AccueilLa force de l’imagination, du XVIe au XVIIIe siècle

La force de l’imagination, du XVIe au XVIIIe siècle

The Power of the Imagination in the Early Modern Period

*  *  *

Publié le lundi 13 septembre 2010 par Marie Pellen

Résumé

Ce colloque a pour objectif d’explorer l’histoire des traditions orthodoxes et hétérodoxes de la force de l’imagination dans la période couvrant les XVIe-XVIIIe siècles. Contre l’idée traditionnelle d’une imagination limitée et passive, certains auteurs avançaient l’argument d’une puissance active ou créatrice de l’imagination. Le paradigme aristotélicien se trouvait notamment combattu par des philosophes soutenant que l’imagination ne recomposait pas simplement des images, mais pouvait aussi les créer.

Annonce

Le 6-8 décembre 2010 / December 6-8, 2010

Institut des Sciences de la Communication (CNRS), Paris, France

Ce colloque a pour objectif d’explorer l’histoire des traditions orthodoxes et hétérodoxes de la force de l’imagination dans la période couvrant les XVIe-XVIIIe siècles. Contre l’idée traditionnelle d’une imagination limitée et passive, certains auteurs avançaient l’argument d’une puissance active ou créatrice de l’imagination. Le paradigme aristotélicien se trouvait notamment combattu par des philosophes soutenant que l’imagination ne recomposait pas simplement des images, mais pouvait aussi les créer. Des mathématiciens conjecturaient de même que l’imagination n’était pas tautologique, mais qu’elle avait la capacité de créer de nouvelles connaissances. D’après certains médecins, l’imagination avait aussi une force psychosomatique, causant des maladies telles que la mélancolie ou la lycanthropie, et quelques-uns d’entre eux croyaient que cette force créait jusqu’aux stigmates des saints. Selon une opinion communément reçue à l’époque, l’imagination de la mère déterminait la figure de l’enfant à naître, mais quelques auteurs postulaient en outre que l’imagination pouvait agir également sur des objets extérieurs au corps. Les idées très riches et très complexes liées à la thèse d’une imagination forte furent amplement discutées et contestées dans la première modernité, leur circulation entre la philosophie, la littérature, les arts, la mathématique, la médecine, les sciences, les traditions populaires, la divination, la sorcellerie, la démonologie ainsi que la religion, fut nourrie d’intenses débats. Pour mieux comprendre les différentes traditions de l’imagination aux XVIe-XVIIIe siècles, il convenait de réunir des chercheurs venant des différentes disciplines concernées et d’établir sur cette question pluridimensionnelle un échange interdisciplinaire. Tel est le but poursuivi par ce colloque.

Propositions doivent inclure un RESUME (250 mots maximum) et un CV.
Veuillez envoyer vos propositions à l’adresse suivante : powersofimagination@gmail.com

Date limite de réception des propositions: 27 septembre 2010


This conference will explore the history of both orthodox and heterodox traditions concerning the power of the imagination during the 16th-18th centuries. Against the traditional idea of a limited and passive imagination, certain authors proposed a powerful, active and creative imagination. Contrary to the Aristotelian paradigm, for instance, philosophers argued that the imagination not only rearranged images but could create them as well. Mathematicians likewise believed that the imagination was not just tautological, but able to generate new knowledge. According to some physicians, the imagination also had a psychosomatic force, causing illnesses such as melancholy or lycanthropy, and some even believed that this power created the stigmata of saints. At the time, it was broadly accepted that the imagination of a pregnant woman imprinted and changed the foetus in her womb, but some authors speculated further that the imagination could also act on external bodies. The ideas about a powerful imagination were very complex and rich but also highly contested in the early modern period, and these notions circulated widely between disciplines of philosophy, literature, the arts, mathematics, medicine, the sciences, and popular traditions, divination, witchcraft, demonology as well as religion. In order better to understand the different traditions of the imagination in the 16-18th centuries, it is necessary to bring together scholars from different areas to establish an interdisciplinary exchange, which is the explicit aim of the present conference.

Proposals should include an abstract (250 words maximum) and a CV.
Send to: powersofimagination@gmail.com

Deadline for proposals: September 27, 2010

Conference languages : French & English

L’équipe interdisciplinaire du PEPS, Imaginations : Histoire, Épistémologie, Communication
Institut des Sciences de la Communication (CNRS/ISCC) – http://www.iscc.cnrs.fr/
Porteur du projet : Dr. Koen VERMEIR, Laboratoire SPHERE, Université Paris 7,
5 rue Thomas Mann, Case 7093, 75205 Paris CEDEX 13

Lieux

  • 20 rue Berbier-du-Mets (Maison des sciences de la communication et de l’interdisciplinarité, Métro Ligne 7 station Gobelins)
    Paris, France

Dates

  • lundi 27 septembre 2010

Fichiers attachés

Mots-clés

  • imagination, histoire des sciences, communication, epistémologie comparée, histoire des arts

Contacts

  • Koen Vermeir
    courriel : koen [dot] vermeir [at] paris7 [dot] jussieu [dot] fr

Source de l'information

  • Elizabeth Claire
    courriel : elizabeth [dot] claire [at] ehess [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La force de l’imagination, du XVIe au XVIIIe siècle », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 13 septembre 2010, http://calenda.org/201815