AccueilPratiques religieuses et livres d’heures dans les sociétés de l’Europe méridionale

Pratiques religieuses et livres d’heures dans les sociétés de l’Europe méridionale

Religious Life and Books of Hours in South European Societies

Colloque international de l' UMR 5670 TELEMME et l'UMR 5648 CIHAM

International Colloquium of UMR Telemme and UMR Ciham

*  *  *

Publié le lundi 23 août 2010 par Marie Pellen

Résumé

Dans les sociétés de l’Europe méridionale, l’intensification du culte de la Vierge et la recherche de la Rédemption se concrétisent par des pratiques dévotionnelles multiples, dont certaines ne sont pas imposées par l’Église. La récitation habituelle des Heures – psaumes, prières et oraisons – par les laïques, en particulier les femmes, n’a longtemps été attestée ici que par la conservation de quelques beaux livres des familles princières et aristocratiques, alors que son usage en Europe septentrionale est large. Des recherches récentes ont mis à jour des manuscrits plus modestes. La diffusion de ces livres de prières, leur usage et leur insertion dans l’ensemble riche et varié des pratiques religieuses méridionales, les formes nouvelles de spiritualité qu'ils reflètent sont au cœur de ce colloque.

Annonce

Date

 16 et 17 septembre 2011

Lieu

Aix-en-Provence

 UMR 5670 TELEMME et UMR 5648 CIHAM, Université de Provence et Université d’Avignon

Comite scientifique

  • Régis Bertrand,
  • Christine Gadrat,
  • Marie-Claude Leonelli,
  • Anna Malipiero, 
  • Francesca Manzari,
  • Paul Payan,
  • Christiane Raynaud,
  • Véronique Rouchon

Résumé

Dans les sociétés de l’Europe méridionale, l’intensification du culte  de la Vierge et la recherche de moyens pour obtenir la Rédemption se concrétisent par des pratiques dévotionnelles multiples,  dont certaines ne sont pas imposées par l’Église. La récitation  habituelle des Heures – psaumes, prières et oraisons – par les laïques, en particulier les femmes, n’a longtemps été attestée  ici que par la conservation de quelques beaux livres des familles princières et aristocratiques, alors  que son usage en Europe septentrionale est  large. Des recherches récentes  ont mis  à jour des livres de prières plus modestes.  Quelles sont l’ampleur et les modalités de cette diffusion ? Comment  ces livres de piété sont-ils utilisés et insérés dans l’ensemble riche et varié des pratiques religieuses méridionales ? Sont-ils représentatifs des formes nouvelles de spiritualité ?

Annonce

La prière  est un élément important  dans l’histoire de la pratique  chrétienne  à l’époque médiévale.  Au bas Moyen Âge, elle ne se fait plus seulement  à  haute voix, elle est devenue silencieuse, mentale, une prière de réflexion, de cœur. Elle a pour support  entre autres le livre d’Heures, du latin Horae, livre de dévotion standardisé,  mais indépendant  du cycle liturgique annuel. Livre de prières  privilégié des laïcs et  en particulier des femmes, il reflète une  foi qui s’exerce au quotidien par la récitation habituelle des psaumes, des prières et  des oraisons, pour le fidèle une  affaire de dévotion spontanée, nullement imposée par  l’Eglise. Cet instrument dévotionnel  très répandu dans les pays d’Europe du Nord, le serait moins dans les sociétés méridionales. A côté de  belles études monographiques consacrées aux aspects stylistiques manque un  recensement précis et spécifique  qui permettrait de  vérifier  cette hypothèse. Le livre figure  dans la typologie des instruments de piété en Italie dès le XIIIe s.  avec les petits diptyques d’ivoire en Lombardie,  et au XIVe s. les tables et les plateaux peints de scènes religieuses en Toscane. Il semble jouer  dans la  ferveur religieuse des jeunes filles italiennes un rôle comme  les poupons Jésus à changer et parer de beaux  habits et  bijoux.  La nouvelle  atmosphère spirituelle  inaugurée par  l’activité  d’apostolat  des Franciscains et des Dominicains exhortant  à la  prière et à la méditation individuelle encourage l’emploi de tous ces instruments  de dévotion. Les commanditaires et les propriétaires d’Heures ne se recruteraient dès lors pas seulement  parmi les princes et les nobles  qui suivent  à  la cour les modes  septentrionales et possèdent de manuscrits luxueux  mais aussi parmi les fidèles, des citadins, qui suivent l’enseignement  des ordres mendiants, savent lire et ont les moyens de se procurer des exemplaires plus modestes, de facture simple.

Les communications pourraient s’attacher à préciser  entre autres

  • la diffusion  de  ces  livres dans les midi français, les péninsules ibérique et italiennes, le rôle des commanditaires et des libraires, les  lieux de production
  • leur place parmi les instruments de dévotion dans les sociétés méridionales 
  • les modalités pratiques de leur usage quotidien en utilisant  les rares notations  qui les évoquent, la mise en page et l’iconographie
  • les spiritualités  qu’ils reflètent   malgré un contenu standardisé

La durée des communications

20 mn

Date limite de dépôt  des propositions

Décembre 2010. Les propositions seront accompagnées  d’un résumé d’une page maximum.

Mots-clés

Pratiques religieuses – Heures – Livres – Spiritualité – Europe méridionale

Contact

Courriel : raynaudchristiane@neuf.fr

Adresse : Prof. Christiane Raynaud, Université de Provence, UFR Civilisations et humanités, Département d’Histoire, 29 avenue Robert Schuman, 13621 Aix-en-Provence cedex 1

Lieux

  • Maison méditeranéenne des sciences de l'homme
    Aix-en-Provence, France

Dates

  • jeudi 30 décembre 2010

Mots-clés

  • pratiques religieuses, heures, livres, spiritualité, Europe méridionale

Contacts

  • Christiane Raynaud
    courriel : raynaudchristiane [at] neuf [dot] fr

Source de l'information

  • Christiane Raynaud
    courriel : raynaudchristiane [at] neuf [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Pratiques religieuses et livres d’heures dans les sociétés de l’Europe méridionale », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 23 août 2010, http://calenda.org/201636