AccueilLa formation de l'homme nouveau dans le discours révolutionnaire, 1789-1799

La formation de l'homme nouveau dans le discours révolutionnaire, 1789-1799

The Formation of New Man in Revolutionary Discourse, 1789-1799

*  *  *

Publié le vendredi 03 septembre 2010 par Karim Hammou

Résumé

Il s'agit de permettre un échange à la fois méthodologique et théorique entre chercheurs de deux disciplines différentes, la philosophie et l'histoire, à propos d'un des aspects idéologiques de la Révolution française; à savoir, la manière dont les acteurs de la période conçoivent la régénération individuelle et collective dans le cadre de la France nouvelle née des évènements.

Annonce

En tant qu’objet d’étude, la Révolution Française est traditionnellement le domaine réservé des historiens. Il est frappant de relever le peu de travaux de recherche en philosophie directement consacrés à cet événement. Pourtant il y a beaucoup à dire sur son « œuvre spirituelle », c’est-à-dire sur la manière dont le processus révolutionnaire a modifié, au-delà des mentalités en général, le sens et l’usage d’un certain nombre de concepts fondamentaux de la pensée politique, et de la philosophie elle-même. Les grands philosophes contemporains du phénomène n’ont pas manqué, du reste, d’essayer de percevoir la portée de ces changements, et d’en tirer les conséquences pour la pensée. Avec plus de deux siècles de recul, il s’agit de prolonger ce travail conceptuel, non pas seulement dans l’exégèse des textes de Kant, de Hegel, ou de Schelling sur la Révolution Française, mais également en se penchant, à leur exemple, sur les écrits et les dires des acteurs directs de la période. Dans cette perspective, la collaboration entre les disciplines historique et philosophique parait indispensable, et d’autant plus fructueuse que des approches différentes permettent de porter un éclairage plus complet sur cet événement complexe et ses implications très vastes.

L’objet du colloque est la « formation de l’homme nouveau ». Par cette expression, empruntée aux protagonistes de l’événement, il faut entendre les tentatives faites pour réformer, pour éduquer, individuellement et collectivement, le peuple français appelé à fonder et faire vivre la communauté politique nouvelle. Les acteurs politiques cherchent ainsi à hausser le citoyen à la hauteur de la mission historique inouïe qui l’attend, en le dépouillant de ses vieux oripeaux philosophiques, religieux, et même affectifs. Il s’agit, comme ils le disent et le conçoivent, de « régénérer » la Nation, ce qui induit, paradoxalement, à la fois de revenir à une pureté initiale, et d’inaugurer une ère nouvelle. Cette grande entreprise de pédagogie civique concerne au premier chef, bien sûr, l’instruction publique, les jeunes générations. Cependant elle se décline également dans des projets architecturaux, dans l’institution plus ou moins pérenne de fêtes civiques, dans le nouveau rythme que l’on essaie d’imprimer à la vie sociale à travers la réforme du calendrier. Dans tous les cas, il s’agit donc de mettre en place un dispositif institutionnel, d’instiguer des pratiques collectives susceptibles de modifier à la fois les idées et les habitudes des individus, de les associer pleinement et définitivement au renouveau politique.

Quelles devaient être la nature, et la portée exacte, de cette « formation » dans l’esprit de ses auteurs ? Comment celle-ci a-t-elle changé de visage et d’objectifs au fil des événements, de la naissance de l’Assemblée Constituante à la chute de la royauté, de la Terreur au Directoire ? Quel est l’héritage laissé par toutes ces tentatives, dans les pratiques, les institutions ? Enfin, comment la réflexion menée sur ces questions a-t-elle renouvelé la façon de concevoir l’homme, sa perfectibilité, sa résistance aux changements, et la marge de manœuvre du volontarisme politique ? Voilà les questions sur lesquelles les regards croisés de la philosophie et de l’histoire devront tenter de donner une perspective neuve. 

Programme de la journée avec les participants :

à la Sorbonne, le matin Salle Marc Bloch, l'après midi Amphithéâtre Lebfebvre

Présidence :

  • Pierre SERNA, directeur de l’IHRF (Université Paris I)
  • Jean SALEM, directeur du CHSPM (Université Paris I)

Intervenants :

  • Soulef AYAD (Histoire, IHRF-Paris I)
  • Jean-Numa DUCANGE (Histoire, Université de Rouen)
  • Caroline FAYOLLE (Histoire, Paris VIII)
  • Stéphanie ROZA (Philosophie, CHSPM, Paris I)
  • Thomas VAN DER HALLEN (Philosophie, CHSPM, Paris I)
  • Ayse YUVA (Philosophie, Paris I).

Discutants :

  • Jean-Luc Chappey (MCF, Histoire, Paris I)
  • Luc Vincenti (MCF, philosophie, Montpellier III)

Table ronde conclusive:

  • Claude Mazauric (Professeur émérite de l'Université de Rouen) 

Programme détaillé de la journée d'études :  

Matinée

Salle Marc Bloch

Présidence : Pierre Serna

9h : Accueil des participants. Introduction par le président.

  • 9h30 : Caroline FAYOLLE : « La formation de la femme nouvelle ».
  • 10h : Thomas VAN DER HALLEN : « Robespierre et l'antinomie rousseauiste de l'homme et du citoyen ».
  • 10h30 : Stéphanie ROZA : « Former les citoyens de la République, de Mably aux Jacobins ».

11h-12h : Discussion. 

Après-midi

Amphithéâtre Lebfebvre

Présidence : Jean Salem

  • 14h : Soulef AYAD : « Sociogenèse du régime représentatif : la construction du nouveau système de domination dans la société révolutionnée (1787-1804) ».
  • 14h30 : Ayse YUVA : « La régénération morale dans l'œuvre de Mme de Staël et des Idéologues ».
  • 15h : Jean-Numa DUCANGE : « Les références au passé révolutionnaire : une matrice de « l'homme nouveau » dans la social-démocratie d'avant 1914 ? »
    15h30 : Marylin Maeso : « Réformer le peuple français : la création du citoyen révolutionnaire et le rôle des institutions dans l'oeuvre de Saint Just. »

16h30-17h00 : Discussion.

17h00-18h00 : Table ronde conclusive sous la présidence de Claude MAZAURIC.

Lieux

  • Panthéon Sorbonne (place du Panthéon)
    Paris, France

Dates

  • samedi 13 novembre 2010

Mots-clés

  • Révolution française, histoire, philosophie

Contacts

  • Stéphanie Roza
    courriel : stephanieroza [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Stéphanie Roza
    courriel : stephanieroza [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La formation de l'homme nouveau dans le discours révolutionnaire, 1789-1799 », Journée d'étude, Calenda, Publié le vendredi 03 septembre 2010, http://calenda.org/201732