AccueilLire et interpréter. Le rapport des religions à leurs textes fondateurs

Lire et interpréter. Le rapport des religions à leurs textes fondateurs

Read and interpret. Religion and its relation to foundatory texts

*  *  *

Publié le mardi 09 novembre 2010 par Marie Pellen

Résumé

Le Groupement d'interêt scientifique « Sciences des religions et théologies à Strasbourg » et l'UMR 7012 PRISME - Société, droit et religions en Europe organisent un colloque interdisciplinaire sur les religions et le rapport qu'elles entretiennent aux textes sur lesquelles elles se fondent.

Annonce

Les grandes religions ont en commun de faire reposer leur univers doctrinal sur des textes. Pour autant, le statut de ces écrits est loin d'être univoque. D'une religion à l'autre ou d'une confession à l'autre, le rapport des groupes religieux aux textes fondateurs peut varier considérablement.
Lire, en effet, c'est interpréter ; l'interprétation détermine les croyances et les pratiques. S'intéresser au rapport entretenu avec les textes fondateurs, c'est se donner les meilleurs moyens de connaître et comprendre les groupes religieux.
Surgit en premier la question du texte: comment a-t-il été établi et transmis, quel est son statut ? Il faudra explorer ce que les communautés connaissent de l'origine et de la transmission des textes, et quels moyens elles se donnent pour connaître cette histoire.
Interpréter le texte c'est aussi s'interroger sur son milieu de production. Un ensemble de méthodes, de disciplines et de questions se donne aussi à découvrir, et invite à explorer l'influence de la constitution des textes sur celle des groupes religieux – et réciproquement.
On s'intéressera également à ceux qui lisent et interprètent : quelles personnes ont accès au texte, et quelles conditions déterminent cet accès. On cherchera en premier lieu quelle autorité est donnée à leur parole, sur quoi et comment est fondée cette autorité. On évaluera ensuite le statut reçu ou donné par le rapport au texte. Il faudra enfin se pencher sur les méthodes et les outils de lecture et d'interprétation, et mesurer les critères et facteurs de (dé)légitimation de la lecture.
L'interprétation des textes n'est jamais unanime ou immuable. Tous les groupes religieux ont connu ou connaissent des discordes, des conflits d'interprétation, qui au cours de l'histoire ont donné lieu à des conflits, des schismes, mais ont aussi suscité des changements significatifs ou même la fondation de groupes nouveaux. Ces temps de crise de l'interprétation retiendront particulièrement l'attention.
En effet, tant à l'intérieur des groupes religieux qu'entre religions, ou encore entre État et religion, se pose la question de la souveraineté et de l'autorité. On cherchera à établir comment et par qui l'interprétation des textes a pu être utilisée dans ces rapports de pouvoir.
Les facettes sont multiples, les questions suscitées nombreuses et diverses. Il s'agira, à partir d'illustrations significatives tirées aussi bien des grandes religions monothéistes que des religions anciennes ou asiatiques, de mieux cerner ce que peuvent signifier et susciter aujourd'hui, dans les groupes religieux, la lecture et l'interprétation.

Programme:

Jeudi matin

9h - Introduction:
  • M. Messner, directeur de l'UMR 7012, directeur du GIS SCIRTHES - Sciences des religions et théologies à Strasbourg
  • M. Grappe, doyen de la Faculté de théologie protestante de l'Université de Strasbourg
  • Mme Zwilling, CNRS - UMR 7012

9h30 - Place et statut des textes

(Présidence: Edgar Weber)
  • Ralph Stehly (Faculté de théologie protestante, Université de Strasbourg): "Les écritures sacrées hindoues".
  • Pause 10h15-10h45)
  • David Banon (Département d'études hébraïques et juives, Université de Strasbourg / Institut universitaire de France): "La Bible hébraïque: parole révélée ou institution rabbinique?".
  • Christian Grappe (Faculté de théologie protestante, Université de Strasbourg): "Du texte fondateur à l'histoire fondatrice, les différents niveaux qu'invitent à distinguer les méthodes exégétiques".

Jeudi après-midi (14h – 17 h)

L'interprétation et son histoire: canon, méthodes, pratiques

(Présidence: Anne-Laure Zwilling)
  • Thierry Legrand (Faculté de théologie protestante, Université de Strasbourg): "De la Torah au Midrash: textes fondateurs et interprétations fondatrices".
  • Rémi Gounelle (Faculté de théologie protestante, Université de Strasbourg): "Le canon des Ecritures chrétiennes : une réalité longtemps insaisissable".
  • Jean-Sébastien Rey (Département de théologie, Université de Metz): "Transmission et réception d'un texte fondateur dans le judaïsme du second temple: l'exemple de Gn 1,26-27 et de Gn 2,7".
(Pause 15h30-16h)
  • Jenny Read-Heimerdinger (Université de Lausanne / Université de Bangor, Pays de Galles): "Le Codex de Bèze:un texte pré-canonique du Nouveau Testament".
  • Mahmoud Azab (conseiller du grand Imam d'Al-Azhar pour le dialogue, Le Caire): "Les textes fondateurs des religions monotheistes et la problématique de l'interprétation; l'exemple de l'islam"

Vendredi matin (9h-12h)

Approches littéraires et philosophiques

(Présidence: Michèle Morgen)
  • Frédéric Chapot (UFR des lettres, Université de Strasbourg): "interprétation et crise du langage dans la littérature latine chrétienne".
  • Édouard Mehl (Faculté de philosophie, Université de Strasbourg): "La révolution copernicienne et l'interprétation scripturaire".
  • Daniel Frey (Faculté de théologie protestante, Université de Strasbourg): "Se lire dans les Écritures. Le lecteur de la Bible dans la philosophie de Paul Ricoeur".
  • (Pause 10h15-10h45)
  • Anne-Laure Zwilling (PRISME, Strasbourg): "Lire et interpréter: l'exégèse, le texte et le lecteur".
  • Meryem Sebti (CNRS, Centre Jean Pépin UPR 76): "Le statut de l’exégèse coranique dans le corpus avicennien".

Vendredi après-midi (14h – 17 h)

Evolutions historiques

(Présidence: Christian Grappe)
  • Jan Joosten (Faculté de théologie protestante, Université de Strasbourg / Institut universitaire de France): "La place de la Septante dans l'histoire de l'interprétation".
  • Michel Deneken (Faculté de théologie catholique, Université de Strasbourg): "Catholiques et protestants: vers une herméneutique biblique commune ? L’exemple de la Déclaration luthéro-catholique sur la doctrine de la justification de 1999".
  • Lionel Obadia (Université Lyon II): "Evan Maya Sutram ? Evan Maya Pathati ! Réception et réinterprétation des textes sacrés du bouddhisme dans le contexte occidental".
  • Rachid Benzine (Aix-en-Provence): "Du discours coranique au 'corpus officiel clos': enjeux herméneutiques autour de l'abrogation et des 'versets équivoques' (mutashâbihât)".

Lieux

  • MISHA, 5 allée du Général Rouvillois
    Strasbourg, France

Dates

  • jeudi 25 novembre 2010
  • vendredi 26 novembre 2010

Mots-clés

  • sciences des religions, histoire des religions, théologie, textes fondateurs, religions, Bible, Torah, Coran, Upanishad

Contacts

  • Anne-Laure Zwilling
    courriel : anne-laure [dot] zwilling [at] misha [dot] cnrs [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Anne-Laure Zwilling
    courriel : anne-laure [dot] zwilling [at] misha [dot] cnrs [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Lire et interpréter. Le rapport des religions à leurs textes fondateurs », Colloque, Calenda, Publié le mardi 09 novembre 2010, http://calenda.org/202461