AccueilL'hospitalité à l'épreuve

L'hospitalité à l'épreuve

Hospitality Under Challenge

Rencontre et ateliers de recherche

Forum and research workshops

*  *  *

Publié le mardi 13 juillet 2010 par Marie Pellen

Résumé

La mission de la recherche et de la technologie du Ministère de la Culture et de la Communication et PASSIM, laboratoire associatif de recherche en sociologie, avec le soutien de la Direction « culture et patrimoine » de la Région Languedoc-Roussillon, de la Direction régionale des affaires culturelles et de la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale, vous invitent à partager/confronter vos expériences, réflexions et questionnements en matière d’hospitalité. La matinée est ouverte à tout public intéressé par la question de l’hospitalité (entrée libre, dans la limite des places disponibles) L’après-midi sera consacré aux ateliers de travail, en groupe restreint (participation des chercheurs, associations et institutions, sous condition de réponse à appel à contribution, disponible sur demande à asso.passim@wanadoo.fr)

Annonce

ATELIER DE RECHERCHE

SAMEDI 30 OCTOBRE 2010
SETE (34)

Dans le sillage de son séminaire “Dialogue interculturel dans les institutions patrimoniales : musées, archives, bibliothèques”, engagé en 2008/2009, en région PACA, sur les pratiques d’interculturalité, le service de la coordination des politiques culturelles et l’innovation du Ministère de la Culture souhaite lancer une dynamique d’échanges constructifs aussi en Languedoc-Roussillon.

En 2010, la focale se porte vers la notion d’hospitalité. Le pari interprétatif est que les dimensions et variables multiples de la notion peuvent aussi se donner à lire dans les pratiques d’hospitalité, à condition de théoriser les expériences d’hospitalité.

Un comité de pilotage régional composé des instances languedociennes-roussillonnaises ad hoc, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale, Direction “Culture et Patrimoine” de la Région et animé par PASSIM, laboratoire associatif de recherche en sociologie, propose, aux acteurs du Languedoc-Roussillon, chercheurs, associations et organismes en charge du bien public de se réunir en atelier le samedi 30 octobre 2010.

L’atelier du 30 octobre 2010 travaillera la notion d’hospitalité à partir du postulat suivant : "l’hospitalité, phénomène social total, n'appartient pas seulement à l'utopie, mais se fait idée directrice pour la compréhension de toute société cohérente, idée critique du dysfonctionnement des sociétés d'où elle se trouve chassée" (Schérer, 1993).
La notion d’hospitalité, prise ici comme paradigme, permet d’en aborder d’autres que le travail en atelier propose de déconstruire et d’analyser, à partir d’expériences d’hospitalité et de la théorisation d’expériences d’hospitalité.

Quels types d’expérience d’hospitalité ?

=> A minima, “hospitalité” évoque la relation à l’autre, de l’hôte-accueillant à l’hôte-accueilli, avec comme sous entendu, l’engagement dans la rencontre, y compris et particulièrement dans le conflit, comme condition minimale d’élaboration du lien social.
Qu’elle se vive au coeur des échanges privatifs, à l’occasion de la rencontre au guichet du service public où à l’aune des dynamiques métropolitaines voire de la globalisation, “hospitalité” renvoie à une systémique du lien social instable et codifiée de façon minimaliste et provisoire sous peine de perdre sa dimension de mouvement vers l’Autre.
Le premier atelier “hospitalité/accueil” devra permettre de présenter, analyser et étudier, en termes d’accueil, non seulement des expériences d’hospitalité et mais les conditions de possibilité de l’hospitalité “absolue” ou au contraire “conditionnelle” (selon Derrida, 1997).
  • Quel rapport social jouent les institutions qui accueillent des Etrangers, des populations étranges ou des publics-cibles ?
  • Reste-t-il encore une marge d’innovation en la matière pour les pratiques associatives et le cas échéant quels sont les modalités de leur valorisation, modélisation, légitimation ?
  • Jusqu’où les populations peuvent-elles infléchir les modalités d’accueil qui leur sont destinées, voire imposées ?
  • Existe-t-il des cultures d’hospitalité territorialisées ?
=> L’approche anthropologique de l’hospitalité, par les pratiques, en termes de déséquilibre structurel, invalide a priori la délimitation rigoureuse des frontières et exige de re-penser la notion de seuil.
A l’heure du brouillage des “cartes d’identification” des individus et des groupes, du retour au penchant localiste comme contre feu à une tendance lourde globaliste, qui selon des modalités différentes touchent toutes les catégories de populations, à l’heure de la combinatoire complexe entre autochtonie et tribalisme connectique et donc de l’émergence de frontières plus subjectives que matérielles, qu’en est-il du processus de cosmopolitisation des échanges ?
Le deuxième atelier “hospitalité/cosmopolitisation” devra permettre de repérer des expériences d’hospitalité en débordement des contours administratifs, légaux ou territoriaux, .....
  • A quelle échelle de localisation des échanges peut-on capter des indicateurs de cosmopolitisation ?
  • A l’aune de la cosmopolitisation accrue, qui fait figure d’Etranger et qu’est-ce qui fait seuil avec l’autre ?
  • La cosmopolitisation des échanges joue-t-elle comme un accélérateur des conflits et avec quelle plus ou moins value en termes de liaison sociale ?
  • Quelles nouvelles médiations initier dans un contexte soumis à cosmopolitisation ?
  • Comment les expériences mémorielles ou patrimoniales, chevillées aux pratiques d’hospitalité/inhospitalité, et a priori ultra-localisées, peuvent-elles circuler/être capitalisées, valorisées dans une société plus cosmopolite ?

Quelles notions “hospitalité” permet-elle d’aborder ?

=> Si l’on s’entend sur la définition anthropologique de la culture comme manière d’agir, d’être et de penser et à condition débarrasser “interculturalité” de sa gangue dichotomique telle que l’ont conçuent les traitements sociaux ou politiques du vivre ensemble sur le mode de la confrontation codifiée par exemple entre culture/pays d’origine et culture /pays d’accueil, le travail sur “hospitalité” nous permet d’aborder “interculturalité“ avec des questionnements comme :
  • Est-ce qu’”Interculturalité” sous entend “spécificité” ?
  • En quoi la prise en compte de l’exigence interculturelle en amont de toute réflexion pour l’action peut-elle infléchir la violence des rapports sociaux ?
  • ...
=> Par ailleurs, la mobilité est une dimension majeure de l’hospitalité.
Dans son souci de repérer les modifications sociales introduites par le frottement (le choc ?) des pratiques (des cultures ?) sédentaires et mobiles, l’anthropologie du mouvement a déployé les possibles typologiques de la mobilité en s’adossant aux différentes figures de migration, nomade, diasporique ou errante. Ce faisant, elle donne à lire l’émergence de nouvelles formes de territorialisation/re-territorialisation des échanges et insiste sur une vision dynamique de la société.
  • Dans ce contexte, comment redéfinir l’interculturalité, la proximité “culturelle” ou le territoire d’appartenance culturelle ?
  • Le prisme de l’hospitalité nous offre-t-il d’autres figures de la migration ?
  •  ... .
=> Enfin, tous les questionnements relatifs à la notion de reconnaissance, dont certains avancent qu’elle constituerait l’objet centrale de la sociologie, seront les bienvenus, de par leur exigence de prendre en considération la dialogie des échanges, les conditions de production des échanges et l’impact des échanges pour l’un et pour l’autre.
  • La reconnaissance de la diversité culturelle est-elle suffisante à la reconnaissance ?
  • Quels sont les registres de légitimité de la reconnaissance ?
  • ... .
Les terrains d’investigations urbains ont depuis longtemps constitué de formidables laboratoires pour les questionnements relatifs à l’hospitalité.
La contextualisation des expériences d’hospitalité, en milieux péri-urbains, semi-ruraux ou ruraux du Languedoc-Roussillon, considérée ici comme une variable pertinente, devrait apporter une plus-value au travail de l’atelier.

Rappelons que l’atelier de recherche du 30 octobre est ouvert, à tout acteur, institution, association, collectif de recherche ou individu, travaillant à l’enrichissement du Bien Commun par la prise en considération de l’échange avec l’autre et désireux de partager, confronter des expériences d’hospitalité et leur théorisation, à partir de notions qui lui sont inhérentes ou contingentes (exposées ici de façon propositionnelle et non contraignante) à fin de réflexivité sur les pratiques qui s’avancent comme hospitalières ou apparaissent inhospitalières. Les chercheurs en sciences humaines et sociales, au-delà des apports théoriques qu’ils pourront mettre à l’épreuve lors de cet atelier, pourront exposer les conditions de production de leurs travaux, expériences d’hospitalité s’il en est.
Cet atelier de travail sera à jauge limitée à environ 30 participants.

La participation à ces ateliers de travail du samedi 30 octobre après-midi est conditionnée à l’envoi préalable d’une présentation (3 pages maximum) :
  • de l’expérience d’hospitalité (genèse et résumé de l’action contemporaine)
  • de sa logique dynamique (questionnements par rapport aux pratiques)
  • de la réflexion et de la mise en perspective théorique (problématisation)
  • des questionnements mis en partage dans l’atelier
  • des contacts courriel et téléphonique du participant
  • de documentation partageable.

ce avant le 10 septembre 2010

conjointement à

helene.hatzfeld@culture.gouv.fr
&
passim-volponi@orange.fr

Pré-programme:

La journée se déroulera au Théâtre Molière, Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau, avenue Victor Hugo 34 200 SETE (proche gare S.N.C.F.)

La matinée est ouverte à tout public intéressé par la question de l’hospitalité

9 h : accueil et propos d’ouverture

9h30-11h30 :

- conférence d’Alain Tarrius, socio-anthropologue, Toulouse Le Mirail
“Nouveaux cosmopolitismes chez les migrants internationaux”

- interventions photographiques, notamment déambulation photographique de Nicole Bergé pour ”Dos d’histoire”

- “histoire et mémoire de désobéïssance humanitaire : la maternité suisse d’Elne”, témoignage de Nicolas Garcia, Maire

11h30-12h30 : échange avec la salle

L’après-midi est consacré aux ateliers de travail, en groupe restreint

14h15-16h45 : échanges en ateliers
  • hospitalité et relation d’accueil
  • hospitalité et cosmopolitisation
16h45 : souffle poétique gitan de Luis RUIZ, auteur de “La guerre noble”

17h15-18h15: synthèse en plénière

Catégories

Lieux

  • Séte (34 200), Scene Nationale de Sete et du Bassin de Thau, avenue Victor Hugo

Dates

  • vendredi 10 septembre 2010

Mots-clés

  • hospitalité, expériences d'hospitalité

Contacts

  • PASSIM #
    courriel : asso [dot] passim [at] wanadoo [dot] fr

Source de l'information

  • volponi #
    courriel : af [dot] volponi [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L'hospitalité à l'épreuve », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 13 juillet 2010, http://calenda.org/201585