AccueilLa mondialisation de la recherche

La mondialisation de la recherche

The Globalisation of Research

Compétition, coopérations, restructurations

Competition, cooperation and restructuring

*  *  *

Publié le mardi 05 octobre 2010 par Marie Pellen

Résumé

Mouvement sans précédent de concentration, accroissement exponentiel du coût de certains équipements, révolution informatique, nouveaux critères d’évaluation, développement des liens entre industries privées et recherche fondamentale … : la recherche française et mondiale connaît depuis quelques années et à tous les niveaux de profonds bouleversements. Le Collège de France, grand établissement d’enseignement et de recherche, se devait de contribuer à la réflexion et au débat. Il a choisi pour son colloque de rentrée de réunir quelques-uns des plus grands chercheurs et spécialistes pour évoquer l’ensemble des questionnements que pose la mondialisation de la recherche.

Annonce

14 et 15 octobre 2010

Le plan campus et la constitution des PRES (Pôles de recherche et d’enseignement supérieur), complétant les réformes antérieures de l’Université et du CNRS, ont enclenché un mouvement sans précédent de concentration de la recherche française afin de lui permettre de se maintenir au premier rang d’une compétition internationale aujourd’hui élargie aux grands pays émergents.

La compétition internationale n’est pas seule en cause. La recherche fondamentale a connu dans les dix dernières années des bouleversements qui poussent à la constitution de centres suffisamment importants pour justifier l’achat et le coût de fonctionnement très élevé des équipements de plus en plus performants nécessaires à sa pratique. Toutes les disciplines sont touchées, y compris les disciplines de sciences humaines et sociales complètement transformées par l’introduction de l’informatique et des publications électroniques. L’utilisation
des équipements lourds d’usage désormais courant en biologie et médecine (séquençage du génôme, imagerie etc.), en physique (Large Hadron Collider de Genève etc.), en astronomie (télescope spatial Hubble etc.) est accessible seulement à des organisations capables d’en assurer le financement et de leur garantir une utilisation intensive.

La recherche des moyens financiers est donc une nécessité. Elle passe par la compétition, nationale et internationale, car les crédits, privés et gouvernementaux, vont aux laboratoires les plus renommés. Il n’y a là rien de fondamentalement nouveau : la recherche n’est que l’autre face de la découverte, et celle-ci exige que l’on soit le premier. Ce qui change, outre l’ampleur des moyens financiers aujourd’hui nécessaires, est l’utilisation de nouveaux critères
d’appréciation : classements internationaux contestés comme celui de l’Université de Shanghaï ; prix dont certains, comme les Prix Nobel, arrivent des années après les découvertes ; évaluations chiffrées dont les éléments et outils sont objets de débats.

La compétition impose le secret jusqu’à ce que l’on soit sûr du résultat. La prise de brevets également, ainsi que les contrats avec l’industrie privée qui assurent une grande partie du financement de la recherche fondamentale. Or le chercheur a pour vocation de faire connaître ses résultats le plus généreusement et le plus largement possible. La science n’a pas de frontières. Tous les laboratoires, y compris en sciences humaines et sociales, comportent des associés ou des membres de plein droit étrangers. Tous sont en relation avec leurs homologues étrangers. Presque tous utilisent et en même temps contribuent à développer des
outils à vocation mondiale, grands instruments ou bases de données électroniques. Que signifient dans ces conditions le secret et la compétition internationale ? Comment le chercheur doit-il se comporter ? N’y-a-t-il pas risque de dérive éthique ?

Ce sont ces questions que le colloque de rentrée 2010 a pour ambition d’évoquer. Le rôle joué hier et aujourd’hui par le Collège de France dans la recherche et l’enseignement de la recherche, le fait que nous soyons nous-mêmes confrontés à ces contradictions, nous donnent la possibilité et le devoir de le faire.

Programme

Jeudi 14 octobre

9h00    Ouverture par Mme Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et Pierre Corvol, Administrateur du Collège de France

9h30    Introduction par Gérard Fussman, Professeur au Collège de France

2000-2010 : Bouleversements techniques, institutionnels et comportementaux
La révolution numérique dans les sciences

10h00    Gérard Berry, Directeur de recherches à l’INRIA, Professeur au Collège de     France (2008-2010)

10h25    discutant : Jean-Louis Mandel, Professeur au Collège de France     (l’explosion bioinformatique)

10h40    Pause

11h10    Recherche académique et industrie biotechnologique    Jean-Paul Clozel, Président d’Actelion Pharmaceuticals Ltd, Professeur au     Collège de France (2007-2008),

11h35    discutant : Pierre Joliot, Professeur honoraire au Collège de France

11h50    Les moyens lourds des sciences cognitives et leurs résultats    Denis Le Bihan, Directeur de recherches au CEA, Directeur et fondateur    de Neurospin, médecin et physicien, Professeur à l’Université de Kyoto   

12h15    discutant : Claudine Tiercelin, Professeur de philosophie à l’Université     Paris XII, Institut Universitaire de France

12h30    Discussion avec la salle

12h45Pause-déjeuner

14h00    Nouveaux moyens, nouveaux financements, nouvelles problématiques en archéologie    Jean-Paul Demoule, Professeur d’archéologie à Paris I, ancien Président    de l’INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives)

14h25    discutant : Michel Gras, Directeur de l’École française de Rome

14h40 Nouveaux outils, nouvelles controverses en démographie    Hervé Le Bras, Directeur d’études à l’EHESS

15h05    discutant : Brigitte Dormont, Professeur d’économie à l'Université Paris-    Dauphine, Directrice de la Chaire Santé de la Fondation du Risque

15h20    Restructuration des « quartiers », construction des villes nouvelles    Roland Castro, Architecte-urbaniste

15h45    discutant : Michel Lussault, Professeur de géographie à l’ENS-Lyon,     Directeur de l’Institut d’urbanisme de l’ENS de Lyon

16h00    Pause

16h25    Bibliothèques de recherche et information scientifique. Permanences et métamorphoses    Daniel Renoult, Doyen de l’Inspection Générale des bibliothèques

16h50    discutant : Roger Chartier, Professeur au Collège de France

17h05    L’estimation de la productivité scientifique à partir des bases de données    Jacques Mairesse, Directeur d’études honoraire à l’EHESS, Président    du comité scientifique de l’Observatoire des Sciences et Techniques

17h30    discutant : Serge Haroche, Professeur au Collège de France17h45    discussion avec la salle

Vendredi 15 octobre

L’éthique du chercheur face à la mondialisation

9h00    L’essor de la recherche dans les pays dits émergents et la coopération internationale    Marc Fontecave, Professeur au Collège de France (l’exemple de l’Inde)

9h25    discutant : Jacques Livage, Professeur honoraire au Collège de France    (l’exemple du Maghreb)

9h40    La mutualisation des savoirs à l’échelle mondiale     Gabriele Veneziano, Professeur au Collège de France, Professeur émérite     au CERN (la physique des particules)

10h05    discutant : Xavier Le Pichon, Professeur honoraire au Collège de France    (la géodynamique)

10h20    Pause

10h45    Changements d’échelle et mutualisation mondiale des moyens en biologie    Philippe Kourilsky, Professeur au Collège de France

11h10    discutant : Pierre Corvol, Professeur au Collège de France    (la recherche médicale et pharmaceutique)

11h25    Petites et grandes fraudes scientifiques : le poids de la compétition    Anne Fagot-Largeault, Professeur honoraire au Collège de France

11h50    discutant : Alain Prochiantz, Professeur au Collège de France

12h05    Le rôle « désintéressé » du chercheur dans la promotion d’un nouvel ordre juridique mondial    Mireille Delmas-Marty, Professeur au Collège de France

12h30    discutant : Peter Piot, Directeur de la London School of Hygiene and    Tropical Medicine, Professeur au Collège de France (2009-2010)    (les organisations internationales)

12h45    Discussion avec la salle1

3h00    Pause-déjeuner

14h30    Table ronde : restructurations et outils d’évaluation dans le monde    Avec la participation de :   
  • Stephan LEIBFRIED, Professeur de sciences politiques à l'Université de Bremen,    membre de l'Académie des Sciences de Berlin   
  • Jacob Palis, Professeur à l'Institut de mathématiques pures et appliquées de     Rio de Janeiro (Brésil) ;   
  • Jean-François Sabouret, Directeur de recherches au CNRS, Directeur du     Réseau-Asie ;  
  • Pierre Veltz, Professeur à l’École des Sciences Politique et à l’École des Ponts    Paris Tech. ;   
  • Elias Zerhouni, Former Director, National Institutes of Health (USA),    Professeur au Collège de France (2010-2011)
17h30    discussion générale

18h00    Fin de la journée

Catégories

Lieux

  • 11 place Marcelin Berthelot
    Paris, France

Dates

  • jeudi 14 octobre 2010
  • vendredi 15 octobre 2010

Mots-clés

  • recherche, mondialisation, sciences

Contacts

  • Barnier Cécile
    courriel : cecile [dot] barnier [at] college-de-france [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • cecile barnier
    courriel : cecile [dot] barnier [at] college-de-france [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La mondialisation de la recherche », Colloque, Calenda, Publié le mardi 05 octobre 2010, http://calenda.org/202020