AccueilLa justesse (2010)

*  *  *

Publié le mercredi 24 novembre 2010 par Marie Pellen

Résumé

La journée organisée par deux centres (Expérience et connaissance, et Centre d'esthétique et de philosophie de l'art) de l'EA philosophies contemporaines, réunira philosophes du langage et historiens et critiques d'art. Elle se veut une première approche dans une élaboration commune aux deux centres EXeCO et CEPA de la notion de justesse.

Annonce

UNIVERSITÉ PARIS 1
PANTHÉON-SORBONNE
EA PHILOSOPHIES CONTEMPORAINES
Journée d'études commune EXeCO-CEPA organisée par Danièle Cohn et Sandra Laugier

Samedi 27 novembre 10h-18h

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR de philosophie, esc. C, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris

LA JUSTESSE

Dans son Voyage en Italie, Goethe explique comment à Rome nous nous sentons libérés des spectres qui se jouent de nous. Nos idées antérieures deviennent à Rome, dit-il, une « défroque d'enfant ». Belle métaphore ? Non, expérience littérale. « Quiconque regarde ici autour de soi dans une disposition sérieuse et qui a des yeux pour voir, doit trouver son équilibre moral ».

Wittgenstein, grand lecteur de Goethe, écrit, comme en écho : « L'oeuvre d'art nous contraint - pour ainsi dire - à la bonne perspective ; sans l'art, l'objet n'est qu'un morceau de nature comme n'importe quel autre. » Il est des domaines où le jugement que nous pouvons produire, l'expérience elle-même, sont du registre de la justesse. Les critiques d'art en savent quelque chose comme les musiciens qui parlent d'interprétation juste, ou comme les philosophes du langage ordinaire du « mot juste » « Voilà le mot juste. Mais il n'est pas toujours nécessaire que je juge, que j'explique pourquoi tel ou tel mot ne va pas (nicht stimmt). Il ne va pas, c'est tout. » (Wittgenstein) Qu'en est-il de cette notion qui ajointe le vrai et le bien, donne leur tonalité à la connaissance comme à la conduite morale ? Loin de tout subjectivisme ou psychologisme, elle permet d'articuler le vrai au sensible, et de définir autrement la critique.

La journée organisée par deux centres (Expérience et Connaissance, et Centre d'Esthétique et de Philosophie de l'art) de l'EA Philosophies contemporaines, réunira philosophes du langage et historiens et critiques d'art. Elle se veut une première approche dans une élaboration commune aux deux centres EXeCO et CEPA de la notion de justesse.

Matin

9h30 Danièle Cohn et Sandra Laugier
Présentation de la journée

9h45 Christiane Chauviré, Université Paris 1, PhiCo/ExeCo
Wittgenstein et la justesse en art

Pause

11h Danièle Cohn, Université Paris 1, PhiCo/CEPA
Sincérité et justesse : paradoxes rousseauistes

11h45 Pauline Nadrigny, Université Paris 1, PhiCo/ExeCo
Musique contemporaine : la justesse par delà la tonalité

Après-midi

14h30 Sandra Laugier, Université Paris 1, PhiCo/ExeCo
Philosophie du ton : le "pitch" et l'accord dans le langage ordinaire

15h15 Hélène Trespeuch, Université de Provence, HCSA
Physionomies de la critique d'art avant et après les avant-gardes

Pause

16h15 Thibaut Sallenave, Université Paris 1, PhiCo/ExeCo
De la rhétorique à la maintenance. Le souci des mots et le mystère de l'expression chez Jean Paulhan

17h Philippe Dagen, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HICSA
Une critique juste : quel sens donner à l'adjectif dans le système médiatique contemporain

Lieux

  • 17 rue de la Sorbonne (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR de philosophie, esc. C)
    Paris, France

Dates

  • samedi 27 novembre 2010

Mots-clés

  • esthétique, philosophie du langage, histoire de l'art, critique d'art

Source de l'information

  • Giuseppe Di Liberti
    courriel : giuseppediliberti [at] virgilio [dot] it

Pour citer cette annonce

« La justesse (2010) », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 24 novembre 2010, http://calenda.org/202667