AccueilLes paysages de l'électricité

Les paysages de l'électricité

The Landscapes of Electricity

Perspectives historiques et enjeux contemporains, XIXe-XXIe siècle

Historical Perspectives and Contemporary Issues, 19th-21st Centuries

*  *  *

Publié le mardi 26 octobre 2010 par Karim Hammou

Résumé

Le colloque « Les paysages de l’électricité : perspectives historiques et enjeux contemporains (XIXe-XXIe siècle) », organisé par la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine et la Fondation EDF Diversiterre, propose de mettre en perspective historique les enjeux contemporains liés aux paysages de l’électricité. Il s’adresse à tous ceux (historiens et historiens de l’art, géographes, aménageurs, urbanistes, architectes, économistes, sociologues…) que la question de la formation, de l’acceptation et de la représentation des paysages associés au système électrique du XIXe siècle à nos jours intéresse.

Annonce

Dès la première phase de déploiement de l’innovation électrique au XIXe siècle et de construction d’un système électrique à la fois technique et économique, la nouvelle forme d’énergie s’est immiscée dans les paysages existants, qu’ils fussent métropolitains, industriels ou déjà ruraux. Mais cette immixtion, sous le signe de l’étrangeté de l’appareillage, du bâtiment, des configurations spatiales et des postures professionnelles, s’est progressivement, parfois radicalement, transformée en genèse d’un paysage électrique spécifique. Ce nouveau système paysager, dont la signifiance recueillait tous les signes ambivalents de la modernité, avant d’être aujourd’hui en certains cas patrimonialisés, pouvait prendre des figures extrêmement diverses :

  • l’entrelacs des réseaux de distribution urbains ;
  • la centrale thermique et ses installations annexes, nouvelle composante des pays noirs et des complexes industrialo-portuaires ;
  • les grands barrages hydroélectriques, cathédrales de la seconde industrialisation aux conséquences humaines et paysagères souvent redoutables ;
  • les nouveaux paysages des centrales nucléaires, où s’imbriquent périmètres de sécurité, accès à la ressource en eau, nouvelles formes architecturées ;
  • les couloirs de pylônes électriques THT rappelant constamment le dilemme entre préservation de paysages supposés naturels et recherche de l’intérêt général, sans oublier la relativité du jugement esthétique ;
  • enfin les paysages éolien et solaire, dont le paradigme est objet aujourd’hui de multiples débats. Dans une perspective de longue durée sur un siècle et demi, de la fin du XIXe siècle à bientôt la seconde décennie du XXIe siècle, quatre phases de représentation et de traitement paysager de l’électricité seront distinguées au cours des différentes cessions de ce colloque :
  • une première phase d’indifférence ou d’indistinction, où la question même du paysage électrique se construit sous des modes mineurs ou à la périphérie des systèmes, même si des conflits d’usage « paysager » ont pu rapidement émerger, en particulier dans la concurrence avec une vocation touristique affirmée ;
  • une phase d’exhibition du paysage électrique, signe de la modernité, en particulier de l’industrialisme, comme en atteste l’affiche du candidat François Mitterrand en 1965, « Un président jeune pour une France moderne », symbolisée par la figure du pylône en arrière-plan ou, plus récemment, les panneaux photovoltaïques qui s’imposent comme une production ostentatoire d’énergie ;
  • une phase de critique et de remise en cause radicale, où l’ère du soupçon déconstruit le paysage électrique ;
  • une phase contemporaine complexe où l’acceptabilité paysagère doit à la fois intégrer toujours plus de facteurs démocratiques, médicaux et esthétiques, mais aussi composer avec de nouveaux objectifs économiques (notamment à l’échelle européenne) et de développement durable. Ceux-ci confirment s’il en était besoin que le paysage n’a rien de naturel et que le paysage électrique est le fruit d’une cohabitation et d’une co-construction forcément douloureuse, marquée en permanence du sceau du compromis.

Programme

Jeudi 18 novembre 2010

9h00 : introduction institutionnelle : Alain Beltran, Directeur de recherche CNRS, UMR Irice et Président du Comité d’histoire de l’électricité de la Fondation EDF Diversiterre

9h15 : introduction scientifique, Denis Varaschin, Pr. d’histoire contemporaine, université de Savoie

Session 1 : Les infrastructures de production dans le paysage

Présidence : Robert Fox, Pr. émérite, université d’Oxford

  • 9h30 : Peter Hertner (université de Halle-Wittenberg), Lignite et électrification régionale: Le paysage de l'électricité en Allemagne centrale, de 1900 à 1930 environ
  • 9h50 : Didier Dubant (Inrap), Du paysage modifié au paysage intégré : l’exemple du barrage d’Eguzon 
  • 10h10 : Rémi Guillemette (université de Sherbrooke), « The Electric City » : Sherbrooke et son paysage hydroélectrique de 1880 à nos jours

10h30 : discussion

10h45 : pause

  • 11h00 : Audrey Jeanroy (Institut national d’histoire de l’art de Paris), Entre réalité et fiction : les architectes à la conquête du programme nucléaire français, 1974-1990
  • 11h20 : Gregorio Núñez (en collaboration avec Luis González Ruiz et Manuel Titos) (université de Grenade), Penibetisme : nature, économie et modernité au Sud de l’Espagne (1900-1936)
  • 11h40 : Yves Bouvier (université de Savoie), Les « paysages EDF » : création et appropriation des paysages d’entreprise

12h : discussion

12h30 : déjeuner

Session 2: Paysages débattus

Présidence : Alexandre Fernandez, Pr. d’histoire contemporaine, Université Bordeaux 3

  • 14h30 : Sophie Bonin (École nationale supérieure du paysage de Versailles), La relation des habitants aux grands équipements énergétiques : trois cas ligériens
  • 14h50 : Stéphanie Le Gallic (université Paris-Sorbonne, Paris IV), Le paysage électrique publicitaire : développement, enjeux et perspectives
  • 15h10 : Alain Nadaï, Olivier Labussière (EHESS, Cired), Le paysage éolien, décentralisation énergétique et paysagère

15h30 : discussion

15h55 : pause

Session 3 : « Paysagisation » du patrimoine

Présidence : Nicolas Pierrot, Ingénieur principal, chercheur au service Patrimoines et Inventaire de la Région Ile-de-France

  • 16h10 : Anne Cayol-Gerin, Dominique Chancel (Service du patrimoine culturel, Conseil général de l’Isère), La Romanche, chronique d’une mutation
  • 16h30 : Sophie Pehlivanian (université de Savoie), Les Pyrénées et l’énergie solaire : paysages et tourisme d'un patrimoine scientifique
  • 16h50 : Jan Mikeš (université technique de Prague), La reconstruction de la maison natale de l’électrotechnicien František Křižík à Plánice - Klatovy
  • 17h10 : Virginie Parent (EDF Archives), Les paysages électriques à travers les documents patrimoniaux : les sources des Archives historiques d'EDF

17h30 : discussion-débat

19 h Cocktail offert par la Direction régionale de RTE Sud-Ouest

Vendredi 19 novembre 2010

Session 4 : Éclairer, transporter : les paysages par les usages

Présidence : Pierre Lanthier, Pr. d’histoire contemporaine, Université du Québec à Trois-Rivières

  • 9h15 : Jean-Christophe Fichou (enseignant, chercheur associé du Cerhio, université de Bretagne Sud), La lumière électrique sur les côtes de France 
  • 9h35 : Arnaud Passalacqua (université Paris-Diderot, Paris 7), De la relégation à l'engouement : l'alimentation électrique des transports urbains de surface et le paysage urbain français (XIXe-XXIe siècles)
  • 9h55 : Marcela Efmertova (université technique de Prague), Paysages de la première ligne ferroviaire électrifiée tchèque : la voie de Křižík Tábor-Bechyně 

10h15 : discussion

10h45 : pause

Session 5 : Lignes du paysage

Présidence : Denis Hoffmann, Directeur RTE Sud-Ouest

  • 11h00 : Caroline Gagnon (université de Montréal), Paysage, transport d’électricité et esthétique du quotidien : de la confrontation au moins pire
  • 11h20 : Eric Pautard (université Toulouse 2), La campagne contre la ville : retour sur quelques cas d’opposition rurale à des projets de renforcement du réseau électrique
  • 11h40 : Maxime Krummenacker (université Bordeaux 3), Les répercussions des tempêtes de 1999 et 2009 sur l’environnement paysager des lignes de transport en France.

12h : discussion

12h30 : déjeuner

  • 14h00 : Renan Viguié (enseignant, université Bordeaux 3), Paysage, tourisme et écologie : le cas du projet de ligne franco-espagnole
  • 14h20 : Sylvain Paquette, Caroline Gagnon, Philippe Poullaouec-Gonidec (université de Montréal), Lignes de transport d’énergie et paysages : enjeux et principes de mise en œuvre des projets

14h45 : discussion

15h15 : Table-ronde : Les lignes électriques dans le paysage

  • Michel Derdevet, Directeur de la Communication et des Affaires publiques, RTE
  • Pierre-Jean Delahousse, Président de l’association Paysages de France
  • Luc Paboeuf, Président du Conseil Economique Social et Environnemental d’Aquitaine
  • Elena Paroucheva, artiste

Animation : Léonard Laborie, chargé de recherche au CNRS, UMR Irice et Comité d’histoire de l’électricité
 
16h30 : Conclusion : Christophe Bouneau, Pr. d’histoire contemporaine, université Bordeaux 3 et Directeur de la MSHA

Responsables scientifiques

  • Christophe Bouneau – Professeur d'histoire contemporaine et directeur de la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine
  • Denis Varaschin – Professeur d'histoire contemporaine et vice-président de l'université de Savoie

Lieux

  • Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine – Domaine universitaire – 10 esplanade des Antilles
    Pessac, France

Dates

  • jeudi 18 novembre 2010
  • vendredi 19 novembre 2010

Mots-clés

  • paysage, électricité, histoire, enjeux, transport, énergie

Contacts

  • Comité d'histoire de la Fondation EDF Diversiterre
    courriel : comite [dot] histoire [dot] electricite [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Marion Daubanes
    courriel : Marion [dot] Daubanes [at] msha [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les paysages de l'électricité », Colloque, Calenda, Publié le mardi 26 octobre 2010, http://calenda.org/202283