AccueilLe discours rapporté dans les formes narratives brèves ibériques

*  *  *

Publié le vendredi 10 septembre 2010 par Marie Pellen

Résumé

Dans le cadre de la journée d’études, on réfléchira aux emplois du discours rapporté dans les formes narratives brèves ibériques. Les récits brefs, de par l’extrême économie des moyens qu’ils déploient, représentent un champ d’observation particulièrement propice à l’étude des différents problèmes soulevés par ce mode de transmission indirect de la parole. Le huit novembre, on analysera la manière dont les rapporteurs transmettent le discours de quelqu’un d’autre dans leurs propres paroles. On étudiera ses modalités, son fonctionnement et sa place dans ces récits pour éclairer les aspects les plus importants de l’énonciation et les stratégies discursives et argumentatives des rapporteurs.

Annonce

Le fait de rapporter, dans ses propres paroles, le discours de quelqu’un d’autre n’est jamais anodin ni sans conséquence. L’acte de transmettre le premier discours suppose toujours une appropriation et une modification du message en fonction d’une nouvelle situation d’énonciation, car tout en transmettant le contenu du message premier, le discours indirect en altère la forme, au contraire du discours direct. A côté des transformations d’ordre linguistique (transposition des marqueurs de l’énonciation), on peut trouver également des modifications de contenu (abrégement des propos, ajout de précisions et de commentaires, etc.) qui visent à clarifier le discours premier.

Mais le rapporteur du premier discours se trouve dans une situation privilégiée, dont il peut user ou abuser. Celui qui l’écoute ignore la teneur du message. Au lieu de transmettre fidèlement le message, le rapporteur peut le modifier pour servir ses propres fins. L’acte de transformer le discours direct en discours indirect passe alors de l’appropriation du message à la manipulation du discours. Le rapporteur peut changer le sens du message, sa forme, ses intentions. Une telle manipulation peut être motivée par des intentions cachées, par des craintes, par la nécessité de convaincre celui qui écoute...

Le plus souvent, les éventuels décalages entre le discours rapporté et le discours rapporteur échappent au lecteur des textes écrits. L’analyse de l’utilisation du discours indirect, de ses modalités, de son fonctionnement, de sa place dans ces récits peut pourtant révéler des aspects importants de l’énonciation et des strat