AccueilLes nouvelles ségrégations scolaires et professionnelles

Les nouvelles ségrégations scolaires et professionnelles

School and Professional Segregations Today

18ème journées du longitudinale

18th Longitudinal Workshp

*  *  *

Publié le mardi 21 septembre 2010 par Marie Pellen

Résumé

Si les ségrégations peuvent s’exercer dans de nombreux domaines, système éducatif et marché du travail constitueront les deux champs retenus pour cet appel à communications. L’approche longitudinale est essentielle ici pour mettre en évidence la récurrence des situations au fil du temps, et aussi pour examiner les déterminants des parcours qui conduisent à se situer dans tel ou tel groupe ségrégué. Les analyses peuvent procéder d’approches quantitatives, via des enquêtes nationales ou locales, et qualitatives à travers les « histoires de vie », par exemple. Plusieurs problématiques traversent le champ des ségrégations, nous en privilégions 4 : Ségrégations spatiales, Ségrégations sociales, Ségrégations et segmentation du marché du travail, Ségrégations et genre D’autres approches peuvent néanmoins faire l’objet de proposition de communications.

Annonce

XVIIIèmes Journées d’études sur les données longitudinales dans l’analyse du marché du travail

Toulouse, 19 et 20 mai 2011

 

Les propositions de communication sont à adresser avant le 15 octobre 2010 sous forme d’un résumé de deux pages minimum (format word).

La première page comprendra le titre de la communication proposée, le(s) nom(s) du (des) auteur(s) et leurs coordonnées (prénom, nom, appartenance, adresse postale, téléphone, e-mail). La proposition devra mentionner les objectifs, les moyens mis en œuvre et les résultats attendus, ainsi que 5 à 10 références bibliographiques.

Le Comité scientifique communiquera les décisions aux auteurs avant le 31 octobre 2010. Les textes définitifs des communications devront parvenir au plus tard le 11 février 2011. Les propositions sont à envoyer sous format électronique à :

philippe.lemistre@univ-tlse2.fr

Comité scientifique :

  • Mireille Bruyère (CERTOP Université Toulouse 2),
  • Catherine Béduwé (CRM Université Toulouse 1),
  • Thomas Coupié (Céreq),
  • Jean-François Giret (IREDU Université de Bourgogne),
  • Yvette Grelet (ESO-Caen Centre associé Céreq Basse-Normandie),
  • Philippe Lemistre (CERTOP Centre Associé Céreq Midi-Pyrénées), 
  • Patrick Werquin (CESPRA-EHESS).

Si les ségrégations peuvent s’exercer dans de nombreux domaines, système éducatif et marché du travail constitueront les deux champs retenus pour cet appel à communications.  Pour l’analyse des ségrégations, l’approche longitudinale est essentielle à plus d’un titre. Tout d’abord, pour mettre en évidence la récurrence des situations au fil du temps. Ensuite, pour examiner les déterminants des parcours qui conduisent à se situer dans tel ou tel groupe dans le système éducatif ou sur le marché du travail. Ces analyses peuvent procéder d’approches quantitatives, via des enquêtes nationales ou locales, et qualitatives à travers les « histoires de vie », par exemple.

La ségrégation s’opère dès lors que certaines caractéristiques ou leur combinaison divisent les populations au sein du système éducatif et/ou du marché du travail en groupes relativement identifiables. Elle apparaît lorsque l’appartenance à l’un de ces groupes conduit à une situation dans le système éducatif ou sur le marché du travail difficilement réversible de fait. En d’autres termes, la ségrégation reflète une segmentation relativement pérenne de la population active ou scolaire qui ne s’explique pas uniquement par des différences en termes de dotations initiales (par exemple, les aptitudes à l’entrée dans le système éducatif, ou le diplôme à l’entrée sur le marché du travail). Les déterminants qui conduisent à tel ou tel groupe sont individuels, institutionnels, sociaux, territoriaux, etc.

Les groupes ségrégués peuvent donc être identifiés selon des critères différents et à des niveaux d’analyse distincts. Plusieurs problématiques traversent donc le champ des ségrégations. Nous en proposons une liste non exhaustive pour clarifier les attendus de cet appel à communications :

Ségrégations spatiales :

les caractéristiques territoriales limitent l’accès à l’emploi ou à certains emplois à de nombreux individus, voire « enferment » les individus dans certains espaces[1]. Les ségrégations spatiales demeurent un objet d’étude encore peu abordé en France, même si les ségrégations urbaines ont fait l’objet d’une attention renouvelée récemment[2], particulièrement s’agissant du rôle des ségrégations urbaines dans l’accès à l’emploi[3]. Dans ce contexte de relative pénurie des études empiriques, l’analyse longitudinale visant tant à identifier qu’à expliquer les ségrégations spatiales est d’un apport majeur.

Ségrégations sociales :

L’égalité des chances à l’école  - même possibilité pour les jeunes d’accéder au plus haut niveau d’études, quelle que soit leur origine sociale - a longtemps été considérée comme le vecteur de l’égalité des chances sur le marché du travail - même possibilité d’accéder aux emplois les plus qualifiés, quelle que soit l’origine sociale. Depuis les  années 90, l’expansion scolaire a conduit à séparer la problématique d’égalité des chances à l’école, de celle d’égalité des chances à l’entrée sur le marché du travail. La hausse des niveaux d’éducation a, en effet, eu pour conséquence une augmentation du déclassement - qualification de l’emploi obtenu inférieure à celle correspondant au niveau d’études.  Ce constat amène certains à dénoncer une « inflation scolaire » qui irait contre l’égalité des chances[4]. De plus, des comparaisons intergénérationnelles mettent en avant un nombre croissant de situations où, par rapport à leurs enfants, les parents avaient un emploi plus qualifié au même âge et à niveau d’étude plus faible[5]. D’autres montrent néanmoins qu’à long terme, l’égalité des résultats scolaires semble toujours favoriser une mobilité sociale tendanciellement ascendante[6]. L’égalité des chances est donc au cœur de nombreux débats, théoriques notamment, que seules les investigations longitudinales peuvent permettre d’argumenter.

Ségrégations et segmentation du marché du travail :

la segmentation s’opère principalement entre « salariés à carrière » versus « précaires » et « exclus »[7]. Les évolutions en cours interrogent les anciennes représentations du marché du travail en deux segments : primaire et secondaire. Elles s’inscrivent au sein des traductions nationales de l’objectif européen de « flexicurité » destiné principalement à limiter la segmentation du marché du travail (commission européenne ligne directrice 21 – 2008)[8]. Cette actualité du thème de la segmentation du marché du travail invite à réinterroger et mieux identifier les découpages entre catégories, plus particulièrement en mettant en évidence, d’une part, la manière dont les individus accèdent ou n’accèdent pas aux différents segments du marché du travail et d’autre part, la nature des irréversibilités, notamment durant les périodes de crise économique.

Ségrégations et genre :

Les filières éducatives et les emplois sont fortement sexués selon des logiques de sélection et d’auto-sélection résultant souvent de choix contraints et/ou de discrimination. Les travaux récents mettent en avant une séparation entre ségrégation de genre au sein du système éducatif et sur le marché du travail, les deux formes de ségrégation ne se recoupant plus[9]. Par ailleurs, les segmentations du marché du travail par genre tendent à se transformer et néanmoins à se maintenir[10]. Même si les différences entre hommes et femmes sur le marché du travail et dans le système éducatif ont été largement documentées, les constats récents nécessitent de mobiliser l’analyse longitudinale afin de réinterroger la dynamique des ségrégations de genre.

D’autres approches peuvent faire l’objet de proposition de communications. Les thématiques repérées ci-dessus sont indicatives. Toute communication qui mettra en avant d’autres formes de ségrégation dans le système éducatif - ségrégations ethniques[11], par exemple - et le marché du travail – ségrégations liées au handicap, par exemple - avec une approche longitudinale qualitative ou quantitative sera bienvenue.

Seront également bienvenues les communications portant sur une approche longitudinale des politiques publiques en matière de ségrégation. En effet,  la lutte contre les ségrégations s’inscrit de plus en plus au sein des politiques publiques. Par exemple, « l’injonction européenne » de flexicurité génère des traductions nationales à travers des politiques publiques censées limiter la segmentation du marché du travail. Les politiques de quotas ou encore de discriminations positives visent également à diminuer les ségrégations dans le système éducatif ou sur le marché du travail.

Au-delà du thème central choisi pour ces journées, les propositions de communication qui rendront compte de dispositifs d’observation et/ou d’analyses longitudinales sur la formation, le marché du travail, l’emploi et leur imbrication avec d’autres dimensions de la vie des individus, seront les bienvenues et pourront faire l’objet de sessions ad hoc.


[1] Maurin E., 2004, « Le Ghetto français », Le république des idées, Seuil ed.

[2] Jaillet M-C, Pérrin, E. Ménard F., 2008,  « Diversité sociale, ségrégation urbaine, mixité », Paris, Puca.

[3] Dos Santos M., L’Horty Y., Tovar E., 2010, « Ségrégations urbaines et accès à l’emploi », numéro spécial de la Revue d’Economie Régionale et Urbaine, N°1.

[4] Duru-Bellat M., 2006, « L’inflation scolaire. Les désillusions de la méritocratie », Le république des idées, Seuil ed.

[5] Chauvel L., 2006, « Les classes moyennes à la dérive », Le république des idées, Seuil ed.

[6] Vallet L.-A., 1999, « Quarante années de mobilité sociale en France. L’évolution de la fluidité sociale à la lumière de modèles récents », Revue Française de Sociologie, vol. 40, n° 1, pp. 5-64.

[7] Castel R., 2009, « La montée des incertitudes »,  Seuil ed.

[8] Gautié J., 2009, « De la sécurité de l'emploi à la flexicurité ? », In L'ancienneté professionnelle à l'épreuve de la flexicurité Conter B., Lemistre P. et Reynes B . (Eds.), Presses de l’Université des Sciences Sociales.

[9] Couppié T. et Epiphane D., 2006, « La ségrégation des hommes et des femmes dans les métiers : entre héritage scolaire et construction sur le marché du travail », Formation Emploi, n° 93, pp. 11-28.

[10] Lapeyre N. et Le Feuvre N., 2009, « Féminisation des groupes professionnels : Acquis récents et nouveaux défis », Sociologie des groupes professionnels. In Demazière D. et Gadéa C. Eds., La découverte, collection "Recherches".

[11] Felouzis G., 2003, « La ségrégation ethnique au collège et ses conséquences », Revue française de sociologie, n°4.

Lieux

  • Université Toulouse 2 Maison de la Recherche
    Toulouse, France

Dates

  • vendredi 15 octobre 2010

Mots-clés

  • ségrégagation, spatiale, genre, social, segmentation du marché du travail, longitudinal

Contacts

  • philippe lemistre
    courriel : philippe [dot] lemistre [at] univ-tlse2 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • philippe lemistre
    courriel : philippe [dot] lemistre [at] univ-tlse2 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les nouvelles ségrégations scolaires et professionnelles », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 21 septembre 2010, http://calenda.org/201884