AccueilLa ville créative en questions

La ville créative en questions

The Creative City in Questions

Cinquièmes rencontres internationales de recherche en urbanisme de Grenoble

5th international conference of Grenoble's urban planning unit

*  *  *

Publié le lundi 12 juillet 2010 par Marie Pellen

Résumé

Aujourd’hui, on ne compte plus les publications, les évènements scientifiques ni même les expositions relatives à l’impact des milieux culturels sur l’économie, l’attractivité et la régénération des territoires urbains. Ce foisonnement de manifestations et d’écrits place l’artiste, et plus généralement la créativité, au cœur de la renaissance des villes. Si ce débat brille par son caractère transdisciplinaire, les interprétations proviennent généralement de la sociologie, de la géographie, de l’économie et des sciences politiques. Dans ce concert, il est une voix que l’on entend peu : celle des urbanistes. Pourtant, elle paraît nécessaire, car elle permet de mieux saisir les liens qui s’établissent entre pratique artistique, économie culturelle, créativité et organisation spatiale de la ville. Ces rencontres se veulent l’occasion d’ouvrir un débat entre les différentes disciplines concernées par cette problématique. Elles se veulent aussi l’occasion d’une confrontation entre jeunes chercheurs et chercheurs plus confirmés, entre chercheurs de différents pays européens et entre chercheurs, créateurs et professionnels.

Annonce

Objectif du colloque

Aujourd’hui, on ne compte plus les publications, les évènements scientifiques ni même les expositions relatives à l’impact des milieux culturels sur l’économie, l’attractivité et la régénération des territoires urbains. Ce foisonnement de manifestations et d’écrits place l’artiste, et plus généralement la créativité, au cœur de la renaissance des villes. Si ce débat brille par son caractère transdisciplinaire, les interprétations proviennent généralement de la sociologie, de la géographie, de l’économie et des sciences politiques. Dans ce concert, il est une voix que l’on entend peu : celle des urbanistes. Pourtant, elle paraît nécessaire, car elle permet de mieux saisir les liens qui s’établissent entre pratique artistique, économie culturelle, créativité et organisation spatiale de la ville. Ces rencontres se veulent l’occasion d’ouvrir un débat entre les différentes disciplines concernées par cette problématique. Elles se veulent aussi l’occasion d’une confrontation entre jeunes chercheurs et chercheurs plus confirmés, entre chercheurs de différents pays européens et entre chercheurs, créateurs et professionnels.

Research about cultural cities and urban regeneration is growing, giving importance to creativity in urban renaissance. However, it seems city planners are not speaking as much as sociologist, geography, economy and political sciences; even though city planners can give a link between artists, cultural economy, creativity and spatial organisation. The symposium is expected to fill this gap, by providing a platform to invite the various field involved in these issues.

Argumentaire général

La culture s’étend aujourd’hui bien au-delà du champ traditionnel des arts pour mieux épouser ceux de l’innovation, de la créativité individuelle et collective. En tant que ressource immatérielle, elle est investie d’un potentiel de développement local aux retombées multiples, qu’elles soient sociales (intégration et cohésion, qualité de vie, etc.), économiques (création d’emplois, stimulation du tourisme, retombées fiscales, etc.) ou urbaines (valorisation du patrimoine bâti, investissements dans des équipements culturels, requalification d’espaces publics, etc.). Apte à fonder l’avantage concurrentiel des territoires, elle est devenue le sésame des villes ayant essuyé les affres de la désindustrialisation ou, à l’inverse, fonde le socle vertueux du développement des régions du « retournement spatial ». Optimisme quelque peu béat partagé par bon nombre des élites scientifiques, politiques ou économiques, qu’il est néanmoins nécessaire de relativiser, ne serait-ce qu’au prisme de l’histoire. Précisément, ces rencontres internationales visent à éclaircir le débat autour de trois thématiques :

During the symposium, there will be three themes:

Culture, artistes et requalification urbaine / Cuture, artists and urban redevelopment

Les recompositions territoriales contemporaines s’appuient sur des politiques d’image qui empruntent à l’art, aux artistes et à la culture leur puissance symbolique mais également leur capacité de requalifier la ville et ses paysages. L’objectif est alors de galvaniser l’attractivité d’espaces autrefois marginalisés et qui font aujourd’hui l’objet d’un regain d’intérêt sans précédent. Comment mesurer l’impact réel de ces initiatives au regard des stratégies de requalification urbaine menées par les gouvernements locaux ? Comment se positionnent les artistes face à ce type de politiques d’urbanisme ? Le regroupement territorial des artistes constitue-t-il un préalable à des pratiques renouvelées de l’art ? Si tel est le cas, comment s’opère et s’organise ce regroupement ? Et inversement, comment la manière de produire l’art vient-elle questionner les modes de faire la ville ?

Urban redevelopment uses art to attract new population. How to measure the impact? How do the artists act towards this tendency? Must the artists be gathered in the same geographical place to succeed? If yes, how to organise it? How come art can question urban planning?

Création, économie culturelle et développement / Creation, cultural economy and development

Les processus contemporains de restructuration des systèmes productifs fordistes ont placé l’économie culturelle et plus largement les facteurs immatériels de la production au centre des débats sur l’avenir des territoires. De fait, les villes concentrent dans une très large mesure les capacités de création, de conception, d’innovation, de recherche et de diffusion des  œuvres d’art et produits culturels. Fortes de la grande diversité des marchés qu’elles offrent et des publics que l’on y croise, ce sont des lieux d’accumulation, certaines métropoles confèrent également une « une réputation qui fait marque » : la mode est parisienne, la musique électro londonienne, le design milanais, le cinéma hollywoodien. En véritables écosystèmes, elles permettent les multiples interactions et situations de rencontre nécessaires à la création. Dans cette perspective, l’enjeu de l’action publique n’est-elle pas tant de conforter l’offre culturelle que de pérenniser un savoir-faire local, de mettre en place les conditions propices à l’émergence de milieux relationnels créatifs ? Comment fonctionnent ces milieux ? Quelles sont les relations entre artistes, industries culturelles et créatives, activités de loisirs et développement économique ? Quid de la « classe créative » chère à R. Florida ? Ne gagnerait-on pas à distinguer les « créateurs » des « créatifs » ?

Cultural economy is at the centre of the restructuration happening in cities, as they gather culture in their core. Some cities are using their cultural strength to make a name for themselves: fashion in Paris, design in Milano, cinema in Hollywood, electro in London, .. creating opportunity to interact and meet, which is needed in order to create. But why giving up other art forms in order to save the local one? How are they organised? What are the relations between artists, industries, leisure and economic development? What about Florida’s “creative class”? Shouldn’t we distinguish “creator/designer” and “creative”?

Ville créative, action collective et cultural planning / Creative city, collective action and cultural planning

Depuis le milieu des années 1990, l’idée de ville créative s’est progressivement immiscée dans le débat sur la recomposition des modes de gouvernement et de développement des territoires urbains, et ce particulièrement dans les pays anglo-saxons. Elle tend à séduire de plus en plus de décideurs politiques locaux et de professionnels de l’aménagement. Constituée à mi-chemin entre le domaine de l’action publique et celui de la recherche scientifique, la notion de ville créative renvoie à une approche de cultural planning fondée sur une dimension territoriale et non plus sectorielle de l’action publique. Elle repose sur une acception large de la culture – entendue comme mode de vie – et inclut de nombreux domaines d’activité : développement économique, santé, éducation, action sociale, empowerment, tourisme, urbanisme, loisirs et, bien sûr, création artistique. D’une certaine manière, le cultural planning annonce la « fin des politiques culturelles », celles-ci perdant leur autonomie, leur spécification et leur différenciation. Il s’agit, en fait, d’une « approche culturelle des politiques urbaines » reposant sur des valeurs de transversalité et d’innovation. Dès lors, le système politico-administratif n’opère plus de distinction entre la politique culturelle et les autres catégories d’interventions publiques. La ville créative se présente comme un lieu ouvert reconnaissant l’interdépendance des dimensions économiques, sociales, environnementales et culturelles qui participent à la définition du bien commun. Ainsi, gouverner la ville créative dépend fortement de la présence de networkers, capables de penser au-delà de disciplines ou de secteurs, et de créer des articulations entre différents domaines d’expertises. Comment se constituent les configurations d’acteurs susceptibles de définir le cadre de l’action collective propre à la promotion de la ville créative ? Au-delà des best-practices, quelle est son opérationnalité ? Plus spécifiquement comment s’opère les démarches de cultural planning ? Quels types d’acteurs sont mobilisés ? Quels types d’action génèrent-elles ?

Creative city is a concept more and more popular (especially in Anglo-Saxon countries) where culture is a way of life and concerns public action as much as scientific research. The new values are crosscutting and innovation, ending the specific “cultural policies” as there is no more distinction between public intervention and cultural policies. It needs networkers to administrate such a city. How to find them? What will they do? Who are they?

 

Programme

Jeudi 21 Octobre 2010

8h30 Accueil

9h -12h30 Introduction du Colloque

Présidence : M. Zepf et  Y. Chalas Professeurs, Institut d’Urbanisme de Grenoble, Université de Grenoble - Pacte (France)

  • C. Ambrosino, Maître de Conférences, Institut d’Urbanisme de Grenoble, Université de Grenoble – Pacte (France),
  • P. Chaudoir, Professeur, Institut d’Urbanisme de Lyon, Université Lyon 2 (France),
  • V. Guillon, Doctorant, Institut d’Etudes Politiques de Grenoble, Université de Grenoble - Pacte (France)

La ville créative en questions

E. Vivant, Maître de Conférences, Institut Français d'Urbanisme, Université Paris 8 (France)

L’urbaniste et la ville créative

F. Bianchini, Reader, Cultural Planning Research Unit, De Monfort University (Grande Bretagne)

Revisiting the creative city idea

G. Evans, Professor, Cities Institute, London Metropolitan University (Grande Bretagne)

Creative Cities and Cultural Planning: A Comparative Study

12h30 Accueil du Président de l’Université Pierre Mendès France A. Spalanzani

Buffet

14h-17h30 Culture, artistes et requalification urbaine - Cuture, artists and urban redevelopment

Présidence : G. Novarina, Professeur, Institut d’Urbanisme de Grenoble, Université de Grenoble - Pacte (France)

N. Seigneuret, Ingénieur de Recherche, Institut d’Urbanisme de Grenoble, Université de Grenoble - Pacte (France)

New York, une  « ville créative » qui ingère créateurs et créations

V. Inguaggiato, Docteur, Dipartimento di Architettura e Pianificazione, Politecnico di Milano (Italie)

From Art in Public Space to Public Space in Art

P. Simard, Directrice Stratégie et Méthodes à l'Agence d'Urbanisme du Grand Lyon, Lyon (France)

Quand artistes et urbanistes croisent leurs approches de l’espace urbain : quel impact sur les modes de conception ?

C. Ambrosino, Maître de Conférences, Institut d’Urbanisme de Grenoble, Université de Grenoble - Pacte (France)

Ville et création au prisme du quartier artistique

18h-20h Remise du Prix UrbVO à la Cinémathèque de Grenoble

Vendredi 22 Octobre 2010

9h -12h30 Création, économie culturelle et développement - Creation, cultural economy and development

Présidence : B. Pecqueur, Professeur, Institut de Géographie Alpine, Université de Grenoble (France)

L. Halbert, Chargé de recherche CNRS, LATTS - Ecole nationale des ponts et chaussées (France)

Métropole et créativité : réseaux, territoires et action collective

S. Louargant et A.-L. Amilhat-Szary, Maîtres de Conférences, Institut Universitaire de Technologie 2 et Institut de Géographie Alpine, Université de Grenoble (France)

Quand les artistes européens, créent des apprentissages d'urbanités

L. Andres, Lecturer, Center of Urban and Regional Studies, University of Birmingham (Grande Bretagne) et C. Chapain, Researcher,  Center of Urban and Regional Studies, University of Birmingham (Grande Bretagne)

Des activités culturelles aux industries créatives à Marseille et à Birmingham : vers un système complexe de gouvernance multi-échelles

G. Ferilli, Researcher, Istituto Universitario di Architettura di Venezia, Università IUAV di Venezia (Italie)

System-wide cultural districts: A new paradigm for local development?

12h30 Présentation d’une œuvre d’art in situ Weingartner Tony

Buffet

14h-17h30 La ville créative et le cultural planning comme nouveaux référentiels de l’action collective - Creative city and cultural planning as a new framework of collective action

Présidence : P. Chaudoir, Professeur, Institut d’Urbanisme de Lyon, Université Lyon 2 (France) 

V. Guillon, Doctorant, Institut d’Etudes Politiques de Grenoble, Université de Grenoble (France)

La ville, acteur collectif : émergence et institutionnalisation de modes de gouvernance culturelle

M. Sibertin Blanc, Maître de Conférences, Département de Géographie et Aménagement, Université de Toulouse-Le-Mirail (France)

La créativité dans les villes petites et moyennes : des initiatives culturelles aux nouvelles opportunités urbaines

K. Kunzmann, Professor emeritus, Department of Spatial Planning in Europe, Faculty of Spatial Planning, Dortmund (Allemagne)

The Creative Fever: Creative cities and creative industries in Germany

Synthèse et clôture : G. Saez, Directeur de Recherche CNRS, PACTE, Université de Grenoble, Grenoble (France)

Comité d’organisation :

  • Gilles Novarina,
  • Charles Ambrosino,
  • Vincent Guillon

Langues du colloque : anglais et français

Contacts : Françoise Petitjean

tel 04 38 49 84 61 / fax 04 38 49 84 51

francoise.petitjean@upmf-grenoble.fr

Lieux

  • Institut d'Urbanisme de Grenoble, 14 avenue Marie Reynoard
    Grenoble, France

Dates

  • jeudi 21 octobre 2010
  • vendredi 22 octobre 2010

Mots-clés

  • arts, ville, culture, innovation, économie culturelle, requalification urbaine

Contacts

  • Charles Ambrosino
    courriel : charlesambrosino [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Denise Kahn
    courriel : denise [dot] kahn [at] ujf-grenoble [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La ville créative en questions », Colloque, Calenda, Publié le lundi 12 juillet 2010, http://calenda.org/201597