AccueilLa construction des sociétés civiles et le développement : entre innovation, subsidiarité et action politique

La construction des sociétés civiles et le développement : entre innovation, subsidiarité et action politique

The Construction of Civil society and Development: Spanning Innovation, Subsidiarity and Political Action

*  *  *

Publié le lundi 18 octobre 2010 par Marie Pellen

Résumé

L’objectif de ce colloque est de préciser le rôle spécifique des sociétés civiles dans l’évolution des règles et des normes formelles et informelles dans trois domaines principaux : les libertés économiques et les droits sociaux, l’appropriation du territoire et les migrations, et les libertés culturelles confrontées à la recherche de normes universelles de justice. Les organisateurs/organisatrices encouragent les contributions qui mettent l’accent sur les discriminations fondées sur le genre, l’âge, la religion, l’appartenance culturelle, etc.

Annonce

Après avoir longtemps construit les programmes et les recherches, en matière de développement, dans un face à face entre secteur privé et administrations publiques, tous les acteurs du domaine mettent aujourd’hui l’accent sur le partenariat avec la société civile, que ce soit à travers les ONG, les associations en général, les groupements communautaires ou le tiers-secteur. Ces partenariats ne sont pas sans ambiguïté. Ils soulèvent toute une série de questions quant à leur légitimité, leur représentativité, leur financement et leur efficacité.

Dans les faits, les acteurs de la société civile sont porteurs d’innovations économiques et sociales ; ils agissent souvent en subsidiarité de l’action publique et peuvent enfin constituer un contre-pouvoir par le biais de leurs revendications et de leurs plaidoyers.

Néanmoins, les frontières entre sociétés civiles, Etat (y compris les entreprises publiques) et secteur privé restent floues à un moment où les activités de celles-ci prennent de plus en plus d’importance tant au niveau national qu’international. Les objectifs du millénaire font à cette société civile une grande place de même que les principes inscrits dans tous les programmes de développement, d’ownership et de participation. C’est donc son rôle dans les processus de développement que ces journées souhaitent interroger, l’idée étant de mieux saisir l’influence des sociétés civiles sur la production, la reproduction et la transformation des institutions.

Si l’accent sur la société civile est contemporain, la prise en compte des institutions est une constante des recherches sur le développement depuis leur origine dans les années 1950. En revanche, l’étude de la relation de la première aux secondes est novatrice. Par institutions, les organisateurs entendent l’ensemble des règles et des normes qui encadrent les comportements. Celles-ci peuvent s’inscrire ou non dans des organisations. Cette définition large a été consacrée par Douglas North. Son approche privilégie une vision évolutive des institutions et se distingue en cela des travaux antérieurs menés par des institutionnalistes tels que John Commons. Les institutions sont donc des structures de coordination qui posent le problème des relations entre les mécanismes de marché et l’ensemble des libertés économiques, civiles, culturelles, sociales et politiques.    

L’objectif de ce colloque est de préciser le rôle spécifique des sociétés civiles dans l’évolution des règles et des normes formelles et informelles dans trois domaines principaux :

  • les libertés économiques et les droits sociaux,
  • l’appropriation du territoire et les migrations,
  • les libertés culturelles confrontées à la recherche de normes universelles de justice.

Les organisateurs/-trices encouragent les contributions qui mettent l’accent sur les discriminations fondées sur le genre, l’âge, la religion, appartenance culturelle, etc.

Par le biais de présentations de travaux empiriques et théoriques les journées de l’ATM veulent donc progresser dans la compréhension des contours de la société civile et la pertinence de son action eu égard au développement.

Conférenciers invités : 

  • Barbara Harriss-White (Université d’Oxford),
  • Gautier Pirotte (Université de Liège),
  • Jean-Michel Servet (IHEID Genève)
Les propositions de communication, relevant des divers champs disciplinaires des sciences humaines et sociales, préciseront, en deux pages maximum, la problématique, la méthodologie appliquée et les principaux éléments de bibliographie. Les communications peuvent porter sur des aspects théoriques, empiriques ou méthodologiques et s’inscriront dans un ou plusieurs des ateliers suivants.

Session A : Société civile : un concept opérationnel quelles que soient les situations de développement ?

1.    Les conditions culturelles, politiques et économiques de l’émergence des sociétés civiles ;
2.    Les conditions de la reconnaissance pour les acteurs de la société civile ;
3.    L’instrumentalisation possible de la société civile par les bailleurs de fonds publics et privés ;
4.    Quelle représentativité pour les acteurs de la société civile ?
5.    La recherche de l’équilibre entre viabilité financière et actions de développement pour les ONG
6.    Les modes de financement des ONG et leurs capacités d’innovation ;

Session B : Quel potentiel pour une société civile par-delà les frontières nationales ?

1.    Quelle capacité d’action pour les ONG et les associations en l’absence de gouvernance démocratique mondiale ?
2.    Au niveau international quels partenariats et subsidiarités sont-ils favorables entre acteurs civils, publics et privés ?
3.    Les spécificités des partenariats ONG-Coopérations au développement au niveau international ;

Session C : Société civile, libertés économiques et droits sociaux

1.    La société civile et la mise en œuvre de l’interdépendance des libertés (économiques, culturelles, politiques et sociales)
2.    Les Organisations de producteurs agricoles (OPA) et l’accès aux marchés (commercialisation, prix et transports) ;
3.    L’intervention des sociétés civiles pour des relations commerciales équitables
4.    Le rôle des associations et des ONG dans la gestion des ressources naturelles (propriété, accès, régulation) ;
5.    La gouvernance de la microfinance par les acteurs civils et son positionnement vis-à-vis de l’Etat et du secteur privé ;
6.    L’interaction entre la microfinance et les pratiques financières locales ;
7.    L’intervention des syndicats et des organisations professionnelles dans la régulation du marché du travail ;

Session D : Société civile, territoires et migrations

1.    L’action des associations de migrants et des communautés transnationales sur les infrastructures locales et les services publics ;
2.    Le rôle politique social et culturel des communautés transnationales ;
3.    Les migrations et les dynamiques démographiques, économiques, politiques ou territoriales ;
4.    Dans quelle mesure les réseaux migratoires redéfinissent-ils les territoires ?

Session E : Société civile et libertés culturelles : leur place dans le développement

1.    La prise en compte des dimensions culturelles et de l’interculturalité dans le travail des ONG ;
2.    Les ONG peuvent-elles mener des actions de plaidoyer en faveur des droits culturels auprès des acteurs publics ou des entreprises ?
3.    Comment distinguer entre les effets positifs et négatifs sur le développement humain de certains facteurs culturels ;

Session F : Doctorants

Elle permet aux doctorants dont les travaux ne s’intègrent pas dans les cinq sessions précédentes de présenter une communication en économie du développement.

Modalités de soumission :

  • Date limite d’envoi des propositions de communication : 30 novembre 2010
  • Date de la décision du comité scientifique : 20 janvier 2011
  • Date limite d’inscription et d’envoi des communications retenues : 15 avril 201

Catégories

Lieux

  • 90, bd Pérolles
    Fribourg, Confédération Suisse

Dates

  • mardi 30 novembre 2010

Mots-clés

  • société civile, développement, institutions

Contacts

  • Solene Morvant-Roux
    courriel : solene [dot] morvant-roux [at] unifr [dot] ch

Source de l'information

  • Solene Morvant
    courriel : solene [dot] morvant-roux [at] unifr [dot] ch

Pour citer cette annonce

« La construction des sociétés civiles et le développement : entre innovation, subsidiarité et action politique », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 18 octobre 2010, http://calenda.org/202188