AccueilSéminaire du Groupe de recherche énergie, technologie et société (2010-2011)

Séminaire du Groupe de recherche énergie, technologie et société (2010-2011)

Seminar for the Energy, Technology and Society Research Group (2010-2011)

*  *  *

Publié le mercredi 08 septembre 2010 par Marie Pellen

Résumé

Le Groupe de recherche énergie, technologie, société (GRETS) de EDF R&D organise mensuellement un séminaire de sciences sociales dont les thèmes entrent en correspondance avec les sujets de recherche actuels du GRETS : environnement, énergie, clientèle, innovation, pratiques de la recherche. À chaque séance, un chercheur invité présente ses travaux et les discute avec les participants. Le séminaire se tient un mardi par mois à la Maison des sciences de l'homme de 9h30 à 12h30. L'entrée est libre dans la limite des places disponibles.

Annonce

Programme

Mardi 21 septembre 2010

Researching globalizing consumption from the bottom up : A view from India (séance en anglais)

Harold Wilhite (Université d'Oslo)

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Le mardi 21 septembre 2010, le séminaire du GRETS recevra Harold Wilhite, anthropologue et sociologue, spécialiste internationalement reconnu des questions de consommation et d’usage de l’énergie. Actuellement directeur de recherche à l’université d’Oslo, il y dirige un important programme de recherche sur les changements environnementaux et l’énergie durable.

Le séminaire sera consacré au travail ethnographique d’Harold Wilhite sur les pratiques de consommation au Kerala, un état du sud de l’Inde parmi les plus prospères. Il nous restitue une analyse stimulante et pour ainsi dire, en temps réel, sur l’émergence d’une société de consommation et l’ensemble des changements (économiques, culturels, moraux, domestiques) qui accompagnent cette émergence et transforment radicalement l’usage des ressources naturelles. Cette séance des séminaires présente un intérêt double pour tous ceux qui s’intéressent aux enjeux de la transition énergétique : elle offre des perspectives sur la diffusion des modes de consommation occidentaux dans les pays émergents mais invite aussi à une réflexion sur nos sociétés. Cette sociologie de la consommation remet en lumière l’ensemble des éléments de la chaîne qui en font des sociétés fortement consommatrices en énergie (notamment à travers des équipements tels que le réfrigérateur ou l’air conditionné).

Le séminaire se basera sur l’ouvrage publié par Harold Wilhite en 2008 : Consumption and the Transformation of Everyday Life: A View from South India chez Palgrave MacMillan.  

La présentation aura lieu en anglais, la discussion aura lieu en français et en anglais.

Mardi 5 octobre 2010

Déchiffrer la société française

Louis Maurin (Observatoire des inégalités)

de 9h30 à 12h30
Maison des Sciences de l'Homme - 54, bd Raspail - Paris 6ème Salle 214

Louis Maurin se propose de déchiffrer la société française à travers les principales sources de données quantitatives et les grandes tendances historiques. Il s’attache ainsi à dresser un état des lieux global de la société contemporaine en abordant une large série de phénomènes de société : dynamisme démographique, métamorphoses de la famille, rapports homme-femme, place des immigrés, niveaux de vie et inégalités, milieux sociaux, consommation… Faisant un usage extensif de nombreuses sources statistiques, recourant parfois à des sources peu utilisées, effectuant des croisements inédits, il met en exergue des phénomènes habituellement négligés, notamment en termes d’inégalités. A rebours des discours sur l’éternelle nouveauté des comportements et la dramatisation des phénomènes sociaux, il cherche à établir les évolutions structurelles de notre société. Il détermine ce qui unifie la société à travers des valeurs, des attitudes politiques et des liens sociaux et remarque que l’on confond parfois la transformation d’une forme de vie ou de participation à la vie collective avec le déclin de celles-ci.

Mardi 16 novembre 2010

Entre cultures nationales et cultures d'entreprises, valeurs et mondialisation

Philippe d'Iribarne (CNRS)

Maison des Sciences de l'Homme - 54, bd Raspail - Paris 6ème
Salle 214

Les entreprises multinationales se trouvent confrontées à la diversité des visions locales d’une bonne manière d’œuvrer ensemble, et beaucoup s’interrogent. Doivent-elles, et peuvent-elles, chercher à imposer leurs façons de faire et leurs valeurs ? Leur faut-il plutôt privilégier un respect de la diversité des cultures ? Ou la bonne option est-elle de chercher à concilier le meilleur des deux attitudes, mais que cela veut-il dire en pratique ?
Ces questions se posent de manière particulièrement visible au sein des entreprises, de plus en plus nombreuses, qui se dotent, sous diverses formes (« codes de conduite », « principes d’action », « chartes éthiques » ou autres), de sortes de déclarations de valeurs et qui cherchent, en s’appuyant sur celles-ci, à développer une « culture d’entreprise » qui transcende les frontières. Chercher à en faire un credo commun est-il efficace et respectueux des réalités locales ? Jusqu’où et comment peuvent-ils être reçus et prendre corps dans les diverses parties de la planète ?

Mardi 14 décembre 2010 de 9h30 à 12h30

Les marketeurs sont-ils prêts à travailler avec les consommateurs les plus experts de leurs marques ? Une plongée dans le cas Alfa Romeo et les Alfistes

Bernard Cova (Euromed Management Marseille et Université de Milan)

Maison des Sciences de l'Homme - 54, bd Raspail - Paris 6ème
Salle 214

Tendance récente mais majeure, le « marketing collaboratif » est très souvent présenté comme une panacée capable de résoudre l’ensemble des tensions actuelles et à venir du marché. Les racines de ce nouveau marketing plongent dans divers courants de recherche qui ont décrit le client comme un collaborateur potentiel de l’entreprise et ont fait de la co-production du service le moyen d’assurer les résultats de l’entreprise. Cette porosité des frontières entre production et consommation suscite de nombreuses interrogations quant à la mise en pratique de l’engagement des consommateurs et ses répercussions sur le management des entreprises. Quelle est la nature du « travail » réalisé par les consommateurs collaborateurs ? Comment certains d’entre eux s’impliquent-ils autant pour promouvoir des produits qu’ils achètent par ailleurs ? Comment contribuent-ils à la valorisation de ces produits sans rétribution financière ? A partir de l’analyse du brouillage des rôles entre consommateurs et producteurs d’une marque, Bernard Cova mettra en lumière les effets inattendus du programme market with proposé en lieu et place du conventionnel market to par cette nouvelle logique du marketing.

Mardi 11 janvier 2011

La démocratie Internet

Dominique CARDON, sociologue au Laboratoire SENSE d’Orange Labs. La séance sera discutée par Gérald GAGLIO, Maître de conférences en sociologie à l’Université de technologie de Troyes - UTT.

Dominique Cardon se propose de caractériser les spécificités des transformations de l’espace public consécutives au développement des usages de l’internet. En déplaçant de l’ex ante vers l’ex post la sélection des propos méritant d’accéder à la publicité, internet élargit l’espace public de deux manières : en augmentant le nombre de locuteurs à une population d’amateurs et en aspirant dans l’espace public les conversations des internautes. Le web a libéré la parole en contestant l’autorité de ceux qui bénéficiaient jusqu’alors du monopole d’accès à l’espace public – journalistes, hommes politiques et experts. On peut tirer trois enseignements de cette nouvelle dynamique concernant respectivement à la définition des publics (la présupposition d’égalité), la diversité des expressions (la libération des subjectivités) et la porosité entre la conversation ordinaire et la discussion publique (le public par le bas). Cette ouverture de l’espace public aux individus a des conséquences politiques importantes. Elle introduit dans le monde de l’information et de la politique des manières d’être ensemble, d’interagir et de coopérer qui restaient jusqu’alors encloses dans l’espace des sociabilités. Ainsi, Internet rend-t-il visible et projette-t-il vers les institutions de l’espace public un ensemble d’attentes de renouvellement démocratique qu’il est important de décrypter.

Jeudi 10 février 2011

Les médias et l’agenda de l’électronucléaire en France, 1970-2000

Philippe Blanchard (Chercheur senior Fonds National de la Recherche Scientifique suisse – Université de Lausanne, IEPI-CRAPUL)

(attention, cette séance aura lieu exceptionnellement un jeudi et se tiendra à la Maison Suger)
Maison Suger, 16-18 rue Suger, 75006 Paris.

Philippe Blanchard, dans sa présentation issue d'une thèse de doctorat en science politique, exposera les résultats d’une approche historique au croisement de deux traditions de recherche (sociologique et modélisatrice). Philippe Blanchard propose d’utiliser conjointement ces deux approches pour analyser sur le long terme la construction de la controverse sur l’énergie nucléaire civile et l’évolution de la politique publique en la matière. A partir notamment de l’analyse des médias français (presse et audiovisuel) de 1970 à 2000, il propose une méthodologie originale d’analyse de l’agenda – cherchant à concilier les interrogations sur la construction du sens et les stratégies d’acteur de la tradition sociologique et les exigences modélisatrices. Il s’agit d’une des toutes premières recherches analysant sur la longue durée la contribution des médias à la mise en agenda d’un problème dans le cadre français.

Mardi 15 mars 2011

Relation et emplois de service au prisme du genre : Le cas de l’hôtellerie-restauration

Sylvie Monchatre (Maître de conférence en sociologie, Université de Strasbourg - CRESS)

Maison des Sciences de l'Homme - 190, avenue de France - Paris 13ème

Salle du conseil B 

L’interface avec les clients est devenue une composante « stratégique » des politiques commerciales des entreprises. Dans les travaux sur la relation de service la question du genre est relativement peu abordée, comme si cette question s’effaçait paradoxalement à l’heure même où la personnalité des salariés prend de plus en plus d’importance dans la définition des prestations de service. Or, étudier les relations de genre reste un angle pertinent pour comprendre les nouvelles formes d’organisation des activités de service. Dans l’hôtellerie-restauration, la relation avec le client ne constitue pas la seule source de différenciation genrée de l’activité. De fait, la relation de service déborde le face-à-face avec lui (Jeantet, 2003), pour s’inscrire dans un cadre temporel, institutionnel et collectif plus large que celui de la stricte interaction.On s’interrogera sur les processus par lesquels une organisation du travail est traversée de rapports de genre susceptibles d’affecter l’activité de travail elle-même. Cette perspective amènera à interroger le travail collectif de gestion des incertitudes inhérentes à la relation de service dans le secteur hôtelier et à questionner la notion de « genre professionnel » proposée par Yves Clot et Daniel Faïta (2000). De plus, la comparaison entre l’organisation du travail d’entreprises de type artisanal et celle d’établissements de chaînes hôtelières permet de montrer que les collectifs sont inégalement exposés aux enjeux d’une régulation genrée de l’activité. Il s’agira de s’interroger pour finir sur les incidences de cette différenciation des manifestations du genre dans le travail sur les mobilités dans l’emploi.

Mardi 05 avril 2011 de 9h30 à 12h30

La dimension territoriale des consommations énergétiques

Xavier Desjardins (Université Panthéon-Sorbonne)

Maison des Sciences de l'Homme - 190, avenue de France - Paris 13ème - Salle du conseil B

Comment prendre en compte la dimension énergétique dans l'aménagement du territoire ? Si, pour le bâtiment, les techniques de construction « basse consommation » se diffusent, un aménagement « basse consommation » reste à inventer. En effet, la distribution territoriale des ressources (emploi, logement, services, commerces) conditionne les mobilités, donc une partie des consommations énergétiques liées au transport. Le desserrement urbain, mouvement de longue durée, peut-il être remis en cause par la question énergétique ? Une énergie plus chère ainsi qufune attention plus grande à ses effets environnementaux, notamment les émissions de gaz à effet de serre, pourraient mettre à mal un des ressorts de la périurbanisation : un usage simple et peu onéreux de lfautomobile. Xavier Desjardins présentera des travaux qu'il a récemment menés sur la question de la dimension énergétique dans l'aménagement du territoire, notamment une recherche portant sur les consommations énergétiques des ménages des périphéries de lfIle-de-France, tant dans le domaine du logement que de la mobilité.

Mardi 17 mai 2011 de 9h30 à 12h30

Politiques éoliennes et paysage : une comparaison internationale

Alain Nadai (CIRED) et Olivier Labussiere (PACTE, Université de Grenoble)

Maison des Sciences de l'Homme - 190, avenue de France - Paris 13ème - Salle du conseil A
 
La présentation se basera sur des résultats d’un programme de recherche comparant la mise en œuvre des politiques éoliennes en Allemagne, en France et au Portugal - coordonné par le CIRED de 2005 à 2010, en collaboration avec des équipes d’anthropologues de l’Université de Brême et de l’Université Nouvelle de Lisbonne. Alain Nadaï et Oliver Labussière s’intéresseront, dans un premier temps, au développement d’un projet éolien contesté et conflictuel en Seine-et-Marne, au travers duquel ils discuteront la pratique de protection du paysage en France. Dans un second temps, ils mettront ces éléments en perspective, en comparant les politiques et le développement éolien dans les trois pays en question. 

Catégories

Lieux

  • 54 bd Raspail (Maison des Sciences de l'Homme - salle 214)
    Paris, France

Dates

  • mardi 21 septembre 2010
  • mardi 05 octobre 2010
  • mardi 16 novembre 2010
  • mardi 14 décembre 2010
  • mardi 11 janvier 2011
  • mardi 08 février 2011
  • mardi 15 mars 2011
  • mardi 05 avril 2011
  • mardi 17 mai 2011

Contacts

  • Camille Lonchampt
    courriel : camille [dot] lonchampt [at] edf [dot] fr

Source de l'information

  • Catherine Grandclément
    courriel : grandcle [at] csi [dot] ensmp [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Séminaire du Groupe de recherche énergie, technologie et société (2010-2011) », Séminaire, Calenda, Publié le mercredi 08 septembre 2010, http://calenda.org/201759