MEVELLEC Professeure adjointe, École d’Études Politiques, Université d'Ottawa, mevellec@uottawa.ca
  • Christophe LE DIGOL, Maître de conférences, Université Paris Ouest Nanterre, GAP, cledigol@orange.fr,
  • Ludivine VANTHOURNOUT, Doctorante, Université Paris I Panthéon Sorbonne, CESSP -CRPS, Allocatrice de recherche de l’Assemblée nationale, Ludivine.Vanthournout@orange.fr

Notre section thématique se donne pour ambition d’explorer les conjonctures de crise de légitimité démocratique du vote, ici comme ailleurs, mais aussi de soumettre les formes présentes et naturalisées du vote à la critique de l’histoire, c’est-à dire aux formes et aux pratiques antérieures de vote. A côté de cette analyse historique, l’examen des variations entre les rapports de représentation qui se sont institués différemment dans les pays dits démocratiques et entre leurs discours de légitimation permet de relativiser les particularités nationales, de dégager des logiques et des principes qui déterminent les formes, les pratiques et les significations du vote.

Séance 1 – Les discours de légitimation

Au cours de cette première séance, nous tenterons de suivre la variété des discours, contemporains ou non, qui portent sur le rapport de représentation, de les saisir dans les situations et les lieux les plus significatifs : au cours des campagnes électorales ; dans les codes, lois et règlements juridiques prétendant définir l’activité des hommes politiques comme le comportement des électeurs ; dans la presse ; dans les sondages ; mais aussi dans les ouvrages d’histoire politique et de science politique. Nous tenterons également de repérer ceux qui manient ces différents discours. La complexité des échanges politiques, ainsi restituée, doit permettre de comprendre non seulement les raisons qui sont au principe des multiples dénégations des rapports de domination investis dans la délégation politique ; mais aussi les stratégies déployées pour nier symboliquement et en pratique la distance qui sépare les électeurs de représentants de plus en plus professionnalisés.

Séance 2 – Les pratiques électorales comme réaffirmation d’une proximité politique

Les modes de mobilisations et les pratiques électorales objectivent les rapports entre représentants et représentés. Lorsque l’écart se creuse entre eux, le travail de représentation requiert du représentant des preuves de sa sincérité et de son dévouement. Ce travail est d’autant plus difficile que la distance les séparant est de plus en plus objectivée par le travail des médias et le comportement des représentants eux-mêmes. C’est pourquoi, lors des campagnes électorales, la rhétorique de la proximité, dans ses diverses formes (politique, sociale, géographique, etc.), est omniprésente dans la mise en scène des candidats et des élus. Cette seconde séance montrera de quelle(s) façon(s) les contraintes de la représentation politique influent sur les stratégies et les pratiques électorales des hommes politiques.

 Un résumé en français de 2500 signes devra être envoyé avant le 1er septembre 2010.

L’acceptation des communications sera communiquée fin mars. Pour le 30 septembre 2010, la version finale des communications (30 000 signes) devra être envoyée.

Lieux

  • Bruxelles, Belgique

Dates

  • mercredi 01 septembre 2010

Mots-clés

  • sociologie, politique, vote, représentation

Contacts

  • Ludivine Vanthournout
    courriel : Ludivine [dot] Vanthournout [at] malix [dot] univ-paris1 [dot] fr

Source de l'information

  • Ludivine Vanthournout
    courriel : Ludivine [dot] Vanthournout [at] malix [dot] univ-paris1 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Être gouverné au XXIe siècle », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 09 juillet 2010, http://calenda.org/201584