AccueilRencontres de narrativités : perspectives sur « l’intrigue » musicale

*  *  *

Publié le mercredi 13 octobre 2010 par Marie Pellen

Résumé

Ce numéro thématique des Cahiers de Narratologie sera dirigé par Raphaël Baroni, Alain Corbellari et Georges Starobinski. On parle souvent de « structure musicale » à propos de l’art romanesque, sans toujours très bien savoir ce qu’il faut entendre exactement par là ; à l’inverse, l’idée que la musique se développe selon des schémas comparables à ceux d’une intrigue romanesque s’est établie de longue date en musicologie. Le but de ce numéro thématique des Cahiers de Narratologie est d’aborder cette question au travers de la musique instrumentale dont la trame narrative n’est qu’implicite. La musique dite « à programme », dont le sens est éclairé par des données verbales ou picturales, de même que la musique vocale, ne seront donc pas au centre de notre attention.

Annonce

Ce numéro thématique des Cahiers de Narratologie sera dirigé par Raphaël Baroni, Alain Corbellari et Georges Starobinski.

On parle souvent de “structure musicale” à propos de l’art romanesque, sans toujours très bien savoir ce qu’il faut entendre exactement par là ; à l’inverse, l’idée que la musique se développe selon des schémas comparables à ceux d’une intrigue romanesque s’est établie de longue date en musicologie. Le but de ce numéro thématique des Cahiers de Narratologie est d’aborder cette question au travers de la musique instrumentale dont la trame narrative n’est qu’implicite. La musique dite “à programme”, dont le sens est éclairé par des données verbales ou picturales, de même que la musique vocale, ne seront donc pas au centre de notre attention.

Comment la musique se constitue-t-elle en discours, et comment celui-ci peut-il articuler un parcours qui semble mimer celui d’une intrigue romanesque ? À partir de quand cette perception s’est-elle imposée et quels en ont été les témoignages ? Nos réflexions prendront donc à la fois un tour analytique et historique. En partant du constat, familier aux lecteurs de Claude Lévi-Strauss, que la musique ne possède, contrairement à la parole, qu’un seul niveau d’articulation, nous étudierons quelles analogies entre structures romanesques et musicales en permettent les aspects psychologiques (tels que la tension et la détente) et formels (formes ouvertes et fermées). Si les formes de la musique tonale peuvent apparaître particulièrement adaptées à une telle recherche, on n’en tentera pas moins de l’élargir à des langages plus modernes, tant il est vrai que toute musique s’inscrit dans la durée, de la même manière que tout roman, aussi “nouveau” soit-il, obéit aux règles minimales de la mise en intrigue.

À l’intersection entre linguistique, narratologie et musicologie, ce dossier thématique se propose de nouer un dialogue fructueux entre des disciplines moins éloignées qu’elles ne le paraissent de prime abord.

Les propositions d’article, ne dépassant pas 40 000 signes, seront envoyées avant le 15 juin 2011 à Serge Milan,

Cahiers de Narratologie, CIRCPLES, U. F. R. Lettres et Sciences Humaines, 98 bd. Édouard Herriot – B.P. 3209, 06204 Nice Cedex 3 (suivre les consignes données sur le site : http://revel.unice.fr/cnarra/index.html?id=653 )

Lieux

  • 98 bd. Édouard Herriot (CIRCPLES, U. F. R. Lettres et Sciences Humaines)
    Nice, France

Dates

  • mercredi 15 juin 2011

Mots-clés

  • roman, musicologie, discours, structure

Contacts

  • Serge Milan
    courriel : serge [dot] milan [at] unice [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • solen cozic
    courriel : cozic [at] unice [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Rencontres de narrativités : perspectives sur « l’intrigue » musicale », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 13 octobre 2010, http://calenda.org/202120