AccueilLa notion d’interculturel dans tous ses états

La notion d’interculturel dans tous ses états

The Notion of the Intercultural in all Forms

La revue Alterstice lance son premier appel à communication

The Alterstice journal's first call for contributions

*  *  *

Publié le jeudi 02 septembre 2010 par Karim Hammou

Résumé

La revue Alterstice lance son premier appel à communication : la notion d’interculturel dans tous ses états. Le premier numéro d’Alterstice a pour objectif de faire un état des lieux sur la notion d’« interculturel », en dévoilant et/ou questionnant les différents usages et domaines d’applications de cette notion.

Annonce

La revue Alterstice lance son premier appel à communication

La notion d’interculturel dans tous ses états 

Alterstice [ɑltɛʀstis] est une contraction de « altérité » et « interstice » ou encore du latin « alter », autre, et « stare », être, se trouver; le mot signifie « être autre, se trouver dans la différence ». Il fait référence aussi bien à la qualité d’être autre qu’à celle de se trouver dans un entre-deux, un intervalle qui transforme. 

Alterstice – Revue internationale de la recherche interculturelle – est une revue à comité de lecture dont l’objectif principal est de diffuser les réflexions et les résultats de recherches interculturelles. 

Alterstice est associée à l’Association pour la Recherche Interculturelle (ARIC) et à l’équipe de recherche Migration et Ethnicité dans les Interventions en Santé et en Service social (METISS). 

www.alterstice.org  

Argumentaire

Le premier numéro d’Alterstice a pour objectif de faire un état des lieux sur la notion d’« interculturel », en dévoilant et/ou questionnant les différents usages et domaines d’applications de ce mot, entré dans le vocabulaire courant des disciplines (anthropologie, psychologie, pédagogie, sociologie, etc.) et des champs de pratiques et de recherches (éducation, santé, travail social, etc.) depuis les années 1980, au moins. Parfois confronté, confondu, opposé ou mis en complémentarité avec d’autres notions dérivées de culture ou apparentées (multiculturel, pluriculturel, interethnique, etc.), le terme d’interculturel se caractérise, quoi qu’il en soit, par la multiplicité de ses champs d’application, l’instabilité de ses significations et un flou sémantique certain. Imprécis, vague et polysémique, il est néanmoins omniprésent dans le vocabulaire de nombreuses pratiques professionnelles, des sciences humaines et sociales, ainsi que dans les rhétoriques politiques.  

La plupart des formations ayant un rapport avec l’humain, traitent, même de façon marginale, de cette question; rares sont les écoles supérieures et les universités qui n’offrent pas un ou plusieurs cours sur le thème. Cette notion apparaît aussi de plus en plus souvent dans les standards des professions : tout professionnel de l’humain (du médecin à l’enseignant, en passant par les éducateurs spécialisés, et bien d’autres) se doit d’être au moins sensibilisé, si ce n’est pleinement formé et posséder des compétences dites interculturelles. En tant que modalité de gestion de la diversité culturelle, le mot occupe aujourd’hui une place de choix dans le champ discursif politique;  cela, au niveau des villes, des régions, des États ou même des organisations internationales, comme le Conseil de l’Europe et son livre blanc sur le dialogue interculturel. Enfin, au niveau scientifique – reflétant les débats et les hésitations des sociétés, parfois en les devançant – on trouve une diversité de perspectives. Pour certains, « interculturel » définit une approche particulière, à la croisée des disciplines, pour d’autres c’est un incontournable, voire un objet en soi. Dans ce cas de figure, d’adjectif, le terme devient substantif. Pour d’autres encore, c’est une idéologie que l’on nomme interculturalisme. Dans ce cas, elle n’est certainement pas un objet de science, il faut alors en démonter les rouages pour ne pas y succomber. Enfin, la relation entre les cultures, que le terme interculturel implique, est comprise comme une relation théorique et pas nécessairement inscrite dans la réalité. On voit ainsi des études comparatives (sur le développement de l’enfant par exemple), qui se considèrent comme interculturelles parce qu’elles comparent les cultures entre elles. « Inter » n’est plus ici le résultat d’un contact, ce qui surgit de l’interaction entre altérités, mais bien une opération intellectuelle permettant de mettre ensemble ce qui ne l’aurait pas été dans la réalité et d’observer ce qui se trouve dans les interstices de cet assemblage artificiel. 

Dans certains contextes ou dans certaines disciplines, la notion est employée exclusivement pour discourir sur les contacts entre personnes ou groupes de cultures considérées comme différentes. Mais s’agit-il vraiment de cultures différentes, ou plutôt de personnes ou groupes désignés ainsi au sein de relations de type asymétriques ? Qui définit l’écart supposé entre les acteurs impliqués dans l’interaction ? Force est de constater que la notion est encore peu utilisée dans le cadre des relations internes à un même État, comme par exemple entre Canadiens anglophones et francophones ou entre Belges ou Suisses de langues différentes. Qu’est-ce que cette absence laisse voir ? Le terme sous-entend-il une altérité radicale qu’il serait de mauvais ton d’employer pour caractériser les relations entre les groupes dominants d’un même État ? Cela renvoie la réflexion vers le fait d’invoquer des différences de cultures : serait-ce une façon de rabaisser l’Autre à un état de primitif, de point-encore-civilisé ? En bref, une réminiscence du colonialisme et du racisme qui trouverait ici une forme académique contemporaine ? Peut-on penser la notion d’interculturel en lien avec des différences d’autres natures (politiques, économiques, sociologiques, etc.) ? S’agit-il d’une notion exclusive ou inclusive ?  

Comment cette notion est-elle convoquée (par la pratique, la science, la politique, la littérature, la poésie, etc.) ? Quel statut lui donne-t-on (une approche, un concept, une idéologie, etc.) ? Quels éléments de contexte sont-ils engagés et de quelles manières (tensions entre communautés, nécessité d’adaptation de pratiques, révision des politiques, etc.) ? Et finalement qu’est-ce que les discours scientifiques qui d’une façon ou d’une autre convoquent la notion d’interculturel peuvent amener dans les débats de société actuels (dérive sécuritaire en France, essentialisme de l’identité et accommodements raisonnables au Québec, séparatisme et xénophobie en Belgique, campagnes politiques xénophobes en Suisse, dérives racistes et violentes en Italie …) ? Peut-on explorer ce champ de recherche sans prendre position politiquement ? 

Le fil rouge de ce premier numéro d’Alterstice est donc l’usage de cette notion aujourd’hui polysémique. Nous souhaitons que le débat s’installe sur les pages (virtuelles) d’Alterstice. Nous appelons des articles de réflexions (critiques) sur l’usage de la notion d’« interculturel » dans une/des discipline(s) spécifique(s), un champ de recherche particulier, une zone géographique (ville, province, nations, zone transfrontalière…), un ensemble de pratiques ou de politiques publiques. Ces textes peuvent s’appuyer sur des résultats de recherche, mais peuvent aussi être le résultat d’une recension (systématique) des écrits dans un domaine précis ou une réflexion théorique. Étant donné le caractère multidisciplinaire d’Alterstice, nous encourageons les soumissions en provenance de diverses disciplines et serons ravis de recevoir des textes au croisement de plusieurs disciplines. 

Les textes sont à soumettre en ligne sur le site www.alterstice.org pour le 28 janvier 2011

Les éditeurs de ce numéro : 

  • Yvan Leanza, Professeur agrégé, École de psychologie, Université Laval, Québec, Canada 
  • Anahy Gajardo, Anthropologue, chercheure en sciences de l’éducation, Directrice, responsable du service régional suisse romand, Fondation Éducation et Développement, Lausanne, Suisse

info@alterstice.org 

Catégories

Dates

  • vendredi 28 janvier 2011

Fichiers attachés

Mots-clés

  • interculturel, interdisciplinarité

Contacts

  • Yvan Leanza
    courriel : info [at] alterstice [dot] org

Source de l'information

  • Yvan Leanza
    courriel : info [at] alterstice [dot] org

Pour citer cette annonce

« La notion d’interculturel dans tous ses états », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 02 septembre 2010, http://calenda.org/201719